La france revend ses vaccins contre la grippe A

Vous souhaitez parler des problèmes liés à la santé (Sécurité Sociale, maladie...) dans notre pays, venez en parler içi
En ligne
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32043
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 03 janv. 2010, 20:05:00

Bonjour,
 94 millions de vaccins, 5 millions de vaccinés. La France possède trop de doses de vaccins contre la grippe A, et cherche à revendre une partie du surplus à des pays étrangers, révèle Le Parisien – Aujourd’hui en France dans son édition de dimanche. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a confirmé ces informations dans un communiqué. Cette décision est la conséquence de l'avis rendu à l'automne par l'Agence européenne de la santé, qui avait indiqué qu'une seule injection suffisait pour être protégé du virus, et que deux n’étaient pas nécessaires. "Il est devenu évident que la France disposerait à terme, en fonction du rythme des livraisons, d'un excédent de vaccins", explique Roselyne Bachelot. Les doses sont revendues au prix où elles ont été achetées auprès des laboratoires pharmaceutiques - entre 6,25 et 10 euros -,explique Le Parisien, qui note que la France a déjà donné 9 millions de doses à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette opération, menée conjointement par les ministères de la Santé et des Affaires étrangères, vise à réduire la facture de la campagne de vaccination de masse décidée par le gouvernement. A lui seul, l'achat des 94 millions de doses a coûté 869 millions d'euros.  Des contrats ont été signés avec le Qatar et l'Egypte pour un montant de 16,1 millions d'euros, avec respectivement 300.000 et 2 millions de doses vendues, dévoile Le Parisien, des chiffres confirmés par Roselyne Bachelot. "Des contacts sont en cours avec d'autres pays, poursuit la ministre de la Santé. En particulier l'Ukraine et le Mexique". "Tout ceci était prévisible", a estimé le Professeur Marc Gentilini, ancien président de la Croix-Rouge française. "On se trouve devant un phénomène d'emballement qui me désespère. Jouer le pire n'était pas forcément jouer juste. "Je conçois très bien qu'on veuille prendre une assurance tous risques, mais quand une assurance coûte beaucoup plus cher que le risque, on doit quand même s'interroger."  Le député socialiste Jean-Marie Le Guen a réclamé "une mission parlementaire pour faire le bilan de ces échecs et tirer des leçons pour le futur". "Le gouvernement a surréagi, trop acheté, mal communiqué, mal organisé, et au final c’est quand-même un échec patent de la politique gouvernementale".  Qu'en pensez vous ?  A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 03 janv. 2010, 21:06:00

Evidement c'est choquant.
Le gouv. est atteint du syndrome de la canicule!
Mais, car il y a un mais; si le gouv. n'avait prévu que le dixième, et que l'épidemie se soit faite plus virulente, qu'aurait on dit? Qu'aurait dit le tartuffe Le Guen? C'est vrai qu'au PS, on savait faire des économies sur la santé, Fafa et sa responsablenoncoupable, ont su attendre d'avoir écoulé les poches de sang contaminé, avant d'en proposer des chauffés aux français!
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 03 janv. 2010, 21:54:00

Je rejoins Magic sur ce sujet.
Et il est vrai que même si c'est un enorme gachis que nous payons tous dans nos impots, si l'epidemie avait été plus severe et qu'on en avait commandé moins, le ps se serait empressé de crier au scandale aussi.
Il faut dire que ce parti ne vit que par ses coups de gueules, son avenir est derriere lui.
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 03 janv. 2010, 23:08:00

Pareil en Belgique, où le faible taux de H1N1 (dont très peu de cas ont eu une gravité) est en telle régression qu'on ne parle même plus d'épidémie.

Nous avons aussi plus de 10 millions de vaccins en trop icon_confused
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 04 janv. 2010, 13:45:00

Au pire, il y avait un léger problème de calcul :

94M-63M=31M

31M de doses supplémentaires pour qui, pour quoi...???


Au pire du mieux, il y avait un très mauvais calcul prévisionnel :

94M-5M=89M

89M sur le dos... pour qui, pour quoi...???


Au pire du pire, nos dirigeants et l'industrie pharmaceutique sont de belle crapule.

94M-5M=89M et revente 89M à l'étranger. 


Bien évidemment, toutes les doses supplémentaires et pour certaines périmées vont être revendues au tiers monde...
Merci qui, Merci Sanofi...

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 04 janv. 2010, 14:02:00

Libre penseur a écrit :Au pire, il y avait un léger problème de calcul :
94M-63M=31M

31M de doses supplémentaires pour qui, pour quoi...???


Au pire du mieux, il y avait un très mauvais calcul prévisionnel :

94M-5M=89M

89M sur le dos... pour qui, pour quoi...???


Au pire du pire, nos dirigeants et l'industrie pharmaceutique sont de belle crapule.

94M-5M=89M et revente 89M à l'étranger. 


Bien évidemment, toutes les doses supplémentaires et pour certaines périmées vont être revendues au tiers monde...
Merci qui, Merci Sanofi...
Lorsque le gouv. à commandé ses vaccins, l'OMS et les "experts" préconisaient 2 injections à au moins 3 semaines d'intervale! Donc 94:2=47. tu vois LP tu penses mais pas juste... du moins en calcul.... mais on est pas obligé de te croire icon_mrgreen

Dans cette affaire, les responsables sont le gouv. évidement, mais les coupables sont les "experts" du ministère de la santé et de l'OMS. Il est bon qu'une enquète soit digilentée, qu'on sache la vérité et que ça serve de leçon pour l'avenir.
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 04 janv. 2010, 14:03:00

Tiens, je viens de lire ça sur Slate:

Gouverner, c’est prévoir. C’est aussi, parfois, parier. Face au risque pandémique associé au nouveau virus grippal H1N1pdm, le gouvernement français a, très tôt, choisi de faire un triple pari.
Le premier était que cette pandémie pourrait être d’une contagiosité et d’une virulence hors du commun (principe de précaution). Le deuxième, corollaire, était de postuler que face à cette menace sanitaire la majorité des Français souhaiteraient se protéger au plus vite grâce aux vaccins qui seraient mis à la disposition de tous (principe d’égalité). Ces deux paris avaient été pris par le gouvernement de François Fillon avant l’été 2009. Ils l’avaient été sur la base d’avis d’experts scientifiques, au vu des incertitudes épidémiologiques d’alors. Le troisième pari – a priori le moins risqué – reposait sur l’idée que l’on ne reprocherait jamais aux responsables sanitaires de «trop en faire»; alors que (souvenir toujours présent des affaires du sang contaminé) le pire est à craindre dès lors qu’il est établi a posteriori que ces mêmes responsables ont sous-estimé les dangers à venir. De ce point de vue, la jurisprudence semble en passe de s’inverser.
Le navire gouvernemental français, avec Roselyne Bachelot en figure de proue, a-t-il perdu ses trois paris? De nombreux éléments le laissent aujourd’hui penser même si rien ne permet d’affirmer que la messe pandémique est dite (une reprise soudaine de l’activité virale dans les prochains mois ne pouvant pas être exclue).  L’annonce, dimanche 3 janvier, du début de la revente d’une partie du stock vaccinal national a joué un puissant rôle de starter. En mettant en lumière le caractère schizophrénique de la situation française, cette annonce a fait se multiplier les déclarations politiques et polémiques; une situation d’autant plus étonnante que par la voix de Roselyne Bachelot le gouvernement n’avait, depuis deux mois, jamais fait mystère de sa volonté de céder à des pays étrangers une partie de ce stock.
Trois camps sont ici en présence: l’opposition, la majorité et les électrons libres.
L’opposition. Principal porte-parole : le député (PS, Paris)  Jean-Marie Le Guen. Ce médecin, président du conseil d’administration de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, réclame la constitution d’une mission parlementaire. «A l’évidence les sommes considérables investies (plus d’un milliard et demi d’euros) et la campagne de communication autour de la vaccination ont été un échec, affirme-t-il. Suite à une politique d’achat exagérée le gouvernement vient de prendre une mesure tardive pour vendre son surplus de vaccin, qui risque de tourner à la braderie. La politique vaccinale est malheureusement un fiasco aboutissant à ce que nous ayons le plus faible taux de personnes vaccinées des pays développés.» Il faut désormais selon lui créer «une mission parlementaire pour faire le bilan de ces échecs et tirer des leçons pour le futur».
La majorité. Dans ses rangs, on a pleinement perçu les risques politiques de ce dossier et l’urgence qu’il y avait à venir au secours de Roselyne Bachelot qui semble actuellement condamnée au silence. Dominique Paillé, ancien directeur-adjoint d’hôpital, aujourd’hui porte-parole adjoint de l’UMP est ainsi monté en première ligne pour faire œuvre utile de pédagogie sanitaire. Son argumentaire est sans surprise qui reprend, précisément, les termes des trois paris gouvernementaux. Paillé évoque ainsi «les accusations qui auraient été portées contre la ministre de la Santé et le chef du gouvernement» si «la pandémie avait été ce que l’on craignait». Et il ajoutait sur France-Inter :
«Il  y avait, à l’époque à laquelle on a acheté ces vaccins, nécessité de deux injections. Nous avions tablé sur une pandémie durable — il faut toujours envisager les hypothèses les plus graves — et sans doute un engouement plus grand des Français pour la vaccination. Cela étant, aujourd’hui le constat c’est le recul de l’épidémie, nous allons sortir de l’hiver en ayant eu -et c’est tant mieux-  un minimum de dégâts  causés par la grippe A. »
Ancien ministre socialiste de la Santé, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner n’a sur le fond rien dit d’autre, lundi 4 janvier, sur RTL tout en se disant «scandalisé par le scandale que cela provoque» :
«Qu’est ce qu’on aurait dit si l’épidémie avait été grave! Qu’est-ce qu’on aurait dit si les gens avaient risqué leur peau ! Qu’est-ce qu’on est content que ce virus soit un peu moins virulent qu’on le pensait ! Et puis attendons un peu, parce que l’hiver n’est pas fini et souvent –on appelle ça le V grippal, monsieur – ça rebondit!»
Tout naturellement on se refuse, côté majorité, à reconnaître qu’il pouvait exister d’autres choix que celui d’une relative inaction ou celui de la politique du tout-vaccinal doublée de la constitution de stocks considérables (et pour l’essentiel non utilisés et prochainement périmés) de l’antiviral Tamiflu.
Les électrons libres. L’annonce du début la revente des vaccins a également permis à deux médecins – les Pr Marc Gentilini et Bernard Debré – de placer une nouvelle fois quelques solides banderilles politiques et confraternelles.
Que dit le premier, spécialiste  des maladies infectieuses et tropicales et ancien président de la Croix-Rouge française:
«Tout ceci était prévisible. A partir du moment où on décidait d’un plan critiquable, avec mise hors-jeu du service de santé principal constitué par les médecins libéraux, on courait un risque de non-acceptation par la population. On se trouve devant un phénomène d’emballement qui me désespère. Jouer le pire n’était pas forcément jouer juste et ceci se fait au détriment d’autres problèmes de santé publique, nationaux ou internationaux. Je suis très sévère sur la façon dont on a agi parce qu’on n’a pas accepté un dialogue vrai sur les risques que faisait courir ce nouveau virus (…) alors que globalement il représente une mortalité inférieure à celle de la grippe saisonnière. Je conçois très bien qu’on veuille prendre une assurance tous risques, mais quand une assurance coûte beaucoup plus cher que le risque, on doit quand même s’interroger ».
Quant au député (UMP, Paris) Bernard Debré – désormais célèbre pour avoir, cet été, qualifié la pandémie de « grippette » – il persiste et signe sur RTL, même si la maladie a déjà causé deux cents morts en France, quelques minutes après avoir pris la place de Bernard Kouchner:
«Je suis tout à fait triste pour les deux cents morts. Il faut savoir que sur ces deux cents morts une trentaine concerne des gens qui étaient en bonne santé et que les autres étaient des malades qui étaient déjà très malades.»
Affirmant qu’aujourd’hui «les langues se délient», ce spécialiste d’urologie estime que l’on savait tout ou presque fin juillet 2009 mais qu’alors «il y a eu une pression fantastique des laboratoires». «Je comprends que l’on ait pu céder à la tentation des laboratoires, ajoute-t-il. Et puis il y ce principe absurde, poussé à l’extrême, de précaution.» Accusant avec une méchanceté toute confraternelle Bernard Kouchner de se fourvoyer dans la définition du «V grippal» (qui, si l’on comprend bien, caractérise l’évolution de la fièvre chez un malade et non le rebond épidémique) Bernard Debré (qui s’est fait vacciner) a mis en cause, sans les nommer, «les experts»; du moins ceux  qui «ont annoncé l’arrivée de l’Apocalypse à la pauvre Roselyne Bachelot qui y est allée au maximum».  Au total, selon lui avec les vaccins et le Tamiflu que l’on est en train de «refourguer», le coût de l’opération dépasse le déficit de tous les hôpitaux français et correspond à «trois fois le plan cancer».
Et maintenant? Comme souvent en France la polémique se développe en se cantonnant au seul espace hexagonal. Curieusement, aucun des protagonistes ne cherche à établir des comparaisons avec les politiques adoptées par les autres grands pays industriels, qu’il s’agisse de la constitution des stocks vaccinaux (et de leur revente) ou de l’adhésion de la population à la vaccination. Seules pourtant ces comparaisons (associées aux explications fournies par les différents décideurs) permettront – une fois la pandémie éteinte — de conclure: en achetant 94 millions de doses vaccinales, le gouvernement français a-t-il commis une simple erreur stratégique ou, au contraire, une véritable faute politique?
Jean-Yves Nau
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2138
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 04 janv. 2010, 19:53:00

Magicfly a écrit :
Libre penseur a écrit :Au pire, il y avait un léger problème de calcul :
94M-63M=31M

31M de doses supplémentaires pour qui, pour quoi...???


Au pire du mieux, il y avait un très mauvais calcul prévisionnel :

94M-5M=89M

89M sur le dos... pour qui, pour quoi...???


Au pire du pire, nos dirigeants et l'industrie pharmaceutique sont de belle crapule.

94M-5M=89M et revente 89M à l'étranger. 


Bien évidemment, toutes les doses supplémentaires et pour certaines périmées vont être revendues au tiers monde...
Merci qui, Merci Sanofi...


Lorsque le gouv. à commandé ses vaccins, l'OMS et les "experts" préconisaient 2 injections à au moins 3 semaines d'intervale! Donc 94:2=47. tu vois LP tu penses mais pas juste... du moins en calcul.... mais on est pas obligé de te croire icon_mrgreen

Dans cette affaire, les responsables sont le gouv. évidement, mais les coupables sont les "experts" du ministère de la santé et de l'OMS. Il est bon qu'une enquète soit digilentée, qu'on sache la vérité et que ça serve de leçon pour l'avenir.

Et pourquoi pas trois, ils veulent notre mort... icon_mrgreen

anonyme
Messages : 1256
Enregistré le : 15 juin 2009, 00:00:00

Message non lu par anonyme » 04 janv. 2010, 20:15:00

SCOOP !


Roselyne vient d'annoncer sur TF1 qu'elle a fait procéder à la résiliation d'une commande de 50 millions de dose de vaccins auprès des fournisseurs et qui selon elle, n'aurait pas été payée.


Connaissant le fonctionnement du système des commandes publiques et des appels d'offre, je reste très dubitatif quand à cette déclaration !!


Image

En ligne
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32043
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 04 janv. 2010, 20:39:00

Bonjour,

Moi j'ai une question, si la grippe A avait été plus dure, et que y'avait pas eu assez de dose qu'aurait on dit ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

anonyme
Messages : 1256
Enregistré le : 15 juin 2009, 00:00:00

Message non lu par anonyme » 04 janv. 2010, 20:51:00

politicien a écrit :Bonjour,

Moi j'ai une question, si la grippe A avait été plus dure, et que y'avait pas eu assez de dose qu'aurait on dit ?

A plus tard,
Il y avait forcément assez de doses même pour une double vaccination ( qui d'ailleurs n'a jamais été ni recommandé ni effectué nulle part ) et sachant qu'il était absolument improbable que plus de 25% de la population se fasse vacciner ( c'était d'ailleurs impossible à organiser administrativement ), il nous restait forcément au moins 60 millions de vaccins sur les bras, soit presque la population de la France métropolitaine...


On le savait dés le début que c'était une connerie... Surtout que cette grippe, c'était quand même une belle rigolade ( j'ai été bien plus malade lors de ma gasto-entérite que lors de ma grippe a )

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 04 janv. 2010, 23:05:00

la chambre bleue a écrit :SCOOP !

Roselyne vient d'annoncer sur TF1 qu'elle a fait procéder à la résiliation d'une commande de 50 millions de dose de vaccins auprès des fournisseurs et qui selon elle, n'aurait pas été payée.


Connaissant le fonctionnement du système des commandes publiques et des appels d'offre, je reste très dubitatif quand à cette déclaration !!


Image
Je suis d'accord avec toi. A mon avis, il doit y avoir des pénalités de dédit. Elle a parlé de 340 millions de remboursé, je ne suis pas sûr que ça fasse le compte. c.._mad
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 04 janv. 2010, 23:21:00

la chambre bleue a écrit : Il y avait forcément assez de doses même pour une double vaccination ( qui d'ailleurs n'a jamais été ni recommandé ni effectué nulle part ) et sachant qu'il était absolument improbable que plus de 25% de la population se fasse vacciner ( c'était d'ailleurs impossible à organiser administrativement ), il nous restait forcément au moins 60 millions de vaccins sur les bras, soit presque la population de la France métropolitaine...


On le savait dés le début que c'était une connerie... Surtout que cette grippe, c'était quand même une belle rigolade ( j'ai été bien plus malade lors de ma gasto-entérite que lors de ma grippe a )
L'erreur est d'avoir cdé pour vacciner 75% de la population alors 30% aurait été raisonnable: facile après coup. Mais qu'aurait dit ts les braillards Hamon, Le Guen et compagnie. Moi j'en reviens tjrs à la même conclusion: "on paie très cher des fonctionnaires et des experts incompétants". La ministre est responsable, qu'on la vire, c'est le lot des politiques; mais les experts incompétants ils nous restent sur les bras: courbons l'échine et préparons nous à leur prochaine connerie. Finalement les experts en pandémie, sont les juges Burgaud de la santé public, quoiqu'ils fassent ont les aura tjrs dans les pattes! icon_evil
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 05 janv. 2010, 09:28:00

Que c'est facile de crier haro sur le baudet ! Personne ne pouvait prévoir l'évolution de la pandémie, et s'il avait manqué une seule dose de vaccin, la Ministre aurait été traitée en criminelle. Et qui pouvait prédire l'évolution de cette grippe au moment où il s'est agi de commander ?

De même, nous ne savons rien de la commande : était-elle ferme, ou s'agissait-il d'une option ?

La Belgique est aussi en énorme sur-capacité de vaccins, achetés cash ceux-là, mais à géométrie variable : un vaccin de base polyvalent, valable 5 ans, à 6 euros, et un additif spécifique à la grippe H1N1, dont la valeur unitaire est de 1 euro, et à ajouter au dernier moment.  Autrement dit, le stock pourra être utilisé à d'autres fins, avec une perte minime. En outre, 1.250.000 vaccins complets ont été donnés à l'OMS, pour les pays en voie de développement.

Bref, il est un peu facile de critiquer après coup.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Fleur sauvage
Messages : 74
Enregistré le : 07 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : en France

Message non lu par Fleur sauvage » 05 janv. 2010, 18:56:00

Heu, on aurait laissé les médecins généralistes vacciner : je lui aurais fait confiance !
Il est un peu tard pour que Mme Bachelot daigne accepter que nos généralistes vaccinent (autorisation pour la semaine prochaine)

Répondre

Retourner vers « Santé »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré