La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

venez parler des sujets de société qui vous concerne ( drogue, alcool, avortement...)
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 31742
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par politicien » 04 mars 2018, 18:11:16

La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

03 mars 2018, 12:18:01

En interdisant les châtiments corporels, la France rejoindrait les vingt-deux pays de l'Union européenne qui ont décidé de légiférer afin de punir les gestes de violences envers les enfants dans le…

Image



Image La ministre de la santé, Agnès Buzyn, à la sortie d'un conseil des ministres. LUDOVIC MARIN/AFP


En interdisant les châtiments corporels, la France rejoindrait les vingt-deux pays de l'Union européenne qui ont décidé de légiférer afin de punir les gestes de violences envers les enfants dans le cadre de la famille.



«L'enjeu, c'est d'interdire les châtiments corporels», a déclaré vendredi Agnès Buzyn, la ministre de la Santé. Devant des professionnels de l'enfance, réunis à l'occasion de la première année du plan interministériel contre les violences faites aux enfants lancé par le précédent gouvernement, la ministre s'est engagée à soutenir la proposition de loi de Maud Petit (MoDem) et François Michel-Lambert (LREM) pour «une éducation sans violences». Agnès Buzyn a annoncé qu'elle souhaitait travailler avec les porteurs du projet de loi pour trouver une voie de passage» et ainsi «rejoindre les grands pays européens qui, pour la majorité d'entre eux, ont publié des lois qui interdisent les violences faites aux enfants dans le cadre de la famille».


» LIRE AUSSI - «La fessée n'a aucune vertu éducative», selon le tout nouveau livret des parents


En France, le débat sur le «droit de correction» des parents a été relancé en novembre dernier, avec la remise d'un rapport par Jacques Toubon, le Défenseur des droits. C'est à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant, le 20 novembre, qu'il avait une nouvelle fois appelé à inscrire la prohibition de tous les châtiments corporels dans la loi. Si les violences à l'égard des enfants comme les claques, les fessées ou les tapes sont déjà proscrites, et considérées comme des circonstances aggravantes, la justice reconnaît encore aux adultes un «droit de correction» s'il est «proportionné». Le débat a «beaucoup mûri dans la société», a ainsi estimé le Défenseur des droits. «Il faut que la loi française dise que la fessée n'est pas un droit», disait-il. «Cela fait au moins 20 ans que le sujet est sur la table en France, dit-on dans les couloirs de l'institution. Alors que cette loi existe déjà dans une cinquantaine de pays».

Quelle est la situation ailleurs en Europe?

(...)



Article complet sur http://www.lefigaro.fr/actualite-france ... lences.php
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
asterix
Messages : 835
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par asterix » 04 mars 2018, 21:32:39

Je déplore que ce qui relève de la vie privée familiale et du libre arbitre soit encadré par une loi. Une de plus.

Il est clair que la fessée n'est en rien un outil pédagogique. Lorsqu'elle survient, c'est précisément le signe que la pédagogie est en échec face à l'enfant. Cela avait le mérite de le mettre au courant, et de lui dire que la rupture est proche. Mais c'est lamentable de faire une loi là dessus. Cela démontre à quelle point nous sommes égarés, infantilisés. Du reste, c'est comme les dos d'ânes sur les routes, on les doit à une poignée de fêlés qui prennent la route pour un circuit de formule 1. Nous en sommes là parce que quelques parents égarés ont fait de la fessée l'outil pédagogique principal.

Le flicage continue... l'inquisition s'installe. C'est une resucée de cette affreuse ambiance du "qu'en dira ton" délétère des années 50/60, ou l'on mettait au banc de la société, par verdict populaire et lapidaire, sans passer par le juge, des gens qui avaient commis un "faux pas". Un truc comme les femmes tondues en 45/46, mais contrôlé et béni par l'état. Une méthode Lepeniste pour appliquer l'angélisme puriste. Une manière de dire à un peuple niais, ce qui est bon pour lui, et malgré lui. Enfin une grande page démocratique de l'histoire quoi.

Cette loi est un écran de fumée masquant une maltraitance délibéré de notre société toute entière envers l'enfant: la pression qu'on lui met sur son avenir, sans lui fournir son du, la parfaite maîtrise de la langue et des mathématiques élémentaires. Il n'aura pas de fessée, ça lui fait une belle jambe. sa vie entière risque d'être une fessée.

Nous sommes bel et bien dans le sillage du puritanisme américain: il faut des gens "bien comme il faut". C'est pile ce que l'on disait dans les années 60, tout en lançant des regards perforants à la montée de la "nouvelle vague", et de ses transgressions morales.

Triste époque. Triste. Encore une frasque des juges et des experts, au détriment de la véritable politique.

Bon, et que fait on des contrevenants? On confisque les gosses et on les met à la DDASS?

http://www.liberation.fr/societe/2009/1 ... ses_601965
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 16880
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par Jeff Van Planet » 11 mars 2018, 12:02:23

Encore une fois on est dans l'hypocrisie et l'irréalisme total. Plutôt que de vous expliquer pourquoi, je vous invite à relire "Poile de carotte" dont l'enfance s'est déroulée sans une mandale mais totalement pourrie par une mère tortionnaire qui pratiquait la violence mentale, l'exclusion et qui mettait un point d'honneur à faire sentir son enfant un moins que rien.

Là où je veux en venir, c'est que trois tartes réparties en 20 ans valent mieux que ça et qu'on fait tout un fromage pour des conneries qui ne changeront rien à la vie des vrais gens.

En revanche ça fera vendre du magazine, je vois les titres d'ici: <<Jean michemiche gagnant des ch'ti contre les marseillais enfant battu>> ou alors cet autre titre: <<Comment ne pas mettre de torgnoles à ses gosses, suivez les conseilles du professeur paluche>> et pendant ce temps, la vraie violence, elle, continuera car elle n'est pas physique et ça tout le monde s'en "balec" puisque ça ne fait pas vendre.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Nolimits
Messages : 6605
Enregistré le : 29 avr. 2015, 12:39:32

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par Nolimits » 11 mars 2018, 12:59:12

Par moment, une bonne claque est méritée et il y a des modes d'éducation (l’enfant-roi par exemple) qui sont bien pires qu'une petite fessée ou claque (proportionnée bien sur, le gamin pas attaché au cerisier et fouetté à la lanière en cuir).
Donc bref, comme le dit fort justement @Jeff Van Planet , encore et encore des lois qui ne serviront qu'à donner du boulot aux avocats et autres journalistes.

Avatar du membre
Cheshire cat
Messages : 3078
Enregistré le : 08 juin 2013, 14:03:05
Localisation : Lugdunum

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par Cheshire cat » 11 mars 2018, 13:33:39

Il faudra éduquer les parents qui ont été élevés à la torgnole et ne savent élever leurs enfants qu'à la torgnole.
“On commence par se tromper soi-même ; et ensuite on trompe les autres. ”
Oscar Wilde

Avatar du membre
karoline
Messages : 3163
Enregistré le : 18 juin 2013, 13:22:35

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par karoline » 12 mars 2018, 18:47:55

asterix a écrit :
04 mars 2018, 21:32:39
Triste époque. Triste. Encore une frasque des juges et des experts, au détriment de la véritable politique.

Bon, et que fait on des contrevenants? On confisque les gosses et on les met à la DDASS?
https://www.francetvinfo.fr/economie/em ... 73209.html
Voici la triste histoire de parents accusés à tort d'avoir maltraité leur fille. Pendant quatre années cette petite fille a été séparée de ces parents et eu droit à leur visite pendant 2/3 heures par semaine........
Comment ont-ils pu survivre.......

Avatar du membre
karoline
Messages : 3163
Enregistré le : 18 juin 2013, 13:22:35

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par karoline » 13 mars 2018, 12:26:32

https://www.youtube.com/watch?v=9LEUY1Yjdao https://www.youtube.com/watch?v=eyJwFHLF3Zo

Voici leur histoire: après avoir supporté des conditions de garde à vue horrible comme il semble être courant et concerne apparemment autant des personnes innocentes que des grands délinquants et le placement de leur fille en famille d'accueil pendant 3 ans et 8 mois. Une fois leur innocence confirmée, le couple a pris la décision de kidnapper leur propre fille, sinon ils auraient, malgré la confirmation de leur innocence, du attendre un an et demi pour la retrouver.

Un pays, dont la justice fonctionne de cette manière m'inquiète....... ainsi que l'inhumanité de certains acteurs en dehors de la justice, sommes-nous de retour au Moyen-Age??????

Avatar du membre
asterix
Messages : 835
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par asterix » 16 mars 2018, 15:29:14

En tout cas dans un néo puritanisme et une dangereuse simplification des pensées.

Il m'a toujours étonné, depuis longtemps, de voir comment des démocraties libérales sont capables de produire du "soviétisme", et d'écrire, sans se l'avouer, un petit livre rouge, que la constitution ingurgite à petite dose, comme un poison lent.

Par ailleurs, nous le méritons bien. Ces lois sont précisément l'échec de la pensée libérale. Non pas que le libéralisme politique ( et non économique) soit en échec, mais que le niveau de conscience sociétal soit trop bas pour que ce libéralisme soit heureux. Pendant 20 ans, nous n'avons juré que par la tolérance, mais pour le coup, c'était au delà de la "tolérance", c'était carrément du gâtisme ou de la démagogie, Mitterrandien principalement, mais Chiraquien aussi. As tu remarqué que maintenant le nouveau slogan est tolérance zéro? Il y a eu, vraiment, et encore maintenant, un sacré malentendu sur la signification du mot tolérance!

Nous sommes en Macronie. Ça ressemble à la France, ça en a le goût et l'odeur, ça gère bien les problèmes économiques, ça entame des réformes bien ficelées et intelligentes. Mais question société, s'abstenir, les bobos parlent aux bobos, l'angélisme a encore des soubresauts, et je dirais même qu'il se mue en néo puritanisme, vu le nouveau catéchisme. Un néo catholicisme en quelque sorte, pas dépourvu d'un certain culte, pour des laïcs ça la fout mal. La sainte vierge est de retour, et comme disait Julio Eglesias, "nous les hommes pauvres imbéciles que nous sommes". Sacralisation de la femme et de l'enfant, du pauvre et de l'handicapé, de l'errant et de l'étranger. C'est dans l'évangile selon saint Macron. Seul le mâle blanc est suspect, et à demi mot, nuisible. Il faut le réformer, le rééduquer, pour qu'il puisse devenir une victime comme les autres... nous fait chier le mâle blanc, avec sa force et sa détermination d'un autre âge...

Voilà, c'est de ce même misérabilisme que 2000 ans de christianisme nous ont baigné. Le malheur est une piscine pour le chrétien, ce n'est pas moi qui le dit. On a viré les religions, mais leurs fondements reviennent au galop, et se refondent, avec religiosité, dans un avatar laïque, au sein même de la république agnostique.

Quand je pense que j'ai pris des bains avec mes filles jusqu'à leur 9 ans, que je leur ai fait des bisous sur les fesses et le ventre, que ces mêmes fesses ont parfois compris ce que l'oreille ne voulait entendre, que ces mêmes oreilles ont été tirées dans la bonne direction pour faire suivre le reste du corps... hé bé! J'ai échappé à la prison!! Mais qui alors aurait séché leur larmes, lors d'un premier amour déçu, une tête sur mon épaule, et les rassurer: "tu sais, les jeunes garçons sont un peu bêtes, comme vous, ils se cherchent, maladroitement, mais ça viendra"? C'est l'état, la loi, le tribunal qui leur aurait dit ça?!!
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
asterix
Messages : 835
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par asterix » 16 mars 2018, 15:55:51

Cheshire cat a écrit :
11 mars 2018, 13:33:39
Il faudra éduquer les parents qui ont été élevés à la torgnole et ne savent élever leurs enfants qu'à la torgnole.
J'ai un peu peur, malgré ton désir de bien faire, que ces parents en soient là parce qu'aucune éducation ne les pénètre. Et qu'ils sont eux même encore des enfants, au vu de leur défiance des élites, de la politique et du droit. N'est ce pas le propre de l'enfant, la défiance de ce qui lui apparaît comme supérieur? Un adulte abouti à une autre façon de gérer l'échelle des valeurs et des hiérarchies.
Mais ça ne coûte rien d'essayer. Enfin si, beaucoup. Mais peut on faire cette économie?

Par contre, je m'inscris en faux concernant cette systématicité, de celui qui fut par la torgnole, et donc qui fera par la torgnole. Encore un raccourci technocrate, encore une simplification détestable. Et puis la torgnole a ses niveaux graduels, ses fréquences, ses aspects, qui en font quelque chose de différent au cas par cas. Ma nièce par alliance, enquêtrice social, cet espèce d'huissier social que tout le monde déteste, mais qui a sa raison d'être, connait beaucoup de cas (loin d'être majoritaires), ou les parents sont tout à fait normaux et structurés, mais dans une détresse totale, devant un enfant tyrannique et ingérable, machiavélique et comédien. C'est alors l'enfant qui maltraite ses parents, en quelque sorte, jusqu'à ce que le parent se mette à frapper, pour la plus grande joie de l'enfant qui tient alors une preuve pour dévaster ses parents, tellement il les trouvent piteux de bienveillance, dans son délire de les dominer. Et oui! Des enfants comme ça ça existe. Mais faut pas le dire, c'est caca.

Alors de grâce, n'évacuons pas le problème en 3 lignes et 2 slogans, façon Twetter.

L'autre problème est l'abandon de la psychiatrie, adulte et infantile. Mais il faut ouvrir un autre topic.
Modifié en dernier par asterix le 16 mars 2018, 16:04:29, modifié 2 fois.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
asterix
Messages : 835
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par asterix » 16 mars 2018, 15:58:57

Jeff Van Planet a écrit :
11 mars 2018, 12:02:23
Encore une fois on est dans l'hypocrisie et l'irréalisme total. Plutôt que de vous expliquer pourquoi, je vous invite à relire "Poile de carotte" dont l'enfance s'est déroulée sans une mandale mais totalement pourrie par une mère tortionnaire qui pratiquait la violence mentale, l'exclusion et qui mettait un point d'honneur à faire sentir son enfant un moins que rien.
Très pertinent.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
asterix
Messages : 835
Enregistré le : 02 mai 2017, 21:30:08

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par asterix » 16 mars 2018, 16:20:19

Nolimits a écrit :
11 mars 2018, 12:59:12
Par moment, une bonne claque est méritée et il y a des modes d'éducation (l’enfant-roi par exemple) qui sont bien pires qu'une petite fessée ou claque (proportionnée bien sur, le gamin pas attaché au cerisier et fouetté à la lanière en cuir).
Donc bref, comme le dit fort justement @Jeff Van Planet , encore et encore des lois qui ne serviront qu'à donner du boulot aux avocats et autres journalistes.
Tout à fait: la norme et la loi sont créatrices d'emplois, non productifs et coûteux à la société, mais on saura trouver les artifices pour vous convaincre de leur fondements. Autrement dit, la démonstration fumeuse qu'on fait de la croissance en fliquant, alors que la seule vrai croissance vient de la fabrication de biens durables en valeur et en usage. Ce n'est pas le fil, mais des gens ont essayé de m'explique que mon coiffeur créait de la richesse. Ce à quoi j'ai répondu qu'il m'appauvrit chaque mois en échange de quelque chose qui est à recommencer perpétuellement: une économie de rente. Donc comme mon coiffeur (pardon je l'aime bien), l'inflation législative et normative est une économie de rente. Avec une préférence pour mon coiffeur, qui lui au moins, donne une bonne allure à ma pilosité. Alors que chaque loi fait de nous de potentiels voyous.
Vos mains ont un cerveau: ne les mettez pas dans vos poches

Avatar du membre
karoline
Messages : 3163
Enregistré le : 18 juin 2013, 13:22:35

Re: La ministre de la Santé favorable à une «éducation des enfants sans violences»

Message non lu par karoline » 17 mars 2018, 11:18:23

asterix a écrit :
16 mars 2018, 15:29:14
En tout cas dans un néo puritanisme et une dangereuse simplification des pensées.

Il m'a toujours étonné, depuis longtemps, de voir comment des démocraties libérales sont capables de produire du "soviétisme", et d'écrire, sans se l'avouer, un petit livre rouge, que la constitution ingurgite à petite dose, comme un poison lent.

Par ailleurs, nous le méritons bien. Ces lois sont précisément l'échec de la pensée libérale. Non pas que le libéralisme politique ( et non économique) soit en échec, mais que le niveau de conscience sociétal soit trop bas pour que ce libéralisme soit heureux. Pendant 20 ans, nous n'avons juré que par la tolérance, mais pour le coup, c'était au delà de la "tolérance", c'était carrément du gâtisme ou de la démagogie, Mitterrandien principalement, mais Chiraquien aussi. As tu remarqué que maintenant le nouveau slogan est tolérance zéro? Il y a eu, vraiment, et encore maintenant, un sacré malentendu sur la signification du mot tolérance!

Nous sommes en Macronie. Ça ressemble à la France, ça en a le goût et l'odeur, ça gère bien les problèmes économiques, ça entame des réformes bien ficelées et intelligentes. Mais question société, s'abstenir, les bobos parlent aux bobos, l'angélisme a encore des soubresauts, et je dirais même qu'il se mue en néo puritanisme, vu le nouveau catéchisme. Un néo catholicisme en quelque sorte, pas dépourvu d'un certain culte, pour des laïcs ça la fout mal. La sainte vierge est de retour, et comme disait Julio Eglesias, "nous les hommes pauvres imbéciles que nous sommes". Sacralisation de la femme et de l'enfant, du pauvre et de l'handicapé, de l'errant et de l'étranger. C'est dans l'évangile selon saint Macron. Seul le mâle blanc est suspect, et à demi mot, nuisible. Il faut le réformer, le rééduquer, pour qu'il puisse devenir une victime comme les autres... nous fait chier le mâle blanc, avec sa force et sa détermination d'un autre âge...

Voilà, c'est de ce même misérabilisme que 2000 ans de christianisme nous ont baigné. Le malheur est une piscine pour le chrétien, ce n'est pas moi qui le dit. On a viré les religions, mais leurs fondements reviennent au galop, et se refondent, avec religiosité, dans un avatar laïque, au sein même de la république agnostique.

Quand je pense que j'ai pris des bains avec mes filles jusqu'à leur 9 ans, que je leur ai fait des bisous sur les fesses et le ventre, que ces mêmes fesses ont parfois compris ce que l'oreille ne voulait entendre, que ces mêmes oreilles ont été tirées dans la bonne direction pour faire suivre le reste du corps... hé bé! J'ai échappé à la prison!! Mais qui alors aurait séché leur larmes, lors d'un premier amour déçu, une tête sur mon épaule, et les rassurer: "tu sais, les jeunes garçons sont un peu bêtes, comme vous, ils se cherchent, maladroitement, mais ça viendra"? C'est l'état, la loi, le tribunal qui leur aurait dit ça?!!
Très jolie ton analyse, et malheureusement très juste.

Répondre

Retourner vers « Société »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré