Actualités des énergies renouvelables

Vous souhaitez parler des problèmes d'écologie, c'est ici
pierre30
Messages : 8317
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par pierre30 » 31 mai 2016, 11:38:49

http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 74680.html
Après avoir longtemps suscité le scepticisme, la voiture 100% électrique se découvre un nouveau et ambitieux départ. En un an, les constructeurs ont annoncé plus de projets que durant les vingt dernières années. Avec l’aide des pouvoirs publics bien entendu... Mais pas seulement!
Faut-il remercier Elon Musk d'avoir élevé la voiture électrique au rang d'objet de valorisation sociale avec ses voitures de luxe ? "La popularisation de la voiture électrique s'est faite par le haut de gamme", admet Guillaume Crunelle, analyste spécialiste de l'automobile chez Deloitte. Pour Hadi Zablit, directeur associé au Boston Consulting Group et spécialiste de l'automobile, le réveil de la voiture électrique est "le résultat des efforts d'investissements des constructeurs depuis plusieurs années".

Les mentalités ont également évolué. Les consommateurs sont plus sensibles au discours sur l'impact environnemental de la voiture électrique, et sont moins récalcitrants face aux contraintes de cette technologie. D'après Guillaume Crunelle, "la motorisation hybride a permis d'accompagner l'émergence de l'électrique dans l'esprit des conducteurs". Et d'ajouter : "il est important de noter que la majorité des acheteurs sont des particuliers".

Une technologie naguère moquée
Il y a quelques années encore, les promoteurs de la voiture étaient pourtant moqués. Carlos Ghosn a été largement critiqué pour le déploiement d'un plan produit jugé surdimensionné compte tenu des débouchés. Sa projection d'un marché pur électrique équivalent à 10% du marché automobile mondial à horizon 2020 est désormais considérée comme hors d'atteinte. C'est tout juste si les analystes s'accordent sur le chiffre de 1%, dans le meilleur des cas. De plus, l'effondrement des cours du pétrole ne plaide pas en faveur d'un tel scénario. Mais, le patron de Renault et Nissan serait sur le point de prendre sa revanche.

Les ventes en France ne cessent de progresser et tous les pays d'Europe sont en train d'opérer la bascule. Certains pays ont déjà pris de l'avance comme la Norvège où un tiers des immatriculations sont des voitures 100% électriques. Au Japon, il y a désormais plus de bornes de recharge que de stations-service. En Californie, berceau de la marque Tesla, il n'y a rien de plus "cool" que de rouler en voiture électrique.

En retard sur le sujet, l'Allemagne vient d'annoncer un ambitieux programme de soutien à la voiture électrique. Il a fallu convaincre le très conservateur ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, par principe opposé à l'idée de subvention, pour lancer un plan d'un milliard d'euros dont 600 millions consacrés à l'aide à l'achat.

Le coup de boost chinois
Pour Hadi Zablit, la bascule pourrait en réalité venir d'ailleurs. "C'est en Chine que nous voyons les plus importants investissements dans la voiture électrique", constate l'expert du Boston Consulting Group. Depuis quelques années, les autorités des grandes métropoles ont imposé un certain nombre de restrictions de circulation aux voitures thermiques. Des quotas d'immatriculations ont également été imposés aux voitures à motorisations classiques. Cette politique a été un puissant levier d'accélération des investissements des constructeurs pour ce marché gigantesque qu'est la Chine.

Pour le gouvernement, la voiture électrique revêt surtout un enjeu stratégique majeur. Cette technologie n'est pas encore verrouillée par un leadership de quelques constructeurs. Pour Pékin, la voiture électrique est une opportunité en or pour hisser ses constructeurs nationaux sans être à rebours des autres groupes.

L'exemple de DongFeng Motors illustre bien cette stratégie. Fort de ses nombreux partenariats industriels, le constructeur chinois fait le plein de transferts de technologie en matière de voiture électrique. Il a fondé Venucia, une marque 100% électrique, en coentreprise avec Nissan. Il va également se fournir auprès de Renault en voitures électriques qui seront badgées d'une nouvelle marque. Il vient enfin de signer un accord avec PSA pour concevoir des voitures électriques de segment B et C à horizon 2019.

En vérité, les marques chinoises ont déjà pris du retard sur les marques étrangères. BYD, un des plus grands constructeurs automobiles chinois, a lancé une voiture électrique, mais qui ne propose guère plus de 70 km d'autonomie... En Europe, BMW et Renault s'apprêtent à lancer une nouvelle génération de voitures électriques dotées de 300 km d'autonomie.

Une nouvelle problématique industrielle
Au-delà de la dimension technologique, l'enjeu de la voiture électrique est aussi un enjeu industriel. Pour abaisser le prix des batteries, il faut passer à une production de masse pour dégager des économies d'échelles.

C'est tout l'intérêt de la Model 3 de Tesla qui doit permettre de booster la production à 500.000 voitures par an en 2020 contre 50.000 aujourd'hui. Pour cela, la firme californienne construit une usine géante dans le Nevada spécialisée dans les seules batteries. Volkswagen envisage également de bâtir une usine géante en Allemagne pour fabriquer ses propres batteries électriques en réalisant des économies d'échelles.

Les constructeurs ne veulent plus acheter des voitures électriques comme le faisait PSA jusque-là en achetant ses Peugeot Ion et ses Citroën C-Zéro chez Mitsubishi. "Les constructeurs ne se contentent plus d'acheter des moteurs électriques, ils les fabriquent eux-mêmes ce qui leur permet d'économiser entre 15 et 20% sur cette pièce", explique Hadi Zablit.

Toyota pense déjà au coup d'après
Mais tous les constructeurs ne font pas le pari de la voiture électrique. Le numéro un mondial de l'automobile semble faire quasiment l'impasse sur cette technologie. Toyota a développé des petits modèles électriques qui sont destinés à des solutions de mobilité urbaine, de type Autolib. Le japonais qui maitrise pourtant la technologie de l'électrification avec sa longue et fructueuse expérience dans les hybrides préfère plutôt préparer le coup d'après. Toyota fonde de grands espoirs sur la technologie de la pile à combustible à hydrogène. Mais la Miraï sera confrontée à l'absence d'infrastructures d'approvisionnement.

Car c'était bien l'insuffisance des infrastructures qui mettait la voiture électrique en difficulté. La mobilisation des pouvoirs publics, et les efforts des constructeurs semblent avoir enfin restauré l'attrait de cette technologie. "Le sens de l'Histoire, c'est qu'il y aura de plus en plus de voitures électriques, la subvention publique est un accélérateur", insiste Guillaume Crunelle. Et si Carlos Ghosn s'était seulement trompé de quelques années ?

Avatar du membre
Plouz
Messages : 936
Enregistré le : 23 nov. 2015, 17:23:24
Localisation : Poitou Charentes

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par Plouz » 31 mai 2016, 12:34:58

Paris vient de s'équiper d'une ligne de bus électriques .
Des véhicules électriques pour la poste ce serait bien vu qu'ils s'arrétent et rédémarrent sans cesse ,
qu'un électrique ne consomme pas à l'arret et n'a pas de boite de vitesses .

http://www.lefigaro.fr/societes/2016/05 ... -paris.php
La foi qui soulève les montagnes ferait mieux de les aplatir ( le capitaine Haddock ) .

En ligne
Avatar du membre
El Fredo
Messages : 25540
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par El Fredo » 31 mai 2016, 13:58:08

Par chez moi les postiers roulent déjà en Kangoo électrique, je ne sais pas si c'est répandu ailleurs.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

pierre30
Messages : 8317
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par pierre30 » 13 août 2016, 13:11:14

Une solution qui parait simple pour stocker l'énergie. Il suffisait d'y penser ...

http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 91060.html

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 21286
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par Jeff Van Planet » 13 août 2016, 13:41:23

El Fredo » 31 Mai 2016, 13:58:08 a écrit :Par chez moi les postiers roulent déjà en Kangoo électrique, je ne sais pas si c'est répandu ailleurs.
je ne sais pas pour ma zone. Mais du coup j'ai fait une recherche et je suis tombé la dessus:
http://www.breezcar.com/actualites/arti ... iques-0715

@Pierre:
ce qui m'a fait pensé à ça:
http://la1ere.francetvinfo.fr/2014/05/0 ... 48529.html
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
wesker
Messages : 31662
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par wesker » 13 août 2016, 17:46:14

Au vu des données dont nous disposons, nous savons qu'il nous faudra faire évoluer nos modes de productions et de consommation. Nous savons qu'il faudra ajuster notre fiscalité en conséquence, à la fois pour favoriser la production et la consommation compatible avec les enjeux environnementaux mais également pour préserver les équilibres et objectifs budgétaires.

En l'occurrence les milieux d'affaires et patronaux exprimeront leurs inquiétudes, les libéraux souvent prompt à réclamer l'adaptation alerteront sur les atteintes à la "compétitivité" mais ces considérations devront être revues, face aux réalités humaines.

Par ailleurs ces enjeux ne sont pas contraire à la croissance, à l'activité, bien au contraire ils ouvriront de nouvelles possibilités telles que les véhicules électriques ou l'hydrogène, l'hydrolien, chantiers déjà lancés en vue d'abord de compléter les énergies actuelles puis, progressivement de pouvoir s'y susbstituer.

pierre30
Messages : 8317
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par pierre30 » 01 sept. 2016, 08:14:54

Il y a dans cet article un graphe édifiant. Mais je ne sais toujours pas comment le copier/coller :oops:

Saine conversion du monde au renouvelable ? ou capitalisme vert ? :gratte:

http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 94395.html
Energies renouvelables : le monde bascule, la France patine

Alors que tous les indicateurs sont au vert au niveau mondial, un récent rapport confirme le retard français dans les énergies vertes, qui risquent fort de manquer l’objectif de 23% du mix énergétique fixé à l’horizon 2020.
Dans le monde entier, les énergies renouvelables battent record sur record. Comme le montre le dernier rapport Power Transactions and Trends publié par EY, elles représentent une part prépondérante des fusions et acquisitions dans l'énergie et continuent de séduire les investisseurs. Elles ont en effet atteint 4 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) au deuxième trimestre 2016. Les investissements sont portées par la forte demande en énergie des pays en développement et les politiques pro-renouvelables adoptées dans certaines régions, notamment en Afrique. Les mécanismes de soutien en vigueur dans de nombreux pays en font des investissements particulièrement sûrs, dans un contexte global de plus en plus incertain.

Les énergies vertes plus rentables que les fossiles
Et cela ne se ressent pas sur la rentabilité. En effet, une autre étude, rendue publique il y a quelques jours par As you Sow et Corporate Knights, a montré que les entreprises positionnées sur les énergies renouvelables (cf. le Carbon Clean 200, classement des entreprises les plus vertes, ) affichaient des rendements sensiblement supérieurs à celles positionnées sur les énergies fossiles (cf. le Carbon Underground 200, classement des entreprises qui exploitent le charbon, le pétrole et le gaz) :

"Le Clean 200 a presque triplé la performance du classement des entreprises d'énergies fossiles au cours des dix dernières années, montrant que les entreprises d'énergies vertes offrent déjà d'excellentes performances financières aux investisseurs", souligne ainsi Toby Heaps, directeur général de Corporate Knights et co-auteur du rapport.
Le Carbon Clean 200 est un classement dont la première édition a été publiée le 15 août 2016 et qui regroupe des entreprises à la capitalisation boursière supérieure à 1 milliard de dollars au 2e trimestre 2016 et dont au moins 10% du chiffre d'affaires proviennent des énergies renouvelables.

Le solaire deux fois moins cher que le charbon
L'évolution du secteur est tout aussi spectaculaire en termes de coûts et de taille de projets. Ainsi, à quelques jours d'intervalle, le Royaume-Uni donnait son feu vert à Hornsea Project Two ce qui serait le plus gros projet de ferme éolienne offshore (475 turbines pour une puissance de 3 GW), tandis que les prix de l'énergie solaire atteignaient un nouveau plancher lors d'enchères organisées au Chili. Avec un tarif de 29,10 dollar le mégawattheure (MWh) pour une centrale de 150 MW, Solarpack Corp Technologica fait mieux encore que le consortium regroupant l'entreprise d'Abou Dhabi Masdar et le saoudien Abdul Latif Jameel qui proposait en mai dernier un tarif de 29,9 dollar le MWh pour un projet de 800 MW. Et, surtout, elle rend le solaire deux fois moins cher que le charbon.

Autre signe des temps : depuis 115 jours d'affilée, le Costa Rica, un pionnier en la matière qui entend se passer totalement des énergies fossiles d'ici 5 ans -et ce toute l'année-, tire 100% de son énergie des renouvelables.

Dans ce contexte, la France, accuse un retard de plus en plus flagrant. Selon un rapport du Commissariat général au développement durable (CGDD) rendu public le 17 août, s'il poursuit sur sa trajectoire actuelle, le pays organisateur de la COP21 n'atteindra que 20,5% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique en 2020, au lieu des 23% prévus. Ce chiffre, entériné par la loi Grenelle 1 en juillet 2009, correspond à la transposition en droit français de l'objectif dit des « 3 x 20 » du paquet Climat-Energie adopté par l'Union européenne sous la présidence de Nicolas Sarkozy en 2008 : 20% d'émissions de CO2 en moins en 2020 par rapport à 1990, 20% d'économies d'énergie et 20% d'énergies renouvelables en moyenne dans le mix des pays membres. La France est l'un des pays européens les moins avancés dans la transition vers les énergies renouvelables, avec la Grande-Bretagne.

Dix ans de retard pour l'éolien offshore
En 2015, soit à mi-parcours, elles représentent 14,9% de la consommation finale brute d'énergie en France, et l'électricité verte 18,9% de la production nationale. C'est 48% de plus qu'en 2005, mais nettement en-dessous de l'objectif intermédiaire fixé à 17%. Alors que leur part dans la consommation finale brute d'énergie a crû de 5,7 points en 10 ans, elles devront progresser de 8,1% dans les cinq prochaines années. A l'exception des biocarburants -notamment du biodiesel- qui permettent au secteur des transports de dépasser leur propre objectif intermédiaire, et du photovoltaïque qui a déjà atteint les objectifs (modestes) fixés pour 2020, tous les secteurs accusent un retard. C'est notamment le cas de l'éolien offshore, dont aucun des six projets attribués à ce jour ne devrait être en mesure de produire de l'électricité avant, au mieux, 2021, et non en 2012 comme envisagé dans le plan national d'action en faveur des énergies renouvelables (PNA EnR) de 2010. L'éolien terrestre, le solaire thermique, la biomasse, la géothermie et l'hydroélectricité, en baisse de 8% depuis 2005, ne font guère meilleure figure.

Un nouvel appel d'offres solaire
Le CGDD estime que le développement des énergies renouvelables est "insuffisant" et que les efforts à fournir d'ici 2020 seront "très importants" pour tenir l'objectif fixé.
En attendant, dans la continuité des objectifs annoncés dans la programmation pluriannuelle de l'énergie (un triplement de la puissance du parc solaire photovoltaïque français d'ici 2023 permettant de passer de 6.737 MW fin mars 2016 à 18.200 à 20.200 MW), Ségolène Royal a lancé cette semaine un appel d'offres spécifique pour les centrales solaires photovoltaïques au sol. Il porte sur une puissance cumulée de 3.000 MW, répartis en six périodes de candidature de 500 MW chacune jusqu'à juin 2019.

Mais il est encore trop tôt pour dire si cette nouvelle impulsion suffira à redresser la barre...

Avatar du membre
wesker
Messages : 31662
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par wesker » 03 sept. 2016, 08:25:45

Il y a, c'est vrai, des opportunités considérables dans le domaine des énergies et l'accés de la France à la mer offre des possibilités d'investissements, d'emplois et de croissance.

Il nous manque, peut être une volonté politique et le courage d'inciter les opérateurs énergétiques à s'aventurer sur ces segments de marchés, qui, dépasse le cadre des seuls intérêts financiers à court terme.

voileux
Messages : 689
Enregistré le : 14 avr. 2016, 13:55:04

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par voileux » 03 sept. 2016, 08:36:01

pierre30 » 01 Sep 2016, 08:14:54 a écrit :Il y a dans cet article un graphe édifiant. Mais je ne sais toujours pas comment le copier/coller :oops:

Saine conversion du monde au renouvelable ? ou capitalisme vert ? :gratte:

http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 94395.html
Energies renouvelables : le monde bascule, la France patine

Alors que tous les indicateurs sont au vert au niveau mondial, un récent rapport confirme le retard français dans les énergies vertes, qui risquent fort de manquer l’objectif de 23% du mix énergétique fixé à l’horizon 2020.
Dans le monde entier, les énergies renouvelables battent record sur record. Comme le montre le dernier rapport Power Transactions and Trends publié par EY, elles représentent une part prépondérante des fusions et acquisitions dans l'énergie et continuent de séduire les investisseurs. Elles ont en effet atteint 4 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) au deuxième trimestre 2016. Les investissements sont portées par la forte demande en énergie des pays en développement et les politiques pro-renouvelables adoptées dans certaines régions, notamment en Afrique. Les mécanismes de soutien en vigueur dans de nombreux pays en font des investissements particulièrement sûrs, dans un contexte global de plus en plus incertain.

Les énergies vertes plus rentables que les fossiles
Et cela ne se ressent pas sur la rentabilité. En effet, une autre étude, rendue publique il y a quelques jours par As you Sow et Corporate Knights, a montré que les entreprises positionnées sur les énergies renouvelables (cf. le Carbon Clean 200, classement des entreprises les plus vertes, ) affichaient des rendements sensiblement supérieurs à celles positionnées sur les énergies fossiles (cf. le Carbon Underground 200, classement des entreprises qui exploitent le charbon, le pétrole et le gaz) :

"Le Clean 200 a presque triplé la performance du classement des entreprises d'énergies fossiles au cours des dix dernières années, montrant que les entreprises d'énergies vertes offrent déjà d'excellentes performances financières aux investisseurs", souligne ainsi Toby Heaps, directeur général de Corporate Knights et co-auteur du rapport.
Le Carbon Clean 200 est un classement dont la première édition a été publiée le 15 août 2016 et qui regroupe des entreprises à la capitalisation boursière supérieure à 1 milliard de dollars au 2e trimestre 2016 et dont au moins 10% du chiffre d'affaires proviennent des énergies renouvelables.

Le solaire deux fois moins cher que le charbon
L'évolution du secteur est tout aussi spectaculaire en termes de coûts et de taille de projets. Ainsi, à quelques jours d'intervalle, le Royaume-Uni donnait son feu vert à Hornsea Project Two ce qui serait le plus gros projet de ferme éolienne offshore (475 turbines pour une puissance de 3 GW), tandis que les prix de l'énergie solaire atteignaient un nouveau plancher lors d'enchères organisées au Chili. Avec un tarif de 29,10 dollar le mégawattheure (MWh) pour une centrale de 150 MW, Solarpack Corp Technologica fait mieux encore que le consortium regroupant l'entreprise d'Abou Dhabi Masdar et le saoudien Abdul Latif Jameel qui proposait en mai dernier un tarif de 29,9 dollar le MWh pour un projet de 800 MW. Et, surtout, elle rend le solaire deux fois moins cher que le charbon.

Autre signe des temps : depuis 115 jours d'affilée, le Costa Rica, un pionnier en la matière qui entend se passer totalement des énergies fossiles d'ici 5 ans -et ce toute l'année-, tire 100% de son énergie des renouvelables.

Dans ce contexte, la France, accuse un retard de plus en plus flagrant. Selon un rapport du Commissariat général au développement durable (CGDD) rendu public le 17 août, s'il poursuit sur sa trajectoire actuelle, le pays organisateur de la COP21 n'atteindra que 20,5% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique en 2020, au lieu des 23% prévus. Ce chiffre, entériné par la loi Grenelle 1 en juillet 2009, correspond à la transposition en droit français de l'objectif dit des « 3 x 20 » du paquet Climat-Energie adopté par l'Union européenne sous la présidence de Nicolas Sarkozy en 2008 : 20% d'émissions de CO2 en moins en 2020 par rapport à 1990, 20% d'économies d'énergie et 20% d'énergies renouvelables en moyenne dans le mix des pays membres. La France est l'un des pays européens les moins avancés dans la transition vers les énergies renouvelables, avec la Grande-Bretagne.

Dix ans de retard pour l'éolien offshore
En 2015, soit à mi-parcours, elles représentent 14,9% de la consommation finale brute d'énergie en France, et l'électricité verte 18,9% de la production nationale. C'est 48% de plus qu'en 2005, mais nettement en-dessous de l'objectif intermédiaire fixé à 17%. Alors que leur part dans la consommation finale brute d'énergie a crû de 5,7 points en 10 ans, elles devront progresser de 8,1% dans les cinq prochaines années. A l'exception des biocarburants -notamment du biodiesel- qui permettent au secteur des transports de dépasser leur propre objectif intermédiaire, et du photovoltaïque qui a déjà atteint les objectifs (modestes) fixés pour 2020, tous les secteurs accusent un retard. C'est notamment le cas de l'éolien offshore, dont aucun des six projets attribués à ce jour ne devrait être en mesure de produire de l'électricité avant, au mieux, 2021, et non en 2012 comme envisagé dans le plan national d'action en faveur des énergies renouvelables (PNA EnR) de 2010. L'éolien terrestre, le solaire thermique, la biomasse, la géothermie et l'hydroélectricité, en baisse de 8% depuis 2005, ne font guère meilleure figure.

Un nouvel appel d'offres solaire
Le CGDD estime que le développement des énergies renouvelables est "insuffisant" et que les efforts à fournir d'ici 2020 seront "très importants" pour tenir l'objectif fixé.
En attendant, dans la continuité des objectifs annoncés dans la programmation pluriannuelle de l'énergie (un triplement de la puissance du parc solaire photovoltaïque français d'ici 2023 permettant de passer de 6.737 MW fin mars 2016 à 18.200 à 20.200 MW), Ségolène Royal a lancé cette semaine un appel d'offres spécifique pour les centrales solaires photovoltaïques au sol. Il porte sur une puissance cumulée de 3.000 MW, répartis en six périodes de candidature de 500 MW chacune jusqu'à juin 2019.

Mais il est encore trop tôt pour dire si cette nouvelle impulsion suffira à redresser la barre...
L'éolien qu'il soit offshore ou non est une vaste fumisterie...Jamais un système de production n'a été aussi nul , au total , manque de vent et effet de Betz cela donne un rendement de 3 à 4 %...Ceux qui ont un peu de mémoire se rappelleront les jours EJP (24j) ces jours là aucun vent et pourtant un besoin énergétique le plus important de l'année...Deuxièmement aucune production française....Ce type d'énergie oblige à construire des centrales thermiques tous les 300 km des lieux éoliens...Mais c'est perceptible à Courseulles , Monsieur Bouygues aura son marché de béton....

Avatar du membre
Plouz
Messages : 936
Enregistré le : 23 nov. 2015, 17:23:24
Localisation : Poitou Charentes

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par Plouz » 03 sept. 2016, 08:49:24

Il y aura forcément un tournant énergétique .
Peut on éternellement dépendre d'importations pétrolières couteuses et polluantes ?

L'hydrogène apparait comme une alternative crédible
et va rapidement dépasser les expérimentations en cours .

http://www.entreprises.ouest-france.fr/ ... 016-285337

http://www.entreprises.ouest-france.fr/ ... 2012-44154
La foi qui soulève les montagnes ferait mieux de les aplatir ( le capitaine Haddock ) .

voileux
Messages : 689
Enregistré le : 14 avr. 2016, 13:55:04

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par voileux » 03 sept. 2016, 08:54:47

Plouz » 03 Sep 2016, 08:49:24 a écrit :Il y aura forcément un tournant énergétique .
Peut on éternellement dépendre d'importations pétrolières couteuses et polluantes ?

L'hydrogène apparait comme une alternative crédible
et va rapidement dépasser les expérimentations en cours .

http://www.entreprises.ouest-france.fr/ ... 016-285337

http://www.entreprises.ouest-france.fr/ ... 2012-44154
Entièrement d'accord sur l'hydrogène, mais il s'avère que c'est gratuit , donc cela n'interresse que peu les lobbyes , nos gouvernants prennent soin d'occulter le sujet....

Avatar du membre
Plouz
Messages : 936
Enregistré le : 23 nov. 2015, 17:23:24
Localisation : Poitou Charentes

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par Plouz » 03 sept. 2016, 08:58:09

voileux » 03 Sep 2016, 07:36:01 a écrit : L'éolien qu'il soit offshore ou non est une vaste fumisterie...Jamais un système de production n'a été aussi nul , au total , manque de vent et effet de Betz cela donne un rendement de 3 à 4 %...Ceux qui ont un peu de mémoire se rappelleront les jours EJP (24j) ces jours là aucun vent et pourtant un besoin énergétique le plus important de l'année...Deuxièmement aucune production française....Ce type d'énergie oblige à construire des centrales thermiques tous les 300 km des lieux éoliens...Mais c'est perceptible à Courseulles , Monsieur Bouygues aura son marché de béton....
Actuellement l'électricité se stocke peu ou mal .
Une éolienne le 15 juin à 2h du matin produit une électricité
que personne ne consomme . Le stockage sous forme d'hydrogéne
va permettre d'ajuster production et consommation .

Engie récupére le trop plein d'électricité produit par le nucléaire
pour produire de l'hydrogéne inecté dans le réseau de gaz naturel .

http://journal.ccas.fr/apres-lessence-l ... hydrogene/
La foi qui soulève les montagnes ferait mieux de les aplatir ( le capitaine Haddock ) .

Avatar du membre
Hector
Messages : 9666
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par Hector » 03 sept. 2016, 08:59:36

pierre30 » 01 Sep 2016, 08:14:54 a écrit :Il y a dans cet article un graphe édifiant. Mais je ne sais toujours pas comment le copier/coller :oops:

Saine conversion du monde au renouvelable ? ou capitalisme vert ? :gratte:

http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 94395.html
Energies renouvelables : le monde bascule, la France patine

Alors que tous les indicateurs sont au vert au niveau mondial, un récent rapport confirme le retard français dans les énergies vertes, qui risquent fort de manquer l’objectif de 23% du mix énergétique fixé à l’horizon 2020.
Dans le monde entier, les énergies renouvelables battent record sur record. Comme le montre le dernier rapport Power Transactions and Trends publié par EY, elles représentent une part prépondérante des fusions et acquisitions dans l'énergie et continuent de séduire les investisseurs. Elles ont en effet atteint 4 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) au deuxième trimestre 2016. Les investissements sont portées par la forte demande en énergie des pays en développement et les politiques pro-renouvelables adoptées dans certaines régions, notamment en Afrique. Les mécanismes de soutien en vigueur dans de nombreux pays en font des investissements particulièrement sûrs, dans un contexte global de plus en plus incertain.

Les énergies vertes plus rentables que les fossiles
Et cela ne se ressent pas sur la rentabilité. En effet, une autre étude, rendue publique il y a quelques jours par As you Sow et Corporate Knights, a montré que les entreprises positionnées sur les énergies renouvelables (cf. le Carbon Clean 200, classement des entreprises les plus vertes, ) affichaient des rendements sensiblement supérieurs à celles positionnées sur les énergies fossiles (cf. le Carbon Underground 200, classement des entreprises qui exploitent le charbon, le pétrole et le gaz) :

"Le Clean 200 a presque triplé la performance du classement des entreprises d'énergies fossiles au cours des dix dernières années, montrant que les entreprises d'énergies vertes offrent déjà d'excellentes performances financières aux investisseurs", souligne ainsi Toby Heaps, directeur général de Corporate Knights et co-auteur du rapport.
Le Carbon Clean 200 est un classement dont la première édition a été publiée le 15 août 2016 et qui regroupe des entreprises à la capitalisation boursière supérieure à 1 milliard de dollars au 2e trimestre 2016 et dont au moins 10% du chiffre d'affaires proviennent des énergies renouvelables.

Le solaire deux fois moins cher que le charbon
L'évolution du secteur est tout aussi spectaculaire en termes de coûts et de taille de projets. Ainsi, à quelques jours d'intervalle, le Royaume-Uni donnait son feu vert à Hornsea Project Two ce qui serait le plus gros projet de ferme éolienne offshore (475 turbines pour une puissance de 3 GW), tandis que les prix de l'énergie solaire atteignaient un nouveau plancher lors d'enchères organisées au Chili. Avec un tarif de 29,10 dollar le mégawattheure (MWh) pour une centrale de 150 MW, Solarpack Corp Technologica fait mieux encore que le consortium regroupant l'entreprise d'Abou Dhabi Masdar et le saoudien Abdul Latif Jameel qui proposait en mai dernier un tarif de 29,9 dollar le MWh pour un projet de 800 MW. Et, surtout, elle rend le solaire deux fois moins cher que le charbon.

Autre signe des temps : depuis 115 jours d'affilée, le Costa Rica, un pionnier en la matière qui entend se passer totalement des énergies fossiles d'ici 5 ans -et ce toute l'année-, tire 100% de son énergie des renouvelables.

Dans ce contexte, la France, accuse un retard de plus en plus flagrant. Selon un rapport du Commissariat général au développement durable (CGDD) rendu public le 17 août, s'il poursuit sur sa trajectoire actuelle, le pays organisateur de la COP21 n'atteindra que 20,5% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique en 2020, au lieu des 23% prévus. Ce chiffre, entériné par la loi Grenelle 1 en juillet 2009, correspond à la transposition en droit français de l'objectif dit des « 3 x 20 » du paquet Climat-Energie adopté par l'Union européenne sous la présidence de Nicolas Sarkozy en 2008 : 20% d'émissions de CO2 en moins en 2020 par rapport à 1990, 20% d'économies d'énergie et 20% d'énergies renouvelables en moyenne dans le mix des pays membres. La France est l'un des pays européens les moins avancés dans la transition vers les énergies renouvelables, avec la Grande-Bretagne.

Dix ans de retard pour l'éolien offshore
En 2015, soit à mi-parcours, elles représentent 14,9% de la consommation finale brute d'énergie en France, et l'électricité verte 18,9% de la production nationale. C'est 48% de plus qu'en 2005, mais nettement en-dessous de l'objectif intermédiaire fixé à 17%. Alors que leur part dans la consommation finale brute d'énergie a crû de 5,7 points en 10 ans, elles devront progresser de 8,1% dans les cinq prochaines années. A l'exception des biocarburants -notamment du biodiesel- qui permettent au secteur des transports de dépasser leur propre objectif intermédiaire, et du photovoltaïque qui a déjà atteint les objectifs (modestes) fixés pour 2020, tous les secteurs accusent un retard. C'est notamment le cas de l'éolien offshore, dont aucun des six projets attribués à ce jour ne devrait être en mesure de produire de l'électricité avant, au mieux, 2021, et non en 2012 comme envisagé dans le plan national d'action en faveur des énergies renouvelables (PNA EnR) de 2010. L'éolien terrestre, le solaire thermique, la biomasse, la géothermie et l'hydroélectricité, en baisse de 8% depuis 2005, ne font guère meilleure figure.

Un nouvel appel d'offres solaire
Le CGDD estime que le développement des énergies renouvelables est "insuffisant" et que les efforts à fournir d'ici 2020 seront "très importants" pour tenir l'objectif fixé.
En attendant, dans la continuité des objectifs annoncés dans la programmation pluriannuelle de l'énergie (un triplement de la puissance du parc solaire photovoltaïque français d'ici 2023 permettant de passer de 6.737 MW fin mars 2016 à 18.200 à 20.200 MW), Ségolène Royal a lancé cette semaine un appel d'offres spécifique pour les centrales solaires photovoltaïques au sol. Il porte sur une puissance cumulée de 3.000 MW, répartis en six périodes de candidature de 500 MW chacune jusqu'à juin 2019.

Mais il est encore trop tôt pour dire si cette nouvelle impulsion suffira à redresser la barre...
Chiffres complètement bidonnés. Le énergies vertes et renouvelables coûtent 2 à 3 fois plus cher que le charbon. Le consommateur allemand paie son électricité très verte 2 fois plus cher que ce que vous payez chez EDF ou Engie.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
Plouz
Messages : 936
Enregistré le : 23 nov. 2015, 17:23:24
Localisation : Poitou Charentes

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par Plouz » 03 sept. 2016, 09:49:21

Les allemands paient l'électricité plus cher mais en consomment moins .
Ils n'ont pas de chauffage électrique par exemple .
Le charbon est une catastrophe écologique et sanitaire .

http://www.consoglobe.com/charbon-chino ... te-1774-cg

L'EPR de Flamanville nous a déjà couté 8 milliards en pure perte .
Combien va couter le démentellement des centrales nucléaires françaises ?
Peut on continuer à financer des pays louches avec des énergies polluantes
et couteuses ?
Sera t on à la traine pour l'hydrogène comme pour le reste ?
La foi qui soulève les montagnes ferait mieux de les aplatir ( le capitaine Haddock ) .

pierre30
Messages : 8317
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Actualités des énergies renouvelables

Message non lu par pierre30 » 03 sept. 2016, 09:53:43

Hector, comme je ne suis pas expert, je me contente de ce que dit la presse. Mais le fait est que les industriels de l'énergie (et les financiers) investissent dans ces filières . Et pas seulement dans les pays subventionnés comme l'est la France. Alors je me dis qu'il doit y avoir du vrai.

Répondre

Retourner vers « Ecologie / Environnement / Agriculture »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré