Quand la Chine s'éveillera

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
Avatar du membre
racaille
Messages : 8586
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Köln, NRW, Teutonnie
Contact :

Message non lu par racaille » 08 déc. 2010, 00:44:00

En plus il doit falloir graisser la patte des gouverneurs, ça doit être folklo :)
Modifié en dernier par racaille le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.
"Comme son fils Titus lui reprochait d'avoir imposé l'urine, Vespasien lui mit sous le nez l'argent qu'avait rapporté l'impôt lors des premières rentrées et lui demanda s'il était incommodé par l'odeur." - Suétone

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 08 déc. 2010, 08:28:00

Imposition en chine :

5% moins de 500
10 % de 501 à 2.000
15 % de 2.001 à 5.000
20 % de 5.001 à 20.000
25 % de 20.001 à 40.000
30 % de 40.001 à 60.000
35 % de 60.001 à 80.000
40 % de 80.001 à 100.000
45 % plus de 100.000

après déduction des frais de transport, de cantine, d'éducation, etc.
Modifié en dernier par mps le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 23415
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 08 déc. 2010, 09:50:00

C'est en quelle monnaie ?
Modifié en dernier par El Fredo le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 08 déc. 2010, 10:34:00

Oui, moi aussi, ce titre me faisait rire !
La Chine est parfaitement éveillée, et ce sont nous qui hibernons sous nos couettes sociales


Bien que le titre du livre et ces références à cette Chine à l'époque ait quelque peu évolué,il n'en demeure pas moins ,qu'elle est bien loin d'être éveillée,et ne ce serait qu'en ressource naturelle en eau (seulement ) déjà très amenuisée,ne seront un jour qu'un souvenir,nous verrons leur éveil et j'espère que je ne serai plus de ce monde pour voir ça.

Je ris ,je reconnais c'est illisible,j'arrangerai ça demain si j'y pense lollll



Donc je reprends mon propos qui était illisible pour essayer de faire comprendre ce que je souhaitais dire.

La Chine dixit l'article (quand la Chine s'éveillera) on y apprend qu'ils ont des ressources en eau très amenuisée par exemple.Et bien que le titre du topic Quand la Chine s'éveillera,vous paraisse risible,ce n'est pas parce que l'auteur pour ne pas le nommer Alain Peyrefitte à avancer ces hypothèses en 1973 qu'elles ne sont plus d'actualités voire encore visionnaire,car la Chine est bien loin encore d'être éveiller au titre :

1) de la démocratie par exemple que les Chinois aujourd'hui n'arrivent pas à imposer.

2) au titre de leurs ressources naturelles amenuisées,en eau par exemple et mon interrogation se porte d'avantage sur leur éveil à la démocratie pure,à celle des droits de l'homme,à la manière dont ils vont finir par s'imposer dans leur pays pour jouir de salaire décent ,de l'abolition de l'esclavage des gosses,et de la manière dont ils vont traiter les pays riches en ressource naturelle quand elles leur feront défauts,et vu leur nombre,je préfère ne plus être de ce monde si ils doivent envahir les autres pays,pour assurer leur survie.
.
Modifié en dernier par Cobalt le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 49853
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 08 déc. 2010, 12:07:00

Il est vrai que si les ressources en eau ne peuvent satisfaire les besoins de la population, tout productifs et travailleurs qu'ils soient, les Chinois sont dans une belle m... Mais je suis quand même surpris par cette assertion. En effet, les inondations s'enchaînent dans ce pays. Ce qu'il y manque, à mon avis, ce sont des stations d'épuration.
Modifié en dernier par Nombrilist le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 23415
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 08 déc. 2010, 12:11:00

J'ai vu un "Le Dessous des Cartes" sur Arte il y a quelques jours et effectivement la Chine (et particulièrement les grandes métropoles dont Pékin) sont classées dans les zones fortement contraintes du point de vue de l'eau potable. Pollution, infrastructures, surpopulation etc. sont les causes évidentes de ces problèmes. Rien d'étonnant dans un pays ayant connu une croissance fulgurante et ayant donc un sérieux retard du point de vue des infrastructures. Mais les Chinois ont de la ressource et ils sont en train de rattraper tout le monde, notamment dans le secteur des énergies renouvelables.
Modifié en dernier par El Fredo le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
FIFE
Messages : 3242
Enregistré le : 11 mars 2009, 00:00:00
Parti Politique : Front National (FN)
Localisation : Paris

Message non lu par FIFE » 08 déc. 2010, 13:01:00

Je n'ai jamais vu autant de scooters électriques qu'à Shanghai.
Modifié en dernier par FIFE le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 08 déc. 2010, 13:17:00

El Fredo a écrit :J'ai vu un "Le Dessous des Cartes" sur Arte il y a quelques jours et effectivement la Chine (et particulièrement les grandes métropoles dont Pékin) sont classées dans les zones fortement contraintes du point de vue de l'eau potable. Pollution, infrastructures, surpopulation etc. sont les causes évidentes de ces problèmes. Rien d'étonnant dans un pays ayant connu une croissance fulgurante et ayant donc un sérieux retard du point de vue des infrastructures. Mais les Chinois ont de la ressource et ils sont en train de rattraper tout le monde, notamment dans le secteur des énergies renouvelables.

Voilà qui me rassure,c'est vrai que j'ai tendance à m'affoler,donc pas de péril jaune icon_biggrin
Modifié en dernier par Cobalt le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.

Invité

La Chine s'éveille !

Message non lu par Invité » 27 janv. 2011, 12:46:00

Terres rares: l'Europe tétanisée face à Pékin
AFP | 27.01.11 | 12h20



L'Union européenne est tétanisée face à la Chine, dont elle dépend pour ses approvisionnement en terres rares, éléments vitaux pour son industrie de pointe, et redoute de menacer Pékin de rétorsions pour protester contre ses réductions d'exportations de ces minerais.



La Chine est aujourd'hui en situation de quasi-monopole avec un tiers (35%) des réserves accessibles et 97% du marché de ces minéraux aux propriétés chimiques et électromagnétiques comme le cérium, le lithium ou l'indium indispensables pour fabriquer les batteries des voitures électriques, les turbines des éoliennes et les panneaux solaires.

Pékin veut conserver cet avantage et attirer les industries de pointe occidentales.

Le gouvernement chinois a opté pour une politique de restrictions et a réduit ses exportations de 35% pour les six premiers mois de 2011, officiellement "pour protéger la nature". Cette raréfaction fait grimper les prix et génère la spéculation.

Les Européens s'étranglent de rage face à des pratiques jugées déloyales, mais s'avèrent impuissants.

"Nous ne pouvons accepter de telles limitations aux exportations. Nous avons alerté la Commission sur le problème il y a deux ans, mais depuis rien n'a changé", déplore René van Sloten, qui travaille sur le sujet pour Business Europe, la fédération du patronat européen.

"On nous contraint de produire vert, mais comment le faire sans ces terres rares?", a-t-il demandé. "Nous avons besoin de la carotte, mais aussi du bâton", a-t-il plaidé, "sinon, nos entreprises n'auront pas d'autres choix que de s'installer en Chine ou mourir".

La Commission est en train de préparer un document stratégique sur le sujet mais hésite sur la politique à adopter face à la Chine.

Une première mouture répondait aux préoccupations des industriels avec la menaces de rétorsions douanières. Mais cette option a disparu de la dernière version dont l'AFP a obtenu copie jeudi.

"Certains commissaires sont opposés à la politique de rétorsion et cette position est défendue par plusieurs Etats membres", a expliqué à l'AFP un participant aux négociations.

"Mais il n'est pas exclu que cette option revienne", a-t-il précisé. Le texte doit être parachevé pour mercredi prochain et les Etats suivent de près les travaux.
De manière générale, la France veut faire de la spéculation sur les matières premières - dont les terres rares font partie - un sujet important de sa présidence du G8 et du G20. Elle a contraint Bruxelles cette semaine à revoir sa copie sur le sujet, jugée inconsistante.

Les services du commissaire à l'Industrie Antonio Tajani ont cité 14 matières premières dont la disponibilité va devenir de plus en plus restreinte: lantimoine, le béryllium, le cobalt, le spath fluor, le gallium, le germanium, le graphite, lindium, le magnésium, le niobium, les métaux du groupe du platine, le tantale, le tungstène et les terres rares.

Mais l'Union européenne a peu d'options pour réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine.

Antonio Tajani a exploré trois pistes: le recyclage des quelque 20 millions de tonnes de déchets électroniques et électriques de l'UE, le développement de produits de substitutions et la reprise de la recherche minières dans ses sous-sols.

Il a cependant reconnu que la marge de manoeuvre des Européens est très limitée dans un récent entretien avec l'AFP.

Il faudrait pour reprendre l'exploitation minière en Europe revoir Natura 2000, la législation européenne sur l'environnement et donc entrer en conflit avec les écologistes. Quant au recyclage, "ce ne sera pas facile" en raison des investissements nécessaires, a-t-il admis.

La Commission, dans son document, se dit en revanche prête à examiner "la faisabilité" de stocks stratégiques.
Modifié en dernier par Invité le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 27 janv. 2011, 13:37:00

C'est moi au dessus,El Fredo là il n'y a de quoi s'inquiéter,non ? parce que por moi,ce n'est qu'un début.
Modifié en dernier par Cobalt le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 23415
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 27 janv. 2011, 15:01:00

J'ai vu ça. La réalité est heureusement plus contrastée. En pratique l'exploitation des terres rares a été progressivement arrêtée ces dernières années aux USA et ailleurs car les prix chinois étaient plus compétitifs. La limitation des exportations chinoises devrait relancer ces projets :

http://www.treehugger.com/files/2010/12 ... ing-usa-br…
http://www.electron-economy.org/article ... es-rares-m…
Image

De plus la raréfaction des ressources a toujours des effets positifs à terme car elle pousse à plus de créativité : des projets jugés non rentables du fait de l'abondance d'une ressources redeviennent intéressants quand celle-ci se raréfie. On cherche des matériaux de remplacement, on développe le recyclage, etc. Comme on dit, nécessité est mère d'invention, la plupart des brevets déposés le sont pour contourner d'autres brevets ou pallier à des déficits en terme de ressources. On pourrait par exemple développer des technologies concurrentes des LCD pour les écrans plats (OLED et autres), les aimants ou les composants de batteries :

http://www.treehugger.com/files/2011/01 ... uld-replac…
http://www.treehugger.com/files/2011/01 ... snt-requir…
http://www.radiobfm.com/edito/info/9334 ... our-le-rec…

Enfin les terres rares, malgré leur nom, ne le sont pas tant que ça : elles sont en abondance mais leur exploitation dépend tout simplement de la rentabilité de leur extraction vis-à-vis des cours de marché. Les ressources en terre rare des fonds sous-marins méditerranéens sont considérables par rapport aux réserves chinoises, ceci est dû au fait que la Méditerranée a connu des périodes d'évaporation totale, or les terres rares se retrouvent majoritairement dans les évaporites. Pour l'instant elles coûtent trop cher à exploiter mais la hausse de la demande associée aux restrictions chinoises devraient faire monter les cours et rendre leur exploitation réaliste :

http://www.electron-economy.org/article-29110967.html

En conclusion, ça va sûrement créer un choc et des tensions sur le court terme, mais sur le long terme le paris chinois peut s'avérer risqué. Je doute que les terres rares deviennent le pétrole du XXIe siècle pour la Chine. Dans l'immédiat, il serait logique que l'UE décide en rétorsion de taxer les produits transformés chinois basés sur les terres rares (l'embargo chinois leur donne un avantage comparatif indu), encore faut-il que les neuneus ultralibéraux de la Commission Européenne aient les c...... de porter plainte à l'OMC.
Modifié en dernier par El Fredo le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 49853
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 27 janv. 2011, 15:22:00

Merci pour ces explications claires et concises. ça donne un autre son de cloche que celle de ces cloches de journalistes qui n'y connaissent rien.
Modifié en dernier par Nombrilist le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 27 janv. 2011, 17:50:00

El Fredo est un puit de science icon_biggrin

Parfait les explications.M'enfin ces chinois nous tiennent par....et comme tu dis il faudra que l'OMC en ait ? ça on verra.
Modifié en dernier par Cobalt le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 14 févr. 2011, 10:03:00

La Chine est devenue la deuxième économie mondiale
LEMONDE.FR avec AFP | 14.02.11 | 06h50  •  Mis à jour le 14.02.11 | 09h16

 


Image
La Chine affiche depuis des années un taux de croissance approchant ou dépassant les 10%, son PIB ayant encore augmenté de 10,3% en termes réels 2010.AFP/FREDERIC J. BROWN





Le Japon a cédé sa place de deuxième puissance économique mondiale à la Chine en 2010, une année où l'archipel a pourtant vu sa croissance redémarrer en dépit d'une faiblesse de la consommation et des exportations au dernier trimestre. Le produit intérieur brut (PIB) du Japon, en terme nominal, s'est élevé en 2010 à 5 474,2 milliards de dollars, contre 5 878,6 milliards de dollars pour celui de la Chine, selon des statistiques publiées lundi par le gouvernement nippon.

L'archipel a donc perdu sa place de deuxième économie mondiale qu'il occupait depuis 1968, derrière les Etats-Unis que la Chine pourrait même détrôner d'ici à 2025, selon des estimations de la Banque mondiale et de diverses institutions financières. Le PIB par habitant du Japon reste cependant plus de dix fois supérieur à celui d'un Chinois, selon le FMI.

La Chine affiche depuis des années un taux de croissance approchant ou dépassant les 10 %, son PIB ayant encore augmenté de 10,3 % en termes réels 2010. L'économie du Japon s'est de son côté relevée en 2010 d'une sévère récession subie lors de la crise mondiale. Son PIB, qui s'était contracté de 1,2 % en termes réels en 2008 et de 6,3 % en 2009, a crû de 3,9 % en 2010, mais cela n'a pas permis à l'archipel de conserver sa deuxième position. Fin 2010, le PIB du Japon restait inférieur à son niveau d'avant la crise.

L'économie nippone a été tirée lors des neuf premiers mois de l'année par les exportations vers les pays émergents, notamment vers la Chine, son premier partenaire commercial, et par des subventions gouvernementales temporaires qui ont dopé la consommation. Le PIB japonais s'est en revanche contracté de 0,3 % lors du quatrième trimestre par rapport au troisième, soit 1,1% en rythme annualisé. A l'automne, la consommation a pâti de la fin de programmes de soutien. Les autorités ont en effet cessé de soutenir l'acquisition de véhicules "écologiques", puis ont réduit les aides offertes pour l'achat de télévisions, réfrigérateurs et climatiseurs peu gourmands en énergie. Autre frein à la croissance en fin d'année, les autorités publiques ont diminué leurs dépenses d'investissement, alors que le Japon doit se serrer la ceinture pour limiter sa dette colossale estimée à quelque 200% de son PIB.
Facteur de soutien à l'activité jusque-là, les exportations se sont réduites elles-aussi au quatrième trimestre, handicapées par la flambée du yen, qui affleure depuis l'été 2010 son plus haut niveau en quinze ans face au dollar et en neuf ans vis-à-vis de l'euro, nuisant à la compétitivité des firmes japonaises à l'étranger. La croissance nippone devrait reprendre dès le premier trimestre 2011, évitant au Japon de retomber dans la récession, grâce une demande plus forte venant de l'étranger, notamment des Etats-Unis.
L'économie de l'archipel pourrait en outre bénéficier de l'effet de mesures de relance de près de 6 000 milliards de yens (53,5 milliards d'euros) adoptées fin 2010 par la majorité de centre-gauche pour lutter contre la déflation persistante dans l'archipel depuis près de deux ans.
Modifié en dernier par Cobalt le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 20 avr. 2011, 16:32:00



 
Faut-il se méfier de la Chine ?
Par Par Antoine Brunet, président de la société AB Marchés, et Jean-Paul guichard, professeur d'économie à l'université de Nice Sophia-Antipolis., publié le 14/04/2011 à 10:00

 





La Chine contrôle désormais en partie le port grec du Pirée.  
Y. Karahalis/Reuters



Les économistes Antoine Brunet et Jean-Paul Guichard mettent en garde contre les intentions chinoises: le recours à l'arme économique à des fins de domination politique. Et dénoncent la complaisance de l'Occident à l'égard de l'hyperpuissance émergente. Voici leur thèse, alarmiste mais éclairante.  



Par Antoine Brunet, président de la société AB Marchés.  


Et Jean-Paul Guichard, professeur d'économie à l'université de Nice Sophia-Antipolis. 

Depuis 2008, la Chine surprend : individualiste, elle maintient le yuan fortement sous-évalué malgré la crise prolongée que traversent les pays occidentaux ; menaçante, elle revendique brusquement, en 2010, la souveraineté sur la mer de Chine du Sud ; agressive, elle finalise, à la fin de cette même année, la construction d'un chasseur-bombardier furtif, le J-20, et multiplie les intrusions informatiques à l'étranger.  
Cette arrogance chinoise surgit - et ce n'est pas un hasard - au moment où la puissance du pays s'accroît pour s'approcher de celle des Etats-Unis. L'empire du Milieu estime que le moment est venu de tirer les fruits de la stratégie de conquête qu'il a amorcée il y a plus de vingt ans. 



1989, Tiananmen : le Parti communiste massacre les démocrates, et verrouille son régime totalitaire. Percevant que les Etats-Unis demeureront une menace, le PCC s'assigne alors discrètement la mission de leur ravir l'hégémonie mondiale
Ecartant l'option militaire, il privilégie "une guerre économique jusqu'au-boutiste", reposant sur une stratégie mercantiliste. Grâce à un coût du travail horaire maintenu très bas, à une sous-évaluation extrême du yuan et à l'interdiction par l'OMC de toute protection douanière contre le made in China (depuis son adhésion, en 2001), le pays se construit un excédent commercial massif, et inflige à ses rivaux occidentaux d'énormes déficits de balance des paiements. 
Le mécanisme de déstabilisation est le suivant : l'excédent de la Chine dope sa croissance, son emploi et ses recettes fiscales, tandis que le déficit des pays occidentaux mine leur croissance, fait grimper le chômage, et les contraint, pour éviter de plonger dans la récession, à la fuite en avant dans les bulles immobilières et les plans de relance budgétaire à répétition.



Pour la Chine, prospérité, stabilité sociale et réserves de change abondantes. Pour ses rivaux occidentaux : délocalisations, stagnation économique, déstabilisation sociale et finances publiques à la dérive. 
Face à une dette publique devenue explosive, les Etats occidentaux sont contraints de se refinancer encore davantage à l'étranger. La Chine constitue alors le principal recours : le pays est le premier créancier du monde, avec des réserves de change qui, à la fin de 2010, pesaient au total 4 210 milliards de dollars. L'empire du Milieu fait la loi : rien ne l'oblige à prêter à des Etats occidentaux qui, eux, se bousculent pour obtenir des fonds. Il peut dès lors exiger des contreparties "hors marché" : la Grèce vient déjà de lui céder le port du Pirée ; la France, de lui concéder la base aérienne de Châteauroux. Demain, d'autres Etats se résigneront à lui aliéner leurs matières premières et leurs terres arables, à autoriser des OPA chinoises sur leurs entreprises ou à abandonner l'embargo sur les exportations de matériels militaires... Si les pays occidentaux ne réagissent pas très rapidement, ils s'exposeront à une vassalisation politique par la Chine totalitaire


Modifié en dernier par Cobalt le 28 oct. 2010, 19:21:00, modifié 1 fois.

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : signora