Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Venez discuter de l'actualité politique.
Avatar du membre
Spartiate
Messages : 778
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par Spartiate » 19 sept. 2018, 22:23:43

Un article intéressant sur Mediapart qui montre la coquille vide autoritaire en baudruche que représente LREM. L'article est payant mais je vous propose quelques morceaux :
Des déceptions que confirme l'instabilité qui règne dans l'organigramme de LREM. Depuis le renouvellement post-élections de septembre 2017, Mediapart a comptabilisé un minimum de 20 démissions sur 130 référents départementaux en France. Soit plus de 15 % de turn-over sur une année.

« Il n’y a plus de base militante sur le terrain », affirme tout de go Jacques Toustou. Animateur d’un comité local dans la Nièvre, cet ancien militant au PS avait rejoint dès 2016 la campagne du candidat Macron. Il a démissionné de son collectif en mai 2018 en compagnie de trois autres militants, écœuré par l’absence de démocratie dans le mouvement au niveau local.
Un membre du bureau exécutif, interrogé par Mediapart sur cette donnée, reconnaît que le noyau de militants s’établirait plutôt aux alentours de 40 000, soit ceux qui ont participé au seul rendez-vous d’ampleur après la présidentielle, c’est-à-dire la « grande marche pour l’Europe » au printemps 2018. Pour mémoire, malgré la déconfiture du Parti socialiste, l’élection d’Olivier Faure à sa tête en mars 2018 a réuni à peu près le même nombre de votants, à jour de cotisation.

Certains militants vont encore plus loin et estiment que même le chiffre de 40 000 serait surestimé. « C’était une vaste blague, dénonce Laurent*, un militant de Loire-Atlantique, à propos de la « marche pour l'Europe », une opération de porte-à-porte sur le sentiment des Français à l'égard de l'Union européenne. Dans ma circonscription, on était quatre ou cinq à y participer. Tout au plus 80 personnes se sont mobilisées dans le département. Le chiffre de Castaner, c’est du pipeau. »
Alors que le macronisme a pris corps sur une promesse de démocratie participative et de bienveillance, l’absence d’écoute, et plus généralement de fonctionnement démocratique interne, irrite un grand nombre de militants. À propos du mouvement, Laurène*, militante parisienne, auparavant active au Parti socialiste, livre sa désillusion : « Je me suis rendu compte que c’était un fan-club, des groupies. Nous ne sommes que de la chair à canon pour distribuer des tracts. » Elle a définitivement quitté LREM en juin 2018, non sans avoir eu des difficultés à faire reconnaître sa démission, faute de réponses à ses messages.
Dans une lettre partagée durant l’été, que Mediapart a pu consulter, une responsable d’un comité local de Savoie résume son sentiment dans un paragraphe intitulé « Où en sommes-nous ? » : « Un mouvement structuré aux forceps, avec une opacité de fonctionnement relevée par les adhérents… une verticalité indéniable, où la parole contraire est sanctionnée, où l’action est contrôlée, où tout esprit de liberté original est réformé. Des adhérents qui se sont sentis utilisés, puis abandonnés s’ils ne sont pas dans le mouvement, s’ils n’obéissent pas. »
À cette époque, Emmanuelle Reeves, qui fut proche du futur patron de LREM durant la campagne et à l'origine de la démission des 100 militants au moment de l'intronisation de Christophe Castaner, avait dénoncé la mise en œuvre d’une organisation verrouillée où le débat ne peut vivre. Dans une adresse publique à ses « amis marcheurs », elle écrivait : « On tente de vous asservir. Cette élection, c’est la vôtre. Ce n’est pas facile, la politique. Ce n’est pas facile, la démocratie. Mais c’est à vous aujourd’hui qu’il revient de la faire vivre. [...] C’est à vous de faire en sorte que LREM ne devienne pas la caution d’un système qui veut déjà nous faire retourner dans l’ancien monde. »

Il est en tout cas bien difficile, selon différents témoignages, de sortir du « prêt à penser » qui règne à LREM. Philippe Cattuzato résume : « On fait des débats sans échange. On écoute les députés, on boit un kir, et c’est tout. » Malgré des groupes thématiques sur le terrain, rien ne semble être repris par la tête du mouvement.

« Au PS, où j’ai milité, il y avait un vague corpus idéologique. Là, on a des loulous de 20 ans qui maîtrisent la novlangue et qui sont persuadés de participer à une aventure futuriste », raille Laurène, qui a fini par quitter LREM. Elle se souvient d’un message du QG annonçant la mise en place d’un « service après-vente » pour les responsables locaux. « C’est très bizarre », euphémise-t-elle.
Dans le Béarn, fief de François Bayrou, une ancienne animatrice d’un comité local a jeté l’éponge face aux pressions du Modem, allié principal de LREM au plan national. « J’étais venue sur la promesse de la moralisation de la vie politique, de faire autrement. Aujourd’hui, on fait l’inverse, c’est caricatural », dit-elle, résignée.
Mais à Paris, rue Sainte-Anne (IIe arrondissement), où travaillent les 80 salariés de LREM, la vie semble s’écouler comme si de rien n’était. La direction du mouvement semble toujours aussi sourde aux mécontentements de sa base. Les statuts déjà votés en juillet 2017 ne permettent pas d’expression démocratique et les critiques qui fusent au moment de la première convention de LREM en novembre 2017 ne rencontrent pas plus d’écho que celles qui, déjà, avaient parcouru le mouvement, une fois les scrutins nationaux passés.
Le reportage est plutôt long, je vous mets le lien si vous voulez l'acheter : https://www.mediapart.fr/journal/france ... deceptions?

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 51225
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par Nombrilist » 19 sept. 2018, 22:30:04

Bref, LREM est un parti politique comme les autres.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 778
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par Spartiate » 19 sept. 2018, 22:30:55

Pire que les autres visiblement puisque les référents sont injoignables.
De toute façon, il disparaîtra en 2022.

Avatar du membre
wesker
Messages : 30311
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par wesker » 20 sept. 2018, 23:36:08

Si les gens s'interrogeaient, un peu, avant de s'engager dans des formations politiques, s'ils regardaient, un peu, le fonctionnement des appareils, ils s'apercevraient que coller des affiches, distribuer des tracts ou organiser des évènements pour ces messieurs leur ait réservé, mais que les responsabilités, les questions disons...importantes ne doit pas les interesser. C'est ce qui permets aux partis de ne pas se renouveler, de faire élire, toujours les mêmes et d'éviter que les citoyens y compris ceux qui ont le courage de s'engager, d'accéder à des responsabilités. Mais bon LREM est un parti qui, sur un plan idéologique est clairement orienté, libéral démocrate, défend des idées et des intérêts bien spécifiques et ceux qui s'y engagent, à mon sens, le font en connaissance de cause.

Si nous ne changeons pas, ne nous plaignons plus.

Avatar du membre
albert
Messages : 9944
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par albert » 21 sept. 2018, 06:56:22

Spartiate a écrit :
19 sept. 2018, 22:30:55
Pire que les autres visiblement puisque les référents sont injoignables.
De toute façon, il disparaîtra en 2022.
Je n'en suis pas sûr.
LREM, c'est ce qu'on appelait l'UMPS : l'alliance enfin réalisée des pro-européens de l'UMP, du PS et du centre. De ce point de vue, c'est une clarification du paysage politique. Je ne crois pas qu'il y aura un retour en arrière, même si LREM déçoit et perd des voix.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Snark
Messages : 1470
Enregistré le : 08 nov. 2015, 10:40:54
Contact :

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par Snark » 21 sept. 2018, 09:24:47

wesker a écrit :
20 sept. 2018, 23:36:08
Si les gens s'interrogeaient, un peu, avant de s'engager dans des formations politiques, s'ils regardaient, un peu, le fonctionnement des appareils, ils s'apercevraient que coller des affiches, distribuer des tracts ou organiser des évènements pour ces messieurs leur ait réservé, mais que les responsabilités, les questions disons...importantes ne doit pas les interesser.
"En méme temps" ils s'attendaient à quoi venant d'un ancien banquier ?
A de la démocratie participative , de la concertation , à du projet ensemble une fois le scrutin clos ,
à de l'écologie , de la transition énergétique , de l'emploi , du pouvoir d'achat et du progrès pour tous ?

Il peuvent toujours traverser la rue pour aller voir dans les autres partis
au cas où ils ne seraient pas complètement désabusés .

On leur souhaite une bonne recherche .
Et pendant ce temps là le permafrost décongèle .

Avatar du membre
wesker
Messages : 30311
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par wesker » 21 sept. 2018, 23:32:14

Albert je partage ce sentiment...LREM a fédérer les partisans europhiles qui, jusqu'alors affichaient leurs ambitions au sein de partis etc....

Cette formation couvre donc un spectre sociologique et idéologique assez large et il faudra, pour les opposants, accepter l'idée de surmonter leurs divergences, de ne pas se laisser égarer par les nuances que PS et UMP essayent d'incarner, à la politique de cette majorité, pour être, enfin, en situation de promouvoir une politique alternative.

Quant aux militants déçus de cette formation, ils ont apporté leur soutien à un homme qui, durant sa vie professionnelle s'est uniquement soucié des intérêts de ceux qui avaient déjà tout....Que pouvaient ils espérer ?

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 17980
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par Jeff Van Planet » 22 sept. 2018, 09:24:14

Au delà de la source douteuse (mariane? pourquoi pas minute le temps qu'on y est? :lol: ) je sais qu'il y a du vrai là dedans.

Je sais par exemple qu'il y avait beaucoup d'espoirs dans cette élection, et qu'au bout d'un an et demi, il y a eu que peu de réformes mises en place. Par exemple la mise en place de la flexisécurité devrait être entièrement finie, mais on y est pas encore. La réforme du régime de retraitres devrait déjà être votée, mais il n'en est rien.
Quand à la réforme des minimas sociaux, elle devrait être mise en place au moins un an avant, pas en 2020.

Voilà qui fait que beaucoup de gens qui avaient espoirs les perdent.
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 778
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par Spartiate » 22 sept. 2018, 10:00:19

Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt. On peut tergiverser longtemps sur la source de l'information et faire des sauts de cabri en disant "Hoax ! Fake news !" (c'est dans l'air du temps et LREM promet une censure a priori sur ceux-là) mais la déception est là ne serait-ce sur un chantier sur lequel beaucoup attendait le parvenu de l'Elysée, celui de la moralisation de la vie publique. Ce qui explique pourquoi (et ça, ce n'est pas Mediapart qui le dit) Richard Ferrand n'a pas fait le plein de son propre groupe, pourquoi le Modem prend ses distances et pourquoi in fine les militants s'en vont.

De ce point de vue, le parvenu de l'Elysée fait pire que ce que j'imaginais. À son crédit, vu qu'il n'a jamais trempé dans la course aux mandats électifs avant la présidentielle de 2017, j'avais quand même espoir qu'il abandonne les vieilles pratiques. Mais il a pris la grosse tête et le naturel est revenu au galop.

Avatar du membre
wesker
Messages : 30311
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par wesker » 22 sept. 2018, 17:20:35

Qui décide du caractère crédible ou non d'une information ? Il me semble que cela appartient aux lecteurs, aux citoyens qui, par recoupement, se doivent de rechercher la véracité et la réalité des choses.

Avatar du membre
johanono
Messages : 24561
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par johanono » 22 sept. 2018, 17:33:21

Ce constat sur la déception des militants n'est pas spécifique à la LREM. Il vaut pour chaque quinquennat, après chaque présidentielle. En effet, la présidentielle crée un enthousiasme chez les partisans du vainqueur. Mais cet enthousiasme s'estompe forcément, progressivement, dans les mois qui suivent, avec l'exercice du pouvoir, à mesure que s'érode la cote de popularité du président élu. Cela vaut pour LREM avec Macron, cela valait il y a cinq ans pour les socialistes avec Hollande, et c'était pareil il y a dix ans pour les UMPistes avec Sarkozy. Mais c'est l'exercice du pouvoir qui veut ça, c'est inévitable, surtout dans un pays comme la France où l'on attend toujours monts et merveille du président que l'on vient d'élire.

Avatar du membre
albert
Messages : 9944
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par albert » 22 sept. 2018, 18:00:25

johanono a écrit :
22 sept. 2018, 17:33:21
Ce constat sur la déception des militants n'est pas spécifique à la LREM. Il vaut pour chaque quinquennat, après chaque présidentielle. En effet, la présidentielle crée un enthousiasme chez les partisans du vainqueur. Mais cet enthousiasme s'estompe forcément, progressivement, dans les mois qui suivent, avec l'exercice du pouvoir, à mesure que s'érode la cote de popularité du président élu. Cela vaut pour LREM avec Macron, cela valait il y a cinq ans pour les socialistes avec Hollande, et c'était pareil il y a dix ans pour les UMPistes avec Sarkozy. Mais c'est l'exercice du pouvoir qui veut ça, c'est inévitable, surtout dans un pays comme la France où l'on attend toujours monts et merveille du président que l'on vient d'élire.
Ce n'est vrai en France que depuis 1981. Et ce n'est pas vrai partout à l'étranger. Les électeurs sont insatisfaits car ils constatent que la situation se dégrade et que les majorités successives se ressemblent malgré les alternances.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 778
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par Spartiate » 22 sept. 2018, 18:29:26

Les exigences des électeurs sont plus fortes parce qu'on a désormais suffisamment de recul pour se rendre compte de l'inefficacité des politiques d'austérité vers lesquelles Macron veut nous amener petit à petit, et que la restauration monarchique est à l'inverse de ce que les gens attendent et de ce qu'il a promis.

Après, les déceptions de LREM concernent davantage le mode de fonctionnement, l'autoritarisme du parti, le clientélisme du gouvernement, le copinage à tous les étages et finalement une gouvernance peut-être légale mais immorale. Qu'on ne vienne pas me dire qu'il est "difficile" de lutter contre ça, c'est un choix délibéré du gouvernement et de LREM et cela ne va pas aller en s'améliorant.

Avatar du membre
johanono
Messages : 24561
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par johanono » 22 sept. 2018, 18:56:08

albert a écrit :
22 sept. 2018, 18:00:25
johanono a écrit :
22 sept. 2018, 17:33:21
Ce constat sur la déception des militants n'est pas spécifique à la LREM. Il vaut pour chaque quinquennat, après chaque présidentielle. En effet, la présidentielle crée un enthousiasme chez les partisans du vainqueur. Mais cet enthousiasme s'estompe forcément, progressivement, dans les mois qui suivent, avec l'exercice du pouvoir, à mesure que s'érode la cote de popularité du président élu. Cela vaut pour LREM avec Macron, cela valait il y a cinq ans pour les socialistes avec Hollande, et c'était pareil il y a dix ans pour les UMPistes avec Sarkozy. Mais c'est l'exercice du pouvoir qui veut ça, c'est inévitable, surtout dans un pays comme la France où l'on attend toujours monts et merveille du président que l'on vient d'élire.
Ce n'est vrai en France que depuis 1981. Et ce n'est pas vrai partout à l'étranger. Les électeurs sont insatisfaits car ils constatent que la situation se dégrade et que les majorités successives se ressemblent malgré les alternances.
Il est vrai que l'appartenance à l'UE et le choix du libre-échange réduisent sérieusement la marge d'action de nos gouvernements successifs. Donc forcément, les majorités successives se ressemblent.

Mais on ne peut être déçu de quelque chose, ou par quelqu'un, que quand on nourrissait de grandes espérances. Si on n'attend rien, ou peu, alors on ne peut pas être déçu de quoi que ce soit.

Avatar du membre
wesker
Messages : 30311
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Message non lu par wesker » 23 sept. 2018, 00:32:18

Johanono...effectivement cette déception est inhérente à l'action politique, surtout parce que cette dernière va, parfois à l'encontre des attentes, des ambitions ou des attentes auprès de ces partisans. En l'occurrence LREM ne se distingue pas des autres formations qui eurent des responsabilités, je n'en suis pas surpris puisque ses membres sont des...membres de ces mêmes anciennes formations. Ils n'eurent pour effet que de faire entrer une sociologie sensiblement différente mais ayant néanmoins des intérêts convergents aux leurs à l'Assemblée ce qui peut susciter, aujourd'hui quelques déceptions.

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot]