Comment une ville américaine fait faillite

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par freeze » 20 juil. 2013, 09:45:57

cannes étant beaucoup plus endetté
ville de droite ^^
http://www.rue89.com/rue89-eco/2012/10/ ... nce-236665

les électeurs prendront les décisions nécessaires pour évincer ou non les incompétents
la plupart des communes étant bien gérés on ne peut enlever le role de gestion a un élu

Avatar du membre
karoline
Messages : 2950
Enregistré le : 18 juin 2013, 13:22:35

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par karoline » 20 juil. 2013, 09:54:45

freeze a écrit :cannes étant beaucoup plus endetté
ville de droite ^^
http://www.rue89.com/rue89-eco/2012/10/ ... nce-236665

les électeurs prendront les décisions nécessaires pour évincer ou non les incompétents
la plupart des communes étant bien gérés on ne peut enlever le role de gestion a un élu
Curieusement les villes les plus endettées se trouvent dans les régions de France les plus peuplées.

Je préférerais l'élection d'un conseil municipal géré par un maire qui ait des compétences de gestion municipale, nommé par une commission d'experts.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 49853
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par Nombrilist » 20 juil. 2013, 14:12:25

Toujours la même vieille rengaine des experts. Et qui seraient ces experts de la bonne gestion ? Des banquiers ? Des milliardaires ? Le MEDEF ?
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
karoline
Messages : 2950
Enregistré le : 18 juin 2013, 13:22:35

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par karoline » 20 juil. 2013, 15:05:09

Nombrilist a écrit :Toujours la même vieille rengaine des experts. Et qui seraient ces experts de la bonne gestion ? Des banquiers ? Des milliardaires ? Le MEDEF ?
;pleu; Un prefet, est-il élu? Non, et ensuite, des écoles de gestion existent, il faudrait les adapter à la gestion d'un commune.

Avatar du membre
pwalagratter
Messages : 1901
Enregistré le : 06 avr. 2010, 00:00:00

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par pwalagratter » 20 juil. 2013, 15:21:56

ah ils auraient éviter que les communes se plombent avec Dexia ? J'en doute, je pense même que c'est en voulant jouer aux "gestionnaires modernes du privé" qu'elle se sont retrouvées dans la mouise :

http://www.economiematin.fr/les-experts ... nque-dexia

C'est éloquent non ?

Avatar du membre
mordred
Messages : 7096
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par mordred » 20 juil. 2013, 17:43:33

Longwy : 22.000 habitants en 1962. 14.000 en 2011. C'est cela aussi une ville qui meurt.

Pourquoi voulez-vous mettre des gestionnaires à la tête des mairies alors qu'on a des ânes dans les ministères et à l'Elysée ?! icon_mrgreen C'est curieux ça comme conception ! Vous n'êtes pas du tout dans l'air du temps ! sparkle!
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Avatar du membre
Blaise
Messages : 2399
Enregistré le : 21 août 2010, 00:00:00

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par Blaise » 20 juil. 2013, 17:43:55

Je ne suis pas loin de penser la même chose que Pwala. C'est précisément dans le transfert des méthodes et dans les analogies douteuses que réside le danger (une commune ça se gère comme une entreprise, un ministère et une boîte c'est pareil etc. sauf que ça n'a rien à voir).
Les Français vont instinctivement au pouvoir; ils n'aiment point la liberté; l'égalité seule est leur idole. Or l'égalité et le despotisme ont des liaisons secrètes. Chateaubriand

Avatar du membre
Narbonne
Messages : 13956
Enregistré le : 04 sept. 2011, 16:12:50
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par Narbonne » 20 juil. 2013, 18:35:22

Dans le privé et le public, quand on dépense plus que ce qu'on gagne, il arrive un moment où on tombe en faillite. Manifestement beaucoup de ministères et de mairies ignorent cette règle.
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

Avatar du membre
Blaise
Messages : 2399
Enregistré le : 21 août 2010, 00:00:00

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par Blaise » 20 juil. 2013, 18:46:08

Certes, mais ce n'est pas parce que certains principes qu'on pourrait dire "de saine gestion" sont commun que les méthodes ou les approches le sont.
Les Français vont instinctivement au pouvoir; ils n'aiment point la liberté; l'égalité seule est leur idole. Or l'égalité et le despotisme ont des liaisons secrètes. Chateaubriand

Avatar du membre
Narbonne
Messages : 13956
Enregistré le : 04 sept. 2011, 16:12:50
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par Narbonne » 20 juil. 2013, 20:00:44

Cela fait trente ans, que cela dure. Grâce a des dévaluations la France s'en sortait à peu près, depuis l'€ ce n'est plus possible. On aurait du freiner à ce moment là.
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

Avatar du membre
Ramdams
Messages : 13178
Enregistré le : 18 mars 2013, 09:37:10

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par Ramdams » 20 juil. 2013, 20:07:41

karoline a écrit :
Nombrilist a écrit :Toujours la même vieille rengaine des experts. Et qui seraient ces experts de la bonne gestion ? Des banquiers ? Des milliardaires ? Le MEDEF ?
;pleu; Un prefet, est-il élu? Non, et ensuite, des écoles de gestion existent, il faudrait les adapter à la gestion d'un commune.
C'est l'objectif initial et officiel de l'ENA... L'histoire nous a prouvé que les énarques n'étaient pas forcément de meilleurs gestionnaires. Le droit public est d'une complexité telle que seule une minorité de candidats aux municipales peut appréhender. Une liste élue peut être composée de personnes lambdas qui ne pipent pas un mot d'économie. C'est le jeu démocratique. Ils ne seront pas forcément plus mauvais gestionnaires.

Je crois même que des non-initiés aux finances publiques peuvent être de meilleurs gestionnaires. Ils seront plus prudents, moins dépensiers et leur non connaissance du milieu leur empêchera de magouiller.

De toute façon, en France, les compétences des communes sont de plus en plus transférées aux intercommunalités. C'était l'objectif visé par Sarkozy, repris à peu de différences près par Hollande. Les risques sont donc plus mutualisés.

Nico37
Messages : 18422
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par Nico37 » 13 oct. 2013, 21:46:06

Lueur d'espoir parmi les ruines de Detroit Mira OBERMAN (AFP) 13/10

Les bâtiments désossés de la gare ferroviaire de Detroit, ancien joyau de la ville, attirent régulièrement des touristes, qui peuvent ainsi mesurer la chute de cet ancien fleuron de l'automobile surnommé Motor City.
Gare la plus haute du monde en 1913, elle compte 18 étages dans lesquels ont travaillé jusqu'à 3.000 personnes.
Abandonnée aux intempéries --et aux vandales qui ont brisé ses fenêtres, peint ses murs en briques jaunes et volé ses câbles en cuivre--, la Michigan Central n'a pas été démolie car la ville manque d'argent pour le faire.

(...)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 31298
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Comment une ville américaine fait faillite

Message non lu par politicien » 23 oct. 2013, 23:01:27

Bonjour,
Près de trois mois après avoir reçu le dossier, le juge Steven Rhodes décidera, à l'issue d'une audience qui s'ouvre mercredi 23 octobre, si la principale ville du Michigan peut être placée sous le "chapitre 9", le régime américain des faillites réservé aux municipalités. L'affaire est explosive depuis ses débuts : il s'agirait de la plus importante faillite municipale du pays et de nombreuses voix, notamment celle des fonctionnaires, se sont élevées pour protester contre la légalité du processus.

La faillite, un cadeau empoisonné ?
Du fait de la taille de ses actifs, de sa population (malgré la fuite de ses habitants au fil des ans), et de son tissu productif – aujourd'hui sinistré – la faillite de "Motor City", qui cumule 18 milliards de dollars de dettes, revêt un caractère exceptionnel.

D'où l'opinion largement partagée aux Etats-Unis qu'une telle décision ne doit surtout pas être prise à la légère. Or la procédure est contestée depuis juillet, date du dépôt du dossier, notamment par les bénéficiaires des fonds de pension de la ville, qui craignent de voir leur retraite sérieusement amputée par la restructuration de la dette de la ville, corollaire inévitable de sa banqueroute.

Le chapitre 9 est, tout comme le chapitre 11 pour les entreprises, une procédure qui garantit un certain nombre de protections au bénéficaire, en lui permettant d'alléger et d'allonger sa dette. A ce titre, elle est très prisée des municipalités ou organismes publics en difficulté, mais rarement accordée par la justice : seule une soixantaine de villes ont déposé un dossier depuis les années 50, dont la moitié a été acceptée.

Quels sont les termes de la banqueroute ?
Pour passer sous le chapitre 9, la municipalité débitrice doit inclure dans son dossier un plan de remboursement (extension de la maturité des titres, réduction des taux, contraction de nouveaux prêts, etc.) que les créanciers n'ont que le choix d'accepter, à condition qu'il ait été rédigé en bonne et due forme.

Les créanciers ne peuvent proposer aucune alternative, en revanche, un comité spécial désigne des avocats, comptables, etc., pour veiller à ce que les intérêts des prêteurs soient respectés.

Le plan n'est accepté par la cour – dans le cas de Detroit, le juge Steven Rhodes – et appliqué que s'il répond aux "meilleurs intérêts des créanciers", c'est-à-dire s'il est jugé plus avantageux que toutes les options étudiées auparavant.

Contrairement au chapitre 11, la spécificité du chapitre 9 est de laisser à la municipalité une très large marge de manœuvre. Par exemple, même sous chapitre 9, une municipalité a le droit d'emprunter, notamment pour couvrir ses dépenses administratives de base. La cour qui gère la banqueroute n'a par ailleurs pas le droit d'interférer dans les prises de décisions de la mairie.

(...)

L'intégralité de cet article à lire sur Le Monde.fr
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré