L'absentéisme un mal français ?

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
Répondre
Papibilou
Messages : 5296
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

L'absentéisme un mal français ?

Message non lu par Papibilou » 22 nov. 2017, 12:13:39

https://www.lci.fr/emploi/absenteisme-a ... 71167.html

Certes l'étude ce dessus montre que la France n'est pas en dernière position en Europe, puisque l'Italie est encore derrière nous, mais on peut cependant légitimement se demander s'il n'existe pas un certains laxisme médical en France.
Et cela même s' il y a des arrêts de travail non respectés (le salariés est allé travailler malgré son arrêt de travail), mais plus dans certains secteurs que dans d'autres.
Le côut total de l'absentéisme est évalué à 60 milliards d'€.
Ne pensez vous pas qu'il devrait y avoir une action vigoureuse des pouvoirs publics auprès des professionnels de la médecine pour qu'il agissent avec plus de discernement ?
Doit-on également prendre des mesures pour que les excès d'absences dans certains collectivités locales soient résorbées rapidement avec pour corollaire une baisse des aides de l'état si la mairie n'y met pas bon ordre ?
Ne devrait-on pas recenser les cas récurrents concernant les accidents du travail pour pallier ce type d'absences (qui sont, elles , justifiées) ?
Enfin, lorsque le salarié fraude (10 milliards d'€) car il a une activité rémunérée par ailleurs, ne devrait -il pas être sanctionné très fortement par exemple dans le public par un expulsion définitive du salarié.

Avatar du membre
mordred
Messages : 7215
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: L,absentéisme un mal français ?

Message non lu par mordred » 22 nov. 2017, 15:08:16

Un salarié absent régulièrement dans le Privé ne fait pas long feu. Dans le Public; ils ne peuvent licencier personne. :woohoo2:
Dans la boite où je travaillais; l'absent pour deux ou trois jours de maladie faisait généralement défalquer des jours de congés ou d'heures supplémentaires pour ne pas perdre de salaire.
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Avatar du membre
albert
Messages : 9299
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: L,absentéisme un mal français ?

Message non lu par albert » 22 nov. 2017, 15:27:46

Absentéisme dans le privé : des arrêts maladie toujours plus fréquents et plus longs

mer. 22 nov. 2017, 00:54:00

Selon une étude de l'assureur Malakoff Médéric, le nombre d'arrêts de travail chez les salariés du secteur privé a progressé entre 2010 et 2016.

Image




L'étude de Malakoff Médéric* dresse le portrait des salariés du privé absents pour cause de maladie. Un phénomène qui va croissant malgré un système de santé efficace et qui frappe de façon inégalitaire hommes et femmes, jeunes et vieux, Franciliens et provinciaux, salariés des PME et des géants du CAC 40.

(...)

En hausse depuis 2010. En 2016, 34,1 % des salariés ont eu au moins un arrêt de travail pour cause de maladie. Un pourcentage quasi stable depuis 2013, mais, selon Malakoff Médéric, on assiste à une progression de presque deux points depuis 2010. Pour ceux qui posent des arrêts maladie, la durée de leur absence progresse elle aussi, passant en moyenne à 35,5 en 2016. « Cette évolution a plusieurs causes, explique Anne-Sophie Godon, directrice de l'innovation chez Malakoff Médéric. Bien sûr, le vieillissement général de la population, mais aussi les nouvelles organisations du travail et une pression plus forte, de nouveaux risques, comme les troubles musculosquelettiques, l'emploi féminin qui progresse et enfin la difficulté à concilier vie privée et vie professionnelle avec des temps de transport qui s'allongent. » Que faire ? « Plusieurs études ont montré par exemple que les salariés sont demandeurs de plus de souplesse dans les horaires pour s'organiser », répond-elle.


Les femmes plus que les hommes. Les femmes s'arrêtent beaucoup pour grossesse, ce qui explique en partie que la tranche des 30-39 ans soit la plus souvent absente pour maladie. « Mais il y a aussi les conditions de travail. Pensés pour les hommes, les outils, les méthodes ont été peu adaptés au travail des femmes », dit Anne-Sophie Godon.

(...)


Article complet sur http://www.leparisien.fr/economie/absen ... 407270.php
L'absentéisme est aussi la conséquence d'une dégradation des conditions de travail, de la pression accrue sur les salariés.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50119
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: L,absentéisme un mal français ?

Message non lu par Nombrilist » 22 nov. 2017, 18:59:54

Pour le classement inter-pays, si on retire les arrêts liés à la grossesse des femmes, ça donne quoi ?
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Nico37
Messages : 18455
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: L,absentéisme un mal français ?

Message non lu par Nico37 » 23 nov. 2017, 13:43:03

Papibilou a écrit :
22 nov. 2017, 12:13:39
https://www.lci.fr/emploi/absenteisme-a ... 71167.html

Certes l'étude ce dessus montre que la France n'est pas en dernière position en Europe, puisque l'Italie est encore derrière nous, mais on peut cependant légitimement se demander s'il n'existe pas un certains laxisme médical en France.
Et cela même s' il y a des arrêts de travail non respectés (le salariés est allé travailler malgré son arrêt de travail), mais plus dans certains secteurs que dans d'autres.
Le côut total de l'absentéisme est évalué à 60 milliards d'€.
Ne pensez vous pas qu'il devrait y avoir une action vigoureuse des pouvoirs publics auprès des professionnels de la médecine pour qu'il agissent avec plus de discernement ?
Doit-on également prendre des mesures pour que les excès d'absences dans certains collectivités locales soient résorbées rapidement avec pour corollaire une baisse des aides de l'état si la mairie n'y met pas bon ordre ?
Ne devrait-on pas recenser les cas récurrents concernant les accidents du travail pour pallier ce type d'absences (qui sont, elles , justifiées) ?
Enfin, lorsque le salarié fraude (10 milliards d'€) car il a une activité rémunérée par ailleurs, ne devrait -il pas être sanctionné très fortement par exemple dans le public par un expulsion définitive du salarié.
20% des arrêts délivrés ne sont pas pris et un nombre inconnus de travailleuses et travailleurs refusent les arrêts (sauf les AT/MP) ce qui est mon cas (sinon je ne travaillerais plus jamais... Mes arrêts c'est le chômage entre deux contrats, enfin tant que je n'ai pas de maladie mortelle...). C'est juste le résultat de l'intensification de la charge de travail : dans mon dernier CDD j'avais la productivité de 2 salarié-es de la fin des années 2000... ce qui n'a pas empêché mon employeur de lancer une énième réorganisation pour tenter d'augmenter encore (un peu) cette productivité (profitant d'un relatif rajeunissement des effectifs)...
L'action vigoureuse des pouvoirs publics existe déjà et c'est une boucherie : par ex. mon père avec 42 séances de chimiothérapie à 65 ans n'a pas eu droit à un seul jour d'arrêt malgré un recours devant le médecin conseil de la CPAM qui lui a dit devant témoin qu'il (ne) sera arrêté (que) s'il fait un malaise... ce qui n'a pas manqué de se produire :!:
Il n'y a pas d'excès d'absence dans la fonction publique pas plus que dans le privé qui est désormais le secteur où le % d'arrêts est le plus important et où la durée d'arrêt dépasse le secteur public (quand je pense qu'il y a fallu à Malakoff Médéric une étude pour découvrir ça...)

Papibilou
Messages : 5296
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: L,absentéisme un mal français ?

Message non lu par Papibilou » 23 nov. 2017, 19:18:15

Nico37 a écrit :
23 nov. 2017, 13:43:03

20% des arrêts délivrés ne sont pas pris et un nombre inconnus de travailleuses et travailleurs refusent les arrêts (sauf les AT/MP) ce qui est mon cas (sinon je ne travaillerais plus jamais... Mes arrêts c'est le chômage entre deux contrats, enfin tant que je n'ai pas de maladie mortelle...). C'est juste le résultat de l'intensification de la charge de travail : dans mon dernier CDD j'avais la productivité de 2 salarié-es de la fin des années 2000... ce qui n'a pas empêché mon employeur de lancer une énième réorganisation pour tenter d'augmenter encore (un peu) cette productivité (profitant d'un relatif rajeunissement des effectifs)...
L'action vigoureuse des pouvoirs publics existe déjà et c'est une boucherie : par ex. mon père avec 42 séances de chimiothérapie à 65 ans n'a pas eu droit à un seul jour d'arrêt malgré un recours devant le médecin conseil de la CPAM qui lui a dit devant témoin qu'il (ne) sera arrêté (que) s'il fait un malaise... ce qui n'a pas manqué de se produire :!:
Il n'y a pas d'excès d'absence dans la fonction publique pas plus que dans le privé qui est désormais le secteur où le % d'arrêts est le plus important et où la durée d'arrêt dépasse le secteur public (quand je pense qu'il y a fallu à Malakoff Médéric une étude pour découvrir ça...)
J'ai déjà rencontré un toubib qui voulait me faire un arrêt de travail que j'ai refusé (et ce n'était vraiment pas indispensable). Mais je sais qu'il en faisait volontiers à d'autres sur simple demande. Par ailleurs il m'est arrivé d'avoir une salariée sous ma responsabilité qui disait en décembre: "il me reste encore 3 jours d'enfants malades", c'est à dire qu'elle prenait cette facilité pour des congés dus. J'ai même eu le cas d'un type qui était bien chez lui quand on vérifiait mais on a appris finalement qu'il restait chez lui (ordre du médecin) sans problème pour se reposer: il était jazzman la nuit à Paris. Bref il y a du grain à moudre même si il peut y avoir des cas inverses, rarement. En tous cas je ne vois pas pourquoi les conditions de travail expliqueraient que l'on trouve 3 fois plus d’absentéisme en France qu'au royaume Uni !

Avatar du membre
mordred
Messages : 7215
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: L'absentéisme un mal français ?

Message non lu par mordred » 24 nov. 2017, 15:44:21

En France; on ne vire pas les fonctionnaires.

http://www.leparisien.fr/economie/absen ... 407228.php
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Nico37
Messages : 18455
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: L,absentéisme un mal français ?

Message non lu par Nico37 » 25 nov. 2017, 10:39:47

Papibilou a écrit :
23 nov. 2017, 19:18:15
Nico37 a écrit :
23 nov. 2017, 13:43:03

20% des arrêts délivrés ne sont pas pris et un nombre inconnus de travailleuses et travailleurs refusent les arrêts (sauf les AT/MP) ce qui est mon cas (sinon je ne travaillerais plus jamais... Mes arrêts c'est le chômage entre deux contrats, enfin tant que je n'ai pas de maladie mortelle...). C'est juste le résultat de l'intensification de la charge de travail : dans mon dernier CDD j'avais la productivité de 2 salarié-es de la fin des années 2000... ce qui n'a pas empêché mon employeur de lancer une énième réorganisation pour tenter d'augmenter encore (un peu) cette productivité (profitant d'un relatif rajeunissement des effectifs)...
L'action vigoureuse des pouvoirs publics existe déjà et c'est une boucherie : par ex. mon père avec 42 séances de chimiothérapie à 65 ans n'a pas eu droit à un seul jour d'arrêt malgré un recours devant le médecin conseil de la CPAM qui lui a dit devant témoin qu'il (ne) sera arrêté (que) s'il fait un malaise... ce qui n'a pas manqué de se produire :!:
Il n'y a pas d'excès d'absence dans la fonction publique pas plus que dans le privé qui est désormais le secteur où le % d'arrêts est le plus important et où la durée d'arrêt dépasse le secteur public (quand je pense qu'il y a fallu à Malakoff Médéric une étude pour découvrir ça...)
J'ai déjà rencontré un toubib qui voulait me faire un arrêt de travail que j'ai refusé (et ce n'était vraiment pas indispensable). Mais je sais qu'il en faisait volontiers à d'autres sur simple demande. Par ailleurs il m'est arrivé d'avoir une salariée sous ma responsabilité qui disait en décembre: "il me reste encore 3 jours d'enfants malades", c'est à dire qu'elle prenait cette facilité pour des congés dus. J'ai même eu le cas d'un type qui était bien chez lui quand on vérifiait mais on a appris finalement qu'il restait chez lui (ordre du médecin) sans problème pour se reposer: il était jazzman la nuit à Paris. Bref il y a du grain à moudre même si il peut y avoir des cas inverses, rarement. En tous cas je ne vois pas pourquoi les conditions de travail expliqueraient que l'on trouve 3 fois plus d’absentéisme en France qu'au royaume Uni !
Par le passé il y a pu y avoir à la marge des salarié-es qui pouvaient avoir un arrêt correspondant à une incapacité professionnelle partielle, ça fait bien longtemps que c'est terminé, nombreuses et nombreux sont les salarié-es qui ne peuvent en bénéficier alors que l'incapacité professionnelle totale est patente. Même quand le médecin généraliste voire le spécialiste le justifie longuement, le médecin de la CPAM refuse l'arrêt et demande à voir in situ cette incapacité professionnelle totale : ce qui est arrivé à mon père n'est pas rare et devient même de plus en plus courant... Pour ma part, je suis obligé de " ruser " : en accord avec mon employeur, je suis relevé des tâches impossibles à accomplir et je fais uniquement les tâches les plus simples avec une productivité réduite (ce qui est moins rentable pour mon employeur que si j'étais en arrêt comme me l'a fait remarqué une fois une DRH à peu près censée s'étonnant de ne pas me voir en arrêt qui s'est rappelé par la suite que j'étais en CDD...).
La France a une productivité bien supérieure à l'Angleterre qui a par ailleurs une espérance de vie bien inférieure... Mais l'espérance de vie en bonne santé est en baisse en France depuis plusieurs années.

Papibilou
Messages : 5296
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: L,absentéisme un mal français ?

Message non lu par Papibilou » 25 nov. 2017, 12:34:54

Nico37 a écrit :
25 nov. 2017, 10:39:47


Par le passé il y a pu y avoir à la marge des salarié-es qui pouvaient avoir un arrêt correspondant à une incapacité professionnelle partielle, ça fait bien longtemps que c'est terminé, nombreuses et nombreux sont les salarié-es qui ne peuvent en bénéficier alors que l'incapacité professionnelle totale est patente. Même quand le médecin généraliste voire le spécialiste le justifie longuement, le médecin de la CPAM refuse l'arrêt et demande à voir in situ cette incapacité professionnelle totale : ce qui est arrivé à mon père n'est pas rare et devient même de plus en plus courant... Pour ma part, je suis obligé de " ruser " : en accord avec mon employeur, je suis relevé des tâches impossibles à accomplir et je fais uniquement les tâches les plus simples avec une productivité réduite (ce qui est moins rentable pour mon employeur que si j'étais en arrêt comme me l'a fait remarqué une fois une DRH à peu près censée s'étonnant de ne pas me voir en arrêt qui s'est rappelé par la suite que j'étais en CDD...).
La France a une productivité bien supérieure à l'Angleterre qui a par ailleurs une espérance de vie bien inférieure... Mais l'espérance de vie en bonne santé est en baisse en France depuis plusieurs années.
Ne prenez pas votre cas pour une généralité, et j'ai eu, moi même , le tort de citer mon exemple. Il faut raisonner sur les chiffres, même si l'analyse des chiffres bruts ne dispense pas de chercher plus loin.
L’absentéisme en France est, manifestement, trop élevé si on le compare à ses voisins. Vous citez la durée de vie du Royaume Uni mais elle n'est qu'assez peu inférieure à la notre. Et celle de l'Espagne est un peu supérieure à la notre alors que l’absentéisme y est beaucoup plus faible que chez nous.
L'analyse détaillée montre que la fonction publique territoriale est pointée du doigt. Il est difficile de savoir si l'absentéisme des collectivités territoriales étrangères est aussi fort que chez nous mais il n'en reste pas moins que, sous réserve d'études complémentaires qui préciseraient les causes avec plus de précision, ça reste un problème grave et coûteux pour notre pays.

Avatar du membre
les orteils
Messages : 1876
Enregistré le : 12 janv. 2012, 20:48:47

Re: L'absentéisme un mal français ?

Message non lu par les orteils » 25 nov. 2017, 14:30:20

Il y a du vrai partout. Les conditions de travail sont de plus en plus difficiles et appellent à l'absentéisme. Certains en abusent, notamment quand ils ne perdent pas d'argent. Des médecins sont trop complaisants. Quant au jour de carence dans la fonction publique, au lieu de le rendre systématique, il faudrait donner un ou deux jours dans l'année sans carence : ainsi, celui qui s'absente régulièrement pour un oui ou un non serait vite perdant, tandis que le consciencieux, la seule fois où il doit s'arrêter après 5 ans de boîte ne perdrait rien. Ce n'est pas la panacée, il y a peut-être mieux, mais ça me semble préférable à la situation actuelle.
C'est toujours hier que commence le futur, mais la France continue de penser que tout commence demain. (Boualem SANSAL)

Avatar du membre
mordred
Messages : 7215
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: L'absentéisme un mal français ?

Message non lu par mordred » 25 nov. 2017, 15:38:20

"Des médecins sont trop complaisants".

Il faut faire des exemples. Radiation à vie après flagrant délit. Ce ferait réfléchir les autres.

Entre les têtes de c..... qui refusent de donner alors que c'est justifié et les laxistes... :mur:
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Nico37
Messages : 18455
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: L,absentéisme un mal français ?

Message non lu par Nico37 » 26 nov. 2017, 13:00:54

Papibilou a écrit :
25 nov. 2017, 12:34:54
Nico37 a écrit :
25 nov. 2017, 10:39:47


Par le passé il y a pu y avoir à la marge des salarié-es qui pouvaient avoir un arrêt correspondant à une incapacité professionnelle partielle, ça fait bien longtemps que c'est terminé, nombreuses et nombreux sont les salarié-es qui ne peuvent en bénéficier alors que l'incapacité professionnelle totale est patente. Même quand le médecin généraliste voire le spécialiste le justifie longuement, le médecin de la CPAM refuse l'arrêt et demande à voir in situ cette incapacité professionnelle totale : ce qui est arrivé à mon père n'est pas rare et devient même de plus en plus courant... Pour ma part, je suis obligé de " ruser " : en accord avec mon employeur, je suis relevé des tâches impossibles à accomplir et je fais uniquement les tâches les plus simples avec une productivité réduite (ce qui est moins rentable pour mon employeur que si j'étais en arrêt comme me l'a fait remarqué une fois une DRH à peu près censée s'étonnant de ne pas me voir en arrêt qui s'est rappelé par la suite que j'étais en CDD...).
La France a une productivité bien supérieure à l'Angleterre qui a par ailleurs une espérance de vie bien inférieure... Mais l'espérance de vie en bonne santé est en baisse en France depuis plusieurs années.
Ne prenez pas votre cas pour une généralité, et j'ai eu, moi même , le tort de citer mon exemple. Il faut raisonner sur les chiffres, même si l'analyse des chiffres bruts ne dispense pas de chercher plus loin.
L’absentéisme en France est, manifestement, trop élevé si on le compare à ses voisins. Vous citez la durée de vie du Royaume Uni mais elle n'est qu'assez peu inférieure à la notre. Et celle de l'Espagne est un peu supérieure à la notre alors que l’absentéisme y est beaucoup plus faible que chez nous.
L'analyse détaillée montre que la fonction publique territoriale est pointée du doigt. Il est difficile de savoir si l'absentéisme des collectivités territoriales étrangères est aussi fort que chez nous mais il n'en reste pas moins que, sous réserve d'études complémentaires qui préciseraient les causes avec plus de précision, ça reste un problème grave et coûteux pour notre pays.
Mon expérience c'est celle de millions de salarié-es puisque 20% ne prennent pas d'arrêts pourtant obligatoires et un nombre inconnus de millions de travailleurs ne demandent pas d'arrêt. Et la durée de vie est insuffisante, il faut considérer la vie en bonne santé (elle est très inférieure en Angleterre et baisse pour la première fois en France depuis quelques années) : dans mon cas ne pas prendre d'arrêt dégrade ma santé et je le paye (en étant au chômage plus souvent car ne pouvant enchaîner les CDD) d'ailleurs en terme d'employabilité (un employeur se rend compte facilement qu'un-e salarié-e est fatigué-e et stressé-e et l'élimine de son recrutement même si par ailleurs tous les indicateurs (présentéisme, productivité, flexibilité...) sont au vert).
La fonction publique territoriale a un statut similaire au privé et emploie jusqu'à 25% de CDD, il ne faut donc pas s'étonner qu'il y ait des ressemblances avec le privé.
Oui c'est extrêmement coûteux mais tant qu'il y a aura une course à la productivité qui broie les salarié-es, ça n'est pas prêt d'arrêter d'augmenter : ce ne sont pas les exosquelettes ou un(e) énième mode de GRH qui règlera quoique ce soit : comme en 1968 (et avant) Stop aux cadences infernales !

Papibilou
Messages : 5296
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: L,absentéisme un mal français ?

Message non lu par Papibilou » 29 nov. 2017, 11:21:44

Nico37 a écrit :
26 nov. 2017, 13:00:54

Mon expérience c'est celle de millions de salarié-es puisque 20% ne prennent pas d'arrêts pourtant obligatoires et un nombre inconnus de millions de travailleurs ne demandent pas d'arrêt. Et la durée de vie est insuffisante, il faut considérer la vie en bonne santé (elle est très inférieure en Angleterre et baisse pour la première fois en France depuis quelques années) : dans mon cas ne pas prendre d'arrêt dégrade ma santé et je le paye (en étant au chômage plus souvent car ne pouvant enchaîner les CDD) d'ailleurs en terme d'employabilité (un employeur se rend compte facilement qu'un-e salarié-e est fatigué-e et stressé-e et l'élimine de son recrutement même si par ailleurs tous les indicateurs (présentéisme, productivité, flexibilité...) sont au vert).
La fonction publique territoriale a un statut similaire au privé et emploie jusqu'à 25% de CDD, il ne faut donc pas s'étonner qu'il y ait des ressemblances avec le privé.
Oui c'est extrêmement coûteux mais tant qu'il y a aura une course à la productivité qui broie les salarié-es, ça n'est pas prêt d'arrêter d'augmenter : ce ne sont pas les exosquelettes ou un(e) énième mode de GRH qui règlera quoique ce soit : comme en 1968 (et avant) Stop aux cadences infernales !
Justement parce que votre expérience n'est que ... la votre (et pas celle de millions de travailleurs), vous ne pouvez pas raisonner comme si tout le monde avait eu la même expérience que vous. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'avais regretté avoir exposé un exemple plutôt que de raisonner sur des chiffres.
La durée de vie en bonne santé ? Qu'est-ce que ça veut dire ? j'ai un âge que certains pourraient considérer comme avancé et, de temps à autre j'ai mal au dos ou de l'arthrose etc .. Suis-je en mauvaise santé ?

Raisonnons plutôt sur des chiffres disponibles:
on sait que l’absentéisme est plus élevé dans la fonction publique territoriale. Est-ce que ça veut dire que le travail y est plus fatiguant ? J'ai quelques doutes, mais je suis prêt à entendre tous les arguments qui pourraient infirmer cette impression.

Quand on se compare à d'autres pays, les français sont plus sujets à l'absentéisme. est-ce que les conditions de travail en France sont moins bonnes qu'en Espagne (dont la durée de vie est supérieure à la notre), j'en doute. Or les espagnols font beaucoup moins d'absentéisme que les français. Est-ce une ethnie plus solide que la notre (je plaisante) ? Ou finalement ne pourrait-on pas légitimement penser que certains, chez nous (mais il y en a peut-être aussi en Espagne) en profitent un peu ou s'écoutent un peu trop ou que les toubibs acceptent un peu trop rapidement de donner des congés de maladie ?

Et, encore une fois, ces questions sont totalement indépendantes de ce que peut être l'expérience personnelle, la votre ou la mienne, car on ne peut raisonner que sur un grand nombre.

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré