Les Français, ce peuple ingouvernable

Avatar du membre
johanono
Messages : 23936
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par johanono » 22 mai 2016, 23:00:49

Ce constat sur la "France ingouvernable" n'est pas neuf, mais force est de constater que les multiples conflits sociaux de ces dernières semaines ne peuvent que le confirmer et l'accentuer.

Depuis plusieurs décennies désormais, chaque gouvernement qui entreprend une grande réforme d'intérêt général finit par plier devant les manifestations et blocages que cette tentative provoque. On pourrait évoquer, à titre non exhaustif, la réforme des retraites de 1995, le CPE, l'écotaxe, bientôt la loi travail, etc.

L'épisode de l'écotaxe fut un exemple frappant de cette difficulté à gouverner la France : voici une mesure qui était relativement consensuelle quand elle fut adoptée (à la suite du Grenelle de l'environnement), mais qui dut être abandonnée quelques années plus tard, au moment de son entrée en vigueur, face à l’agrégation des mécontentements et protestations en tous genres.

Certaines réformes ne sont mêmes plus entreprises par des gouvernements qui savent à l'avance l'agitation sociale qu'elles pourraient provoquer : je pense notamment à la suppression des régimes spéciaux de retraites, à la suppression des niches fiscales, à l'instauration du contrat de travail unique, etc.

A chaque fois qu'un gouvernement veut adopter une réforme, cela provoque des protestations, des manifestations, des blocages, qui finissent par avoir raison des initiatives gouvernementales. Cette propension à cette la rébellion, à la revendication, à la contestation, à la manifestation, est très répandue au sein de la société française, elle n'émane pas que de corporations gouvernées par des syndicats gauchistes : au gré des événements, on trouve aussi les agriculteurs, les lycéens, les étudiants, les chauffeurs routiers (patrons ou salariés), les chauffeurs de taxi, les parents d'élèves, etc. Ces mouvements sociaux divers et variés et successifs débouchent souvent sur des violences, et comme ils sont populaires, les gouvernements préfèrent généralement reculer devant ces violences (en retirant les projets de lois dont s'agit) plutôt que de faire intervenir la force publique pour faire cesser lesdites violences. C'est ainsi que la rue l'emporte sur la représentation démocratique...

D'autres fois, même que le gouvernement n'a rien fait, certaines corporations manifestent et bloquent pour obtenir des avantages catégoriels supplémentaires (je songe notamment aux agriculteurs). Et là encore, le gouvernement préfère reculer face aux violences...

On rétorquera : nos gouvernants manquent de courage, car ils veulent se faire réélire. Oui, mais la volonté d'un gouvernant de se faire réélire existe dans toutes les démocraties du monde, pas seulement en France. Alors pourquoi n'y a-t-il qu'en France qu'elle conduit à l'impuissance et à l'inaction ?

On pourra aussi rétorquer que le concept de "réformes" masque en réalité des régressions sociales, et qu'il est logique de s'y opposer. On peut discuter du bien-fondé de toutes les tentatives de réformes que j'ai citées et qui ont fini par être annulées. Là n'est pas le sujet. Je constate simplement que c'est très souvent la rue qui gouverne, et que l'addition de tous ces mécontentements interdit toute action législative ambitieuse et d'intérêt général.

Bref, on n'en sort jamais. C'est la chienlit permanente dans la société française, et l'inaction au sommet du pouvoir... Ainsi, on se retrouve dans un pays bloqué depuis 30 ans : un chômage de masse, des déficits importants, des inégalités statutaires entre catégories sociales, etc.

Il arrive bien sûr qu'il y ait des grèves et des manifestations dans les pays étrangers, mais pas autant qu'en France, me semble-t-il...

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32122
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par politicien » 23 mai 2016, 07:21:54

Mais alors quelles seraient les solutions pour toi ? Pour rendre le "peuple gouvernable" ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50650
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par Nombrilist » 23 mai 2016, 07:44:17

"Oui, mais la volonté d'un gouvernant de se faire réélire existe dans toutes les démocraties du monde, pas seulement en France. Alors pourquoi n'y a-t-il qu'en France qu'elle conduit à l'impuissance et à l'inaction ?"

Cela, il faudrait le démontrer. A mon avis, c'est pareil dans les autres pays.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par Ramdams » 23 mai 2016, 09:13:58

Je suis évidemment très pessimiste pour la France. Je pense que dans dix ans, on débattra encore de la même chose, avec les mêmes personnalités politiques. Mais les torts sont partagés, je vois plusieurs causes à ce blocage :

- Cause institutionnelle : Vous allez dire que je fais une fixette là-dessus mais les institutions de la Ve sont restées bloquées en 1958, à une époque où il y avait moins matière à légiférer. Depuis, la France a connu les évolutions technologiques (Internet notamment), sociales (chômage de masse, immigration elle aussi massive), sociétales (nouveaux modèles familiaux, montée de la violence religieuse), culturelles (manque d'intégration de certaines communautés)... Ces matières à légiférer se sont multipliées. Par contre, le processus législatif, lui, est resté le même, voire s'est complexifié. Comme l'a rappelé El Fredo ailleurs, une loi met au moins 18 mois à être appliquée. La faute à une chambre haute qui ne sert pas à grand-chose puisqu'elle a très peu de pouvoirs, à un nombre de députés trop important dont un grand nombre sont abstentionnistes et godillots et aussi, il faut le dire, à un régime jacobin qui considère que l'Assemblée Nationale doit légiférer sur les couches culottes comme sur le budget de la Sécurité sociale, au lieu que les couches culottes fassent l'objet d'une législation régionale. Peut-on réformer tout ça ? Oui. Les Français sont majoritairement favorables à la suppression du Sénat, à la réduction du nombre de députés et si on débat intelligemment sur la nouvelle répartition des pouvoirs et ne pas se renfermer dans les poncifs habituels ("on veut länderiser la France, au secours !", "la France perdra de son unité"...), je pense qu'ils pourraient être convaincus de l'intérêt à déléguer la compétence législative à de plus petites entités, de telle sorte à ce que l'Etat central pourrait débattre des sujets qui comptent réellement, comme la défense, les finances publiques, la justice, les affaires étrangères... Il y a de quoi faire !

- Cause "personnelle" : Les hommes politiques courent après la réélection, cela n'est pas propre à la France effectivement. Mais ce qui est propre à la France, c'est le cumul des mandats. La loi visant à l'interdire va dans le bon sens mais les députés sont vus comme des représentants non comme de la Nation mais de leur micro-territoire appelé "circonscription". Forcément, si la France veut légiférer sur le foie gras, des pressions seront exercées sur tous les députés du sud-ouest, indépendamment de leur étiquette. Même un écolo peut se résoudre à se plier aux pressions puisque son mandat dépend de l'électorat de son micro-territoire. Que les hommes politiques viennent de la "société civile" ou pas, à la rigueur je m'en fous. Ce qu'il faut éviter c'est que l'Assemblée nationale ne soit pas la chambre des territoires.

- Cause lobbyiste : En plus de représenter leur propre lobby, les députés-maires sont soumis à d'autres lobbies. Cette pression sur le pouvoir législatif est également valable pour le pouvoir exécutif car comme le rappelle johanono, des groupes de tous bords, qui souvent ne représentent qu'eux-mêmes (Nuit Debout, CGT, Medef, FNSEA...) imposent leur volonté non seulement aux pouvoirs publics mais aussi aux individus dont ils se disent les représentants. Combien de salariés se reconnaissent dans la CGT ? Combien de patrons se reconnaissent dans le Medef ? Combien d'agriculteurs se reconnaissent dans la FNSEA ? Ce système lobbyiste est qui plus est financé par les deniers publics puisque organisés comme associations, ils touchent de juteuses subventions, sur lesquelles les contribuables n'ont aucune emprise.

- Cause culturelle : Oui, les Français ne veulent pas le changement quand bien même ils le sollicitent. Cela me rappelle un article de Slate qui montre que les Français ne veulent pas tant que ça de nouvelles têtes pour 2017 car ils sont incapables de citer une autre personnalité. Ils continuent d'espérer des hommes et femmes politiques qu'ils aillent dans leur sens. C'est très français d'attendre de l'Etat. Alors qu'il s'effondre partout, le mythe de l'Etat-providence a de beaux jours devant lui. L'idée que l'Etat est protecteur et entravant est malheureusement répandue partout dans la classe politique. Mais en même temps, l'Etat se donne lui-même pour mission de régir la vie des Français jusque dans la chambre à coucher. On a créé une situation de dépendance des Français à l'Etat qui, en retour, est sollicitée par les Français. Pour contester cette primauté de l'Etat, il faudrait - et la solution ne plaira pas du tout à johanono - renouer avec le sentiment régionaliste des Français, c'est-à-dire renouer avec l'idée que les Français peuvent s'organiser entre eux pour régler leurs problèmes, et non subir l'influence parisienne.

- Dernier point et non des moindres : l'idée que l'exécutif et le Parlement ne font que suivre la feuille de route de l'UE est malheureusement très répandue. Elle dédouane fortement les pouvoirs publics et nourrit l'illusion qu'ils sont doués de pleine volonté mais qu'ils ont les pieds et mains liés par l'UE. Il y a évidemment des marges de manœuvre au niveau national. Autant je considérerais l'UE au début comme un cancer, autant je considère que malgré ses nombreux défauts, elle constitue davantage un garde-fou qu'une véritable entrave.


Le problème, c'est que chacun se refile la patate chaude : les Français accusent l'exécutif ; l'exécutif accuse les corps intermédiaires ; les corps intermédiaires accusent l'exécutif et l'UE ; l'UE accuse les Français... Ostraciser l'une des causes ou se focaliser sur une en particulier et le pays devient ingouvernable. Je n'entends aucun homme politique remettre en cause les institutions ; je n'entends aucun Français remettre en cause l'Etat-providence...

Avatar du membre
albert
Messages : 9769
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par albert » 23 mai 2016, 10:46:56

On pourra aussi rétorquer que le concept de "réformes" masque en réalité des régressions sociales, et qu'il est logique de s'y opposer. On peut discuter du bien-fondé de toutes les tentatives de réformes que j'ai citées et qui ont fini par être annulées. Là n'est pas le sujet.
Ben si, c’est bien le sujet.
Il y a des réformes qui ne sont pas passées, d’autres si. Il ne faut pas généraliser ni mettre toutes les réformes dans le même panier. La France n’est pas ingouvernable, elle résiste peut-être un peu mieux que d’autres pays à la mise au pas néolibérale, et c’est une bonne chose.
Beaucoup de ces réformes n’avaient pas été annoncées et les gouvernements n’avaient pas de mandat pour les faire. Il ne s’agit pas, comme vous semblez le suggérer, de réformes dans l’intérêt général, voulues par la majorité des gens, et bloquées par une petite minorité, mais au contraire de réformes qui viennent de l’extérieur (UE), ne sont pas dans l’intérêt général et sont rejetées par la majorité de la population. C’est typiquement le cas de la loi travail.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

phoenix72
Messages : 3321
Enregistré le : 10 juin 2011, 00:00:00

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par phoenix72 » 23 mai 2016, 11:00:01

La France sera gouvernable quand les politiques arrêterons de pondre des lois qui augmente les inégalités et qui divise les français ,pourtant dans leurs discours nous entendons souvent le mot"rassemblement" par contre sur le terrain on vote des lois différentes par catégories d'individus et par secteurs.
La loi sur le travail imposé,par contre aucune loi pour l'augmentation des gros salaires des dirigeants ,les gens en on marre des différences de traitements des uns et des autres.

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par Ramdams » 23 mai 2016, 12:15:18

albert » 23 Mai 2016, 09:46:56 a écrit : Il ne s’agit pas, comme vous semblez le suggérer, de réformes dans l’intérêt général, voulues par la majorité des gens, et bloquées par une petite minorité, mais au contraire de réformes qui viennent de l’extérieur (UE), ne sont pas dans l’intérêt général et sont rejetées par la majorité de la population. C’est typiquement le cas de la loi travail.
Qu'est-ce que je disais. Chacun se refile la patate chaude et l'UE a bon dos.

Les réactions en France sont pavloviennes, on commence à manifester dès l'avant-projet, dès l'annonce dans les médias d'un nouveau projet de loi. Et bien entendu, on refuse l'expérimentation au nom du principe de précaution.

On mesure le rejet avec quoi ? Des sondages ? Des manifs de rue ?

Avatar du membre
Narbonne
Messages : 14377
Enregistré le : 04 sept. 2011, 16:12:50
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par Narbonne » 23 mai 2016, 13:31:08

Pour gouverner il faut être exemplaire. Depuis VGE, avec les diamants de Bokassa, les citoyens n'ont plus confiance aux gouverneurs et du coup l'intérêt général n'est plus une valeur.
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

Avatar du membre
johanono
Messages : 23936
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par johanono » 23 mai 2016, 13:56:51

@ Albert :

Je veux bien essayer de comprendre beaucoup de choses, je veux bien admettre l'inspiration libérale de certaines mesures ayant suscité des conflits sociaux par le passé (le CPE, le SMIC jeunes, aujourd'hui la loi travail), mais il n'y a pas que ça.

L'écotaxe, par exemple, était motivée par un souci écologiste. Les protestations qu'elle a suscitées n'étaient nullement motivées par le souci de résister "à la mise au pas néolibérale", comme tu dis, elles résultaient surtout d'une addition de revendications et protestations catégorielles et régionalistes.

Quand les chauffeurs de taxis bloquent Paris, ils défendent par la force des avantages catégoriels, ils ne protestent pas vraiment contre "une mise au pas néolibérale".

Quand les agriculteurs manifestent, ils défendent par la force des avantages catégoriels, ils ne protestent pas vraiment contre "une mise au pas néolibérale" (ou alors ils le font très mal).

Quand l'extrême-gauche mène une campagne d'agitation sociale et manifeste pour dénoncer les prétendues violences policières, elle ne proteste pas vraiment contre "une mise au pas néolibérale", elle cherche à casser gratuitement du flic.

@ Ramdams :

Je veux bien qu'on parle des institutions, mais je ne vois pas ce que je changerait une réforme institutionnelle. Le processus législatif est très complexe et très long, mais il n'empêche nullement le Parlement de voter des lois en très grand nombre.

En déléguant la compétence législative à des régions, tu ne feras que transférer le problème. Le pouvoir local sera même davantage exposé aux revendications catégorielles en tous genres, le clientélisme s'en trouvera fatalement renforcé. Et ce transfèrera n'empêchera nullement les troubles sociaux divers et variés.

Un exemple. Il y a quelques semaines, le département de la Mayenne a annoncé la fermeture d'un collège situé dans le centre de Laval. Rien de bien dramatique, il y a deux ou trois aux collèges à proximité qui ont suffisamment de place pour accueillir les élèves du collège fermé. Et pourtant : manifestations, protestations, pétitions, occupations, ont fini par faire céder le département. La Mayenne est un département qui vote à droite : parmi les manifestants, il y avait probablement des parents d'élèves qui votent à droite, qui sont pour la baisse des dépenses publiques et des impôts. Mais quand ils sont personnellement touchés, ils manifestent comme les autres. Comment peut-on gouverner avec des gens comme ça ?

Autre exemple : supposons que les subventions agricoles soient gérées à l'avenir par les départements ou les régions. Et bien les agriculteurs manifesteront pour obtenir des subventions de la part des départements ou des régions...

Je suis plutôt d'accord avec toi sur le mode de scrutin aux législatives, qui transforme chaque député en représentant des intérêts de sa circonscription. Mais la décentralisation comme tu la souhaites ne fera qu'accentuer ce phénomène, puisque les élus locaux auront davantage de pouvoirs qu'aujourd'hui, ils seront encore davantage qu'aujourd'hui, avec leurs nouveaux pouvoirs législatives, les représentants des intérêts catégoriels locaux.

Je suis d'accord avec toi sur la cause culturelle. C'est très français d'attendre de l’État. Cette demande sociale d'un État fort explique aussi l'inflation législative et la hausse des dépenses publiques : le gouvernement se sent obligé d'intervenir avec des lois ou des dépenses nouvelles pour répondre à telle ou telle demande sociale. S'il ne le fait pas, on le lui reproche. Et dans le même temps, les Français se plaignent d'un État trop cher et trop présent. Comment peut-on gouverner dans ces conditions ? Mais là encore, je crains que la décentralisation que tu proposes ne fassent que transférer cette pression sociale sur les collectivités : quand les Français auront compris que les collectivités auront plus de pouvoirs, ils se manifesteront davantage auprès d'elles et moins auprès de l’État, mais ils revendiqueront, protesteront et bloqueront encore et toujours.

@ Politicien :

Je suis pessimiste. Les Français étant ce qu'ils sont, je crains qu'il n'y ait aucune recette miracle pour faire cesser ces difficultés.

Avatar du membre
albert
Messages : 9769
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par albert » 23 mai 2016, 14:09:23

Les manifestations catégorielles, elles existent dans tous les pays. Ces mouvements sont plus ou moins légitimes selon les cas. En tout état de cause, ce n’est pas parce que le gouvernement a reculé sur l’écotaxe ou dans quelques autres circonstances que ça rend la France ingouvernable. Il y a tout de même eu bon nombre de réformes qui ont été adoptées ces dernières années, souvent mauvaises, mais c’est un autre sujet. Je pense d'ailleurs que la loi travail sera adoptée, malheureusement.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Narbonne
Messages : 14377
Enregistré le : 04 sept. 2011, 16:12:50
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par Narbonne » 23 mai 2016, 17:10:04

La parole de l'Etat a beaucoup moins de poids qu'auparavant car les citoyens voient bien comment cela se passe, par exemple les rapports de la cour des comptes le montrent bien: gaspillages en tout genre ... La République ne fonctionne plus de façon égalitaire. On demande, au nom de l'intérêt public, d'accepter quelque chose et donc de faire des sacrifices à certains alors que d'autres se gavent impunément.
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 17636
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par Jeff Van Planet » 23 mai 2016, 17:33:28

Narbonne a raison: les gens ne voient plus le pouvoir politique comme ayant son poids d'avant. Mais paradoxalement Ramdam a tout aussi raison: On a habitué les Français a tout recevoir, a ce qu'on décide de tout pour eux. Du coup s'ils veulent quelque chose alors ils demandent. Et si on ne leur donne pas, alors ils demandent encore plus violemment.

Du coup ce paradoxe engendre peut être cette "ingouvernabilité".
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Baltorupec
Messages : 12686
Enregistré le : 13 juil. 2011, 00:00:00

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par Baltorupec » 23 mai 2016, 18:21:02

Dans les causes de l'ingouvernabilité, je vois aussi l'idéalisme atavique des Français qui préfèrent se battre pour d'obscurs idéaux que d'avancées concrètes et de négocier.

Je suis d'accord avec 90 % de ce que dit Ramdams, donc je n'ai pas grand chose à rajouter.
“Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès.” Jules Mazarin

Avatar du membre
karoline
Messages : 3208
Enregistré le : 18 juin 2013, 13:22:35

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par karoline » 23 mai 2016, 18:43:10

Ramdams » 23 Mai 2016, 09:13:58 a écrit :Je suis évidemment très pessimiste pour la France. Je pense que dans dix ans, on débattra encore de la même chose, avec les mêmes personnalités politiques. Mais les torts sont partagés, je vois plusieurs causes à ce blocage :

- Cause institutionnelle : Vous allez dire que je fais une fixette là-dessus mais les institutions de la Ve sont restées bloquées en 1958, à une époque où il y avait moins matière à légiférer. Depuis, la France a connu les évolutions technologiques (Internet notamment), sociales (chômage de masse, immigration elle aussi massive), sociétales (nouveaux modèles familiaux, montée de la violence religieuse), culturelles (manque d'intégration de certaines communautés)... Ces matières à légiférer se sont multipliées. Par contre, le processus législatif, lui, est resté le même, voire s'est complexifié. Comme l'a rappelé El Fredo ailleurs, une loi met au moins 18 mois à être appliquée. La faute à une chambre haute qui ne sert pas à grand-chose puisqu'elle a très peu de pouvoirs, à un nombre de députés trop important dont un grand nombre sont abstentionnistes et godillots et aussi, il faut le dire, à un régime jacobin qui considère que l'Assemblée Nationale doit légiférer sur les couches culottes comme sur le budget de la Sécurité sociale, au lieu que les couches culottes fassent l'objet d'une législation régionale. Peut-on réformer tout ça ? Oui. Les Français sont majoritairement favorables à la suppression du Sénat, à la réduction du nombre de députés et si on débat intelligemment sur la nouvelle répartition des pouvoirs et ne pas se renfermer dans les poncifs habituels ("on veut länderiser la France, au secours !", "la France perdra de son unité"...), je pense qu'ils pourraient être convaincus de l'intérêt à déléguer la compétence législative à de plus petites entités, de telle sorte à ce que l'Etat central pourrait débattre des sujets qui comptent réellement, comme la défense, les finances publiques, la justice, les affaires étrangères... Il y a de quoi faire !

- Cause "personnelle" : Les hommes politiques courent après la réélection, cela n'est pas propre à la France effectivement. Mais ce qui est propre à la France, c'est le cumul des mandats. La loi visant à l'interdire va dans le bon sens mais les députés sont vus comme des représentants non comme de la Nation mais de leur micro-territoire appelé "circonscription". Forcément, si la France veut légiférer sur le foie gras, des pressions seront exercées sur tous les députés du sud-ouest, indépendamment de leur étiquette. Même un écolo peut se résoudre à se plier aux pressions puisque son mandat dépend de l'électorat de son micro-territoire. Que les hommes politiques viennent de la "société civile" ou pas, à la rigueur je m'en fous. Ce qu'il faut éviter c'est que l'Assemblée nationale ne soit pas la chambre des territoires.

- Cause lobbyiste : En plus de représenter leur propre lobby, les députés-maires sont soumis à d'autres lobbies. Cette pression sur le pouvoir législatif est également valable pour le pouvoir exécutif car comme le rappelle johanono, des groupes de tous bords, qui souvent ne représentent qu'eux-mêmes (Nuit Debout, CGT, Medef, FNSEA...) imposent leur volonté non seulement aux pouvoirs publics mais aussi aux individus dont ils se disent les représentants. Combien de salariés se reconnaissent dans la CGT ? Combien de patrons se reconnaissent dans le Medef ? Combien d'agriculteurs se reconnaissent dans la FNSEA ? Ce système lobbyiste est qui plus est financé par les deniers publics puisque organisés comme associations, ils touchent de juteuses subventions, sur lesquelles les contribuables n'ont aucune emprise.

- Cause culturelle : Oui, les Français ne veulent pas le changement quand bien même ils le sollicitent. Cela me rappelle un article de Slate qui montre que les Français ne veulent pas tant que ça de nouvelles têtes pour 2017 car ils sont incapables de citer une autre personnalité. Ils continuent d'espérer des hommes et femmes politiques qu'ils aillent dans leur sens. C'est très français d'attendre de l'Etat. Alors qu'il s'effondre partout, le mythe de l'Etat-providence a de beaux jours devant lui. L'idée que l'Etat est protecteur et entravant est malheureusement répandue partout dans la classe politique. Mais en même temps, l'Etat se donne lui-même pour mission de régir la vie des Français jusque dans la chambre à coucher. On a créé une situation de dépendance des Français à l'Etat qui, en retour, est sollicitée par les Français. Pour contester cette primauté de l'Etat, il faudrait - et la solution ne plaira pas du tout à johanono - renouer avec le sentiment régionaliste des Français, c'est-à-dire renouer avec l'idée que les Français peuvent s'organiser entre eux pour régler leurs problèmes, et non subir l'influence parisienne.

- Dernier point et non des moindres : l'idée que l'exécutif et le Parlement ne font que suivre la feuille de route de l'UE est malheureusement très répandue. Elle dédouane fortement les pouvoirs publics et nourrit l'illusion qu'ils sont doués de pleine volonté mais qu'ils ont les pieds et mains liés par l'UE. Il y a évidemment des marges de manœuvre au niveau national. Autant je considérerais l'UE au début comme un cancer, autant je considère que malgré ses nombreux défauts, elle constitue davantage un garde-fou qu'une véritable entrave.


Le problème, c'est que chacun se refile la patate chaude : les Français accusent l'exécutif ; l'exécutif accuse les corps intermédiaires ; les corps intermédiaires accusent l'exécutif et l'UE ; l'UE accuse les Français... Ostraciser l'une des causes ou se focaliser sur une en particulier et le pays devient ingouvernable. Je n'entends aucun homme politique remettre en cause les institutions ; je n'entends aucun Français remettre en cause l'Etat-providence...
Ramdam, présente toi, tu peux compter sur ma voix (je suis sérieuse)

Avatar du membre
mordred
Messages : 7215
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: Les Français, ce peuple ingouvernable

Message non lu par mordred » 24 mai 2016, 11:27:58

On en veut pas des nostalgiques ! Vous n'avez qu'à aller vivre en Poutinie Soviétiique ! Il y a de l'ordre et de la place.

[BBvideo 600,350]https://www.youtube.com/watch?v=LmsdHnQ7RD8[/BBvideo]
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Répondre

Retourner vers « Vos tribunes »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré