Levothyrox: une enquête ouverte au tribunal de grande instance de Marseille

Vous souhaitez parler des problèmes liés à la santé (Sécurité Sociale, maladie...) dans notre pays, venez en parler içi
Avatar du membre
karoline
Messages : 3281
Enregistré le : 18 juin 2013, 13:22:35

Re: Levothyrox: une enquête ouverte au tribunal de grande instance de Marseille

Message non lu par karoline » 15 juin 2018, 11:31:35

Heleth a écrit :
15 mai 2018, 11:45:26
Je ne suis ni médecin ni pharmacien mais juste docteur en chimie organique.
Le principe actif du lévothyrox est la Lévothyroxine. Un acide aminé polyiodé.

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9vothyroxine

D'après sa formule chimique il est évident que c'est un composé qui va se dégrader très vite. De mon point de vue, remplacer le lactose par le manitol et l'acide citrique ne va pas améliorer la stabilisation du produit bien au contraire. Le maintien en milieu acide pendant des semaines (et pas juste pendant les quelques heures du passage dans l'estomac - milieu fortement acide) peut provoquer des substitutions électrophiles au niveau des substituants iodés (désolé pour le langage non profane). Bref l'iode va se barrer du principe actif qui ne sera donc plus efficace.

D'après les liens fournis par certains, sa posologie est très sensible et doit évoluée en plusieurs étapes :
http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.f ... ionne.html

La bioéquivalence entre l'ancienne et la nouvelle formule n'est pas si égale que ça :
"il était possible en analysant de très près l’étude de bioéquivalence d’observer des différences d’absorption du produit pour un même sujet dépassant 20% chez un tiers des patients."
Et les études ont été faites sur des sujets sains ?!?

Tous ces facteurs associés à une mauvaise information ("Les professionnels libéraux n’ont pas, à ce jour, l’obligation de fournir leur mail et un établissement public ne peut les y obliger. Il y a aussi tous ceux qui ne nous connaissent tout simplement pas. On a fait une étude en 2014 qui a montré que 50% des généralistes ne savent pas ce qu’est l’ANSM !") font que vraisemblablement de nombreux patients stabilisés n'ont surement pas refait leur dosage lors du passage à la nouvelle formule alors que cela aurait du être le cas (question de coût ?).

Soit le produit se dégrade plus vite et on est en sous dosage soit le produit se dégrade moins vite et on est en sur dosage. A cela peut s'ajouter les effets synergiques ou antagonistes des excipients qui sont très difficiles à quantifier. Quand on est avec des posologies de l'ordre de quelques dizaines de microgrammes (!) surtout avec une molécule aussi lourde (l'iode est très lourde et encombrante au niveau atomique) donc on se retrouve avec des picomoles (de toutes petites quantités) de produit dans les cachets (ce qui veut dire encore moins de disponible dans l'organisme), la moindre variation dans un sens ou dans l'autre peut entraîner des effets secondaires dévastateurs.

Bref tout ça est une histoire de gros sous. Merck voulait une nouvelle formule pour conserver ses droits de propriété industrielle, les dosages hormonaux étant chers (? je ne connais pas les tarifs) et les médecins pas toujours informés cela conduit à la situation actuelle.
Curieusement cette nouvelle formule a provoqué des ennuis de santé confirmés par des prélèvements biologiques chez les patients concernés, bien avant que ceux-ci étaient informés par la presse d'une éventuelle remise en cause du médicament.

Heleth
Messages : 752
Enregistré le : 30 mars 2017, 11:01:24

Re: Levothyrnox: une enquête ouverte au tribunal de grande instance de Marseille

Message non lu par Heleth » 15 juin 2018, 20:02:47

signora a écrit :
14 juin 2018, 18:26:31

Une molécule cachée non vendue en France
Le deuxième élément de cette étude est la présence, dans le traitement, de Dextrothyroxine, qui ne figure pas, selon l'association, dans la liste des composants. Cette substance de synthèse, non commercialisée en France, a été retirée de la vente aux Etats-Unis en raison d'effets secondaires similaires à ceux décrits aujourd'hui par les malades de la thyroïde qui décrivent des crampes, maux de tête, vertiges et perte de cheveux.

PS : Mon endocrinologue a passé ses patients à une autre formule L-Thyroxin Henning de sanofi. Les premiers temps le médicament distribué uniquement en Allemagne nous était remis accompagné d'une notice en français. Je continue ainsi, les symptomes les plus violents sont très atténués.
Levothyroxine et Dextrothyroxine sont deux énantiomères de la même molécule. Deux énantiomères sont l'image l'un de l'autre dans un miroir plan, mais ne sont pas superposables. L'exemple le plus simple pour visualiser le concept c'est de prendre la main droite et la main gauche. Si je les met paume contre paume, le pouce fait face au pouce mais si je les met l'une sur l'autre le pouce droit est au dessus du petit doigt gauche.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nantiom%C3%A9rie

Ca me fait penser à la thalidomide tristement célèbre en son temps.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Thalidomide

Justement à cause de la Thalidomide, la réglementation et les contrôles sont devenus très contraignants dans ce type de situation. Si la présence de 2 énantiomères dans la même formulation est confirmé, c'est très étonnant et indiquerait un défaut majeur au niveau du processus de fabrication et de contrôle de Merck.

Répondre

Retourner vers « Santé »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré