Mais qui sont les assassins de l'école ?

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Avatar du membre
johanono
Messages : 23341
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par johanono » 24 sept. 2016, 10:08:30

Brighelli - Les fossoyeurs de l'école démasqués

Carole Barjon, journaliste à "L'Obs", est partie à la recherche des grands nuisibles qui ont démantelé l'Éducation nationale. Et elle en donne les noms !

Par Jean-Paul Brighelli

Mais qui sont les assassins de l'école ? (Robert Laffont) se demande Carole Barjon. Rassurons tout de suite le lecteur : à cette question l'auteur répond en alignant nommément tous ceux qui, depuis quarante ans, ont empilé réforme sur réforme, affirmations hasardeuses sur certitudes accablantes afin que nos enfants, comme le prédisait Marc Le Bris en 2004, ne sachent plus lire ni compter.

Et pas même « vivre ensemble », cette tarte à la crème de ces faux pédagogues que sont les pédagogistes, au pouvoir Rue de grenelle – et sans interruption – depuis que René Haby a institué le collège unique. Non. Juste le vide.

suite
Une mise au point salutaire.

Avatar du membre
Baltorupec
Messages : 12685
Enregistré le : 13 juil. 2011, 00:00:00

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Baltorupec » 24 sept. 2016, 12:30:49

L'article part d'une bonne question mais part un peu en sucette. On sent la réflexion du militant politique, type "méchante gauche contre gentille droite", une légère variante de "méchante droite contre gentille gauche".

J'ai lu le 3/4 de l'article, mais il a fini par être lassant. Pas une seule mention sur la démission éducative de certains parents, sur le fait que certains jeunes enseignants peuvent se taper des classes de 28 élèves en primaire quand la plupart des pays tournent autour de 20 pour les même tranches d'âge, pas une seule mention sur la réduction des hoaires de court. D'une manière générale, l'esprit "c'était mieux avant" est ennuyant.

En effet, depuis 1980, la France est confronté à deux objectifs majeurs : amener le maximum d'élèves à un très bon niveau d'anglais, préparer le maximum d'élèves à être formé dans le supérieur.

Bref la question est intéressante, certains points soulevés aussi, mais tout cela est gâché par une pensée de militant politique.
“Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès.” Jules Mazarin

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19034
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Golgoth » 24 sept. 2016, 14:04:22

Un peu confus, pas vraiment de fond dans ce billet.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
mordred
Messages : 7215
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par mordred » 24 sept. 2016, 15:01:27

Nous vivons dans une monde d'irresponsables. Eux, vous... pour ma part, j'essaie d'être le plus droit possible. J'essaie.

Les professeurs ne devraient avoir que cinq semaines de congés; comme tout le monde. Ils ne vivent que dans cette idée : les congés ! J'en connais une très bien qui m'a sorti un jour, en pleine période de vacances : "Ah ! Vivement les congés prochains !".

"Faut savoir dire STOP !" Gaby - Alain Baashung.
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50318
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Nombrilist » 24 sept. 2016, 15:02:46

Bof. Un déversement de fiel et aucune démonstration. Il y avait moins d'illettrés avant mai 1968 ? J'en doute fortement.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19034
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Golgoth » 24 sept. 2016, 15:18:51

mordred » Sam 24 Sep 2016 - 14:01 a écrit :Nous vivons dans une monde d'irresponsables. Eux, vous... pour ma part, j'essaie d'être le plus droit possible. J'essaie.

Les professeurs ne devraient avoir que cinq semaines de congés; comme tout le monde. Ils ne vivent que dans cette idée : les congés ! J'en connais une très bien qui m'a sorti un jour, en pleine période de vacances : "Ah ! Vivement les congés prochains !".

"Faut savoir dire STOP !" Gaby - Alain Baashung.
Venant de la part de quelqu'un qui est en congés perpétuels, la remarque a du poids :mrgreen:
Evidemment les congés font partie des avantages qui peuvent inciter à faire prof, le salaire et le statut social n'étant pas super attractif. Avec 5 semaines de congés, il y aurait sans doute un gros problème de recrutement sauf à nettement augmenter le salaire. Pas sur que cela permette ensuite de faire progresser les élèves, surtout dans ces quartiers difficiles où tout le monde rêve d'enseigner.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

pierre30
Messages : 6926
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par pierre30 » 26 sept. 2016, 08:27:12

Je n'ai pas réussi à savoir si l'auteur de l'article connait le sujet ou se contente de répéter des lieux communs du genre "c'était mieux avant".
C'est creux : zéro propositions.

Dans ce genre, je préfère les chroniques de Finkielkraut. Lui au moins a du fond.

Avatar du membre
Hector
Messages : 6222
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Hector » 27 sept. 2016, 23:35:00

Nombrilist » 24 Sep 2016, 15:02:46 a écrit :Bof. Un déversement de fiel et aucune démonstration. Il y avait moins d'illettrés avant mai 1968 ? J'en doute fortement.
Vu le temps passé à l'école et le coût, j'aurais tendance à dire que les méthodes de l'époque étaient plus pragmatiques et plus efficaces. "lettrés" ou "illettrés" n'a pas de sens, à l'époque les apprentissages essentiels: lire, écrire, compter étaient acquis sauf pour les demeurés (il y en a toujours eu et il y en aura toujours); ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Au total, je trouve cet article pertinent et percutant. :vieux:
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50318
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Nombrilist » 28 sept. 2016, 07:44:35

"Vu le temps passé à l'école et le coût, j'aurais tendance à dire que les méthodes de l'époque étaient plus pragmatiques et plus efficaces. "lettrés" ou "illettrés" n'a pas de sens, à l'époque les apprentissages essentiels: lire, écrire, compter étaient acquis sauf pour les demeurés"

Permets-moi d'en douter. Le niveau étant plus élevé, il y avait très probablement beaucoup plus d'échec. De plus, dans les essentiels, il y a maintenant aussi savoir se servir des outils informatiques.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
Baltorupec
Messages : 12685
Enregistré le : 13 juil. 2011, 00:00:00

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Baltorupec » 28 sept. 2016, 10:48:06

Hector » Mar 27 Sep 2016 - 23:35 a écrit :
Nombrilist » 24 Sep 2016, 15:02:46 a écrit :Bof. Un déversement de fiel et aucune démonstration. Il y avait moins d'illettrés avant mai 1968 ? J'en doute fortement.
Vu le temps passé à l'école et le coût, j'aurais tendance à dire que les méthodes de l'époque étaient plus pragmatiques et plus efficaces. "lettrés" ou "illettrés" n'a pas de sens, à l'époque les apprentissages essentiels: lire, écrire, compter étaient acquis sauf pour les demeurés (il y en a toujours eu et il y en aura toujours); ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Au total, je trouve cet article pertinent et percutant. :vieux:
L'illettrisme reste un tabou, et ceux qui le sont n'iront pas le crier sur les toits, la plupart des illettrés arrivent d'ailleurs souvent à cacher assez bien leur incompétence.

Néanmoins, les temps ont changé, il n'est plus possible de juste aller pointer à l'usine. Il est quasiment impossible aujourd'hui de tenter de s'insérer sans un diplôme de l'enseignement supérieur même si un bon BEP, bac pro ou CAP reste aujourd'hui une très bonne option pour trouver un bon job (pénurie de soudeurs par exemple). L'anglais est devenu aussi une priorité.

Le baccalauréat d'hier n'aurait plus de valeur non plus même si il est possible qu'il nécessitait un niveau un peu plus élevé et peu d'entreprises peuvent se permettre de former sur le tas des gens (si je considère un exemple comme le cinéma d'animation, et à fortiori le dessin animé, un certains nombre d'entreprises ont longtemps formé des personnes qui avaient "juste" un bon niveau en dessin, aujourd'hui il faut savoir dessiner ET animer).
“Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès.” Jules Mazarin

Avatar du membre
Athos
Messages : 402
Enregistré le : 20 août 2013, 12:09:02
Localisation : Aquitaine

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Athos » 28 sept. 2016, 11:57:05

Un constat: le niveau des universités a aussi baissé, et lorsqu'un entrepreneur recherche un cadre de "haut niveau", il fait confiance à la formation des Grandes Ecoles...

Avatar du membre
Jean
Messages : 4397
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Jean » 28 août 2017, 19:20:14

Pour lui, « les contenus du collège devaient être adaptés à « ce que doit savoir le plus faible des élèves quand il en sort », expliquait cet augure en 2001.

J'adore cette citation. Voilà un programme merveilleusement explicité.

On peut comprendre que le niveau des contenus baissera au rythme du niveau du plus mauvais... La chute est inéluctable...

Le but est de mettre la barre sous le pied de celui qui saute le moins haut.

Voilà une politique qui conduit à rencontrer des difficultés pour trouver des places aux étudiants dans les facs et des logements pour les accueillir... Heureusement on a inventé le tirage au sort...


Pour l'instant la première année de fac tient encore un peu. Elle est devenue le premier niveau de sélection de la scolarité. Près de 50% d'échec en première année...

Mais cela ne durera pas... Probablement que nous allons vers des licences accordées à tour de bras à des quasi illettrés.

Et après....

Avatar du membre
Baltorupec
Messages : 12685
Enregistré le : 13 juil. 2011, 00:00:00

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Baltorupec » 28 août 2017, 19:25:58

Personnellement, je souhaite à chacun de repousser ses limites. J'ai été dans une classe d'enfants précoces, un certains nombre se sont cassés la g..... au lycée ou parfois dans les études supérieures quand certains étudiants plus médiocre à l'origine avait plus de succès.

Les élèves médiocres avaient appris à obtenir leur notes dans la difficulté et non dans la facilité, et ils avaient appris la saine valeur de la persévérance dans la difficulté.

Personnellement, je souhaite à tout les élèves d'êtres mis en difficulté et de remporter la victoire. Je crains que ma génération et les générations précédentes aient eu un peu trop le goût de la facilité.
“Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès.” Jules Mazarin

Papibilou
Messages : 5468
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Papibilou » 04 sept. 2017, 15:51:24

Brighelli aime bien tirer à vue mais il n'a pas tout à fait tort quand il note:
"rien qu'en primaire, de 630 heures de français de moins qu'un enfant des années 1960. Presque deux ans ! Quand il sort aujourd'hui de CM2, l'écolier français a eu autant d'heures de français que son homologue de CE2 en 1968."
Je note au passage qu'un enseignant né après 1975 a donc vu peu à peu diminuer la dose de français qui était supposée indispensable pour savoir écrire correctement. Et ces enfants de l'époque sont devenue les enseignants d'aujourd'hui. Il n'est peut être pas si étonnant que le niveau baisse à partir du moment ou le niveau des enseignants a baissé.
En conclusion je pense que le niveau s'améliorera lorsque les enfants que l'on forme aujourd'hui seront correctement formés et seront devenus les profs de demain. Autrement dit n'espérons pas d'amélioration nette avant 20 ans !!!

Avatar du membre
Francis_15
Messages : 3593
Enregistré le : 04 oct. 2016, 12:29:58

Re: Mais qui sont les assassins de l'école ?

Message non lu par Francis_15 » 04 sept. 2017, 16:41:49

mordred a écrit :
24 sept. 2016, 15:01:27
Nous vivons dans une monde d'irresponsables. Eux, vous... pour ma part, j'essaie d'être le plus droit possible. J'essaie.
A parce que tu pense qu'avant ils étaient plus responsables ? Vu le pays qu'ils nous ont laissé, j'ai des doutes ...
mordred a écrit :
24 sept. 2016, 15:01:27
Les professeurs ne devraient avoir que cinq semaines de congés; comme tout le monde. Ils ne vivent que dans cette idée : les congés ! J'en connais une très bien qui m'a sorti un jour, en pleine période de vacances : "Ah ! Vivement les congés prochains !".
Genre toi tu n'y pense pas à tes congés, hypocrite !

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré