25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Vous souhaitez discuter d'Histoire, des institutions, des concepts, des faits historiques marquants et des hommes politiques de notre pays c'est ici
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32211
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par politicien » 25 mars 2017, 10:46:02

Le 25 mars 1957, l’Allemagne de l’Ouest (RFA), la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas signaient à Rome le traité fondateur de ce qui est devenu l’Europe politique et économique. Il instituait la Communauté économique européenne (CEE), un marché commun basé sur la libre circulation avec la suppression des barrières douanières entre les États membres. Les institutions (Conseil des ministres, Commission, Assemblée parlementaire européenne) seront mises en place dans la foulée, au début de l’année 1958.

CONTEXTE

Extraits d’un article d’Yves Pitette paru dans La Croix en 2007 pour le cinquantenaire du Traité de Rome

––––––––––––––––––––––––

« Dans Rome pavoisée, signature des traités européens. » Le texte encadré – très factuel – par lequel La Croix datée du 26 mars 1957 annonçait, en page une, la signature du traité de Rome, paraît a posteriori bien modeste au regard de l’événement.

Cette impression décevante tient en réalité au positionnement très particulier des journaux du soir, bouclés à midi et portant la date du lendemain. À Rome, la cérémonie, dans la salle des Horace et des Coriace du Capitole, eut lieu en effet le lundi 25 après-midi, trop tard pour La Croix. Le quotidien, qui n’a pas d’envoyé spécial sur place, meuble donc et évoque par exemple les deux volumes des traités : « 167 pages pour le Marché commun, 156 pour le " pool atomique ", l’Euratom. » On sait aujourd’hui que ces volumes n’étaient pas prêts, et que les ministres signèrent simplement des pages blanches ensuite ajoutées aux pages des traités.

(...)

http://www.la-croix.com/Debats/Ce-jour- ... 1200834552
L'Europe célèbre, ce samedi, les 60 ans de la signature du traité de Rome. Retour sur les multiples étapes de la construction européenne, de la fin de la Seconde guerre mondiale au Brexit.

Le 25 mars 1957, la France, la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne, l'Italie et les Pays-Bas se réunissaient dans le palais des Conservateurs, à Rome, et créaient la Communauté économique européenne (CEE). Un acte fondateur qui marquait le début de l'aventure européenne. Soixante ans plus tard, de l'eau est passée sous les ponts du Vieux Continent. L'Europe compte aujourd'hui 28 membres, mais s'apprête à perdre la Grande-Bretagne, en plein processus de Brexit, et les euro-sceptiques prennent de plus en plus de poids. Retour sur les différentes étapes de ce laborieux processus.

(...)

● Création de la CECA (1951)

(...)

● Le Traité de Rome (1957)

(...)

● Accords de Schengen (1985)

(...)

● Acte unique européen (1986)

(...)

● Traité de Maastricht (1992)

(...)

● Traité d'Amsterdam (1997)

(...)

● Introduction de l'Euro (2002)

(...)

● Le grand élargissement (2004)

(...)

● Le référendum de la Constitution européenne (2005)

(...)

● Traité de Lisbonne (2007)

(...)

● Brexit (2016)

(...)

http://www.lefigaro.fr/international/20 ... peenne.php
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mordred
Messages : 7215
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par mordred » 25 mars 2017, 11:11:06

Une seule Europe : celle de la Paix. Le reste à supprimer.
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Avatar du membre
johanono
Messages : 24234
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par johanono » 25 mars 2017, 11:12:47

Je m'apprêtais à poster un sujet similaire... :star1: En effet, le 60e anniversaire du Traité de Rome doit nous permettre de jeter un regard sur l'évolution de la construction européenne depuis 60 ans. Et en procédant à cette analyse historique, on s'aperçoit clairement que la construction européenne à changé de nature pendant cette période.

Il y a 60 ans, il s'agissait de créer un marché unique entre six pays, mais entre des pays qui avaient (à peu près) les mêmes normes sociales et les mêmes coûts de production (même si l'Italie était un peu plus pauvre à l'époque). Il n'y avait donc pas (ou que très peu) de distorsion de concurrence entre ces pays. Aujourd'hui, ce marché unique s'étend à des pays d'Europe de l'Est qui n'ont pas du tout les mêmes normes sociales et les mêmes coûts de production : il en résulte une concurrence déloyale à l'intérieur même du marché commun. L'élargissement à l'Est a profondément affecté la nature même de cette construction européenne.

Il y a 60 ans, ce marché unique était protégé par des tarifs douaniers communs. Autrement dit, pas de barrières douanières à l'intérieur de ce marché unique, entre les pays membres (c'est le principe d'un marché unique), mais de réelles barrières douanières à l'égard des pays extérieurs, pour se protéger de cette concurrence extérieure. Or le dogme libéral qui anime les dirigeants européens depuis le début des années 70 a conduit progressivement à un démantèlement de (presque) toutes ces barrières douanières. Déjà exposés à une concurrence déloyale en provenance des pays d'Europe de l'Est , nos producteurs doivent en outre supporter une concurrence déloyale en provenance, notamment, du continent américain ou de l'Asie... Les États-Unis, la Chine, le Japon et la Corée du Sud, notamment, sont moins naïfs que nous et protègent bien mieux leur marché. Et ce n'est pas fini : on nous parle encore des traités TAFTA et CETA qui semblent faire l'objet d'un consensus parmi les dirigeants européens...

On pourrait encore évoquer l'Acte unique, signé en 1986, et qui a, notamment, permis la libre circulation des capitaux. Si les marchés financiers ont acquis une telle puissance aujourd'hui, à tel point que l'on parle souvent de "financiarisation" de l'économie, cet Acte unique n'y est pas étranger. On notera d'ailleurs que cette libéralisation de la finance a été négociée par le socialiste Jacques Delors et signée, pour la France, par le socialiste François Mitterrand...

On pourrait encore évoquer le démantèlement progressif de nos services public, préparé depuis de nombreuses années, mais entériné en 2002 au Sommet de Barcelone.

Et que dire encore de la monnaie unique, approuvée notamment par le gouvernement socialiste français, et qui a enfermé l'Europe dans les politiques d'austérité budgétaire et dans une dépendance accrue aux marchés financiers...

Avatar du membre
albert
Messages : 9874
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par albert » 25 mars 2017, 11:21:59

Discours de Pierre Mendès-France contre le traité de Rome le 18 janvier 1957 (Association pour une constituante)
Le 18 janvier 1957 à l’Assemblée nationale , lors du débat sur la ratification du traité de Rome créant le marché commun, Pierre Mendes-France intervient contre ce texte, en particulier au nom de la démocratie. Nous reproduisons ci-dessous son intervention.
...
Un discours prononcé il y a 60 ans mais qui est toujours d'actualité.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Antichrist
Messages : 809
Enregistré le : 19 nov. 2016, 22:08:39

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par Antichrist » 25 mars 2017, 12:17:09

bon anniversaire l'europe...

Incognito
Messages : 2592
Enregistré le : 13 oct. 2010, 00:00:00

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par Incognito » 25 mars 2017, 12:47:22

albert a écrit :
25 mars 2017, 11:21:59
Discours de Pierre Mendès-France contre le traité de Rome le 18 janvier 1957 (Association pour une constituante)
Le 18 janvier 1957 à l’Assemblée nationale , lors du débat sur la ratification du traité de Rome créant le marché commun, Pierre Mendes-France intervient contre ce texte, en particulier au nom de la démocratie. Nous reproduisons ci-dessous son intervention.
...
Un discours prononcé il y a 60 ans mais qui est toujours d'actualité.
Et le bilan après ce discours de couille-molle? C'est la prolongation des 30 glorieuses. Et 60 ans plus tard, on nous ressort exactement les mêmes discours, alors que toutes ces craintes de 1957 se sont trouvées largement infondées.
Dieu est mort. Marx est mort. Et moi-même je ne me sens pas très bien ... (Woody Allen)

Avatar du membre
johanono
Messages : 24234
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par johanono » 25 mars 2017, 13:03:41

PMF fut un visionnaire. Les craintes qu'il avait formulées dans ce discours se révèlent être tout à fait d'actualité.

Avatar du membre
albert
Messages : 9874
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par albert » 25 mars 2017, 16:22:31

Incognito a écrit :
25 mars 2017, 12:47:22
albert a écrit :
25 mars 2017, 11:21:59
Discours de Pierre Mendès-France contre le traité de Rome le 18 janvier 1957 (Association pour une constituante)
Le 18 janvier 1957 à l’Assemblée nationale , lors du débat sur la ratification du traité de Rome créant le marché commun, Pierre Mendes-France intervient contre ce texte, en particulier au nom de la démocratie. Nous reproduisons ci-dessous son intervention.
...
Un discours prononcé il y a 60 ans mais qui est toujours d'actualité.
Et le bilan après ce discours de couille-molle? C'est la prolongation des 30 glorieuses. Et 60 ans plus tard, on nous ressort exactement les mêmes discours, alors que toutes ces craintes de 1957 se sont trouvées largement infondées.
Non, pas du tout : les craintes exprimées par PMF étaient fondées et se sont réalisées depuis.
La suppression des droits de douane et des contingentements, la libre circulation des personnes, tout ceci ne s’est pas fait immédiatement. PMF parle dans son discours d’une période transitoire de 12 à 16 ans. Et à l’époque, il n’y avait que 6 pays dans le marché commun, qui étaient proches économiquement. Mais tous les défauts de la construction européenne tels que décrits par PMF, qui étaient en germes dès le traité de Rome, nous les voyons se développer depuis la fin des 30 glorieuses et en particulier depuis les élargissements aux pays de l’est, le marché unique et la création de l’euro.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
johanono
Messages : 24234
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par johanono » 25 mars 2017, 16:23:52

Ces menaces auraient pu être circonscrites si on était restés à l'Europe de Six. Elles sont devenues inévitables à mesure que l'Europe s'élargissait, et qu'elle s'élargissait à des pays n'ayant pas les mêmes coûts de production.

Avatar du membre
Hector
Messages : 6222
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par Hector » 25 mars 2017, 16:43:42

johanono a écrit :
25 mars 2017, 11:12:47
Je m'apprêtais à poster un sujet similaire... :star1: En effet, le 60e anniversaire du Traité de Rome doit nous permettre de jeter un regard sur l'évolution de la construction européenne depuis 60 ans. Et en procédant à cette analyse historique, on s'aperçoit clairement que la construction européenne à changé de nature pendant cette période.

Il y a 60 ans, il s'agissait de créer un marché unique entre six pays, mais entre des pays qui avaient (à peu près) les mêmes normes sociales et les mêmes coûts de production (même si l'Italie était un peu plus pauvre à l'époque). Il n'y avait donc pas (ou que très peu) de distorsion de concurrence entre ces pays. Aujourd'hui, ce marché unique s'étend à des pays d'Europe de l'Est qui n'ont pas du tout les mêmes normes sociales et les mêmes coûts de production : il en résulte une concurrence déloyale à l'intérieur même du marché commun. L'élargissement à l'Est a profondément affecté la nature même de cette construction européenne.

Il y a 60 ans, ce marché unique était protégé par des tarifs douaniers communs. Autrement dit, pas de barrières douanières à l'intérieur de ce marché unique, entre les pays membres (c'est le principe d'un marché unique), mais de réelles barrières douanières à l'égard des pays extérieurs, pour se protéger de cette concurrence extérieure. Or le dogme libéral qui anime les dirigeants européens depuis le début des années 70 a conduit progressivement à un démantèlement de (presque) toutes ces barrières douanières. Déjà exposés à une concurrence déloyale en provenance des pays d'Europe de l'Est , nos producteurs doivent en outre supporter une concurrence déloyale en provenance, notamment, du continent américain ou de l'Asie... Les États-Unis, la Chine, le Japon et la Corée du Sud, notamment, sont moins naïfs que nous et protègent bien mieux leur marché. Et ce n'est pas fini : on nous parle encore des traités TAFTA et CETA qui semblent faire l'objet d'un consensus parmi les dirigeants européens...

On pourrait encore évoquer l'Acte unique, signé en 1986, et qui a, notamment, permis la libre circulation des capitaux. Si les marchés financiers ont acquis une telle puissance aujourd'hui, à tel point que l'on parle souvent de "financiarisation" de l'économie, cet Acte unique n'y est pas étranger. On notera d'ailleurs que cette libéralisation de la finance a été négociée par le socialiste Jacques Delors et signée, pour la France, par le socialiste François Mitterrand...

On pourrait encore évoquer le démantèlement progressif de nos services public, préparé depuis de nombreuses années, mais entériné en 2002 au Sommet de Barcelone.

Et que dire encore de la monnaie unique, approuvée notamment par le gouvernement socialiste français, et qui a enfermé l'Europe dans les politiques d'austérité budgétaire et dans une dépendance accrue aux marchés financiers...
De fait le projet aurait du s'arrêter à une dizaine de membres au plus: Allemagne, Luxembourg, Belgique, Hollande, Italie, France, Espagne, Portugal, Autriche. Le UK a toujours été une difficulté, poussant à l'ultralibéralisme mais pas au progrès de la construction européenne, tant mieux. Les scandinaves font comme le UK sauf la Finlande. Les pays ex-communistes sont des suceurs de subvention mais ne jouent pas du tout le jeu en terme social, environnemental, ouverture des marchés. Enfin je n'accablerai pas plus la Grèce. Sur cette base d'une dizaine de pays, il aurait eu fallu pousser à l'intégration fédérale dès le début des années 2000.
Maintenant que nous allons être débarrassé des britanniques, il va falloir songer à foutre les scandinaves dehors, à passer à une Europe à deux vitesses , une qui accélère la transformation et l'autre qui reste derrière et rejoindra ce peloton dans 40 ans. Si cela ne se fait pas, le projet européen échouera car les vieilles nations comme la France ou la Hollande sortiront et c'en sera fini.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
Jean
Messages : 4505
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: 25 mars 1957, la signature du traité de Rome par les Six

Message non lu par Jean » 15 avr. 2017, 18:31:53

johanono a écrit :
25 mars 2017, 11:12:47
Je m'apprêtais à poster un sujet similaire... :star1: En effet, le 60e anniversaire du Traité de Rome doit nous permettre de jeter un regard sur l'évolution de la construction européenne depuis 60 ans. Et en procédant à cette analyse historique, on s'aperçoit clairement que la construction européenne à changé de nature pendant cette période.

Il y a 60 ans, il s'agissait de créer un marché unique entre six pays, mais entre des pays qui avaient (à peu près) les mêmes normes sociales et les mêmes coûts de production (même si l'Italie était un peu plus pauvre à l'époque). Il n'y avait donc pas (ou que très peu) de distorsion de concurrence entre ces pays. Aujourd'hui, ce marché unique s'étend à des pays d'Europe de l'Est qui n'ont pas du tout les mêmes normes sociales et les mêmes coûts de production : il en résulte une concurrence déloyale à l'intérieur même du marché commun. L'élargissement à l'Est a profondément affecté la nature même de cette construction européenne.

Il y a 60 ans, ce marché unique était protégé par des tarifs douaniers communs. Autrement dit, pas de barrières douanières à l'intérieur de ce marché unique, entre les pays membres (c'est le principe d'un marché unique), mais de réelles barrières douanières à l'égard des pays extérieurs, pour se protéger de cette concurrence extérieure. Or le dogme libéral qui anime les dirigeants européens depuis le début des années 70 a conduit progressivement à un démantèlement de (presque) toutes ces barrières douanières. Déjà exposés à une concurrence déloyale en provenance des pays d'Europe de l'Est , nos producteurs doivent en outre supporter une concurrence déloyale en provenance, notamment, du continent américain ou de l'Asie... Les États-Unis, la Chine, le Japon et la Corée du Sud, notamment, sont moins naïfs que nous et protègent bien mieux leur marché. Et ce n'est pas fini : on nous parle encore des traités TAFTA et CETA qui semblent faire l'objet d'un consensus parmi les dirigeants européens...

On pourrait encore évoquer l'Acte unique, signé en 1986, et qui a, notamment, permis la libre circulation des capitaux. Si les marchés financiers ont acquis une telle puissance aujourd'hui, à tel point que l'on parle souvent de "financiarisation" de l'économie, cet Acte unique n'y est pas étranger. On notera d'ailleurs que cette libéralisation de la finance a été négociée par le socialiste Jacques Delors et signée, pour la France, par le socialiste François Mitterrand...

On pourrait encore évoquer le démantèlement progressif de nos services public, préparé depuis de nombreuses années, mais entériné en 2002 au Sommet de Barcelone.

Et que dire encore de la monnaie unique, approuvée notamment par le gouvernement socialiste français, et qui a enfermé l'Europe dans les politiques d'austérité budgétaire et dans une dépendance accrue aux marchés financiers...


Tout à fait d'accord.

Le marché unique a été créé sous l'impulsion des américains. Les pères fondateurs (qu'on glorifie), on le sait aujourd'hui étaient des agents de la CIA.

Et depuis toujours les meilleurs alliés des USA en France sont les socialistes (Gouin, Ramadier, Auriol, Mollet, Mollet, Mitterrand...)

Répondre

Retourner vers « Histoire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré