Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
En ligne
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32334
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par politicien » 29 oct. 2018, 22:14:59

États-Unis : pourquoi les «Midterms» risquent de tout changer pour Donald Trump

25 oct. 2018, 07:37:30

FOCUS - Les républicains vont-ils perdre leur majorité au Congrès ? Les électeurs américains sont appelés à se rendre aux urnes mardi 6 novembre pour les élections de mi-mandat, qui ont lieu tous les…

Image



Image Ce mardi, les électeurs américains se rendent aux urnes pour renouveler l'ensemble de la Chambre des représentants - 435 sièges - et 36 sièges du Sénat qui compte au total 100 élus. Joshua Roberts/REUTERS


FOCUS - Les républicains vont-ils perdre leur majorité au Congrès ? Les électeurs américains sont appelés à se rendre aux urnes mardi 6 novembre pour les élections de mi-mandat, qui ont lieu tous les quatre ans.



Les républicains ont tout à perdre dans ces «Midterms». Après sa cuisante défaite face à Barack Obama en 2008, le Grand Old Party était parvenu à reconquérir un à un les échelons du pouvoir à Washington: la Chambre des représentants, le Sénat puis la Maison-Blanche. Le 6 novembre prochain pourrait ainsi marquer l'heure du retour de balancier, les élections de mi-mandat étant traditionnellement défavorables au parti qui contrôle la Maison-Blanche. À l'occasion des législatives de mi-mandat, le camp démocrate peut ainsi ouvertement espérer mettre la main sur la Chambre des représentants voire sur le Sénat et contrarier la politique mise en place depuis deux ans par Donald Trump.

• Qui les Américains élisent-ils?


Le 6 novembre, comme tous les quatre ans, les électeurs américains se rendent aux urnes pour renouveler l'ensemble de la Chambre des représentants - 435 sièges - et 35 sièges du Sénat, qui compte au total 100 élus. Les électeurs choisissent aussi 36 gouverneurs à travers le pays, plus de 6000 sièges dans les législatures locales, 30 procureurs des États… et se prononcent sur une multitude de référendums locaux.


Comprendre les élections de mi-mandat aux États-Unis - Regarder sur Figaro Live


» LIRE AUSSI - Au fait, c'est quoi les «Midterms»?


Contrairement à l'élection présidentielle, point d'histoire de grands électeurs. Les Américains votent directement pour leurs représentants. Ces derniers entameront leur mandat le 1er janvier prochain.


Actuellement, les républicains contrôlent les deux chambres du Congrès. Ils ont une courte majorité au Sénat (51 contre 49) et une majorité plus confortable à la Chambre des représentants (236 contre 193, plus six sièges vacants).


» LIRE AUSSI - Élections américaines: pourquoi vote-t-on le mardi?

• Que disent les sondages?


Il faut rester prudent car peu d'instituts ont par exemple anticipé la victoire de Donald Trump lors de la présidentielle de 2016. Mais c'est une réalité historique indéniable, les «Midterms» sont quasi systématiquement un échec pour le parti du président en place, qui est actuellement moins populaire que ses prédécesseurs au même stade de leur mandat.


À la Chambre des représentants, selon le site de projections FiveThirtyEight, les démocrates ont 6 chances sur 7 de remporter la majorité des sièges. «Pour que les républicains l'emportent, ils devraient gagner les deux tiers des États “balance” où tout va se jouer, ce qui paraît compliqué», explique Vincent Michelot, professeur d'histoire politique des États-Unis à Sciences Po Lyon. Il ajoute que «40 sièges sont ceux de républicains sortants qui ont décidé de ne pas se représenter, contre 3 côté démocrate. Ces 40 sièges sont donc fragilisés, car le signal envoyé aux électeurs républicains est assez négatif.»


Au Sénat, les chances des démocrates sont plus minces, car sur les 35 sièges en jeu ce mardi, 26 sont détenus par des démocrates. Ils ont donc davantage à perdre, sans compter que 10 de ces sièges se trouvent dans des États remportés par Donald Trump en 2016.

• Ces élections mobilisent-elles les Américains?


En règle générale, les «Midterms» mobilisent peu: depuis 1914, la participation se situe en dessous des 50%.


Cette année toutefois, l'abstention est la grande inconnue, en raison de la personnalité plus clivante de l'actuel président américain, qui pourrait entraîner une mobilisation du camp démocrate. Selon un sondage Pew diffusé en septembre, 67% des électeurs démocrates (et 59% des républicains) interrogés se disent plus enthousiastes de voter que d'habitude. «Ce ne sont pas des Midterms comme les autres, estime en effet Vincent Michelot. Ces élections sont toujours une forme de référendum sur les deux premières années d'exercice du président, le bilan législatif, les grands axes de sa politique intérieure. Cette année, il s'agit d'un référendum sur la personnalité de Donald Trump.»

• L'affaire Kavanaugh peut-elle avoir un impact?


Cette campagne, la première depuis l'émergence du mouvement #MeToo, a démarré dans l'ombre de l'affaire Kavanaugh, le candidat de Donald Trump à la Cour suprême accusé d'agressions sexuelles par plusieurs femmes. Et cette affaire «peut clairement avoir des conséquences sur le vote, notamment celui des femmes», estime Vincent Michelot. «Les sondeurs se focalisent d'ailleurs sur le vote de la femme diplômée de l'enseignement supérieur habitant la banlieue d'une grande ville. C'est ce vote-là qui peut tout changer dans des circonscriptions susceptibles de basculer.»


Les démocrates n'ont pas hésité à jouer cette carte pour mobiliser l'électorat féminin, insulté, selon eux, par le discours de Donald Trump. Pour les républicains, l'affaire Kavanaugh représente tout autre chose. «Il est le parfait vecteur de son discours» anti-politiquement correct, note l'expert, qui ajoute: «La nomination de Brett Kavanaugh est surtout un superbe cadeau aux chrétiens évangéliques. On leur a beaucoup promis - sous Reagan, Bush etc. - quant au retour aux valeurs qu'ils défendaient. Avec Trump, ils obtiennent cette nomination judiciaire qui va potentiellement avoir un effet puissant sur les questions sociétales (mariage gay, avortement, etc.).»

(...)




Article complet sur http://www.lefigaro.fr/international/20 ... -trump.php
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 24279
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par El Fredo » 30 oct. 2018, 18:57:48

J'en pense que la vague bleue sera au mieux une vaguelette vu l'énergie avec laquelle le GOP s'est évertué à exclure du vote l'électorat démocrate ces dernières années (gerrymandering, purges des listes par "voter suppression" ciblé sur les Noirs et les Latinos, etc)
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
wesker
Messages : 30311
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par wesker » 03 nov. 2018, 00:16:20

Pour les citoyens américains et malgré les soutiens ou les oppositions qu'ils peuvent exprimer à l'égards de la politique conservatrice, c'est, par leurs bulletins de vote qu'ils peuvent, encore s'exprimer. Bien que nous puissions mesurer, la bas comme ici, les limites de leurs modes de scrutin, j'estime que la participation aux débats démocratiques est, encore, la moins mauvaise des solutions.

Contrairement à ce que suggèrent les belles âmes, nous ne devons pas nous y ingérer, porter des jugements de valeurs sur tels ou tels candidats car ce seront ceux qui seront désignés par les urnes qui constitueront nos interlocuteurs.
Le protectionnisme promue par l'actuelle majorité, a permis l'essor de la croissance et certaines évolutions, en revanche, sur d'autres sujets, nous ne pouvons qu'acter nos désaccords et espérer que les discussions futures permettent de faire aboutir de nouveaux consensus.

En ligne
Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5670
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par Yakiv » 03 nov. 2018, 22:58:51

El Fredo a écrit :
30 oct. 2018, 18:57:48
(purges des listes par "voter suppression" ciblé sur les Noirs et les Latinos, etc)
Qu'est-ce que ça veut dire ?

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 778
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par Spartiate » 03 nov. 2018, 23:11:45

Des découragements divers à exercer son droit de vote, organisées par le pouvoir ou non. Cela peut être des barrières administratives supplémentaires pour s'inscrire sur les listes, des pratiques visant à allonger les files d'attente dans les bureaux de vote, des restrictions dans le vote anticipé (par voie postale), etc. Si la Floride, swing-state par excellence, interdit le droit de vote à tous ceux qui ont été condamnés, même pour une futilité, ce n'est pas pour rien.

D'ailleurs, il y a un référendum organisé sur le sujet le même jour. D'autres Etats appellent aussi à se prononcer par référendum sur l'établissement d'une commission non-partisane pour définir les circonscriptions électorales, une Arlésienne dans la vie politique américaine.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 24279
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par El Fredo » 03 nov. 2018, 23:57:46

Il y a plusieurs techniques répandues de "voter suppression" (suppression des votants). La première est celle qu'on pourrait qualifier de ségrégation géographique. Par exemple on réduit le nombre de bureaux de vote dans les districts à majorité noire ou latino (selon les Etats), en obligeant des populations dépourvues de moyens de transports à parcourir des dizaines voire des centaines de kilomètres pour aller voter. Il faut savoir qu'aux USA les élections se déroulent en semaine (en général le mardi pour des raisons historiques : l'électeur étant censé assister à l'office religieux chez lui le dimanche, voter le mardi lui laisse la journée du lundi pour se rendre à son centre électoral) et ne sont pas des jours fériés, donc les gens sont obligés de prendre sur leur temps de travail pour aller voter, le tout à l'appréciation des employeurs. Donc si tu es un travailleur pauvre Noir et électeur démocrate employé par un Blanc républicain, inutile de dire que tu préfères conserver ton boulot plutôt que d'abandonner ton poste une journée entière pour aller voter au risque de te faire virer. Oui, c'est légal.

La seconde technique est la purge judiciaire. Dans certains États du Sud (notamment la Floride) les majorités républicaines ont fait voter des lois permettant de radier à vie les électeurs ayant un casier judiciaire, y compris pour des condamnations légères (du genre un clignotant défectueux). Sachant que les Noirs ont quatre fois plus de chances de se faire arrêter et condamner que les Blancs pour des motifs absolument identiques (et infiniment plus de chances quand les motifs sont dérisoires comme l'exemple précédent), ces lois sont clairement discriminantes. De plus des études ont montré que les purges opérées lors des dernières élections concernaient essentiellement des électeurs aux noms à consonance afro-américaine dans des proportions déséquilibrées tout en épargnant largement ceux aux noms à consonance anglo-saxonne. Non seulement, mais il y a eu des milliers de cas documentés où les radiations ont été faites sur de simples bases homonymiques, en faisant fi de l'âge, du lieu de naissance et même du second prénom des intéressés ! Comment s'étonner ensuite que la Floride ait été déterminante dans la victoire de George W. Bush en 2000 et ce à une poignée de voix près.

Une autre technique historiquement très répandue est le classique gerrymandering, à savoir le charcutage des circonscriptions électorales afin de regrouper une majorité d'électeurs du camp adverse dans une minorité de circonscriptions pour diluer artificiellement leur poids électoral, et ce en dépit du bon sens ou de la géographie (circonscriptions étirées voire disjointes), mais ce genre de pratiques amuse de moins en moins les cours suprêmes des Etats concernés qui obligent parfois les gouvernements locaux à redessiner leurs circonscriptions selon des critères impartiaux, comme en Caroline du Nord cette année. Les Républicains préfèrent désormais des méthodes plus subtiles et plus difficiles à qualifier (surtout le deuxième particulièrement démagogique et perverse).

Bref aux USA tout est fait pour réduire artificiellement le poids électoral des minorités et en particulier des afro-américaine, dans la droite ligne des lois ségrégationnistes dites "Jim Crow" qui ont pourtant été abolies, officiellement...
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
wesker
Messages : 30311
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par wesker » 04 nov. 2018, 00:13:25

J'avoue que le système électoral américain n'est pas, à mon sens parfaitement en harmonie avec notre conception de la démocratie. Ils ont leur histoire, leur culture et bien que nous ayons des similitudes de moeurs, je ne crois pas que nous apprécierions un tel système électoral.

En ligne
Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5670
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par Yakiv » 04 nov. 2018, 13:34:44

Merci @El Fredo
Spartiate a écrit :
03 nov. 2018, 23:11:45
D'autres Etats appellent aussi à se prononcer par référendum sur l'établissement d'une commission non-partisane pour définir les circonscriptions électorales, une Arlésienne dans la vie politique américaine.
Ça était fait en 2012 en Californie sous l'impulsion du gouverneur Schwarzenegger.
On a cru bon de créer cette commission en désignant ses membres par tirage au sort parmi les citoyens. De ce fait, les membres de cette commission ont du assez vite reconnaître leur incompétence et se sont fiés à un comité d'expert. Au final, l'objectif (officieux) qui était de donner plus de chances aux républicains de remporter une majorité hypothétique en Californie n'a pas vraiment été atteint, puisque les républicains ont finalement obtenu encore moins de sièges qu'avant la réforme des districts.

Avatar du membre
wesker
Messages : 30311
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par wesker » 04 nov. 2018, 17:46:57

Effectivement pour diriger certaines grandes administrations, il est illusoire de prétendre faire l'impasse sur des compétences acquises au sein de certaines grandes écoles, c'est évident.

Mais l'aspiration légitime à une représentation plus réaliste ne doit pas être ignorée lorsqu'on souhaite réconcilier les citoyens avec les suffrages et dès lors, préserver la démocratie.

Papibilou
Messages : 6144
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par Papibilou » 04 nov. 2018, 18:12:25

wesker a écrit :
04 nov. 2018, 00:13:25
J'avoue que le système électoral américain n'est pas, à mon sens parfaitement en harmonie avec notre conception de la démocratie. Ils ont leur histoire, leur culture et bien que nous ayons des similitudes de moeurs, je ne crois pas que nous apprécierions un tel système électoral.
Pas leur système pour l'élection présidentielle, mais pour le congrès c'est pas si mal. Imaginez 1 représentant pour 400 000 américains à la chambre des représentants et 1 sénateur par état (comme si nous avions 1 sénateur par département).

Avatar du membre
wesker
Messages : 30311
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par wesker » 04 nov. 2018, 18:17:16

Je suis plutôt favorable à ,la suppression du Senat et à un nombre limité de députés, mais plus représentatifs et indépendants de l'exécutif, notamment lors des motions de censure ou de l'usage du 49-3 sur des textes avec lesquels en vérité ils ont des oppositions.

En ligne
Avatar du membre
Yakiv
Messages : 5670
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par Yakiv » 04 nov. 2018, 18:39:04

wesker a écrit :
04 nov. 2018, 18:17:16
Je suis plutôt favorable à ,la suppression du Senat et à un nombre limité de députés, mais plus représentatifs et indépendants de l'exécutif, notamment lors des motions de censure ou de l'usage du 49-3 sur des textes avec lesquels en vérité ils ont des oppositions.
C'est vraiment avoir une piètre image de la France que de considérer qu'elle n'a même plus les moyens d'avoir une représentation parlementaire digne de ce nom.

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 17980
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par Jeff Van Planet » 04 nov. 2018, 19:04:57

En faite cette "haine" du sénat ne sert qu'à cacher sa volonté de supprimer toute représentation locale (proportionnelle intégrale plus suppression du sénat) de façon à ce que seuls les riches énarques aient leurs mots à dire et nous, pauvres gueux n'ayons que le droit de valider leurs programmes.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
wesker
Messages : 30311
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par wesker » 05 nov. 2018, 00:29:24

Yakiv

Excuses moi d'être assez interrogatif quant à l'image de vieux barbons qui roupillent au Sénat donne du Parlement ! Et n'oublions pas que le Sénat n'ayant pas le dernier mot, que le nombre de collectivités tend à se réduire, je ne vois pas très bien pourquoi il perdurerait afin d'y caser les professionnels de la politique ?

Nous discutons, ici, du Sénat américain dont il faut admettre que le fonctionnement et l'influence, dans l'élaboration des lois reste largement supérieure au Sénat français. C'est, aussi parce que le Gouvernement, sur bien des textes, aux USA a besoin du Sénat qu'il revêt une importance relative.

Papibilou
Messages : 6144
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: Midterms: l'Amérique à l'heure du choix

Message non lu par Papibilou » 05 nov. 2018, 09:26:57

Je crois avoir dit que le sénat américain avait 1 représentant par état, mais c'est 2. Mille excuses.

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré