Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Venez discuter de l'actualité politique.
Répondre
Avatar du membre
Hector
Messages : 6594
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Message non lu par Hector » 31 déc. 2018, 22:13:18

https://www.youtube.com/watch?v=InUO2qj6a0c
Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

31 déc. 2018, 20:27:03

LE SCAN POLITIQUE - Le chef de l'État s'est exprimé debout, durant 16 minutes, ce lundi soir à 20 heures. Dans un contexte social toujours tendu, il a tenu à se montrer à la fois déterminé et à…

Image

LE SCAN POLITIQUE - Le chef de l'État s'est exprimé debout, durant 16 minutes, ce lundi soir à 20 heures. Dans un contexte social toujours tendu, il a tenu à se montrer à la fois déterminé et à l'écoute de la colère qui gronde.

Il était temps que l'année 2018 s'achève. Dix-neuf mois seulement après son élection, Emmanuel Macron est déjà face à un moment décisif de son quinquennat. Alors que le mouvement des «gilets jaunes» se poursuit et que l'affaire Benalla ressurgit, les traditionnels «vœux aux Français» du président de la République étaient très attendus ce lundi soir. Diffusée à 20 heures, l'allocution - que le chef de l'État a prononcée debout dans le bureau d'angle de l'Élysée - a été enregistrée en début de soirée. Après s'être dit «heureux» de se plier à cette «fidèle tradition qui nous est chère», Emmanuel Macron a souligné que «l'année 2018 ne nous a pas épargnés en émotions intenses». «La France a connu de grands moments: des victoires sportives, de grands événements culturels, et la célébration du centenaire de l'armistice de 1918 à l'occasion duquel j'ai porté la voix de la France pour la paix», a-t-il rappelé, saluant «le premier ministre, le gouvernement et le Parlement qui ont fait beaucoup pour le pays».

S'il n'a pas «tout énuméré», le chef de l'État a tenu à souligner que certaines «transformations que l'on pensait jusqu'alors impossibles comme celle du travail ou du chemin de fer» avaient été «menées à bien» en 2018. Il a ensuite cité la réforme de l'apprentissage et de l'alternance, l'amélioration de l'organisation des hôpitaux, des cliniques, et des médecins, ainsi que la lutte contre le réchauffement climatique, l'éradication de la grande pauvreté, et l'aide aux citoyens handicapés pour qu'ils trouvent leur place dans la société. «Les résultats ne sont pas immédiats. Mais l'impatience, que je partage, ne saurait justifier aucun renoncement», a-t-il ensuite martelé, refusant de ralentir le rythme des réformes. Il a donc appelé le gouvernement à «poursuivre son travail durant les prochains mois pour (...) pour changer en profondeur les règles de l'indemnisation chômage pour inciter davantage à reprendre le travail, pour organiser le secteur public et le rendre plus efficace, et pour rendre plus juste le système de retraites».

«On ne peut pas travailler moins et gagner plus!»

Toutefois, le président de la République a concédé que nous avions «vécu de grands déchirements en 2018». «Une colère a éclaté. Elle venait de loin», a-t-il jugé, étrillant les «injustices», les «cours de la mondialisation parfois incompréhensibles», le «système administratif trop complexe et manquant de bienveillance», ou encore les «changements profonds qui interrogent la société sur son identité et son sens». «Cette colère dit une chose à mes yeux, quels qu'en soient les excès et les débordements: nous ne sommes pas résignés». Pour Emmanuel Macron, la grogne qui s'exprime dans le pays prouve qu'il «veut bâtir un avenir meilleur reposant sur une capacité à trouver une meilleure manière de faire et d'être ensemble». «Telle est, à mes yeux, la leçon de 2018», a-t-il confié. Nettement plus offensif que lors de sa prise de parole du 10 décembre, où il a annoncé plus de 10 milliards d'euros de gestes envers les plus fragiles, le chef de l'État a estimé qu'il «serait dangereux que la situation nous conduise à ignorer le monde qui nous entoure».

«Nous surmonterons ensemble les égoïsmes nationaux, les intérêts particuliers et les obscurantismes. (...) Nous sommes en train de vivre plusieurs bouleversements inédits», a-t-il prévenu, citant pêle-mêle la «remise en cause» de l'ordre international bâti en 1945, la montée des extrémismes «partout en Europe», la prolifération des «fake news», le «terrorisme islamiste», le capitalisme ultralibéral qui «touche à sa fin», ou encore le «changement technologique profond» de l'intelligence artificielle. «Faut-il pour autant désespérer? Je ne le crois pas». Face au «défi immense» que représente le «malaise de la société», Emmanuel Macron a estimé que 2019 serait une «année décisive». Il a ainsi formé un «vœu de vérité», qui doit permettre selon lui de sortir du «déni parfois flagrant de réalité» dans lequel «nous nous sommes installés depuis quelques années». «On ne peut pas travailler moins et gagner plus, baisser les impôts et accroître les dépenses, ne rien changer à nos habitudes et respirer un air plus pur!», a-t-il soufflé.

«J'ai vu des choses impensables. J'ai entendu l'inacceptable»

«Cessons de nous déconsidérer ou de faire croire que la France serait un pays où les solidarités n'existent pas», a-t-il exhorté, avant d'ajouter: «Nous pouvons faire mieux, et nous devons faire mieux». «Le débat national qui s'ouvre doit permettre de parler vrai, et je vous écrirai dans quelques jours pour vous préciser les attentes», a-t-il annoncé. Il a ensuite redit vouloir lutter contre les puissances étrangères qui diffusent de «fausses informations, des manipulations ou des intoxications» sur les réseaux sociaux notamment. «Mon deuxième vœu pour 2019 est un vœu de dignité», a-t-il poursuivi, dans une adresse implicite aux «gilets jaunes». «Je suis profondément convaincu que chaque citoyen est nécessaire pour le projet de la Nation. Nombre de concitoyens ne se sentent pas respectés, pas considérés, et sentent leur vie comme empêchée», a-t-il déploré. «Je sais les impatiences légitimes», a-t-il assuré, estimant qu'il avait «commencé à apporter des réponses» mais qu'il lui faudrait «aller plus loin».

Sans citer le fameux «référendum d'initiative citoyenne» que les manifestants réclament sur les ronds-points, Emmanuel Macron a semblé s'en approcher: «Nous devons, grâce au débat qui a commencé, redonner toute sa vitalité à notre démocratie. J'aurai des décisions à prendre car, de toute évidence, nos institutions doivent continuer à évoluer». «Mais la dignité signifie aussi le respect de chacun. Et j'ai vu ces derniers temps des choses impensables, j'ai entendu l'inacceptable. (...) Que chacun prenne le prétexte de parler au nom du peuple... Mais lequel? Ou comment? Ils sont les porte-voix d'une foule haineuse», a-t-il asséné, estimant que s'en prendre «aux élus, aux forces de l'ordre, à des journalistes, aux juifs, aux étrangers, et aux homosexuels» était une «négation de la France». «L'ordre républicain sera assuré, sans complaisance, parce que j'attends de chacun le respect indispensable à la vie en société», a-t-il affirmé, glissant «un mot» pour les militaires, les pompiers, les policiers, les gendarmes, les personnels soignants, les élus, et les associatifs.

Enfin, Emmanuel Macron a formulé un «troisième et dernier vœu»: celui de «l'espoir». «Espoir pour nous-mêmes, espoir pour l'avenir commun, espoir pour l'Europe». «C'est aussi cela qui doit guider le projet européen renouvelé que je vous proposerai dans les prochaines semaines», a-t-il indiqué, avant d'évoquer les élections européennes du 26 mai prochain, «un choix ô combien important». «Nous voulons en finir avec l'impuissance à tous les niveaux. La tâche est d'une ampleur inédite, mais elle est à notre portée. Je nous en sais capables», a-t-il lancé. Soucieux de casser son image de «président parisien» ou de «président des riches», il a indiqué qu'il avait «grandi en province» et qu'il «connaît les terres bousculées». «Je suis au travail, fier de notre pays, fier de tous les Français, et déterminé à mener tous les combats, présents et à venir. Parce que je crois en nous, je crois dans l'espoir français et européen que nous pouvons porter».

Article complet sur http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca ... macron.php
Il n'a pas l'air de changer de cap, il a parlé des 3 réformes à mener (chômage, "secteur public", retraites). Par contre la réforme des institutions ?
Globalement un bon discours vu les circonstances, avec un message de fermeté.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
johanono
Messages : 24827
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Message non lu par johanono » 31 déc. 2018, 22:32:32

Ceux qui ne l'aiment pas lui reprocheront une absence de remise en cause de sa politique. Faut-il rappeler qu'il n'a pas été élu pour appliquer le programme de Mélenchon ou celui de Le Pen ?

Il a confirmé son intention de réformer les retraites. C'est bien, parce qu'on pouvait commencer à avoir des doutes.

À part ça, il a rappelé qu'on ne peut pas à la fois demander moins d'impôts mais plus de dépenses publiques, qu'on ne peut pas à la fois vouloir un air plus respirable et ne rien changer à nos habitudes de vie. C'est bien aussi.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32442
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Message non lu par politicien » 01 janv. 2019, 09:46:11

C'était un discours combatif et offensif non ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
johanono
Messages : 24827
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Message non lu par johanono » 01 janv. 2019, 10:59:45

Oui, plutôt. Mais il ne peut pas faire autrement. Il faut bien qu'il assume sa politique. Parce que, je le répète, il n'a pas été élu pour appliquer le programme de Mélenchon ou de Le Pen. Il ne faut pas non plus qu'il soit trop combatif, trop offensif, sinon, on lui reprochera encore d'être arrogant, méprisant...

Avatar du membre
Hector
Messages : 6594
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Message non lu par Hector » 01 janv. 2019, 11:11:25

politicien a écrit :
01 janv. 2019, 09:46:11
C'était un discours combatif et offensif non ?
Plutôt.
johanono a écrit :
31 déc. 2018, 22:32:32
Ceux qui ne l'aiment pas lui reprocheront une absence de remise en cause de sa politique. Faut-il rappeler qu'il n'a pas été élu pour appliquer le programme de Mélenchon ou celui de Le Pen ?

Il a confirmé son intention de réformer les retraites. C'est bien, parce qu'on pouvait commencer à avoir des doutes.

À part ça, il a rappelé qu'on ne peut pas à la fois demander moins d'impôts mais plus de dépenses publiques, qu'on ne peut pas à la fois vouloir un air plus respirable et ne rien changer à nos habitudes de vie. C'est bien aussi.
En effet.

Toutefois, son discours a été un peu long. On sent le bon élève qui veut parler de tout et tous.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
Hector
Messages : 6594
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Message non lu par Hector » 01 janv. 2019, 13:39:21

Macron a écrit :"le capitalisme ultra libéral va vers sa fin".
Bon là il m'a gavé sérieusement.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Papibilou
Messages : 6322
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Message non lu par Papibilou » 05 janv. 2019, 11:54:57

johanono a écrit :
31 déc. 2018, 22:32:32
Ceux qui ne l'aiment pas lui reprocheront une absence de remise en cause de sa politique. Faut-il rappeler qu'il n'a pas été élu pour appliquer le programme de Mélenchon ou celui de Le Pen ?
.
Je n'éprouve aucune détestation du bonhomme mais je regrette quand même qu'il s'imagine devoir mettre en oeuvre son programme initial, alors que celui ci n'a obtenu l'aval que de 24% des votants le second tour signifiant un rejet de l'extrême droite et nullement une adhésion à son programme. C'est la même erreur que Chirac en 2002.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 51507
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Message non lu par Nombrilist » 05 janv. 2019, 12:25:40

Dans la mesure où c'est fait sciemment, c'est tout sauf une erreur.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Papibilou
Messages : 6322
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron

Message non lu par Papibilou » 05 janv. 2019, 15:26:29

Nombrilist a écrit :
05 janv. 2019, 12:25:40
Dans la mesure où c'est fait sciemment, c'est tout sauf une erreur.
Alors tant pis pour lui.

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré