Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 33015
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par politicien » 22 janv. 2017, 10:44:27

Bonjour,
A la veille du premier tour de la primaire du parti socialiste et de ses alliés ce dimanche 22 janvier, l'inquiétude prévaut au PS. Que se passera-t-il si le candidat élu ne perce pas face à Emmanuel Macron? Les socialistes devront-ils se désister au profit de l'ancien ministre de l'Economie. Cela signifierait la fin du PS né à Epinay en 1971.

Méthode Coué ? Posture ? Fanfaronnade ? Lors du dernier débat de la primaire du parti socialiste et de ses alliés, jeudi 19 janvier sur France 2, les quatre candidats encartés au PS ont évoqué avec ironie et humour le « cas » Macron. Vincent Peillon appelant même l'ancien ministre de l'Economie, « l'enfant prodigue » à rentrer au bercail. Benoit Hamon, lui, parie sur la dynamique créée par la primaire de gauche, dont le premier tour a lieu ce dimanche 22 janvier, pour faire plier un Macron qui grimpe encore dans les sondages...

Certes, les candidats socialistes sont dans leur rôle. Pour autant, hors caméra, ils n'affichent plus du tout la même sérénité face au "phénomène" Macron. Déjà, ils savaient que la campagne présidentielle 2017 allait être très difficile pour le candidat officiellement soutenu par le PS, tant le parti est discrédité à l'issue du quinquennat de François Hollande. Le PS connaît là le même sort que les autre partis sociaux-démocrates européens, laminés par l'exercice du pouvoir en raison des politiques qu'ils ont menées. Mais avec l'aventure Macron, les choses s'annoncent encore plus complexes.

Et, au-delà de la présidentielle, nombreux sont les députés du parti à commencer à s'inquiéter pour les législatives de juin qui, déjà, s'annonçaient très compliquées, mais qui pourraient virer totalement à la Bérézina si des candidats « macronistes » viennent débouler dans leurs pattes. Or, justement, Emmanuel Macron a lancé jeudi 19 janvier le processus de désignation de candidats pour les législatives. Le poids de la participation à la primaire de gauche va donc être crucial dans le rapport de force qui va s'instaurer entre le PS et Macron. Au-delà de la désignation d'un candidat à la présidentielle, c'est l'un des enjeux de ce scrutin. Mais ce n'est pas le seul. En filigrane, on sent bien également que ce scrutin ressemble à un pré-congrès du parti socialiste... ou de ce qu'il en restera.

(...)

Un champ politique entièrement recomposé
Un scénario d'autant plus plausible que le PS est affaibli et n'exerce plus sa force d'attraction d'antan, ayant perdu quantité de collectivités territoriales lors des différentes élections intermédiaires. On ne voit pas comment un Benoit Hamon, un Arnaud Montebourg et à fortiori un Manuel Valls - qui, lui, de surcroît ce sera fait « voler » son espace politique par Emmanuel Macron - pourraient éviter un tel mouvement.

(...)

http://www.latribune.fr/economie/presid ... 32098.html


Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
albert
Messages : 9997
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par albert » 22 janv. 2017, 11:05:03

Le PS peut se « pasokiser » mais il ne va pas se suicider, en tout cas pas avant l’élection présidentielle. Bien sûr, si la primaire était un échec total avec moins de 1 million de votants, ce serait un coup dur, mais je pense qu’il y en aura davantage. Et s’il y a entre 1.5 et 2 millions de votants, ça donnera suffisamment de poids au candidat vainqueur pour qu’un désistement soit impossible. Il va y avoir une crise au PS après les élections si ce qu’annoncent les sondages se réalise, mais jusque-là je pense que le parti va tenir, même si certains élus rejoignent Macron par opportunisme.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 53177
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par Nombrilist » 22 janv. 2017, 11:11:18

ça fait 15 ans qu'on annonce la mort du PS. Résultat: c'est le parti de droite qui a changé 2 fois de nom.

Avatar du membre
Hector
Messages : 8091
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par Hector » 22 janv. 2017, 13:37:54

Oui, mais il faut reconnaître que cette fois ci les affaires vont très mal.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
johanono
Messages : 26478
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par johanono » 22 janv. 2017, 13:51:29

Cela fait des années que certains journaleux spéculent sur la prochaine mort du PS. Vous n'en avez pas marre de raconter toujours les mêmes sornettes ? :mur:

Avatar du membre
Nolimits
Messages : 9397
Enregistré le : 29 avr. 2015, 12:39:32

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par Nolimits » 22 janv. 2017, 13:54:10

Je l'avais toujours vu aussi sous cet angle, mais là, ça sent quand même fort le roussi pour le PS.

Avatar du membre
johanono
Messages : 26478
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par johanono » 22 janv. 2017, 14:00:13

Mais non, ça ne sent pas le roussi. Vous n'avez pas encore compris comment fonctionnent les institutions depuis la mise en place du quinquennat ? Un petit rappel s'impose donc.

En 2007, Sarkozy fut brillamment élu président. Il devint rapidement impopulaire, à tel point que, durant son quinquennat, la droite au pouvoir a perdu toutes les élections intermédiaires (notamment les municipales et les régionales), au point de réaliser un "exploit" inédit dans l'histoire de la 5e République : la perte de la majorité au Sénat. En 2012, Hollande a été élu, mais il devint rapidement impopulaire, à tel point que le PS a perdu toutes les élections intermédiaires qui ont suivi. La suite est évidente, Baltorupec l'a d'ailleurs annoncée dans un autre topic, je crois : si Fillon, comme c'est probable, est élu, il deviendra à son tour rapidement impopulaire, la droite perdra toutes les élections intermédiaires, et le PS se refera ainsi une santé en profitant de l'impopularité du gouvernement de droite, il lui suffira d'accuser ce gouvernement de droite de "faire des cadeaux aux riches" pour ressouder petit à petit l'électorat de gauche.

Avatar du membre
Hector
Messages : 8091
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par Hector » 22 janv. 2017, 14:02:28

johanono » 22 Jan 2017, 14:51:29 a écrit :Cela fait des années que certains journaleux spéculent sur la prochaine mort du PS. Vous n'en avez pas marre de raconter toujours les mêmes sornettes ? :mur:
Je me fous des analyses des journaleux. Mes analyses me suffisent et les chiffres sont impitoyables.

La situation est très différente de celle de 1993 ou de 2002. En 1993, Mitterrand était président et après le fiasco des législatives, il y avait Rocard, Jospin, Fabius comme dirigeant crédible. En 2002, Fabius, Aubry, DSK étaient là pour maintenir l'unité du parti. Là, il n'y a plus personne pour tenir la baraque.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
Nolimits
Messages : 9397
Enregistré le : 29 avr. 2015, 12:39:32

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par Nolimits » 22 janv. 2017, 14:16:26

Jean-Luc Mélenchon estime avoir joué "un rôle" avec Emmanuel Macron dans la future disparition du PS
"Cela fait partie des probabilités. Ils sont en cinquième position derrière nous. Est-ce si malheureux que ça? A quoi bon un candidat socialiste ? Pour quoi faire ?"
E1 - ICI

Avatar du membre
signora
Messages : 3564
Enregistré le : 08 janv. 2015, 10:37:48
Parti Politique : Mouvement Démocrate (MoDem)

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par signora » 22 janv. 2017, 15:20:05

johanono » 22 Jan 2017, 14:00:13 a écrit :Mais non, ça ne sent pas le roussi. Vous n'avez pas encore compris comment fonctionnent les institutions depuis la mise en place du quinquennat ? Un petit rappel s'impose donc.

En 2007, Sarkozy fut brillamment élu président. Il devint rapidement impopulaire, à tel point que, durant son quinquennat, la droite au pouvoir a perdu toutes les élections intermédiaires (notamment les municipales et les régionales), au point de réaliser un "exploit" inédit dans l'histoire de la 5e République : la perte de la majorité au Sénat. En 2012, Hollande a été élu, mais il devint rapidement impopulaire, à tel point que le PS a perdu toutes les élections intermédiaires qui ont suivi. La suite est évidente, Baltorupec l'a d'ailleurs annoncée dans un autre topic, je crois : si Fillon, comme c'est probable, est élu, il deviendra à son tour rapidement impopulaire, la droite perdra toutes les élections intermédiaires, et le PS se refera ainsi une santé en profitant de l'impopularité du gouvernement de droite, il lui suffira d'accuser ce gouvernement de droite de "faire des cadeaux aux riches" pour ressouder petit à petit l'électorat de gauche.
Décidément toutes les initiatives de cette dernière décennie nous posent problème.
Le quinquennat qui s'oppose à toute vision à long terme et met la France en état de campagne électorale perpétuelle.
L'élection des députés dans la suite de la présidentielle qui donne peu de chance à l'opposition d'être forte.
Jospin (c'est bien lui ?) en croyant bien faire s'est trompé. Certes cela évite la cohabitation ...
Quant à la nouvelle fantaisie qu'on appelle primaire. Je n'en pense aucun bien !
Les candidats d'un jour devront faire face au camp d'en face, donc présenter une union de façade, pour devenir très vite les frondeurs de demain ... pitoyable !
:nuage: je suis personnellement très pessimiste !
"Dans la profondeur de l'hiver, j'ai finalement appris qu'il y avait en moi un soleil invincible."
Albert Camus

Avatar du membre
Hector
Messages : 8091
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par Hector » 22 janv. 2017, 16:48:47

johanono » 22 Jan 2017, 15:00:13 a écrit :Mais non, ça ne sent pas le roussi. Vous n'avez pas encore compris comment fonctionnent les institutions depuis la mise en place du quinquennat ? Un petit rappel s'impose donc.

En 2007, Sarkozy fut brillamment élu président. Il devint rapidement impopulaire, à tel point que, durant son quinquennat, la droite au pouvoir a perdu toutes les élections intermédiaires (notamment les municipales et les régionales), au point de réaliser un "exploit" inédit dans l'histoire de la 5e République : la perte de la majorité au Sénat. En 2012, Hollande a été élu, mais il devint rapidement impopulaire, à tel point que le PS a perdu toutes les élections intermédiaires qui ont suivi. La suite est évidente, Baltorupec l'a d'ailleurs annoncée dans un autre topic, je crois : si Fillon, comme c'est probable, est élu, il deviendra à son tour rapidement impopulaire, la droite perdra toutes les élections intermédiaires, et le PS se refera ainsi une santé en profitant de l'impopularité du gouvernement de droite, il lui suffira d'accuser ce gouvernement de droite de "faire des cadeaux aux riches" pour ressouder petit à petit l'électorat de gauche.
Pourquoi devient on impopulaire jusqu'à perdre ses propres électeurs (car il ne faut rien attendre des électorats des concurrents populistes genre MLP ou Mélenchon) ? C'est quand on ne fait rien de bon ni rien de ce qu'on a promis, et qu'au contraire on rame à contre-courant. Sarkozy nous a promis la rupture qui n'est jamais venue, il a nommé 6 ministres de gauche, il a augmenté les impôts, etc. Hollande a augmenté massivement les impôts, créé du chômage et de l'insécurité.
Le prochain Président n'aura qu'à prendre la mesure des événements, appliquer son programme envers et contre tous et il sera réélu en 2022. Regardez Trump s'il n'applique pas son programme. Si c'est Fillon, en espérant qu'il aura la majorité au Congrès, il n'aura qu'à passer ses ordonnances, modifier la Constitution, faire sauter les 35 heures, réformer la Sécu et les retraites, rénover le Code du Travail et mettre les syndicats en déroute. La France a besoin d'un homme fort.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
albert
Messages : 9997
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par albert » 22 janv. 2017, 17:07:19

johanono » Dim 22 Jan 2017, 14:00:13 a écrit :Mais non, ça ne sent pas le roussi. Vous n'avez pas encore compris comment fonctionnent les institutions depuis la mise en place du quinquennat ? Un petit rappel s'impose donc.

En 2007, Sarkozy fut brillamment élu président. Il devint rapidement impopulaire, à tel point que, durant son quinquennat, la droite au pouvoir a perdu toutes les élections intermédiaires (notamment les municipales et les régionales), au point de réaliser un "exploit" inédit dans l'histoire de la 5e République : la perte de la majorité au Sénat. En 2012, Hollande a été élu, mais il devint rapidement impopulaire, à tel point que le PS a perdu toutes les élections intermédiaires qui ont suivi. La suite est évidente, Baltorupec l'a d'ailleurs annoncée dans un autre topic, je crois : si Fillon, comme c'est probable, est élu, il deviendra à son tour rapidement impopulaire, la droite perdra toutes les élections intermédiaires, et le PS se refera ainsi une santé en profitant de l'impopularité du gouvernement de droite, il lui suffira d'accuser ce gouvernement de droite de "faire des cadeaux aux riches" pour ressouder petit à petit l'électorat de gauche.
Mais tout de même, je crois que la situation aujourd'hui est différente. C'est la première fois qu'un président sortant ne peut pas se représenter, qu'un candidat du PS risque d'être au-dessous de 10% et d'arriver en 5e position. Donc pas sûr que le PS puisse cette fois s'en relever.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Cheshire cat
Messages : 3409
Enregistré le : 08 juin 2013, 14:03:05
Localisation : Lugdunum

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par Cheshire cat » 29 janv. 2017, 20:21:02

Nolimits » 22 Jan 2017, 14:16:26 a écrit :
Jean-Luc Mélenchon estime avoir joué "un rôle" avec Emmanuel Macron dans la future disparition du PS
"Cela fait partie des probabilités. Ils sont en cinquième position derrière nous. Est-ce si malheureux que ça? A quoi bon un candidat socialiste ? Pour quoi faire ?"
E1 - ICI
Cela fait longtemps que Mélenchon s'active beaucoup plus à démolir le PS qu'à lutter contre la droite et l’extrême droite.
“On commence par se tromper soi-même ; et ensuite on trompe les autres. ”
Oscar Wilde

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par Ramdams » 29 janv. 2017, 20:26:11

En même temps, il était nécessaire de tuer le PS, lequel s'est reposé sur ses lauriers depuis trop longtemps.

Avatar du membre
Hector
Messages : 8091
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Après la primaire, la mort du parti socialiste ?

Message non lu par Hector » 29 janv. 2017, 21:12:03

Benoit Hamon a gagné. Les courants sociaux-libéraux hollandais, strauss-kahniens, vallsistes vont officiellement ou discrètement soutenir Macron, puis quitter le navire et se rassembler dans une nouvelle structure. Evidemment, une victoire de Macron les arrangerait tous en habillant le tout sous l'étiquette "majorité présidentielle", mais Macron n'a pas encore gagné.
La victoire de Hamon est une mauvaise nouvelle pour Mélenchon, les idées et programmes sont assez proches mais le profil de Hamon est plus jeune, lisse et consensuel et Mélenchon va y perdre des plumes.
La victoire de Hamon est une mauvaise pour Fillon qui voit Macron en position de se renforcer, bien qu'il sera toujours plus facile pour nous de dire que Macron est le candidat déguisé du PS, héritier et fils spirituel de Hollande. Reste à savoir ce que va faire Bayrou, qui ne devrait pas tarder de le dire.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Répondre

Retourner vers « Présidentielle 2017 : 2ème tour »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré