Retraites : Ce qu'on peut faire

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 24 avr. 2010, 18:28:00

Il faudrait d'abord savoir si ces chiffres sont bruts ou net.

Globalement, il n'y a aucune raison de surpayer les fonctionnaires, qui ont déjà la stabilité de l'emploi.

Le reste, c'est bien entendu au cas par cas de la performance individuelle. Avoir des barêmes standard par catégories, c'est nier l'individu. 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 24 avr. 2010, 20:40:00

Les pensions sont nettes .... Toujours.

Les fonctionnaires ne sont pas surpayés mais le calcul de leur retraite se fait sur les 6 derniers mois et il est de coutume que de les passer à l'échelon supérieur 6 mois avant leur départ.

Dans le privé, c'est sur les 25 meilleures années.

Maintenant, veut on tirer vers le haut ou vers le bas, voila la question ....

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 24 avr. 2010, 22:54:00

Ici, les pensions sont brutes, et calculées dans la fonction publique sur les 5 dernières années, comme dans le privé. Les retraites du privé sont calculées en 45 èmes, et celles du public en 60èmes.

Je ne vois pas comment on pourrait tirer les salaires du privé vers le haut, ni pourquoi un fonctionnaire gagnerait beaucoup plus qu'un salarié standard.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 49436
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 24 avr. 2010, 23:19:00

"Je ne vois pas comment on pourrait tirer les salaires du privé vers le haut"

Rien de plus simple. Il suffit d'adopter pour le privé la méthode de calcul utilisée pour les fonctionnaires.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 25 avr. 2010, 09:32:00

A Nombr!ilistland, mais là seulement, les coûts salariaux n'ont aucun rapport avec les marges bénéficiaires des entreprises, qui pourraient toutes ajouter un zéro aux feuilles de paie, sans coup férir.

Une excellente mesure en faveur de l'emploi !
icon_biggrin icon_biggrin icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 49436
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 25 avr. 2010, 10:01:00

J'ai rien compris.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 25 avr. 2010, 10:46:00

Mais non. Il ne s'agit pas là de salaires ! Il s'agit du système de retraite dit "par répartition" qui fonctionne sur les cotisations et qui est un excellent système lors des pèriodes de plein emploi. Or, aujourd'hui ce n'est plus le cas. Il n'y a plus de plein emploi, il y a plus de retraités que d'actifs, il y a les chômeurs. Le seul secteur "protégé" c'est le secteur public qui continue de fonctionner comme si nous étions dans ces pèriodes de plein emploi. Ajoutons à celà le déficit démographique qui va peser lourd dans les décennies à venir alors que l'alongement de la durée de la vie a considérablement augmenté.
Il faut donc au titre de la solidarité nationale, alligner le public sur le privé, revenir sur ces "acquis sociaux" dont certains remontent aux années d'après guerre et même aux années trente (SNCF) !
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 25 avr. 2010, 11:43:00

[table cellpadding="0" cellspacing="0" border="0" width="100%"][tr][td colspan="1" rowspan="1" width="100%"]Image Retraites : Ce qu'on peut faire[/td][td colspan="1" rowspan="1" valign="top"]Image [/td][/tr][tr][td colspan="2" rowspan="1"]J'ai rien compris.
[/td][/tr][/table]

C'est bien là le problème icon_confused   Relis soigneusement et réfléchis ...
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 49436
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 25 avr. 2010, 12:02:00

Si je comprends bien, Keserasera, il faut rendre tout le monde pauvre ? Soit. Ces idées t'appartiennent. Ce ne sont pas les miennes.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Libéral

Message non lu par Libéral » 25 avr. 2010, 14:05:00

Nombrilist a écrit :Si je comprends bien, Keserasera, il faut rendre tout le monde pauvre ? Soit. Ces idées t'appartiennent. Ce ne sont pas les miennes.
Les pauvres deviennent encore plus pauvres s'ils sont fainéants. Avant de leur donner plus de salaire, il faut leur dire de travailler pour gagner plus.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 25 avr. 2010, 15:24:00

Le pb n'est pas la du tout, on parlait du  niveau des pensions.

l'écart privé public est important car le mode de calcul est différent et favorise évidemment le public.

La question est donc :

Faut il niveler par le bas ou par le haut ? (aligner le privé sur le mode de calcul du public, ou vice versa)

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 25 avr. 2010, 15:51:00

Pas si simple ! Le jour de l'établissement du contrat de travail entrent en compte le salaire, son plan d'évolution (carrière plane par exemple), les avantages extra légaux et, bien entendu, la retraite escomptée.

On ne peut faire travailler quelqu'un 30 ans avec des promesses, pour lui dire à la veille de sa retraite "poisson d'avil !"

S'il y a modification (sans doute souhaitable) de certains régimes de pension, cela ne devrait s'adresser qu'aux primo-arrivants, et donc produire ses effets dans une quarantaine d'années ...
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 25 avr. 2010, 17:12:00

Ha quand même quelque chose de censé, merci Mps. Effectivement, la notion de contrat est inaliénable, l'état ne peut s'arroger ce privilège, je suis heureux que tu ais soulevé ce point crucial.

Toute réforme visant à aligner le public sur le privé ne peut donc se faire autrement qu'en changeant par la loi les retraites du public pour les futurs entrants.

Bon, maintenant ... c'est pas en faisant cela que l'on arrivera a limiter le déficit chronique maintenant.

Alors, allongement pour tout le monde ? (quelques trimestres en plus)
Kapitalisation ? (madoof et goldman et sachs vont se goinfrer ....)
Relèvement des prélèvements existants ?
Création de nouveaux ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 25 avr. 2010, 18:54:00

A mes yeux (?), impossible d'augmenter les prélèvements, ce serait suicidaire.

Allongement du temps de travail ? A envisager sérieusement, sans age buttoir, mais en fonction des trimestres prestés (avec une pondération pour les métiers très physiques)

On pourrait aussi négocier une légère diminution de retraite des cadres, contre la déduction fiscale des assurances-vie volontaires, qui portent leurs effets soit à l'age de la retraite en un coup, soit par la constitution d'une rente complémentaire pour le restant de ses jours.  En Belgique, ça marche depuis 30 ans, et tout le monde apprécie.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 31161
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 17 mai 2010, 22:31:00

Bonjour,

Allongement de la durée d'activité, "contribution" des revenus les plus élevés et des revenus du capital ou encore préservation du système par répartition: voici les 14 engagements du gouvernement pour réformer les retraites, selon le document d'orientation transmis dimanche soir aux partenaires sociaux.
- Engagement n 1: le gouvernement maintiendra le système par répartition "même s'il est nécessaire d'encourager les dispositifs d'épargne retraite".

- Engagement n 2: "l'objectif que se fixe" le gouvernement est de permettre un "retour à l'équilibre des régimes de retraite, et non pas simplement la réduction de leur déficit". La réforme déterminera "les règles des régimes à horizon 2020 ou 2030".

- Engagement n 3: le gouvernement "refuse de réduire le niveau de vie des retraités d'aujourd'hui pour résoudre les difficultés des régimes de retraite. Leur pouvoir d'achat restera garanti par l'indexation de leurs pensions sur les prix".

- Engagement n 4: "ne pas réduire les déficits en baissant les pensions des retraités de demain".

- Engagement n 5: "le gouvernement proposera de nouvelles mesures pour permettre aux Français de connaître plus tôt dans leur carrière leurs droits à retraite et d'utiliser les dispositifs permettant d'améliorer leurs futures pensions. Des mesures de simplification seront également prises" pour les salariés "qui relèvent de plusieurs régimes de retraite".

- Engagement n 6: pas de hausse des impôts et des cotisations sociales.

- Engagement n 7: augmenter la durée d'activité "est la seule solution à la fois juste et efficace" pour faire face au défit démographique du vieillissement de la population, mais "sans préjuger du levier utilisé (augmentation de la durée de cotisation, recul de l'âge légal de départ)".

- Engagement n 8: "le changement sera (...) progressif. L'augmentation de la durée d'activité s'étalera sur plusieurs années".

- Engagement n 9: pour "répartir équitablement l'effort entre les assurés", le gouvernement souhaite maintenir le dispositif "carrières longues", permettant aux salariés qui ont commencé à travailler très jeune de partir tôt à la retraite. Mais il l'ajustera "compte tenu de l'allongement de la durée d'activité". Le gouvernement "tiendra également compte de la pénibilité propre à certains parcours professionnels".

- Engagement n 10: concernant l'emploi des seniors, le gouvernement encouragera "la mise en place de changements profonds en matière de politique des ressources humaines, de conditions de travail et de déroulement de carrière".

- Engagement n 11: le gouvernement s'engage à préserver un système "profondément solidaire (qui) offre une protection très large en matière de retraite contre les aléas de la vie professionnelle (chômage, temps partiel subi, maladie, etc.)". Il "s'assurera que ces mécanismes correspondent à la réalité des besoins sur le marché du travail, en particulier en matière de chômage non indemnisé".

- Engagement n 12: le gouvernement "mettra notamment en place une contribution supplémentaire sur les hauts revenus et les revenus du capital. S'agissant des particuliers, cette contribution ne donnera pas droit à restitution au titre du bouclier fiscal. Ces prélèvements supplémentaires seront affectés au financement des mécanismes de solidarité, à travers le Fonds de solidarité vieillesse (FSV)".

- Engagement n 13: "l'équité de la réforme suppose que l'augmentation de la durée d'activité concerne l'ensemble des Français, du public comme du privé. Les règles spécifiques à la Fonction publique font par ailleurs l'objet d'une concertation avec les organisations syndicales de la Fonction publique, afin d'étudier celles qui ne seraient plus adaptées. En ce qui concerne les régimes spéciaux, ces évolutions s'appliqueront dans le respect du calendrier de mise en oeuvre de la réforme de 2007".

- Engagement n 14: organisation de rencontres "périodiques" avec les partenaires sociaux "afin de s'assurer du respect de certains objectifs essentiels pour la sauvegarde de nos régimes de retraite, par exemple le maintien d'un taux de remplacement satisfaisant ou l'amélioration du taux d'emploi des seniors".

Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré