Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Avatar du membre
johanono
Messages : 23962
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par johanono » 26 avr. 2018, 11:44:29

Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

L'Education nationale a publié quatre circulaires sur la meilleure manière d'enseigner les bases du calcul, de la lecture et de la grammaire. "La liberté pédagogique n'est pas l'anarchisme", martèle le ministre.

Image

Article complet sur http://www.bfmtv.com/societe/dictee-et- ... 29957.html
:ok:

Avatar du membre
Jean
Messages : 4485
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Jean » 26 avr. 2018, 12:39:46

J'ai peur que ces circulaires soient utiles...

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5111
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Yakiv » 26 avr. 2018, 19:33:09

Je suis plus que sceptique sur l'utilité de ce genre de méthode.

Avatar du membre
johanono
Messages : 23962
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par johanono » 27 avr. 2018, 11:28:21

Le niveau actuel des élèves est quand même assez effrayant. Et les méthodes de pédagogie mises en place 20 ou 30 ans sous l'influence de Philippe Meirieu et Pierre Bourdieu, notamment n'y sont pas pour rien. Certains profs sont attachés à leur liberté pédagogique. Mais le ministre est quand même garant du niveau général des élèves : s'il constate que ce niveau baisse, il a quand même le droit de demander des comptes aux enseignants, voire de leur donner des directives, non ?

Avatar du membre
Jean
Messages : 4485
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Jean » 27 avr. 2018, 17:50:48

Jean a écrit :
26 avr. 2018, 12:39:46
J'ai peur que ces circulaires soient utiles...
Je précise mon message.

Ces circulaires, pleines de bon sens, seront probablement honnies par les têtes pensantes en sciences cognitives.

Il y a déjà probablement des dizaines de groupes d'experts et des dizaines de réunions syndicales organisées pour protester contre une approche probablement jugées réactionnaires.


Ils vont nous inventer un truc du genre :

https://fr.wikiversity.org/wiki/Anneau_ ... 9finitions

destiné à simplifier la vie de 99,999% de la population...


Il semble qu'il existe une nouvelle application qui permet de savoir comment sont employés nos impôts... Et bien on devrait découvrir qu'ils financent ces groupes de travail...

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5111
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Yakiv » 27 avr. 2018, 19:16:16

johanono a écrit :
27 avr. 2018, 11:28:21
Le niveau actuel des élèves est quand même assez effrayant. Et les méthodes de pédagogie mises en place 20 ou 30 ans sous l'influence de Philippe Meirieu et Pierre Bourdieu, notamment n'y sont pas pour rien. Certains profs sont attachés à leur liberté pédagogique. Mais le ministre est quand même garant du niveau général des élèves : s'il constate que ce niveau baisse, il a quand même le droit de demander des comptes aux enseignants, voire de leur donner des directives, non ?
Le niveau actuel en quoi ?
Quelle place pour les langues, l'histoire-géo, le civisme et les sciences avec cette approche ?
Ce qui me laisse toujours dubitatif dans ce genre de méthode : c'est la primauté qu'on accorde au "par cœur". Parce que le calcul mental et les dictées, c'est essentiellement du par cœur. Pour ce qui est de la grammaire d'ailleurs, j'ai le sentiment que soit on essaie de retenir par cœur, soit on n'y comprend rien. Là pour le coup, je trouve vraiment que celui qui a inventé les règles de grammaires et les concepts qui gravitent autour était un gros tordu, voilà pourquoi je trouve aussi que l'approche par le "prédicat" aurait pu être essayée (c'est d'ailleurs une notion qui ne sort pas de nulle par comme on a pu le lire ou le sous-entendre ici et là).

Alors évidemment que le "par cœur" est aussi nécessaire mais c'est à mon avis une grave erreur de penser que l'enseignement dans les écoles doit se baser majoritairement là-dessus. Développer un esprit scientifique, ce n'est pas inculquer bêtement que 3 x 7 = 21, mais c'est plutôt faire comprendre la méthode expérimentale et découvrir l'influence d'un facteur "toutes choses égales par ailleurs".

Avatar du membre
Mewtow
Messages : 133
Enregistré le : 05 janv. 2015, 09:16:21

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Mewtow » 27 avr. 2018, 21:43:53

Yakiv a écrit :
27 avr. 2018, 19:16:16
Le niveau actuel en quoi ?
Pour enseigner actuellement en collège, et avoir enseigné en lycée (BTS SIO et Terminale STMG), j'affirme que c'est le niveau en tout. Ne parlons pas des mathématiques : une simple règle de trois ou un calcul de proportionnalité est systématiquement raté de mes élèves de STMG - pareil pour les 6ème/5ème. Plus des 3/4 ne savent pas convertir des durées exprimées en minutes vers une durée exprimée en heures/minutes/secondes. En 5ème, les notions de valeur absolue sont inconnues des élèves. Et non seulement les élèves ont des lacunes béantes dans la plupart des matières, mais en plus leur écriture est catastrophique. En classe de 5ème, j'ai plusieurs élèves par classe qui écrivent comme à l'oral... Et des exemples comme ça, j'en ai à la pelle !
Yakiv a écrit :
27 avr. 2018, 19:16:16
Quelle place pour les langues, l'histoire-géo, le civisme et les sciences avec cette approche ?
Complètement inchangée avec les recommandations de Monsieur Blanquer. A vrai dire, les recommandations en maths, qui sont de bon sens, pourraient même favoriser l'enseignement des sciences.
Yakiv a écrit :
27 avr. 2018, 19:16:16
Ce qui me laisse toujours dubitatif dans ce genre de méthode : c'est la primauté qu'on accorde au "par cœur". Parce que le calcul mental et les dictées, c'est essentiellement du par cœur. [...] Alors évidemment que le "par cœur" est aussi nécessaire mais c'est à mon avis une grave erreur de penser que l'enseignement dans les écoles doit se baser majoritairement là-dessus. Développer un esprit scientifique, ce n'est pas inculquer bêtement que 3 x 7 = 21, mais c'est plutôt faire comprendre la méthode expérimentale et découvrir l'influence d'un facteur "toutes choses égales par ailleurs".
Sauf que développer un esprit scientifique passe avant tout par un enseignement par cœur, qui est la base de tout apprentissage futur. Ce sont les connaissances apprises par coeur et automatisées qui permettent une véritable réflexion : l'intelligence ne fonctionne pas à vide. "Tout ce qui est intelligence n'est qu'application et adaptation de petites unités de connaissances, qui, au total, produisent une cognition complexe.", comme le dit si bien Yates. Un bon exemple est d'ailleurs celui de la compréhension de texte, où les meilleurs élèves sont ceux qui ont automatisé au mieux le déchiffrage - ce qui s'explique fort bien avec un peu de sciences cognitives.

Au passage, pour ce qui est du développement de l'esprit scientifique, les approches basées sur l'utilisation de la méthode expérimentale ne marchent pas vraiment. Comme exemple, on peut citer les résultats des études PISA en sciences, qui montrent que les résultats dans ces disciplines sont fortement liés au temps d'instruction magistrale, frontale. Et on pourrait aussi citer les résultats des méthodes style 'La main à la pâte", basée sur la manipulation expérimentale et la découverte autonome. Voici un article sur le sujet et son commentaire sur un site d'enseignants :
Yakiv a écrit :
27 avr. 2018, 19:16:16
Pour ce qui est de la grammaire d'ailleurs, j'ai le sentiment que soit on essaie de retenir par cœur, soit on n'y comprend rien. Là pour le coup, je trouve vraiment que celui qui a inventé les règles de grammaires et les concepts qui gravitent autour était un gros tordu, voilà pourquoi je trouve aussi que l'approche par le "prédicat" aurait pu être essayée (c'est d'ailleurs une notion qui ne sort pas de nulle par comme on a pu le lire ou le sous-entendre ici et là).
Pas sûr que les grammaires modernes soient mieux que les anciennes de ce point de vue. Les grammaires modernes mettent surtout l'accent sur des trucs et astuces basées sur des manipulations techniques, comme des déplacements de groupes à l'intérieur des phrases, et mettent complètement le coté le lien avec le sens des phrases. Les grammaires plus anciennes, traditionnelles, n'ont pas ce défaut.

Avatar du membre
asterix
Messages : 955
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par asterix » 27 avr. 2018, 21:59:36

Yakiv a écrit :
27 avr. 2018, 19:16:16
johanono a écrit :
27 avr. 2018, 11:28:21
Le niveau actuel des élèves est quand même assez effrayant. Et les méthodes de pédagogie mises en place 20 ou 30 ans sous l'influence de Philippe Meirieu et Pierre Bourdieu, notamment n'y sont pas pour rien. Certains profs sont attachés à leur liberté pédagogique. Mais le ministre est quand même garant du niveau général des élèves : s'il constate que ce niveau baisse, il a quand même le droit de demander des comptes aux enseignants, voire de leur donner des directives, non ?
Le niveau actuel en quoi ?
Quelle place pour les langues, l'histoire-géo, le civisme et les sciences avec cette approche ?
Ce qui me laisse toujours dubitatif dans ce genre de méthode : c'est la primauté qu'on accorde au "par cœur". Parce que le calcul mental et les dictées, c'est essentiellement du par cœur. Pour ce qui est de la grammaire d'ailleurs, j'ai le sentiment que soit on essaie de retenir par cœur, soit on n'y comprend rien. Là pour le coup, je trouve vraiment que celui qui a inventé les règles de grammaires et les concepts qui gravitent autour était un gros tordu, voilà pourquoi je trouve aussi que l'approche par le "prédicat" aurait pu être essayée (c'est d'ailleurs une notion qui ne sort pas de nulle par comme on a pu le lire ou le sous-entendre ici et là).

Alors évidemment que le "par cœur" est aussi nécessaire mais c'est à mon avis une grave erreur de penser que l'enseignement dans les écoles doit se baser majoritairement là-dessus. Développer un esprit scientifique, ce n'est pas inculquer bêtement que 3 x 7 = 21, mais c'est plutôt faire comprendre la méthode expérimentale et découvrir l'influence d'un facteur "toutes choses égales par ailleurs".
Le par cœur permet de palier à l'imperfection du raisonnement, en attendant qu'il se perfectionne. Je me rappelle avoir appris par cœur des choses que je ne comprenais pas, puis quelque mois après me les ressasser et les comprendre: c'est tout l'intérêt du par cœur. Sans compter que l’homogénéité d'une classe, ça n'existe pas, 30 élèves ne peuvent pas tout comprendre en même temps, le par cœur sert de lissage, de vase d'expansion. On stocke et on dépiaute plus tard, même l'année d'après: "ah! ça y est! j'ai compris ce que j'ai appris il y a 6 mois!" Cela parait risible, mais pourtant, nous avons plus ou moins tous fonctionné comme ça sans même nous en rendre compte.
En tout cas si tu fais du calcul mental sans connaitre tes tables par cœur, tu es très fort!
Quand au ridicule de la grammaire, c'est le propre de l'humain. Il est clair que le post humanisme verra disparaître la grammaire, au bénéfice d'une langue de primate, purement fonctionnelle, exclusivement réduite à satisfaire nos orifices, le cerveau devenant le 8 ème orifice de l'homme augmenté.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5111
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Yakiv » 28 avr. 2018, 10:14:04

asterix a écrit :
27 avr. 2018, 21:59:36
En tout cas si tu fais du calcul mental sans connaitre tes tables par cœur, tu es très fort!
Je n'ai pas l'impression que le calcul mental soit la chose la plus importante à apprendre en science, ni même en mathématique d'ailleurs.
D'ailleurs, pour ce qui est du calcul, on promeut à ce jour "la méthode de Singapour", mais si j'ai bien compris les grandes lignes de cette méthode, elle se base plus sur l'expérimentation qui permet de visualiser et d'expérimenter immédiatement que sur le "par cœur" justement.
asterix a écrit :
27 avr. 2018, 21:59:36
Quand au ridicule de la grammaire, c'est le propre de l'humain. Il est clair que le post humanisme verra disparaître la grammaire, au bénéfice d'une langue de primate, purement fonctionnelle, exclusivement réduite à satisfaire nos orifices, le cerveau devenant le 8 ème orifice de l'homme augmenté.
Attention, je n'ai jamais dit qu'il ne fallait pas maîtriser toutes les subtilités de la langue. Je pense au contraire que c'est absolument nécessaire et que cela implique beaucoup de choses derrière, comme la construction d'une pensée complexe et nuancée.
Je dis juste que (encore une fois par expérience personnelle), j'ai progressivement appris à écrire correctement, mais sans avoir jamais rien compris aux concepts inculqués dès le plus jeune âge tels que compléments d'objet, attributs, épithètes, conjonctions de coordination, etc.

Avatar du membre
johanono
Messages : 23962
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par johanono » 28 avr. 2018, 10:38:51

On voit bien cette idée dominante dans les nouvelles pédagogies, selon laquelle, au lieu de bourrer le crane des jeunes avec du "par coeur", il faudrait essayer d'en faire des citoyens, de développer leur libre arbitre, leur esprit critique, et puis aussi de faire en sorte que l'enseignement se fasse dans le cadre du "principe de plaisir", pour ne pas traumatiser ces pauvres petits.

Mais on ne peut réfléchir, on ne peut avoir un esprit critique, que si on a des connaissances de base bien solides. Si on n'a aucune connaissance historique, si on ne maîtrise pas les bases de la langue française, si on ne sait même pas compter, on n'aura jamais d'esprit critique, on ne pourra jamais réfléchir à quoi que ce soit.

Les tenants des nouvelles pédagogies nous rétorqueront que les jeunes savent plus de choses aujourd'hui, dans davantage de domaines. Alors oui, ils savent surfer sur internet. Oui, ils savent utiliser une tablette. Oui, ils savent se servir de Facebook, Twitter, Snapchat et autres joyeusetés de ce genre. Oui, ils ont suivi des TPE dont on se demande exactement à quoi ils servent. Oui, ils ont suivi de vagues cours d'éducation à la citoyenneté et de prévention des accidents de la route. Mais à part ça ?

A part ça, beaucoup de gens constatent que le niveau des jeunes baisse dramatiquement depuis quelques années. Il y a des chefs d'entreprise qui constatent que les jeunes qui postulent chez eux pour un emploi ne savent plus écrire dans un français correct, sans faute d'orthographe, et sans erreur syntaxique. Moi-même, je constate que mes neveux et petits cousins âgés d'une dizaine d'années écrivent dans un français très laborieux (mon fils est encore petit, j'espère pouvoir lui faire échapper à ça dans quelques années). Il y a aussi des commerçants qui constatent que des jeunes de 10/12 ans qui viennent faire leurs courses ne sont pas capables de calculer eux-mêmes leur prix d'achat ni de calculer eux-mêmes la monnaie que le commerçant doit leur rendre (j'ai eu plusieurs témoignages en ce sens). Il y a des jeunes aujourd'hui qui sont incapables de calculer l'âge d'une personne à partir de son année de naissance. Et puis comment gérer une entreprise, comment faire des devis, comment tenir une comptabilité, si on ne sait même pas compter ? Comment argumenter, comment réfléchir, quand on ne maîtrise que 300 mots de français ?

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 17669
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Jeff Van Planet » 28 avr. 2018, 11:47:57

asterix a écrit :
27 avr. 2018, 21:59:36

Le par cœur permet de palier à l'imperfection du raisonnement, en attendant qu'il se perfectionne. Je me rappelle avoir appris par cœur des choses que je ne comprenais pas, puis quelque mois après me les ressasser et les comprendre: c'est tout l'intérêt du par cœur. Sans compter que l’homogénéité d'une classe, ça n'existe pas, 30 élèves ne peuvent pas tout comprendre en même temps, le par cœur sert de lissage, de vase d'expansion. On stocke et on dépiaute plus tard, même l'année d'après: "ah! ça y est! j'ai compris ce que j'ai appris il y a 6 mois!" Cela parait risible, mais pourtant, nous avons plus ou moins tous fonctionné comme ça sans même nous en rendre compte.
En tout cas si tu fais du calcul mental sans connaitre tes tables par cœur, tu es très fort!
Quand au ridicule de la grammaire, c'est le propre de l'humain. Il est clair que le post humanisme verra disparaître la grammaire, au bénéfice d'une langue de primate, purement fonctionnelle, exclusivement réduite à satisfaire nos orifices, le cerveau devenant le 8 ème orifice de l'homme augmenté.
Le par cœur ça s'oublie aussi tôt que le contrôle est fini. Mon humble avis est que le par coeur n'a aucuns intérêt pédagogiques, en revanche pour les profs ça leurs fait gagner du temps.


Quant au table par cœur, moi je ne les ai jamais apprises par cœur, et pour être sûr de ne pas les apprendre, j'ai utilisé la logique.
Exemple, la table de 10 c'est juste ajouter un 0 derrière, la table de 5 c'est la moitié de celle de 10, la table de 7 c'est celle de 10 moins 3 pour chaque nombre. 35 fois 10 =350 moins 35+35+35 soit 105. 350 -105=245
la table de 11 c'est fois 10 plus le chiffre de départ: 17*11 c'est 17 avec le 0 170 plus le 17 de départ soit 187.
la table de 8 c'est le 10 moins 2 fois le chiffre de départ. 12*8 c'est 12 avec le 0 derrière 120 moins 12+12=24 120-24=96.

avec ça les divisions de tête deviennent un jeu d'enfants :P

La logique derrière les maths est bien plus utile que d'apprendre par cœur une table qui sera soit oubliée ou soit récitée complètement pour arriver au résultat. Car la logique que j'ai brièvement exposé juste au dessus permet de faire des calcules de tête, alors que d'apprendre par cœur ne le permet pas.
Et en plus la logique développe l'agilité mentale, ce qui est toujours bon a prendre. :star5:



En ce qui concerne la grammaire, mon avis personnel est que c'est qu'il faut l'apprendre, comme l'orthographe, néanmoins, la méthode du petit soldat avec des dictées je pense que c'est contre-productif.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5111
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Yakiv » 28 avr. 2018, 12:04:11

Mewtow a écrit :
27 avr. 2018, 21:43:53
Pour enseigner actuellement en collège, et avoir enseigné en lycée (BTS SIO et Terminale STMG), j'affirme que c'est le niveau en tout. Ne parlons pas des mathématiques : une simple règle de trois ou un calcul de proportionnalité est systématiquement raté de mes élèves de STMG - pareil pour les 6ème/5ème. Plus des 3/4 ne savent pas convertir des durées exprimées en minutes vers une durée exprimée en heures/minutes/secondes. En 5ème, les notions de valeur absolue sont inconnues des élèves. Et non seulement les élèves ont des lacunes béantes dans la plupart des matières, mais en plus leur écriture est catastrophique. En classe de 5ème, j'ai plusieurs élèves par classe qui écrivent comme à l'oral... Et des exemples comme ça, j'en ai à la pelle !
D'accord mais des exemples, même nombreux, ne peuvent permettre d'aboutir à une conclusion globale sauf si on démontre leur représentativité d'une part et que c'est mieux ailleurs d'autre part.

Alors, vous allez me dire qu'il y a les études Pisa et autres comparatifs pour ça. Je vous remercie pour les liens d'ailleurs.
Par contre, je me suis toujours demandé dans quelle mesure on pouvait tenir compte de ce type d'étude des phénomènes migratoires par lesquels certains pays sont plus concernés que d'autres. Il ne s'agit évidemment pas d'avoir une vision raciste de la chose et conclure que certaines races sont moins intelligents que d'autres, mais prendre en compte le fait qu'il doit être probablement plus difficile pour des enfants vivant une double culture, assimilant parfois récemment une nouvelle langue et plus ou moins bien intégrés dans la société, d'obtenir un bon niveau scolaire.
Mewtow a écrit :
27 avr. 2018, 21:43:53
Complètement inchangée avec les recommandations de Monsieur Blanquer. A vrai dire, les recommandations en maths, qui sont de bon sens, pourraient même favoriser l'enseignement des sciences.
Comment ?

J'aimerais aussi vous poser une dernière question. Avez vous eu le sentiment, dans la matière que vous enseignez, que la méthode pédagogique préconisée par le ministère n'était pas la plus efficace et que vous auriez préféré enseigner d'une autre manière ? (laquelle ?)

Avatar du membre
Jean
Messages : 4485
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Jean » 28 avr. 2018, 12:24:35

Jeff Van Planet a écrit :
28 avr. 2018, 11:47:57
asterix a écrit :
27 avr. 2018, 21:59:36

Le par cœur permet de palier à l'imperfection du raisonnement, en attendant qu'il se perfectionne. Je me rappelle avoir appris par cœur des choses que je ne comprenais pas, puis quelque mois après me les ressasser et les comprendre: c'est tout l'intérêt du par cœur. Sans compter que l’homogénéité d'une classe, ça n'existe pas, 30 élèves ne peuvent pas tout comprendre en même temps, le par cœur sert de lissage, de vase d'expansion. On stocke et on dépiaute plus tard, même l'année d'après: "ah! ça y est! j'ai compris ce que j'ai appris il y a 6 mois!" Cela parait risible, mais pourtant, nous avons plus ou moins tous fonctionné comme ça sans même nous en rendre compte.
En tout cas si tu fais du calcul mental sans connaitre tes tables par cœur, tu es très fort!
Quand au ridicule de la grammaire, c'est le propre de l'humain. Il est clair que le post humanisme verra disparaître la grammaire, au bénéfice d'une langue de primate, purement fonctionnelle, exclusivement réduite à satisfaire nos orifices, le cerveau devenant le 8 ème orifice de l'homme augmenté.
Le par cœur ça s'oublie aussi tôt que le contrôle est fini. Mon humble avis est que le par coeur n'a aucuns intérêt pédagogiques, en revanche pour les profs ça leurs fait gagner du temps.


Quant au table par cœur, moi je ne les ai jamais apprises par cœur, et pour être sûr de ne pas les apprendre, j'ai utilisé la logique.
Exemple, la table de 10 c'est juste ajouter un 0 derrière, la table de 5 c'est la moitié de celle de 10, la table de 7 c'est celle de 10 moins 3 pour chaque nombre. 35 fois 10 =350 moins 35+35+35 soit 105. 350 -105=245
la table de 11 c'est fois 10 plus le chiffre de départ: 17*11 c'est 17 avec le 0 170 plus le 17 de départ soit 187.
la table de 8 c'est le 10 moins 2 fois le chiffre de départ. 12*8 c'est 12 avec le 0 derrière 120 moins 12+12=24 120-24=96.

avec ça les divisions de tête deviennent un jeu d'enfants :P

La logique derrière les maths est bien plus utile que d'apprendre par cœur une table qui sera soit oubliée ou soit récitée complètement pour arriver au résultat. Car la logique que j'ai brièvement exposé juste au dessus permet de faire des calcules de tête, alors que d'apprendre par cœur ne le permet pas.
Et en plus la logique développe l'agilité mentale, ce qui est toujours bon a prendre. :star5:



En ce qui concerne la grammaire, mon avis personnel est que c'est qu'il faut l'apprendre, comme l'orthographe, néanmoins, la méthode du petit soldat avec des dictées je pense que c'est contre-productif.


Pas vraiment d'accord, le fait de savoir lire et compter (ce que beaucoup (mais pas tous) d'entre nous ne perdons pas avec l'âge) est bien le fruit d'un par cœur....

Le par cœur est indispensable pour dresser le "décor" dans lequel toutes réflexions se développent. C'est sur ces bases (on ne va pas redémontrer Archimedes= tous les jours ou la loi d'Ohm et d'une façon toute les lois de la physique élémentaire...) que l'on peut envisager des solutions intelligentes à des problèmes concrets.

Alors favoriser la réflexion bien sur mais cela ne peut se faire qu'en manipulant des des concepts acquis par la compréhension et mémorisé par le par cœur.

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5111
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Yakiv » 28 avr. 2018, 13:05:48

johanono a écrit :
28 avr. 2018, 10:38:51
Les tenants des nouvelles pédagogies nous rétorqueront que les jeunes savent plus de choses aujourd'hui, dans davantage de domaines. Alors oui, ils savent surfer sur internet. Oui, ils savent utiliser une tablette. Oui, ils savent se servir de Facebook, Twitter, Snapchat et autres joyeusetés de ce genre. Oui, ils ont suivi des TPE dont on se demande exactement à quoi ils servent. Oui, ils ont suivi de vagues cours d'éducation à la citoyenneté et de prévention des accidents de la route. Mais à part ça ?
Ne soit pas caricatural.
Je parle de langues, de sciences et vie de la terre, d'histoire et géographie, de physique...
johanono a écrit :
28 avr. 2018, 10:38:51
A part ça, beaucoup de gens constatent que le niveau des jeunes baisse dramatiquement depuis quelques années. Il y a des chefs d'entreprise qui constatent que les jeunes qui postulent chez eux pour un emploi ne savent plus écrire dans un français correct, sans faute d'orthographe, et sans erreur syntaxique. Moi-même, je constate que mes neveux et petits cousins âgés d'une dizaine d'années écrivent dans un français très laborieux (mon fils est encore petit, j'espère pouvoir lui faire échapper à ça dans quelques années). Il y a aussi des commerçants qui constatent que des jeunes de 10/12 ans qui viennent faire leurs courses ne sont pas capables de calculer eux-mêmes leur prix d'achat ni de calculer eux-mêmes la monnaie que le commerçant doit leur rendre (j'ai eu plusieurs témoignages en ce sens). Il y a des jeunes aujourd'hui qui sont incapables de calculer l'âge d'une personne à partir de son année de naissance. Et puis comment gérer une entreprise, comment faire des devis, comment tenir une comptabilité, si on ne sait même pas compter ? Comment argumenter, comment réfléchir, quand on ne maîtrise que 300 mots de français ?
Pour être honnête, je travaille aussi en entreprise, dans l'industrie, et je constate que parmi les illettrés que je croise, il n'y a quasiment que des anciens, très peu de jeunes sont concernés.
Alors évidemment il faudrait pousser plus loin les investigations, mais je n'ai pas l'impression que l'abrutissement général qu'on nous vend depuis des dizaines d'années correspond bien à la réalité.

Avatar du membre
Mewtow
Messages : 133
Enregistré le : 05 janv. 2015, 09:16:21

Re: Dictée, écriture et calcul mental quotidiens: ce que veut Blanquer pour le primaire

Message non lu par Mewtow » 28 avr. 2018, 13:35:54

Yakiv a écrit :
28 avr. 2018, 12:04:11
Mewtow a écrit :
27 avr. 2018, 21:43:53
Complètement inchangée avec les recommandations de Monsieur Blanquer. A vrai dire, les recommandations en maths, qui sont de bon sens, pourraient même favoriser l'enseignement des sciences.
Comment ?
Quelques recommandations de Monsieur Blanquer, comme la pratique du calcul mental, pourraient améliorer le niveau en maths, favorisant l'utilisation de celles-ci dans des cours de sciences, tout simplement.
Yakiv a écrit :
28 avr. 2018, 12:04:11
J'aimerais aussi vous poser une dernière question. Avez-vous eu le sentiment, dans la matière que vous enseignez, que la méthode pédagogique préconisée par le ministère n'était pas la plus efficace et que vous auriez préféré enseigner d'une autre manière ? (laquelle ?)
Oh que oui, et pas qu'un petit peu ! En technologie et en économie-gestion avec spécialité en informatique (oui, on a une spécialité d'informatique en filière d'éco-gestion, qui est prise par les terminales STMG), le "ministère" poussait fortement pour l'utilisation de méthodes inefficaces.

Les inspecteurs et formateurs auxquels j'ai eu affaire quand j'étais au lycée détestaient l'apprentissage par cœur, le cours magistral, les cours dialogués et toutes les autres formes d'apprentissage dites "frontal". Selon leurs dires, elles ne devaient jamais être utilisées (selon leurs dires). Ils "imposaient" d'utiliser des méthodes où l'élève doit découvrir le savoir par lui-même, le découvrir, le deviner. Lors de la première séance de formation que j'ai eu, le chargé de mission a clairement dit que seule l'approche "inductive" était autorisée - je mets des guillemets parce que le formateur avait une définition bien "pédagogiste" des pédagogies inductives - et que nous ne devions pas faire de frontal, sous peine de se faire massacrer à la visite conseil. Les autres séances de formation sur les méthodes pédagogiques étaient du même tonneau, avec une promotion de la méthode des situations-problèmes, de la découverte autonome par l'étude de documents, ainsi que quelques variantes comme la méthode des îlots. Je conçois que cela peut avoir une utilité pour les matières "peu formelles" comme le management ou la communication d'entreprise, mais j'en doute pour ce qui est du reste...

Dans ces méthodes, on devait confronter l'élève à un ou plusieurs "problèmes" pour lesquels les élèves n'avaient pas les connaissances ou concepts pour répondre. Les élèves doivent alors réfléchir par petits groupes, éventuellement analyser des documents papier et forger d'eux-mêmes les concepts importants soit de manière totalement autonome, soit à partir des informations présentes dans les documents, soit avec une aide limitée de la part du professeur (attention à ne pas faire de cours dialogué). En gros, le cours est soit découvert, soit enseigné indirectement, par une analyse de documents ou tout autre méthode. Éventuellement, les élèves recevaient une synthèse à la fin de la séquence, mais pas plus. J'ai appris cette année que c'est la méthode préconisée en technologie, avec un peu de place pour la manipulation et la fabrication directe - même si les thèmes du programme se prêtent mal à cette dernière, notamment les cours d'architecture. Mes collègues m'ont affirmé que ces méthodes sont promues dans beaucoup de matières au collège, en physique, en anglais, en français, en mathématiques, etc.

Le problème est que les programmes sont conçus avec ce genre d'approche en tête - c'était le cas pour le programme de SIG en terminale STMG, avec l'imposition d'une pédagogie par projet qui ne peut pas marcher avec des élèves débutants. Il faut avouer que mettre des élèves qui ont juste eu quelques semaines ou mois d'apprentissage de la programmation sur un vrai projet était naturellement voué à l'échec. Raison pour laquelle les élèves - les miens autant que ceux d'autres établissements que j'ai évalué lors de l'oral du bac - ne pouvaient effectuer que des projets pauvres, limités, particulièrement simples et sans intérêt. Même chose cette année, au collège, avec les programmes incompatibles avec du frontal ou de la mise en pratique pure. Par exemple, les programmes de sciences et de technologie sont en quelque sorte mélangés et il est difficile de savoir qui fait quoi. Les concepteurs de programmes ont profité de l'apparition des EPIs pour fusionner des programmes de matières différentes pour "favoriser l'interdisciplinarité". Résultat : la prof de maths de mon collège va faire des cours de programmation que j'ai déjà entamés auparavant, et je refais le cours sur les matériaux et leurs propriétés et celui sur l'énergie et sa production que le professeur de physique pourrait faire nettement mieux que moi... Ajoutez à cela que la méthode favorisée est celle des îlots (découverte du cours via des activités en petits groupe) et vous obtenez un joyeux bordel !

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré