Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32931
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par politicien » 04 juil. 2017, 16:43:26

Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

04 juil. 2017, 00:00:00

Réforme fiscale, nouveau baccalauréat, hausse du prix du paquet de cigarettes... Retrouvez les principales annonces du premier ministre lors de son discours de politique générale.

Image



Réforme fiscale, nouveau baccalauréat, hausse du prix du paquet de cigarettes... Retrouvez les principales annonces du premier ministre lors de son discours de politique générale.



Le premier ministre s'est inquiété du taux du déficit de la France: «Sous le regard inquiet des Français, nous dansons sur un volcan qui gronde de plus en plus fort». «Notre dette atteint un niveau insupportable. 2147 milliards d'euros», a-t-il révélé alors qu'un audit de la Cour des comptes lui a été remis ces derniers jours. Il a expliqué que son «objectif est de ramener le déficit sous la barre des 3% dès 2017». Pour y parvenir, il a dit vouloir «faire baisser la dépense publique de trois points de PIB» sur 5 ans.

» FISCALITÉ: suppression des charges salariales en échange d'une hausse de la CSG, report de la réforme de l'ISF


Edouard Philippe promet de «faire baisser la pression fiscale d'un point de PIB sur 5 ans». Le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé la suppression dès 2018 des cotisations salariales, compensée par une hausse de 1,7 point de la Contribution sociale généralisée (CSG).«Cela redonnera dès 2018 du pouvoir d'achat à plus de 20 millions d'actifs. Cela représente 250 euros par an au niveau du SMIC», a promis le premier ministre.


Edouard Philippe a également annoncé un report à 2019 de la réforme de l'impôt sur la fortune (ISF), dont le périmètre doit être réduit.


Enfin, la réforme de la taxe d'habitation, promise par Emmanuel Macron, sera mise en oeuvre «d'ici la fin du quinquennat.

» ENTREPRISES: suppression du RSI et baisse de l'impôt sur les sociétés


Conformément au programme présidentiel d'Emmanuel Macron, Edouard Philippe a annoncé «la suppression du régime social des indépendants (RSI)», qui sera «adossé au régime général», afin d' «alléger les contraintes qui pèsent sur (les) entrepreneurs». Le taux de l'impôt sur les sociétés sera aussi réduit «par étapes» d'ici 2022, de 33,3 % aujourd'hui à 25 %. Edouard Philippe a également annoncé le report à 2019 de la transformation du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en allègement de charges, «qui seront nulles au niveau du Smic».

» SOLIDARITÉ: revalorisation de l'allocation adulte handicapé et du minimum vieillesse


Le premier ministre a annoncé un «effort financier» pour la solidarité. «Nous revaloriserons dès 2018 l'allocation adulte handicapé et le minimum vieillesse, nous simplifierons les procédures pour les titulaires de droits sociaux qui souvent, par désespoir ou ignorance, ne les réclament plus», a déclaré le chef du gouvernement. «L'inclusion des personnes en situation de handicap constituera une des priorités du quinquennat», a-t-il précisé. Pour Edouard Philippe, «un enfant handicapé scolarisé, ce n'est pas seulement une histoire d'argent, ni même de justice: c'est une chance pour l'ensemble de ses camarades.» Quant au congé maternité, il a annoncé un prochain texte qui permettront de l'améliorer et de proposer plus de «solutions de garde d'enfant».


Edouard Philippe a également annoncé une augmentation de la prime d'activité, versée aux travailleurs à revenus modestes.

» JEUNESSE: un service national


Conformément au programme d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, Edouard Philippe a annoncé que «le gouvernement mettra en place un nouveau service national». «La réflexion sur les formes que prendra ce service sera conduite avant la fin de l'année 2017», a-t-il indiqué, ajoutant que «notre jeunesse a soif de causes»

» ÉDUCATION: un bac réformé pour 2021


Le bac sera réformé d'ici 2021, a annoncé Edouard Philippe. Le gouvernement s'achemine vers des épreuves finales moins nombreuses, le reste relevant du contrôle continu. Une concertation sera lancée dès la rentrée prochaine et précisera les contours de la réforme avant septembre 2018. Le chef du gouvernement a également défendu une meilleure intégration du lycée professionnel avec les BTS et les licences professionnelles. «Des diplômes de qualification à bac+1 pourront également être proposés après le baccalauréat professionnel», a déclaré Edouard Philippe. «Dès la rentrée 2018», le gouvernement lancera aussi des «contrats de réussite étudiante» à destination des lycéens, afin de ne pas orienter à l'université «des générations entières dans des formations inadaptées et sans débouchés».

(...)


Article complet sur http://www.lefigaro.fr/politique/2017/0 ... ilippe.php
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19469
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par Golgoth » 04 juil. 2017, 16:47:29

Les baisses de "charges" et d'IS, mathématiquement ça fait un moins, comme la dépense publique.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
Narbonne
Messages : 14649
Enregistré le : 04 sept. 2011, 16:12:50
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par Narbonne » 04 juil. 2017, 18:46:10

""La suppression des cotisations salariales sur l'assurance maladie et l'assurance chômage, financée par un transfert sur la CSG"
Je suis surpris qu'une augmentation de la CSG de 1,7% compense les cotisations assurance maladie et chômage.
Ce n'est que la part salarié (3,15%) ? ou salarié (3,15%) et employeur (17,19%) ?
La CSG sur les salaires est de 2,40% imposable et 5,10% non imposable
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32931
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par politicien » 04 juil. 2017, 18:55:50

Le gouvernement Philippe obtient une large confiance de l'Assemblée, avec 370 pour, 67 contre
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par Ramdams » 04 juil. 2017, 18:58:05

140 députés n'ont pas pris part au vote, c'est un nombre important.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32931
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par politicien » 04 juil. 2017, 19:00:57

Il y a 129 abstention.

Que peut-on déduire de ces chiffres ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Jean
Messages : 4561
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par Jean » 04 juil. 2017, 19:05:19

Impressionnant...

Hier on planait à 20000 en se demandant qu'elle serait la place de l'homme dans la république de demain en puisant largement dans les idées des philosophes d'hier telle une Simone Weil citée probablement pour son homonymie avec la récente disparue ainsi que De Gaulle cité non pas en tant qu'homme politique mais au travers d'une de ses pensées : "La seule querelle qui vaille c'est celle de l'homme..."


Et aujourd'hui par contre au pas de charge nous revoilà pataugeant dans le cloaque de notre quotidien (prix du paquet de cigarette, épreuves du bac...)

La Vème est une belle chose car elle permet au président de planer en s'appuyant sur un premier ministre qui va devoir ramer pour gérer les mécontentements que vont engendrer ses décisions.
Car nul doute qu'il va accumuler les rancœurs... des fumeurs, des lycéens qui comptaient sur un coup de chance pour avoir le bac, des retraités grands perdants de la CSG, des... enfin de tous ceux à qui les aspirants au pouvoir de 2022 vont expliquer qu'ils y perdent...

Ça use d'être premier ministre.

Mais heureusement un premier ministre, ça se change...


Bon plus sérieusement on a remis la cabane sur le chien. Chacun a retrouvé sa place.

Avatar du membre
GAB
Messages : 746
Enregistré le : 28 févr. 2017, 19:24:07
Parti Politique : Europe Ecologie – Les Verts (EELV)
Localisation : Centre bretagne

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par GAB » 04 juil. 2017, 19:30:56

Il a parlé de transition énergétique ? de #makeourplanetgreatagain ?

Ah ben non je suis béte , les élections sont finies .
Et pendant ce temps là le permafrost décongèle .

Avatar du membre
Jean
Messages : 4561
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par Jean » 04 juil. 2017, 19:34:34

politicien a écrit :
04 juil. 2017, 19:00:57
Il y a 129 abstention.

Que peut-on déduire de ces chiffres ?
Pour 370 contre 67 abstentions 129...

Il y avait 10 absents... (le président de l'assemblée traditionnellement ne vote pas)

Il y a combien de LREM+MODEM et apparentés 350 à 360...

Donc peu de soutien clairement affiché des groupes d'opposition (LR, LR et UDI constructif et Nouvelle gauche) entre 10 et 20

Par contre beaucoup d'abstentions

Quelques "contre" puisque LFI, GDR et FN ne font que 42 à eux trois.

Il y a donc 25 "contre" issus probablement de la Gauche nouvelle et de LR.

Il faut attendre le CR de vote pour voir quels pourcentages de Nouvelle Gauche, de LR et de LRUDI ont votés pour, contre et abstentions.

Mais il semble que ces trois groupes se soient surtout abstenus.

Avatar du membre
Demain_Sera_Meilleur
Messages : 324
Enregistré le : 03 juil. 2016, 16:10:17

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par Demain_Sera_Meilleur » 04 juil. 2017, 22:18:12

Ce que je vois aussi, c'est la confirmation de l'obligation vaccinale pour 11 vaccins dans les temps à venir.

Si le vaccin DTP dans sa forme classique était encore commercialisé, vous pourriez être sûrs qu'il n'y aurait pas une telle défiance envers les vaccins. Mais ce n'est plus le cas : seuls les vaccins protégeant contre plusieurs maladies en même temps sont vendus, car ils sont plus chers et génèrent plus de profits. Le Conseil d'Etat avait critiqué cette incohérence en demandant que le ministre de la santé propose une solution, notamment dans le sens d'une recommercialisation des anciens DTP.

Que nenni. La réponse du ministère de la santé et du gouvernement : rendons un grand nombre de vaccins obligatoires durant la petite enfance.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32931
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par politicien » 05 juil. 2017, 07:20:47

Édouard Philippe : en marche, à petits pas

04 juil. 2017, 00:00:00

VIDÉOS - Avec 370 voix pour, le chef du gouvernement a obtenu la confiance mardi après son discours de politique générale à l'Assemblée nationale.


VIDÉOS - Avec 370 voix pour, le chef du gouvernement a obtenu la confiance mardi après son discours de politique générale à l'Assemblée nationale.



Du concret. Et en même temps de nombreux flous. Dans un discours de politique générale d'une heure et dix minutes, énoncé avec un débit rapide, prenant soin de citer treize fois le président de la République, Édouard Philippe a décliné mardi la feuille de route de l'exécutif, avec plusieurs annonces en matière d'éducation, de santé, d'environnement, ou de justice. Il a notamment annoncé dès la semaine prochaine des mesures pour encadrer le droit d'asile, une loi quinquennale de programmation des moyens de la justice en 2018 (lire page 10), la construction de 15.000 places de prison, le paquet de cigarettes à 10 euros, l'accès généralisé au très haut débit d'ici à 2022. Il a aussi planifié la suppression du régime social des indépendants (RSI), qui sera adossé au régime général, et mis l'accent sur «la neutralité carbone d'ici à 2050» en souhaitant la montée en puissance de la fiscalité carbone et la convergence diesel-essence d'ici à 2022.

Le chef du gouvernement a livré et vanté sa méthode de travail : celui de «l'effort» et du «courage» demandé aux Français

» Edouard Philippe obtient une large confiance des députés


Un discours nourri, rythmé, concret, mais destiné à ne froisser personne. Car le premier ministre, qui s'est défini comme «deux fois fils de prof», s'est bien gardé d'entrer dans certains détails, restant flou sur la baisse des dépenses publiques, sur la réforme de la taxe d'habitation - véritable chiffon rouge pour les petites communes - qu'il a annoncée «d'ici la fin du quinquennat». Pour ne pas vider les caisses, la réforme de l'ISF est renvoyée à 2019, soit un an plus tard que prévu, tout comme la transformation du CICE - mesure honnie à l'extrême gauche - en allégements de charges. Très au fait des dossiers, les députés de La France insoumise avaient par ailleurs installé chacun sur leur pupitre le Code du travail, pour manifester leur hostilité à la réforme du gouvernement. Dans un autre registre, Édouard Philippe a très brièvement évoqué la question de la laïcité - «une exigence pour la puissance publique» - mais n'est pas allé plus loin sur le dossier ultradélicat de l'islam radical, en se gardant bien d'utiliser cette expression.


En amateur de boxe, le premier ministre a rappelé sous une forme imagée son souci de l'équilibre des finances publiques: «La France est dans les cordes, aucune esquive ne nous sauvera», a-t-il prévenu, en promettant de «faire baisser la dépense publique de trois points de PIB» et la «pression fiscale d'un point de PIB» au cours du quinquennat.

«Faire face à la vérité»


Le chef du gouvernement a donc livré et vanté sa méthode de travail: celui de «l'effort» et du «courage» demandé aux Français, mais en avançant «sans précipitation» pour «rétablir la confiance». «Le courage, c'est de faire face à la vérité sur notre situation financière», a ainsi fait valoir Philippe en revenant sur la situation des comptes publics, après la présentation du rapport de la Cour des comptes, la semaine dernière. «Demandez à Macron!» ont réagi des députés, dans une référence aux fonctions de ministre de l'Économie que celui-ci a occupées sous le quinquennat Hollande.


Christian Jacob, patron du groupe Les Républicains, a souligné que la responsabilité de ces 8 milliards d'euros de dépenses non financés incombait autant à Manuel Valls qu'à… Emmanuel Macron.


(...)


Article complet sur http://www.lefigaro.fr/politique/2017/0 ... ts-pas.php
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
wesker
Messages : 30911
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par wesker » 05 juil. 2017, 13:33:55

Le discours de politique générale du Premier Ministre ne me semble pas avoir reçu de véritable opposition, c'est assez rare, au cours de la Vème République d'obtenir un consensus, un soutien aussi large mais l'insuffisante visibilité de l'opposition ne servira pas les intérêts d'une majorité et d'une équipe gouvernementale qui souhaite mettre en place des réformes dont les réactions des citoyens restent imprévisibles.

Ce discours a néanmoins permis d'y voir plus clair et si la suppression du RSI pour adosser les entrepreneurs au régime général peut s'entendre, certaines orientations paraissent sujette à débat, telle que la réforme du code du travail où encore la suppression des cotisations qui interrogeront sur le financement et le fonctionnement de notre système de protection sociale.

Avatar du membre
johanono
Messages : 26230
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par johanono » 05 juil. 2017, 13:46:31

Les discours de politique générale de début de quinquennat sont généralement très convenus et sans surprise. C'est logique, il s'agit de mettre en œuvre le programme de campagne du président nouvellement élu. Dans ces conditions, il y a forcément des répétitions par rapport à toutes les promesses formulées au cours de semaines précédentes par le nouveau président. Il y a juste quelques précisions sur les modalités des réformes, leur calendrier, mais rien de bien nouveau par rapport à ce que nous savions déjà.

Avatar du membre
signora
Messages : 3564
Enregistré le : 08 janv. 2015, 10:37:48
Parti Politique : Mouvement Démocrate (MoDem)

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par signora » 05 juil. 2017, 13:52:20

Quelques mesures non annoncées : vaccination obligatoire ;
Retard pour d'autres, par exemple la taxe d'habitation, qui devait être simultanée avec la CSG ...
"Dans la profondeur de l'hiver, j'ai finalement appris qu'il y avait en moi un soleil invincible."
Albert Camus

pade2
Messages : 242
Enregistré le : 17 févr. 2016, 16:22:57
Parti Politique : Les Républicains (LR)

Re: Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe

Message non lu par pade2 » 05 juil. 2017, 17:59:15

politicien a écrit :
05 juil. 2017, 07:20:47
Édouard Philippe : en marche, à petits pas

04 juil. 2017, 00:00:00

VIDÉOS - Avec 370 voix pour, le chef du gouvernement a obtenu la confiance mardi après son discours de politique générale à l'Assemblée nationale.


VIDÉOS - Avec 370 voix pour, le chef du gouvernement a obtenu la confiance mardi après son discours de politique générale à l'Assemblée nationale.



Du concret. Et en même temps de nombreux flous. Dans un discours de politique générale d'une heure et dix minutes, énoncé avec un débit rapide, prenant soin de citer treize fois le président de la République, Édouard Philippe a décliné mardi la feuille de route de l'exécutif, avec plusieurs annonces en matière d'éducation, de santé, d'environnement, ou de justice. Il a notamment annoncé dès la semaine prochaine des mesures pour encadrer le droit d'asile, une loi quinquennale de programmation des moyens de la justice en 2018 (lire page 10), la construction de 15.000 places de prison, le paquet de cigarettes à 10 euros, l'accès généralisé au très haut débit d'ici à 2022. Il a aussi planifié la suppression du régime social des indépendants (RSI), qui sera adossé au régime général, et mis l'accent sur «la neutralité carbone d'ici à 2050» en souhaitant la montée en puissance de la fiscalité carbone et la convergence diesel-essence d'ici à 2022.

Le chef du gouvernement a livré et vanté sa méthode de travail : celui de «l'effort» et du «courage» demandé aux Français

» Edouard Philippe obtient une large confiance des députés


Un discours nourri, rythmé, concret, mais destiné à ne froisser personne. Car le premier ministre, qui s'est défini comme «deux fois fils de prof», s'est bien gardé d'entrer dans certains détails, restant flou sur la baisse des dépenses publiques, sur la réforme de la taxe d'habitation - véritable chiffon rouge pour les petites communes - qu'il a annoncée «d'ici la fin du quinquennat». Pour ne pas vider les caisses, la réforme de l'ISF est renvoyée à 2019, soit un an plus tard que prévu, tout comme la transformation du CICE - mesure honnie à l'extrême gauche - en allégements de charges. Très au fait des dossiers, les députés de La France insoumise avaient par ailleurs installé chacun sur leur pupitre le Code du travail, pour manifester leur hostilité à la réforme du gouvernement. Dans un autre registre, Édouard Philippe a très brièvement évoqué la question de la laïcité - «une exigence pour la puissance publique» - mais n'est pas allé plus loin sur le dossier ultradélicat de l'islam radical, en se gardant bien d'utiliser cette expression.


En amateur de boxe, le premier ministre a rappelé sous une forme imagée son souci de l'équilibre des finances publiques: «La France est dans les cordes, aucune esquive ne nous sauvera», a-t-il prévenu, en promettant de «faire baisser la dépense publique de trois points de PIB» et la «pression fiscale d'un point de PIB» au cours du quinquennat.

«Faire face à la vérité»


Le chef du gouvernement a donc livré et vanté sa méthode de travail: celui de «l'effort» et du «courage» demandé aux Français, mais en avançant «sans précipitation» pour «rétablir la confiance». «Le courage, c'est de faire face à la vérité sur notre situation financière», a ainsi fait valoir Philippe en revenant sur la situation des comptes publics, après la présentation du rapport de la Cour des comptes, la semaine dernière. «Demandez à Macron!» ont réagi des députés, dans une référence aux fonctions de ministre de l'Économie que celui-ci a occupées sous le quinquennat Hollande.


Christian Jacob, patron du groupe Les Républicains, a souligné que la responsabilité de ces 8 milliards d'euros de dépenses non financés incombait autant à Manuel Valls qu'à… Emmanuel Macron.


(...)


Article complet sur http://www.lefigaro.fr/politique/2017/0 ... ts-pas.php
Ce qui se résume à une répétition de ce que E Macron voulait faire faire à Hollande quand il était son bras droit: Prélèvements importants au début du mandat et on verra plus tard, bien sûr agrémenté par des gadgets pour attirer les mouches médiatiques. En clair de la politicaillerie à l'ancienne.
La plus part des électeurs a bien senti ce risque quand elle a décidé de rester à la maison plutôt que de participer à la "couillonnade" qui se dessinait. Par contre, ce qui est navrant c'est de constater qu'on peut-être chef d'entreprise, prof d'université, médaillé Field bref CSP+, et de se faire berner de la sorte! Ah les naïfs, Pas à un ne manque à l'appel, ils y sont tous dans la trappe. Espérons juste que passé le moment de sidération ils vont s'apercevoir qu'ils ont été élus pour être efficaces contre le chômage et qu'il n'y a aucune mesure qui l'attaque, qu'ils ont été élus contre l'insécurité et qu'il n'y a aucune mesure juridico-judiciaire qui sera prise, etc... J'espère sincèrement qu'ils vont collectivement s'apercevoir qu'ils se sont fait avoir et qu'ils ont encore le temps et les moyens matériels et intellectuels de réagir, à savoir se souvenir qu'ils n'ont pas besoin de "Papa" et qu'ils ont pris la mission de légiférer pour régler un certain nombre de problèmes qui agresse la Société Française et qu'ils peuvent obliger l'exécutif à les appliquer... Ce serait une autre façon de faire de la politique, et c'est la seule petite lueur d'espoir qui nous reste!

Répondre

Retourner vers « Les débuts du quinquennat d'E. Macron »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré