Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

Vous avez un coup de g..... à passer sur notre société, ou tout simplement un coup de coeur venez le dire ici
Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 20519
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

Message non lu par Jeff Van Planet » 30 déc. 2018, 15:21:43

Voilà qui change tout.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 53435
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

Message non lu par Nombrilist » 30 déc. 2018, 22:20:06

Moui, enfin quand même: Cet arrêt place ensuite les autorités publiques dans la situation défensive de devoir se justifier de refuser aux musulmans revendicatifs la «jouissance» de telle ou telle norme de la charia, dès lors qu'elles en acceptent d'autres. De fait, c'est non seulement la Grèce et le Royaume-Uni qui acceptent déjà la charia en certaines matières, mais aussi tous les pays qui reconnaissent une valeur aux normes alimentaires «halal». Dès lors, on ne voit pas pourquoi refuser l'application d'autres normes, en matière de finance par exemple. La charia est un système juridique qui couvre tous les aspects de la vie. Plus encore, en acceptant le principe même de l'applicabilité de la charia en Europe, fut-ce de façon limitée, cet arrêt permet aux partis politiques qui en veulent l'application, de prétendre agir «dans le respect des droits de l'homme».

Analyse effectuée par Grégor Puppinck est docteur en droit et directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ). Il est membre du panel d'experts de l'OSCE sur la liberté de conscience et de religion. Autrement dit, pas le premier journaliste venu.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 25056
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

Message non lu par El Fredo » 30 déc. 2018, 23:08:08

Le halal ça n'a rien à voir, ici on parle de code civil. Or la CEDH est claire : même si les Etats sont libres ou pas de reconnaître les lois religieuses (et oui, certains pays ne sont pas laïcs et ne reconnaissent que les mariages religieux par exemple), personne ne peut être astreint à une loi religieuse plutôt qu'à une loi civile du simple fait de sa religion. Dans ce cas précis le mari avait établi un testament selon le droit civil grec et la CEDH a considéré que privilégier les règles d'héritage de la charia sous prétexte que l'intéressé était (supposément) musulman constituait une violation de ses droits et de ceux de sa femme. Pour moi cet arrêté de la CEDH est une victoire de la liberté de conscience car elle libère les citoyens des contraintes légales de leur communauté religieuse.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Snark
Messages : 2120
Enregistré le : 08 nov. 2015, 10:40:54
Contact :

Re: Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

Message non lu par Snark » 31 déc. 2018, 09:35:14

la Cour pose comme «pierre angulaire» à son approche, le «droit de libre identification»,
c'est-à-dire le droit «de choisir de ne pas être traité comme une personne appartenant à une minorité»,
tant par les membres de la minorité en question que par l'État
. La Cour ajoute que le respect par l'État
de «l'identité minoritaire d'un groupe spécifique» ne doit pas porter préjudice
au «droit des membres de ce groupe de choisir de ne pas appartenir à ce groupe»
ou «de ne pas suivre les pratiques et les règles de celui-ci». En un mot, l'État doit respecter les minorités
tout en évitant de contribuer à y enfermer leurs membres. Ainsi, lorsque l'État accepte l'application de la charia
sur son territoire, celle-ci doit être optionnelle.

T'imagines la téte du juge chargé de trancher un litige sachant que les lois ne sont pas les mémes pour tous
et qu'on veut ou pas les appliquer à soi méme . Qui va payer l'aspirine ?

Je croyais que la loi fixait les règles minimales applicables à tous
de façon à rendre la vie en société possible .
Et pendant ce temps là le permafrost décongèle .

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 53435
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

Message non lu par Nombrilist » 02 janv. 2019, 20:50:47

El Fredo a écrit :
30 déc. 2018, 23:08:08
Le halal ça n'a rien à voir, ici on parle de code civil. Or la CEDH est claire : même si les Etats sont libres ou pas de reconnaître les lois religieuses (et oui, certains pays ne sont pas laïcs et ne reconnaissent que les mariages religieux par exemple), personne ne peut être astreint à une loi religieuse plutôt qu'à une loi civile du simple fait de sa religion. Dans ce cas précis le mari avait établi un testament selon le droit civil grec et la CEDH a considéré que privilégier les règles d'héritage de la charia sous prétexte que l'intéressé était (supposément) musulman constituait une violation de ses droits et de ceux de sa femme. Pour moi cet arrêté de la CEDH est une victoire de la liberté de conscience car elle libère les citoyens des contraintes légales de leur communauté religieuse.
Le type explique que les Etats sont libres de reconnaître ou pas les lois religieuses et c'est bien là le problème car je partage son opinion: Cet arrêt place ensuite les autorités publiques dans la situation défensive de devoir se justifier de refuser aux musulmans revendicatifs la «jouissance» de telle ou telle norme de la charia, dès lors qu'elles en acceptent d'autres.

On peut faire confiance au lobby musulman pour pousser vers l'application d'une Charia en France et confiance en nos politiciens pour finir par céder.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 25056
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

Message non lu par El Fredo » 02 janv. 2019, 22:32:40

Tu sur-interprètes. Je le rappelle encore une fois, tous les Etats européens ne sont pas laïcs et certains comme la Grèce appliquent les lois religieuses dans le domaine du droit familial : si tu te maries selon les lois de l'Eglise, tu divorces selon les lois de l'Eglise. C'est même le cas en Israël par exemple (les mariages sont religieux). Or la CEDH établit ici une hiérarchie des normes sur la base de la non discrimination en plaçant le choix individuel au-dessus de l'appartenance à la communauté religieuse : si tu décides d'établir un testament civil, alors l'Eglise ou les lois religieuses ne peuvent y opposer leurs propres règles en matière d'héritage.

En France on a un droit civil et aucune reconnaissance légale des lois religieuses donc ça ne risque pas d'arriver. Par contre si ton Eglise catholique t'interdit de divorcer et de te remarier à l'église, et bien tu fais un mariage civil en seconde noce, point, et personne ne peut s'y opposer. La loi de 1905 garantit la liberté de culte, et donc la liberté pour quiconque de s'astreindre aux lois religieuses qu'ils veulent à partir du moment où elles ne sont pas en contradiction avec la loi de la République.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Répondre

Retourner vers « Votre coup de "gueule" / coup de coeur »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré