Lutte contre la haine en ligne

Venez parler des sujets en rapport avec l'informatique et les nouvelles technologies
Répondre
Avatar du membre
Nolimits
Messages : 9622
Enregistré le : 29 avr. 2015, 12:39:32

Lutte contre la haine en ligne

Message non lu par Nolimits » 09 juil. 2019, 20:32:32

L’Assemblée a adopté mardi la proposition de loi de la majorité contre la haine sur Internet. Un texte qui inquiète les défenseurs des libertés en ligne et fait douter les plateformes.
Vers un Internet plus sain. Les députés ont adopté mardi la proposition de loi de lutte contre la haine en ligne, portée par la députée LREM Laetitia Avia. Un texte nécessaire alors que le web est aujourd’hui encore un vaste espace d’impunité : moins de 300 condamnations pour injure raciale en ligne ont été prononcées en 2016. Mais la proposition de loi, qui doit encore passer au Sénat à la rentrée, ne fait pas l’unanimité. Des voix s’élèvent pour alerter sur un risque d’inefficacité, voire de censure a priori des contenus. Les plateformes, elles, réclament de l’aide pour traiter une masse de données gargantuesque.
Première cible des critiques : la définition jugée trop floue, par certains, des "contenus haineux". Les injures envers une personne ou un groupe de personnes "à raison de l'origine, d'une prétendue race, de la religion, de l'ethnie, de la nationalité, du sexe, de l'orientation sexuelle, de l'identité de genre ou du handicap, vrais ou supposés", seront ainsi bannis, selon la proposition de loi. Un champ d’application très large sur le fond donc, mais peu défini sur la forme.

Si les insultes directes sont très faciles à repérer, il y a sur Internet toute une variété de contenus et de messages situés dans une "zone grise", parce qu’ils contiennent des sous-entendus ou sont cachés dans un contenu plus vaste, par exemple une vidéo. "Il faut garder en tête le besoin d’équilibre entre ce qui relève de la liberté d’expression et ce qui outrepasse les limites de cette liberté", plaidait à ce titre Benoît Tabaka, directeur des relations institutionnelles de Google France, lors d’un récent échange filmé avec Laetitia Avia.

Floue pour certains, la proposition de loi contre la haine en ligne est aussi trop fourre-tout pour d’autres. En plus des insultes et des incitations à la haine, la proposition de loi mentionne aussi l’obligation de retirer les messages, vidéos ou images constituant des provocations à des actes de terrorisme, faisant l'apologie de tels actes ainsi que des crimes contre l'humanité, ou comportant une atteinte à la dignité de la personne humaine.

Cette "exhaustivité nuirait très probablement au traitement des infractions initialement visées", selon Syntec Numérique, le syndicat professionnel des entreprises de services du numérique. Concrètement, il craint que le vaste champ d’application réduise l’efficacité de la lutte contre les contenus purement haineux. C'est notamment le cas du harcèlement, "qui ne porte pas forcément sur la race ou la couleur de peau", rappelle Benoît Darde, administrateur du Syntec, interrogé par Europe 1. "Cette loi sera efficace car elle retira beaucoup de contenus qu'on ne veut plus voir sur Internet. Mais elle en retirera trop."

Risque de censure accrue
Autre motif d’inquiétude : l'obligation de retirer un contenu haineux en moins de 24 heures risque, selon les opposants à la loi, d’entraîner une censure exagérée de la part de Facebook, Youtube, etc. "Ce délai pousse à l’utilisation d’outils de censure automatisée, fondamentalement contraires à la liberté de communication", déplore la Quadrature du Net. Pour la France insoumise, la menace de sanctions va inciter les plateformes à "supprimer une publication sur laquelle un doute existe ou qui serait 'susceptible de' pour éviter toute amende et tout ennui judiciaire". "En Allemagne, où il y a une loi similaire, on observe que 80% des contenus 'gris' retirés le sont uniquement par précaution", illustre Benoît Darde, du Syntec.

Enfin, la mainmise des plateformes sur la régulation des contenus inquiète. Dans une lettre ouverte, la Ligue des droits de l'Homme, la présidente du Conseil national du numérique et encore la présidente du Conseil national des barreaux ont plaidé pour que "le juge doit être au cœur tant de la procédure de qualification des contenus que de la décision de leur retrait ou blocage". "On peut s'inquiéter car on ne connaîtra pas les algorithmes qui vont traiter les contenus dits 'haineux'", abonde Benoît Darde, du Syntec. "Surtout, c'est regrettable de laisser aux plateformes ce qui est en réalité une question de société."

Ces derniers jours, le gouvernement a donc cherché à rassurer tout le monde en ajoutant au texte la création d’un parquet et d’une juridiction spécialisées dans la lutte contre la haine en ligne. "Ce sera donc toujours à la justice de déterminer si un contenu est légal ou illégal", a ainsi fait savoir le secrétaire d’État au Numérique Cédric O. Dans les faits, les plateformes seront donc seulement obligées de mettre en place un dispositif fonctionnel de retrait rapide des contenus haineux, pas de retirer automatiquement lesdits contenus.
E1 - ICI
1/ je ne comprends pas : les FB et consorts doivent retirer les contenus sous 24h et on dit qu'en fait "Dans les faits, les plateformes seront donc seulement obligées de mettre en place un dispositif fonctionnel de retrait rapide des contenus haineux, pas de retirer automatiquement lesdits contenus" :gratte:
2/ Ca me fait peur de confier à Facebook et Twitter...la censure !?!

Bref, encore un truc ni fait, ni à faire, pas fini...et qui servira, comme d’habitude à faire vivre les avocats et tous les intégristes de tous bords !

Avatar du membre
Hector
Messages : 8284
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Lutte contre la haine en ligne

Message non lu par Hector » 09 juil. 2019, 22:23:39

SAns aucun doute. Toutefois, tu vas devoir aussi faire le boulot ici, ce qui pourrait être plus compliqué que tu ne le penses.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 53457
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Lutte contre la haine en ligne

Message non lu par Nombrilist » 10 juil. 2019, 07:58:10

Les contenus répondant à la haine telle que définie ci-dessus sont extrêmement rares sur actu-po. Voire inexistants.

pierre30
Messages : 7785
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Lutte contre la haine en ligne

Message non lu par pierre30 » 10 juil. 2019, 09:38:16

Si tu y mets un avocat US, il va te transformer 1 post sur 2 en "contenu haineux" :D

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 7703
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Lutte contre la haine en ligne

Message non lu par Yakiv » 31 juil. 2019, 22:12:58

Une excellente initiative de Nice-Matin (publier les commentaires haineux).
Nice Matin a écrit :
«Nice-Matin» écoeuré par les commentaires racistes et homophobes sur les réseaux sociaux
INSULTES Le journal publie certains commentaires ainsi que le nom des auteurs

Publié le 31/07/19 à 11h12
Com.png
Com.png (240.29 Kio) Vu 126 fois
Capture d'écran de messages homophobes publiés sur le site de Nice-Matin le 31 juillet 2019 — Nice-Matin
La rédaction de Nice Matin publie un article ce mercredi pour dénoncer les commentaires haineux, racistes et homophobes sur certaines de leurs publications. Le journal publie chaque semaine -en édition papier et sur les réseaux sociaux- les « mariages du week-end » qui a pour vocation de partager des moments de bonheur et « de faire ce lien au sein de la communauté azuréenne ».

« Sur dix photos d’époux fraîchement mariés, deux concernaient des couples homosexuels, écrit le journal. Il n’en fallait, semble-t-il pas plus, pour que se déverse encore une autre forme de haine, l’homophobie, dans laquelle, notre rédaction, pour qui le respect de chaque être humain est une valeur fondamentale, ne se reconnaît pas davantage ».

« Homophobie archaïque »
Nice Matin a décidé de publier les commentaires les plus virulents accompagnés du nom des auteurs. « Nice-Matin s’attriste, six ans après l’entrée en vigueur de la loi sur le Mariage pour tous, d’avoir à encore dénoncer cette homophobie archaïque », peut-on lire dans l’article. Le journal salue toutefois les internautes qui s’insurgent devant ces commentaires et qui félicitent les jeunes mariés. Il rappelle que l’injure est punie de 12.000 euros d’amende.
https://www.20minutes.fr/arts-stars/med ... ux-sociaux

Avatar du membre
Hector
Messages : 8284
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Lutte contre la haine en ligne

Message non lu par Hector » 31 juil. 2019, 22:17:51

pierre30 a écrit :
10 juil. 2019, 09:38:16
Si tu y mets un avocat US, il va te transformer 1 post sur 2 en "contenu haineux" :D
Un français suffirait largement. Mais ce forum n'est évidemment pas le plus à risques dans le monde des survivants des années 2000. J'en connais deux autres plus mal en point.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Répondre

Retourner vers « Informatique et Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré