Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 31424
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par politicien » 29 août 2017, 19:02:07

Bonjour,
Ce chiffre correspond au budget "hors cotisations aux retraites des fonctionnaires de l'Education nationale", qui s'élevait en 2017, selon le ministère, à 49,3 milliards. La revalorisation du salaire des professeurs va également se poursuivre, malgré la hausse de la CSG, a déclaré le ministre Jean-Michel Blanquer.

Définie comme "l'un des grands chantiers du président", l'Éducation nationale va voir son budget augmenter. Celui-ci devrait ainsi passer "au-dessus" de la barre des 50 milliards d'euros, a annoncé le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer sur BFMTV lundi. Il avait précédemment annoncé l'augmentation, sans donner de chiffres, dans un entretien publié dans Les Échos lundi.

Le ministère a ensuite précisé à l'AFP que ce chiffre correspondait au budget "hors cotisations aux retraites des fonctionnaires de l'Education nationale", qui s'élevait en 2017, selon le ministère, à 49,3 milliards.
Augmentation des postes d'instituteurs

Rappelant que l'Education était "le premier budget de la nation", il a indiqué que l'école primaire bénéficierait en priorité de cette augmentation. "Il y aura, pour septembre 2018, le nombre de postes nécessaires" pour permettre la poursuite du dédoublement des classes de cour préparatoire dans les zones scolaires défavorisées, poursuit-il dans Les Échos. Cette concrétisation d'une promesse de campagne d'Emmanuel Macron - des classes de CP à 12 élèves - doit prendre forme dès la rentée du 4 septembre prochain.

"C'est déjà une réalité, c'est-à-dire que 85% des communes ont réussi à trouver la deuxième classe", a déclaré le ministre, dimanche soir, lors du journal de 20 heures de TF1.

(...)

http://www.latribune.fr/economie/france ... 48166.html
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mordred
Messages : 7212
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par mordred » 30 août 2017, 11:06:24

Le niveau des élèves va-t-il également augmenter ? 8-)
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Avatar du membre
omega95
Messages : 4242
Enregistré le : 10 juin 2013, 20:43:07
Compte Twitter : shaidhulud
Localisation : Picardie

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par omega95 » 30 août 2017, 11:18:34

Cela fait des années qu'on augmente des budgets de l'EN sans aucun résultat que des pertes de places à chaque classement PISA...
Comment font les autres avec moins de moyens et plus de résultats ? Ne faisons SURTOUT pas comme ceux chez qui l'EN fonctionne bien...!
Nous sommes des français, l'exception mondiale...! On paie toujours plus pour avoir toujours moins... et on en est fier (il parait même que certains appelle cela un "modèle" !)

Pourtant des milliers d'expériences ont lieu (en France et pas des enseignants, si, si !) et qu ont données des bons résultats, mais ne les généralisons surtout pas...
Ne mens pas, ne voles pas, ne triches pas, les gouvernements n'aiment pas la concurrence
> Les dormeurs doivent se réveiller ! >L'Etat ne veut pas notre bien, il veut nos biens !
NOUS CITOYENS / Pour les votes Blancs !

Avatar du membre
Jean
Messages : 4166
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par Jean » 30 août 2017, 12:03:23

Un peu d'eau versé dans le sable du désert....

Avatar du membre
asterix
Messages : 526
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par asterix » 30 août 2017, 13:23:13

mordred a écrit :
30 août 2017, 11:06:24
Le niveau des élèves va-t-il également augmenter ? 8-)
;) J'allais le dire!

Moi je crois que c'est le contraire: on injecte du pognon pour limiter la casse :rofl:
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
asterix
Messages : 526
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par asterix » 30 août 2017, 14:22:34

omega95 a écrit :
30 août 2017, 11:18:34
Cela fait des années qu'on augmente des budgets de l'EN sans aucun résultat que des pertes de places à chaque classement PISA...
Comment font les autres avec moins de moyens et plus de résultats ? Ne faisons SURTOUT pas comme ceux chez qui l'EN fonctionne bien...!
Nous sommes des français, l'exception mondiale...! On paie toujours plus pour avoir toujours moins... et on en est fier (il parait même que certains appelle cela un "modèle" !)

Pourtant des milliers d'expériences ont lieu (en France et pas des enseignants, si, si !) et qu ont données des bons résultats, mais ne les généralisons surtout pas...
C'est clair!

Perso, je pense une chose. Ne faut il pas, collectivement, réfléchir à une question. Que voit on à travers l'enfant dans notre pays, quelle est la véritable motivation qui nous décide à en avoir, quelle part se réserve, en terme de responsabilité sur son avenir, le parent, quel est l'idéal d'avenir dont nous rêvons pour lui...

Je pense qu'une bonne partie des problèmes éducatifs sont là dedans: un enfant est il un désir narcissique personnel, ou le désir de reproduire l'humanité avec un plan d'avenir structuré et viable, et le désir de transmettre. Le parent s'efface t il devant les véritables besoins de l'enfant, ou l'adulte passe t il en priorité, laissant en lot de consolation à l'enfant une rente matérialiste et une délégation totale de l'éducation à l'état.

Donc voilà la question: comment définissons nous l'enfant? Car la réponse est très loin d'être claire!

Car là ou suffisait autrefois 2 parents et 1 prof pour éduquer, j'ai vu se greffer tout un tas de fonctions subalternes et domestiques qui soulagent les parents et le prof, mais jamais les enfants! Et tout ça pour le résultat que l'on sait.

J'étais moi même dans un lycée technique des "Orphelins Apprentis d'Auteuil" en 1977: 1 seul éducateur pour 160 garçons adolescents internes (pas des plus faciles), et je ne vous dis pas la qualité exceptionnelle d'éducation et d'enseignement que j'ai reçu! La preuve que le nombre, les moyens, et les pédagogies modernes sont un naufrage, et que les bonnes recettes sont forcément derrière nous, avec bien sur une adaptation ou une actualisation. Cet éducateur vivait avec nous 24 heures sur 24, quasiment 7 jours sur 7, et distillait un mélange de discipline rigoureuse et de tendresse, impliqué vers nous comme biens des parents ne l'ont jamais été. Nos 16 profs était totalement investis, et n'hésitaient pas, passionnés par leur métiers, mais aussi par leur "matière première", à s'engager parfois au delà de leur stricte rôle. Avec du recul, je me suis rendu compte que c'est grâce à cette forte discipline que nous jouissions par ailleurs d'une forte liberté: ils n'avaient pas peur de nous lâcher dans la nature dans nos temps libres dès 16 ans, car nous étions "avertis". Nous ne cherchions pas à faire "le mur", il suffisait de demander pour sortir, et c'était, la plus part du temps accordé, tant que nous respections les règles, et que nous démontrions notre motivation à apprendre. Par contre, il y a eu quelques coup de pieds au cul en public, pour ceux qui avaient des problèmes de surdité! Nous sommes presque tous devenus des hommes respectables, corrects avec les femmes et structurés, presque, parce que rien n'est jamais parfait.

Peut être mon expérience est elle exceptionnelle, mais peut être aussi avons nous quelques éléments de réponse à nos problèmes éducatifs. Nos enfants n'ont pas besoin de fric. Ils ont besoin d'amour et de rigueur, et certains me comprendront si je dis que l'amour est aussi dans le châtiment, même si c'est un mot trop fort pour notre époque. Mais cela reste conforme à l'idée du proverbe "qui aiment bien châtie bien". Car ne pas châtier ce qui n'est pas correct, s'approche dangereusement de "l'indifférence", le pire des sentiments que puisse éprouver un enfant, des adultes qui sont en responsabilité de sa personne. L’enfant déprécie fortement l'adulte qui ne le maîtrise pas, si toutefois cet adulte est repérable, tant il est multiple: c'est alors un enfant en désamour du monde et de la société, qui ne voit pas comment trouver avenir et stabilité dans un tel b...... Car biens des adultes se contredisent autour de lui, facteur aggravant, qui ne donne pas envie de grandir, tant l'adulte est lui même un ado attardé, et peine à trouver un statut de mentor.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
Demain_Sera_Meilleur
Messages : 319
Enregistré le : 03 juil. 2016, 16:10:17

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par Demain_Sera_Meilleur » 30 août 2017, 14:36:39

asterix a écrit :
30 août 2017, 14:22:34
omega95 a écrit :
30 août 2017, 11:18:34
Cela fait des années qu'on augmente des budgets de l'EN sans aucun résultat que des pertes de places à chaque classement PISA...
Comment font les autres avec moins de moyens et plus de résultats ? Ne faisons SURTOUT pas comme ceux chez qui l'EN fonctionne bien...!
Nous sommes des français, l'exception mondiale...! On paie toujours plus pour avoir toujours moins... et on en est fier (il parait même que certains appelle cela un "modèle" !)

Pourtant des milliers d'expériences ont lieu (en France et pas des enseignants, si, si !) et qu ont données des bons résultats, mais ne les généralisons surtout pas...
C'est clair!

Perso, je pense une chose. Ne faut il pas, collectivement, réfléchir à une question. Que voit on à travers l'enfant dans notre pays, quelle est la véritable motivation qui nous décide à en avoir, quelle part se réserve, en terme de responsabilité sur son avenir, le parent, quel est l'idéal d'avenir dont nous rêvons pour lui...

Je pense qu'une bonne partie des problèmes éducatifs sont là dedans: un enfant est il un désir narcissique personnel, ou le désir de reproduire l'humanité avec un plan d'avenir structuré et viable, et le désir de transmettre. Le parent s'efface t il devant les véritables besoins de l'enfant, ou l'adulte passe t il en priorité, laissant en lot de consolation à l'enfant une rente matérialiste et une délégation totale de l'éducation à l'état.

Donc voilà la question: comment définissons nous l'enfant? Car la réponse est très loin d'être claire!

Car là ou suffisait autrefois 2 parents et 1 prof pour éduquer, j'ai vu se greffer tout un tas de fonctions subalternes et domestiques qui soulagent les parents et le prof, mais jamais les enfants! Et tout ça pour le résultat que l'on sait.

J'étais moi même dans un lycée technique des "Orphelins Apprentis d'Auteuil" en 1977: 1 seul éducateur pour 160 garçons adolescents internes (pas des plus faciles), et je ne vous dis pas la qualité exceptionnelle d'éducation et d'enseignement que j'ai reçu! La preuve que le nombre, les moyens, et les pédagogies modernes sont un naufrage, et que les bonnes recettes sont forcément derrière nous, avec bien sur une adaptation ou une actualisation. Cet éducateur vivait avec nous 24 heures sur 24, quasiment 7 jours sur 7, et distillait un mélange de discipline rigoureuse et de tendresse, impliqué vers nous comme biens des parents ne l'ont jamais été. Nos 16 profs était totalement investis, et n'hésitaient pas, passionnés par leur métiers, mais aussi par leur "matière première", à s'engager parfois au delà de leur stricte rôle. Avec du recul, je me suis rendu compte que c'est grâce à cette forte discipline que nous jouissions par ailleurs d'une forte liberté: ils n'avaient pas peur de nous lâcher dans la nature dans nos temps libres dès 16 ans, car nous étions "avertis". Nous ne cherchions pas à faire "le mur", il suffisait de demander pour sortir, et c'était, la plus part du temps accordé, tant que nous respections les règles, et que nous démontrions notre motivation à apprendre. Par contre, il y a eu quelques coup de pieds au cul en public, pour ceux qui avaient des problèmes de surdité! Nous sommes presque tous devenus des hommes respectables, corrects avec les femmes et structurés, presque, parce que rien n'est jamais parfait.

Peut être mon expérience est elle exceptionnelle, mais peut être aussi avons nous quelques éléments de réponse à nos problèmes éducatifs. Nos enfants n'ont pas besoin de fric. Ils ont besoin d'amour et de rigueur, et certains me comprendront si je dis que l'amour est aussi dans le châtiment, même si c'est un mot trop fort pour notre époque. Mais cela reste conforme à l'idée du proverbe "qui aiment bien châtie bien". Car ne pas châtier ce qui n'est pas correct, s'approche dangereusement de "l'indifférence", le pire des sentiments que puisse éprouver un enfant, des adultes qui sont en responsabilité de sa personne. L’enfant déprécie fortement l'adulte qui ne le maîtrise pas, si toutefois cet adulte est repérable, tant il est multiple: c'est alors un enfant en désamour du monde et de la société, qui ne voit pas comment trouver avenir et stabilité dans un tel b...... Car biens des adultes se contredisent autour de lui, facteur aggravant, qui ne donne pas envie de grandir, tant l'adulte est lui même un ado attardé, et peine à trouver un statut de mentor.
Un message authentique et qui témoigne d'une certaine émotion.
Il montre d'ailleurs que l'un des principaux problèmes de l'éducation nationale ne réside pas en son sein : il vient du monde économique et politique qui l'entoure. Ceux qui ont une lourde part de responsabilité sont les parents, ou ceux qui ont le rôle d'éducateur. En réalité, le problème de l'Education Nationale, c'est qu'elle ne devrait pas éduquer : elle ne devrait qu'enseigner.

Concrètement, en reprenant un vocabulaire managérial, ce qui a été perdu pour un grand nombre d'enfants, c'est le soft-skill. On leur bourre le crâne de connaissances, mais ils ne savent pas s'exprimer sans une vulgarité toutes les dix secondes, sans des interjections. Le manque de politesse et de respect est également monstrueux.

Ce sont ceux qui ont un réel éducateur, qu'ils s'agisse des parents, d'un tuteur ou d'un "mentor" qui réussissent le mieux. Rares sont ceux qui se font eux-mêmes.

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 16463
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par Jeff Van Planet » 30 août 2017, 17:10:46

<< En réalité, le problème de l'Education Nationale, c'est qu'elle ne devrait pas éduquer : elle ne devrait qu'enseigner.>>
cette phrase résume tout.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Baltorupec
Messages : 12540
Enregistré le : 13 juil. 2011, 00:00:00

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par Baltorupec » 30 août 2017, 17:32:04

Je trouve le témoigne d'Astérix intéressant, loin d'être faux mais je pense que c'est quand même une bonne nouvelle.

Après, le but ça serait surtout d'obtenir des classes plus petites, plus de moyens pour des tablettes informatiques à l'école, je pense que c'est du pur gâchis.

Après bien sûr on ne peut pas régler le problème d'une civilisation qui a un problème avec la notion d'autorité et de discipline et évidemment, on ne pourra jamais remplacer les parents.
“Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès.” Jules Mazarin

Avatar du membre
Jean
Messages : 4166
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par Jean » 30 août 2017, 19:02:42

Jeff Van Planet a écrit :
30 août 2017, 17:10:46
<< En réalité, le problème de l'Education Nationale, c'est qu'elle ne devrait pas éduquer : elle ne devrait qu'enseigner.>>
cette phrase résume tout.
Absolument.

C'est une hérésie d'imaginer que l'éducation relève d'un service public.

L'éducation est de la responsabilité exclusive des parents. D'ailleurs à mon avis cette notion de responsabilité devrait avoir une conséquence parfois pénale.

Le ministère n'est en charge que de l'enseignement et encore par délégation des parents puisque ceux-ci peuvent très bien assumer eux-même cette activité.

C'est un service public largement accessible permettant à des parents qui ne peuvent pas pour des raisons de capacités ou de disponibilités assurer eux-même l’enseignement permettant l'obtention des connaissances requises pour la délivrance d'un diplôme.

S'ils sont mécontents de ce service ils peuvent donc soit l'assurer eux-mêmes, soit faire appel à une personne dédié à cette tâche soit faire appel à un service privé.

Avatar du membre
asterix
Messages : 526
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par asterix » 30 août 2017, 19:59:09

Demain_Sera_Meilleur a écrit :
30 août 2017, 14:36:39
asterix a écrit :
30 août 2017, 14:22:34
omega95 a écrit :
30 août 2017, 11:18:34
Cela fait des années qu'on augmente des budgets de l'EN sans aucun résultat que des pertes de places à chaque classement PISA...
Comment font les autres avec moins de moyens et plus de résultats ? Ne faisons SURTOUT pas comme ceux chez qui l'EN fonctionne bien...!
Nous sommes des français, l'exception mondiale...! On paie toujours plus pour avoir toujours moins... et on en est fier (il parait même que certains appelle cela un "modèle" !)

Pourtant des milliers d'expériences ont lieu (en France et pas des enseignants, si, si !) et qu ont données des bons résultats, mais ne les généralisons surtout pas...
C'est clair!

Perso, je pense une chose. Ne faut il pas, collectivement, réfléchir à une question. Que voit on à travers l'enfant dans notre pays, quelle est la véritable motivation qui nous décide à en avoir, quelle part se réserve, en terme de responsabilité sur son avenir, le parent, quel est l'idéal d'avenir dont nous rêvons pour lui...

Je pense qu'une bonne partie des problèmes éducatifs sont là dedans: un enfant est il un désir narcissique personnel, ou le désir de reproduire l'humanité avec un plan d'avenir structuré et viable, et le désir de transmettre. Le parent s'efface t il devant les véritables besoins de l'enfant, ou l'adulte passe t il en priorité, laissant en lot de consolation à l'enfant une rente matérialiste et une délégation totale de l'éducation à l'état.

Donc voilà la question: comment définissons nous l'enfant? Car la réponse est très loin d'être claire!

Car là ou suffisait autrefois 2 parents et 1 prof pour éduquer, j'ai vu se greffer tout un tas de fonctions subalternes et domestiques qui soulagent les parents et le prof, mais jamais les enfants! Et tout ça pour le résultat que l'on sait.

J'étais moi même dans un lycée technique des "Orphelins Apprentis d'Auteuil" en 1977: 1 seul éducateur pour 160 garçons adolescents internes (pas des plus faciles), et je ne vous dis pas la qualité exceptionnelle d'éducation et d'enseignement que j'ai reçu! La preuve que le nombre, les moyens, et les pédagogies modernes sont un naufrage, et que les bonnes recettes sont forcément derrière nous, avec bien sur une adaptation ou une actualisation. Cet éducateur vivait avec nous 24 heures sur 24, quasiment 7 jours sur 7, et distillait un mélange de discipline rigoureuse et de tendresse, impliqué vers nous comme biens des parents ne l'ont jamais été. Nos 16 profs était totalement investis, et n'hésitaient pas, passionnés par leur métiers, mais aussi par leur "matière première", à s'engager parfois au delà de leur stricte rôle. Avec du recul, je me suis rendu compte que c'est grâce à cette forte discipline que nous jouissions par ailleurs d'une forte liberté: ils n'avaient pas peur de nous lâcher dans la nature dans nos temps libres dès 16 ans, car nous étions "avertis". Nous ne cherchions pas à faire "le mur", il suffisait de demander pour sortir, et c'était, la plus part du temps accordé, tant que nous respections les règles, et que nous démontrions notre motivation à apprendre. Par contre, il y a eu quelques coup de pieds au cul en public, pour ceux qui avaient des problèmes de surdité! Nous sommes presque tous devenus des hommes respectables, corrects avec les femmes et structurés, presque, parce que rien n'est jamais parfait.

Peut être mon expérience est elle exceptionnelle, mais peut être aussi avons nous quelques éléments de réponse à nos problèmes éducatifs. Nos enfants n'ont pas besoin de fric. Ils ont besoin d'amour et de rigueur, et certains me comprendront si je dis que l'amour est aussi dans le châtiment, même si c'est un mot trop fort pour notre époque. Mais cela reste conforme à l'idée du proverbe "qui aiment bien châtie bien". Car ne pas châtier ce qui n'est pas correct, s'approche dangereusement de "l'indifférence", le pire des sentiments que puisse éprouver un enfant, des adultes qui sont en responsabilité de sa personne. L’enfant déprécie fortement l'adulte qui ne le maîtrise pas, si toutefois cet adulte est repérable, tant il est multiple: c'est alors un enfant en désamour du monde et de la société, qui ne voit pas comment trouver avenir et stabilité dans un tel b...... Car biens des adultes se contredisent autour de lui, facteur aggravant, qui ne donne pas envie de grandir, tant l'adulte est lui même un ado attardé, et peine à trouver un statut de mentor.
Un message authentique et qui témoigne d'une certaine émotion.
Il montre d'ailleurs que l'un des principaux problèmes de l'éducation nationale ne réside pas en son sein : il vient du monde économique et politique qui l'entoure. Ceux qui ont une lourde part de responsabilité sont les parents, ou ceux qui ont le rôle d'éducateur. En réalité, le problème de l'Education Nationale, c'est qu'elle ne devrait pas éduquer : elle ne devrait qu'enseigner.

Concrètement, en reprenant un vocabulaire managérial, ce qui a été perdu pour un grand nombre d'enfants, c'est le soft-skill. On leur bourre le crâne de connaissances, mais ils ne savent pas s'exprimer sans une vulgarité toutes les dix secondes, sans des interjections. Le manque de politesse et de respect est également monstrueux.

Ce sont ceux qui ont un réel éducateur, qu'ils s'agisse des parents, d'un tuteur ou d'un "mentor" qui réussissent le mieux. Rares sont ceux qui se font eux-mêmes.
:ok: :ok:
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 49853
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par Nombrilist » 30 août 2017, 20:19:29

Elle est où l'augmentation du budget au juste ? Je n'ai pas bien saisi le montant.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
asterix
Messages : 526
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par asterix » 30 août 2017, 21:16:58

A tous les intervenants: c'est un plaisir de vous lire!

Je crois que nous sommes très nombreux à partager, plus ou moins, les constats et les solutions.

Juste rajouter que le carriérisme effréné des parents hommes ou femmes, est souvent une entrave au bon déroulement d'une éducation. Alors non, il ne s'agit pas de remettre les femmes au foyer, bien que lorsqu'elles l'étaient, les enfants étaient mieux éduqués, et le tissus social du pays bien plus serré, plus spontané, moins étatique. Mais par contre, puisqu'il est aisé de voir la baisse de la bonne éducation parallèlement à l'accès au travail des femmes, pourquoi ne pas y réfléchir, et plus qu'un congé parental, organiser les choses pour que, comme en Allemagne, un des 2 parents puisse mettre sa carrière en veilleuse sans dommage.
Il est vrai qu'en Allemagne, ce sont surtout les femmes qui renoncent à une carrière continue, par culture luthérienne ou germanique parait il. Mais pourquoi pas les hommes!

Je pense qu'il faut explorer cela aussi. Nul doute que l'efficacité sera supérieure au dédoublement des classes. En 1966/70, nous étions 25 et plus par classe, et ça roulait parfaitement. Plus l'autorité est établie, plus le niveau des classes est correct, plus le nombre peut être large, avec bien sur des limites évidentes. Rétablir l'autorité et le calme crée une réaction en chaîne qui démarre par la concentration possible de l'élève et se termine par une assimilation plus complète. Plus l'élève sait, plus il a le goût d'apprendre.

Dans les années 60/70, il y avait aussi un autre aspect: 35% de la population était non salariée, donc entrepreneuriale, sous forme généralement "d'entreprise-famille". Ce taux de 35% était justifié par la présence de nombreux commerçants ou artisans, mais surtout par de nombreux paysans. Ce contexte était favorable à l'aguerrissement des enfants, et à la construction, très tôt, d'une idée réelle de la vie active, parce que contact quotidien avec l'adulte et son travail, avec la nature ou le contexte urbain, sans herbe ni cocaïne. Même les enfant de salariés de l'industrie et des services savaient parfaitement ce que faisaient leur parents, et avaient vu leurs parents au travail, dans les locaux du travail, au moins une fois. Ils tentaient d’ailleurs généralement d'en être fier.

Matière à réflexion!... il y a autre chose que les classes et le budget à dédoubler! Ce qui parait moderne est parfois "has been" par nature, notre époque n'a pas finit de s'en apercevoir!
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
asterix
Messages : 526
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par asterix » 30 août 2017, 21:17:40

Nombrilist a écrit :
30 août 2017, 20:19:29
Elle est où l'augmentation du budget au juste ? Je n'ai pas bien saisi le montant.
Et oui, au fait?
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
Francis_15
Messages : 3593
Enregistré le : 04 oct. 2016, 12:29:58

Re: Le budget de l'Éducation nationale va augmenter et franchir la barre des 50 milliards d'euros

Message non lu par Francis_15 » 30 août 2017, 21:29:38

Pour ma part je pense qu'on a un système éducatif bien trop élitiste, avec trop de budget consacré à l'enseignement supérieur, et pas assez au primaire et au collège, et que plutôt que d'augmenter le budget de l'EN il vaudrait bien mieux le répartir différement.

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré