Transparency International dresse un bilan d’un an de présidence d’Emmanuel Macron

Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 31885
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Transparency International dresse un bilan d’un an de présidence d’Emmanuel Macron

Message non lu par politicien » 22 avr. 2018, 17:47:31

Transparency International dresse un bilan d’un an de présidence d’Emmanuel Macron

22 avr. 2018, 00:00:00

L’ONG met en cause les « avancées insuffisantes » du gouvernement sur l’éthique et la transparence de la vie publique.


L’ONG met en cause les « avancées insuffisantes » du gouvernement sur l’éthique et la transparence de la vie publique.


Le Monde | 22.04.2018 à 14h43 • Mis à jour le 22.04.2018 à 14h56


Si elle salue la suppression de la réserve parlementaire et l’encadrement des frais de mandats, Transparency appelle à « renforcer les dispositifs de contrôle et d’audit interne à l’Assemblée nationale et au Sénat » et à « inclure des membres indépendants dans les commissions chargées d’apurer les comptes ».

Des bons points et des retours en arrière


Concernant l’indépendance de la justice, l’ONG loue des projets de réforme qui « vont dans le bon sens », notamment la suppression de la cour de justice de la République ou l’alignement des règles de nomination des magistrats du parquet sur celles des magistrats du siège. Mais « seule une réforme complète de l’indépendance du parquet (…) est de nature à lever de matière pérenne les soupçons d’interférence politique dans les dossiers judiciaires », prévient-elle.


L’ONG voit, en revanche, « un retour en arrière » sur les questions de lobbying, critiquant la décision du gouvernement « d’exclure les associations cultuelles du registre des représentants d’intérêts », à travers l’article 38 de son projet de loi sur le droit à l’erreur. « Tous les acteurs publics comme privés qu’il s’agisse d’associations, d’entreprises, d’ONG, ou de syndicats doivent y être inclus », plaide-t-elle.


(...)

Lire aussi :   Secret des affaires : le Sénat durcit le texte





Article complet sur http://www.lemonde.fr/politique/article ... 23448.html
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Re: Transparency International dresse un bilan d’un an de présidence d’Emmanuel Macron

Message non lu par Gis » 01 juin 2018, 23:49:35

que c'était une de ses promesses de campagne : la moralisation de la vie politique
C’était une mise en scène inédite en France : le 15 septembre 2017, Emmanuel Macron signait, en direct à la télévision, les deux textes de moralisation de la vie politique. Mais derrière la symbolique, le contenu du texte en lui-même ne traduit qu’une partie des engagements présidentiels dans les faits.
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/ar ... 55770.html

Avatar du membre
wesker
Messages : 29616
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Transparency International dresse un bilan d’un an de présidence d’Emmanuel Macron

Message non lu par wesker » 02 juin 2018, 14:41:16

Dans certains pays notamment d'Europe du Nord, souvent cités en exemple par les néo libéraux pour justifier les réformes des petites gens les ministres peuvent perdre leurs responsabilités sur une simple confusion de carte bleue....J'ai le sentiment que nous en sommes très loin.

Dans d'autres pays, geographiquement proche et considérés comme vertueux et modèle, le faste des institutions a un coût largement inférieur à celui des nôtres, ils argueront que la démocratie a effectivement un coût, mais n'appliquent curieusement pas ce raisonnement à l'Education, à la santé etc....Le pire étant que ces pratiques perdurent parce qu'une partie des électeurs les acceptent, docilement espérant qu'elles réduisent les risques de corruption etc..

Evidemment que des efforts doivent être faits et qu'il ne faut cependant pas nous égarer dans la chimère d'une transparence totale qui n'existe pas, pour aucun individu (Sarkozy en ayant fait l'amère expérience, à son détriment sur les écoutes téléphoniques, ui qui expliquait que celui qui n'avait rien à se reprocher n'avait rien à craindre) mais il semble que les politiques savent s'organiser, de manière un peu corporatiste pour préserver leurs intérêts.

Répondre

Retourner vers « Les débuts du quinquennat d'E. Macron »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré