L’enseignement supérieur public agricole embourbé

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 31890
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

L’enseignement supérieur public agricole embourbé

Message non lu par politicien » 14 févr. 2016, 20:54:40

Bonjour,
Des écoles en panne qui naviguent à vue faute d’une feuille de route définie. L’enseignement supérieur agricole public, dont la réforme a été lancée en 2003, peine à sortir de l’ornière dans laquelle il s’est embourbé, estime la Cour des comptes (CDC) dans son dernier rapport, publié mercredi 10 février, dont un des chapitres est consacré à la réorganisation de l’enseignement supérieur agricole public. La faute, selon les magistrats, à des arbitrages gouvernementaux « tardifs », au « repli sur soi » de plusieurs établissements et au frein du ministère de l’agriculture lui-même, par « crainte » de « perdre sa tutelle » sur les établissements.

Les établissements publics d’enseignement supérieur agricole mobilisent plus de 2 600 fonctionnaires et disposent d’un budget de 367 millions d’euros (dont 194 millions de masse salariale). L’objectif de la réforme lancée il y a treize ans : renforcer les liens, créer une complémentarité entre l’enseignement technique et l’enseignement supérieur agricole, « mettre les formations aux normes européennes », « développer une politique contractuelle entre l’Etat et les établissements ». Verdict de la Cour : « Une réforme en trompe-l’œil. »

Pas de synergie
Selon les magistrats, après plus d’une décennie et six ministres de l’agriculture de droite comme de gauche, « aucun des objectifs ministériels n’a été atteint ». Aucune « synergie » n’a été dégagée, l’adaptation aux nouveaux standards internationaux « n’a pas été accélérée » et l’exercice de la tutelle par le ministère « n’a pas été dynamisé ».

(...)

Entre 20 000 et 35 000 euros la formation
L’immobilisme de la formation des professeurs de l’enseignement technique agricole est également évoqué par la Cour. L’Ecole nationale de formation agronomique, « sans stratégie clairement définie », développe depuis quinze ans « des activités qui l’éloignent de son cœur de métier ». Le coût de cette formation est « exorbitant », dénoncent les magistrats. Alors qu’il faut compter 13 000 à 15 000 euros par an pour un ingénieur ou un vétérinaire, la formation d’un professeur de l’enseignement technique coûte entre 20 000 et 35 000 euros pour quatre à dix semaines de cours.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/20 ... 6jxwgDw.99
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
johanono
Messages : 23351
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: L’enseignement supérieur public agricole embourbé

Message non lu par johanono » 16 févr. 2016, 10:15:26

« mettre les formations aux normes européennes » : qu'est-ce que ça veut dire ?

Caberlin
Messages : 948
Enregistré le : 19 nov. 2011, 06:36:37

Re: L’enseignement supérieur public agricole embourbé

Message non lu par Caberlin » 16 févr. 2016, 11:02:31

johanono » 16 Fév 2016, 10:15: 26 a écrit :« mettre les formations aux normes européennes » : qu'est-ce que ça veut dire ?
Je pense que c'est pour la reconnaissance des diplômes au niveau européen !

Avatar du membre
mordred
Messages : 7215
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: L’enseignement supérieur public agricole embourbé

Message non lu par mordred » 16 févr. 2016, 11:32:55

L'Europe est à fermer.
Je connais deux fermes qui n'ont plus été exploitées à la mort des paternels. Beaucoup d'heures pour peu de sous. A côté de cela, des momies roupillent dans les bureaux de la Fonction Publique. Et les profs râlent avec leurs seize semaines de congés. Où est l'Egalité ?
Je me demande si je ne veux pas virer communiste façon Lénine.
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50344
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: L’enseignement supérieur public agricole embourbé

Message non lu par Nombrilist » 16 févr. 2016, 19:29:41

Caberlin » Mar 16 Fév 2016 - 11:02 a écrit :
johanono » 16 Fév 2016, 10:15: 26 a écrit :« mettre les formations aux normes européennes » : qu'est-ce que ça veut dire ?
Je pense que c'est pour la reconnaissance des diplômes au niveau européen !
Oui c'est ça.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

En ligne
Avatar du membre
johanono
Messages : 23351
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: L’enseignement supérieur public agricole embourbé

Message non lu par johanono » 17 févr. 2016, 21:22:00

(mode ironie) C'est vrai que les agriculteurs forment une profession très mobile géographiquement, il est très important qu'un agriculteur diplômé en France puisse aller exercer à l'étranger. :star4:

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50344
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: L’enseignement supérieur public agricole embourbé

Message non lu par Nombrilist » 18 févr. 2016, 07:25:27

Ces écoles forment surtout des ouvriers. Sinon, vu le nombre d'exploitants en France, elles n'auraient pas beaucoup de clients...
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré