L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financiers

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32969
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financiers

Message non lu par politicien » 28 sept. 2018, 15:58:54

L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financiers

28 sept. 2018, 10:07:56

Le gouvernement italien s'est mis d'accord, jeudi, sur un objectif de déficit budgétaire à 2,4% du PIB, assumé par le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue, au pouvoir d'un pays déjà très endetté.

Image



Le gouvernement italien s'est mis d'accord, jeudi, sur un objectif de déficit budgétaire à 2,4% du PIB, assumé par le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue, au pouvoir d'un pays déjà très endetté.   



En Italie, le conseil des ministres a approuvé jeudi 27 septembre un déficit à 2,4% du produit intérieur brut (PIB) jusqu’en 2021. Même s'il reste dans la limite du plafond de 3% défini par l'Union européenne, ce choix par un pays déjà très endetté est de nature à inquiéter les instances de Bruxelles et les marchés financiers.


Avant l'arrivée au pouvoir d'une coalition formée par le Mouvement 5 Étoiles et la Ligue, l'Italie s'était engagée sur une baisse progressive de son endettement. En approuvant un budget à fort déficit et constant pendant trois ans, le conseil des ministres a choisi le chemin inverse. La proposition du ministre des Finances, Giovanni Tria, n'a pas fait recette. Ce technicien apolitique a plaidé, sans succès, pour un déficit à 1,6% afin de rassurer les marchés. La Ligue s’est enthousiasmée de la baisse des impôts à venir et de la retraite anticipée pour 400 000 Italiens. De leurs côtés, les antisystèmes des 5 Etoiles ont fêté le lancement d'un "revenu de citoyenneté". Il s'agit d'un versement de 800 euros par mois à 6,5 millions d’Italiens modestes dès l’an prochain.


Les activistes du Mouvement 5 Etoiles se sont rassemblés jeudi soir pour célébrer ce qu’ils appellent "le budget du peuple". Leur chef de file, Luigi Di Maio, s'est félicité de "mesures historiques". "Surtout, nous commençons à enlever aux puissants pour donner à tous ceux qui se cassent le dos au travail, a-t-il proclamé. Nous expliquerons aux marchés qu’il y a tellement d’investissements avec ce déficit à 2,4% que l’économie se relèvera autant que nous le voulons."  Indépendamment de la réaction des marchés, celle de la Commission européenne risque d’être sévère. Elle attend des gages de réduction de la colossale dette publique italienne, deuxième en Europe, après celle de la Grèce. 

A lire aussi Sujets associés



Mathilde Imberty
Article complet sur https://www.francetvinfo.fr/monde/itali ... 61073.html
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 2008
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par Spartiate » 28 sept. 2018, 16:18:15

Les marchés financiers s'inquiètent : la belle affaire, ils sont déconnectés de l'économie réelle.

Pour le reste, j'espère que le gouvernement ira jusqu'au bout de ce qui ressemble à une politique de relance, avec ce revenu de 800 €, sachant que la politique d'austérité a failli là où elle a été mise en oeuvre. Ce ne sera pas une partie facile : il faudra lutter contre la riposte des chantres de l'orthodoxie budgétaire (qui vont ruser à coups de "sanctions") et la machine médiatique.

Bref, s'ils vont jusqu'au bout, les Italiens feront ce que Tsipras avait l'intention de faire et qu'il n'a jamais fait.
S'ils vont jusqu'au bout, j'insiste bien là-dessus.
Modifié en dernier par Spartiate le 29 sept. 2018, 12:04:31, modifié 1 fois.

Avatar du membre
albert
Messages : 9997
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par albert » 28 sept. 2018, 16:44:19

Il faut relativiser : 2.4% de déficit, c'est moins que celui de la France (2.8%).
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

pierre30
Messages : 7635
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par pierre30 » 28 sept. 2018, 18:07:36

2,4% avec de la croissance et des taux d'intérêt bas, c'est certainement supportable. Mais je ne connais pas leur situation.
Ce qui inquiète c'est le discours délirant.

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 20097
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par Jeff Van Planet » 29 sept. 2018, 11:17:23

Spartiate a écrit :
28 sept. 2018, 16:18:15
Les marchés financiers s'inquiètent : la belle affaire, ils sont déconnectés de l'économie réelle.
Tout à fait, et tout autant que les gouvernements.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Caberlin
Messages : 1187
Enregistré le : 19 nov. 2011, 06:36:37

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par Caberlin » 29 sept. 2018, 11:55:21

Spartiate a écrit :
28 sept. 2018, 16:18:15
Pour le reste, j'espère que le gouvernement ira jusqu'au bout de ce qui ressemble à une politique de relance, avec de revenu de 800 €, sachant que la politique d'austérité a failli là où elle a été mise en oeuvre. Ce ne sera pas une partie facile : il faudra lutter contre la riposte des chantres de l'orthodoxie budgétaire (qui vont ruser à coups de "sanctions") et la machine médiatique.

Bref, s'ils vont jusqu'au bout, les Italiens feront ce que Tsipras avait l'intention de faire et qu'il n'a jamais fait.
S'ils vont jusqu'au bout, j'insiste bien là-dessus.
Si les Italiens sont prêts à payer ! Ils peuvent aller jusqu'au bout !
"Ils ne se révolteront que lorsqu’ils seront devenus conscients et ils ne pourront devenir conscients qu’après s’être révoltés" - George Orwell, «1984»

Avatar du membre
albert
Messages : 9997
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par albert » 29 sept. 2018, 17:07:42

Spartiate a écrit :
28 sept. 2018, 16:18:15
Les marchés financiers s'inquiètent : la belle affaire, ils sont déconnectés de l'économie réelle.

Pour le reste, j'espère que le gouvernement ira jusqu'au bout de ce qui ressemble à une politique de relance, avec ce revenu de 800 €, sachant que la politique d'austérité a failli là où elle a été mise en oeuvre. Ce ne sera pas une partie facile : il faudra lutter contre la riposte des chantres de l'orthodoxie budgétaire (qui vont ruser à coups de "sanctions") et la machine médiatique.

Bref, s'ils vont jusqu'au bout, les Italiens feront ce que Tsipras avait l'intention de faire et qu'il n'a jamais fait.
S'ils vont jusqu'au bout, j'insiste bien là-dessus.
Faire une politique de relance aurait du sens si l'Italie sortait de l'euro et dévaluait. Sinon, elle va juste dégrader sa compétitivité et dans un an ou deux, elle devra changer sa politique (comme Mitterrand qui n'a pas voulu sortir la France du SME en 1983).
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 2008
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par Spartiate » 29 sept. 2018, 20:11:53

Oui, je n'ai pas dit que ce sera forcément couronné de succès, ça dépendra grandement de la confiance des acteurs économiques.

Maintenant, contrairement à la France, l'Italie a une balance commerciale excédentaire depuis 5 ans, ne serait-ce parce qu'elle a gardé un meilleur tissu industriel, beaucoup moins concentré dans les mains de quelques groupes par rapport à la France. Bref, elle peut envisager avec plus de sérénité que sa voisine une politique de relance.

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 20097
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par Jeff Van Planet » 30 sept. 2018, 11:56:31

On reparlera de leur "succès" dans 2 ans.


Quoi qu'il en soit, je suis très surpris que ces deux là (5 étoiles et la ligue du nord) qui sont pourtant aux antipodes soient arrivé à boucler un budget.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
albert
Messages : 9997
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par albert » 30 sept. 2018, 12:01:50

Spartiate a écrit :
29 sept. 2018, 20:11:53
Oui, je n'ai pas dit que ce sera forcément couronné de succès, ça dépendra grandement de la confiance des acteurs économiques.

Maintenant, contrairement à la France, l'Italie a une balance commerciale excédentaire depuis 5 ans, ne serait-ce parce qu'elle a gardé un meilleur tissu industriel, beaucoup moins concentré dans les mains de quelques groupes par rapport à la France. Bref, elle peut envisager avec plus de sérénité que sa voisine une politique de relance.
Vous avez raison en partie, c'est-à-dire qu'effectivement, l'Italie a aujourd'hui un excédent commercial d'environ 60 milliards d'euros et qu'elle est donc dans une position meilleure, de ce point de vue, que la France en 1981.
Mais, d'un autre point de vue, elle est dans une situation bien pire: avec une croissance faible, une stagnation économique qui dure depuis longtemps, une dette publique qui fait 130% du PIB, un secteur bancaire fragilisé par cette économie atone. Et dans cette configuration, l'excédent commercial pourrait disparaître très vite après une relance si les déséquilibres fondamentaux de l'économie italienne ne sont pas corrigés et si l'Italie reste ans l'euro.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
albert
Messages : 9997
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par albert » 16 oct. 2018, 09:32:03

Italie - Le budget 2019 passé au crible

sam. 13 oct. 2018, 16:59:50

Prête à la confrontation au niveau européen, et à une potentielle nouvelle crise souveraine, la coalition M5S/LEGA propose un projet de budget 2019 ambitieux sur un plan social, voire infrastructurel, sans pour autant traiter nécessairement les enjeux de long terme du pays. Par le collectif Hémisphère Gauche.

Image

(...)

De surcroît, ces éléments ne sont pas suffisants pour répondre aux difficultés de long terme de l’économie italienne. En effet, le problème structurel de l’Italie est la stagnation de la croissance de la productivité par tête, qui perdure depuis le début des années 2000 dû notamment à un manque d’investissement de la part des entreprises (mais aussi d’une forte baisse de l’investissement de la part de l’État). Par le biais du canal d’investissement il existe en effet un cercle vicieux entre le manque de gains de productivité et la croissance nominale du PIB. La croissance du PIB potentiel de (estimé entre 0 et 0.5%) peut alors menacer la soutenabilité des finances publiques italiennes en cas de retournement conjoncturel, par effet de boucle. Le facteur travail est également touché. Après la Grande Récession, le taux de chômage italien a fortement augmenté et l’ajustement sur le marché du travail s’est fait par la marge intensive (la baisse des heures travaillées) notamment via le chômage partiel (ex dispositif de la « Cassa Integrazione Guadagni ») provoquant une stagnation de la productivité du travail.

Autre difficulté structurelle, le niveau du « capital humain ». L’Italie fait en effet face à un déficit de formation de la population active. Si l’on observe les enquêtes PIAAC de 2016 établies par l’OCDE, le pays est loin derrière les autres pays avancés avec un score de 249 alors que l’Allemagne a un score de 275 ou les pays nordiques (Finlande, Suède, Danemark) se situent autour de 282. Et si l’on regarde les études, il existe une forte corrélation positive entre ce score et le taux d’emploi. Autres chiffres alarmants: la part des diplômés de l’enseignement supérieur est de 16.3% en 2013 alors que la moyenne de l’OCDE est plus de double à 33.3% en 2013. Cette faible performance de l’Italie en matière de niveau de formation est principalement due à un faible niveau de dépenses d’éducation (4% en 2015 contre 6.2% en moyenne dans l’OCDE).

Enfin, derniers éléments structurels très connus mais non pris en compte dans cette ambition : la qualité des institutions, en particulier de la justice, mais également du système éducatif, de l’administration, ainsi que les nombreuses difficultés liées à l’économie souterraine.

(...)



En somme, la coalition présente un budget comportant des éléments intéressants quoique mal calibrés et d’autres mesures complètement à contre-emploi. L’équilibre général et l’optique de négociation choisis sont porteurs de risques importants quant à l’acceptabilité européenne de ce projet.


Sans tomber dans le catastrophisme, la situation italienne invite à s’interroger sur l’ampleur de la crise – économique, sociale, politique, culturelle– que connaît le pays et à inventer de nouvelles solutions. 


L’Union européenne gagnerait à s’inscrire dans le cadre d’un dialogue coopératif en évitant l’écueil de « faire de l’Italie un exemple » au sein de la zone euro – le précédent grec ayant fait la démonstration de l’inutilité d’une telle stratégie -, mais en prenant en compte ces difficultés et ces besoins propres, tout en restant très ferme et vigilante sur le respect des principes démocratiques.

(...)


Article complet sur http://lvsl.fr/italie-le-budget-2019-passe-au-crible
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 20097
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par Jeff Van Planet » 16 oct. 2018, 18:54:11

bref rien de nouveau. Rendez-vous cet été pour constater le fiasco de ces mesures populistes.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
johanono
Messages : 26355
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par johanono » 16 oct. 2018, 20:46:07

Comme l'a souligné @albert, une politique de relance aurait eu du sens si l'Italie pouvait encore dévaluer. Comme ce n'est pas le cas, cette politique dégradera la compétitivité du pays, entraînera peut-être une augmentation des taux d'intérêts, et dans deux ou trois ans, le gouvernement italien, faute d'avoir le courage de quitter l'UE et la zone euro, devra probablement annoncer un "tournant de la rigueur".

Quant à la Commission européenne, je rappelle que son rôle est de faire appliquer les traités européens. Autrement dit, elle se borne à rappeler les pays membres à leurs engagements passés. On ne peut pas, d'un côté, vouloir rester dans l'UE, et de l'autre, fustiger la Commission européenne. Il faut être cohérent : si on rejette toute autorité de la Commission européenne, alors il faut purement et simplement quitter l'UE.

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 20097
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par Jeff Van Planet » 17 oct. 2018, 18:09:26

entre moi le pessimiste (réaliste?) qui dit que cette été ce budget populiste sera un fiasco et @johanono l'optimiste (réaliste?) qui parle de 2/3 ans on à ici deux visions différentes.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
albert
Messages : 9997
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: L'Italie opte pour un "budget du peuple" au risque de fâcher l'Union européenne et d'inquiéter les marchés financier

Message non lu par albert » 17 oct. 2018, 18:16:43

Le Spiegel annonce que Bruxelles va rejeter le budget italien (dans le cadre d'un calendrier appelé Semestre européen, le budget de chaque Etat doit être approuvé par la Commission avant d'être présenté aux parlementaires nationaux.)
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré