Biographie de Nicolas Sarkozy

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 31885
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par politicien » 18 févr. 2012, 16:29:54

J'ai vu sur un post que norbert et georges parlaient de Nicolas Sarkozy, donc voici un portrait : Nicolas Sarkozy, marié, 3 enfants, est né le 28 janvier 1955 à Paris XVIIème, est un homme d'État français, président de la République depuis le 6 mai 2007. Il est avocat de profession.Il est le fils d'un immigré hongrois, Pál Sárközy de Nagybocsa (en hongrois nagybócsai Sárközy Pál) né à Budapest, en 1928, Il a deux frères : Guillaume, né en 1952, futur chef d'entreprise dans le textile (vice-président du MEDEF entre 2000 et 2005) et François, né en 1957, qui devient pédiatre puis chercheur en biologie.

Scolarité :
Il commence ses années de collège au lycée public Chaptal, il y redouble sa sixième, puis entre au lycée privé Saint-Louis de Monceau. Il obtient le baccalauréat B en 1973 et sa famille s’installe à Neuilly. Après des études à l’université Paris X, il sort diplômé en droit public et en sciences politiques : il obtient une maîtrise de droit privé en 1978. Il finance ses études en étant, entre autres, livreur pour un fleuriste de la ville. Toujours en 1978, il est appelé sous les drapeaux, avant d’entrer à l’Institut d'études politiques de Paris. Il n'obtiendra pas le diplôme de fin d’études à cause de notes éliminatoires en anglais. Il soutient en 1981 un mémoire de DEA sur le référendum du 27 avril 1969.
En 1981, après avoir longtemps hésité à devenir journaliste, il se résout au dernier moment à passer le certificat d'aptitude à la profession d'avocat (CAPA), suivant ainsi les traces de sa mère.
Le 23 septembre 1982, Nicolas Sarkozy épouse Marie-Dominique Culioli, fille d’un pharmacien corse de Vico dont il a deux fils, Pierre (né en 1985) et Jean (né en 1987). Son témoin de mariage est Charles Pasqua.
En 1984, il rencontre Cécilia Ciganer-Albeniz lorsqu’en qualité de maire de Neuilly, il la marie à l’animateur de télévision Jacques Martin, qu’elle quitte pour lui en 1989. Après un divorce en quatre mois, il l'épouse en octobre 1996. Il a pour témoins Martin Bouygues et Bernard Arnault. Un fils, Louis, naît en 1997. Après une séparation temporaire en 2005, ils annoncent, dans un communiqué officiel de l'Élysée, le 18 octobre 2007, leur « séparation par consentement mutuel », avant d'officialiser leur divorce par consentement mutuel.
Nicolas Sarkozy fait la connaissance de la chanteuse et ancienne mannequin Carla Bruni lors d'un dîner en ville, et des fiançailles ont lieu rapidement. Leur mariage est célébré le 2 février 2008 au palais de l'Élysée par le maire du 8e arrondissement de Paris, François Lebel, avec pour témoins Nicolas Bazire et Mathilde Agostinelli pour le marié, Farida Khelfa et Marine Delterme pour la mariée.

Sarkozy et la politique :
Il est embauché par l'avocat Guy Danet puis devient l'un des trois associés du cabinet d'avocats parisien « Leibovici - Claude - Sarkozy », un cabinet comprenant onze avocats et spécialisé dans le droit immobilier. Cependant, l'exercice de l'activité d'avocat étant incompatible avec toute autre activité, il n'exerce pas cette profession pendant ses périodes d'activité gouvernementale.

En 1983, il devient maire de Neuilly-sur-Seine à 28 ans, succédant à Achille Peretti, décédé, mais aussi en prenant de court le prétendant en titre, Charles Pasqua, alors hospitalisé pour l’opération d’une hernie. Il est chargé de mission de mars 1987 à mai 1988 pour la lutte contre les risques chimiques et radiologiques au sein du ministère de l'Intérieur. Il devient député à 34 ans et ministre du Budget à 38 ans
En 1993, lors de l’affaire de la maternelle de Neuilly, ville dont il était maire, Nicolas Sarkozy participe aux négociations avec un homme cagoulé armé d'un pistolet et d'une charge d'explosifs, « Human Bomb », qui tenait en otage 21 enfants dans une classe, et fut finalement abattu par le RAID.
Lors de l'élection présidentielle de 1995, il préfère Édouard Balladur à Jacques Chirac. Il abandonne ainsi son poste de porte-parole du gouvernement pour devenir porte-parole du candidat Balladur. Celui-ci, longtemps favori dans les sondages, est éliminé dès le premier tour, avec 18,58 % des suffrages. Le 5 mai, lors du dernier meeting de Jacques Chirac avant le second tour, Nicolas Sarkozy est sifflé et hué. À la suite de la victoire du maire de Paris, il n'obtient aucun poste ministériel dans le gouvernement Alain Juppé, bien que ce dernier ait évoqué son nom au président. Au cours d'un bref passage à une réunion nationale du RPR, le 15 octobre 1995, il est à nouveau conspué. Débute alors une « traversée du désert » qui dure jusqu'en 1997.

Pendant l'été 1995, sous le pseudonyme « Mazarin », il publie dans le journal Les Échos une série de lettres intitulées « Les Lettres de mon château » présentées comme la correspondance fictive de Jacques Chirac avec diverses personnalités du monde politique. Il a attendu 2004 pour reconnaître publiquement qu'il était l'auteur de ces articles.

Il soutient la mise en place du Conseil français du culte musulman (CFCM) initiée en 1999 par Jean-Pierre Chevènement et intervient sur les dossiers de l'éducation et des retraites. Par la loi sur la sécurité intérieure du 18 mars 2003, complétée par la Loi Perben, le fichage ADN, instauré en 1998 et limité à l'origine aux délinquants sexuels, a été étendu à toute personne soupçonnée d'un quelconque délit (sauf délit d'initié ou financier), et laissées au libre choix des policiers et des gendarmes, sans que les preuves de culpabilité ne soient obligatoirement établies. Cette loi a permis le fichage génétique de faucheurs d'OGM, d'étudiants anti-CPE et deux frère de 8 et 11 ans pour avoir volé 2 tamagotchi et 2 balles magiques. Les personnes refusant de se laisser ficher risquent jusqu'à 15 000 euros d'amende et 1 an de prison.
Sa politique en Corse est marquée par le rejet de la proposition de réorganisation administrative pour laquelle Nicolas Sarkozy s'était engagé, suite au référendum local en date du 6 juillet 2003.

Au niveau industriel, il fait passer l'État de 50.4 à 41% du capital de France Télécom en septembre 2004, conclut le changement de statut d’EDF et GDF, et annonce la privatisation partielle du groupe Areva. Dans le secteur privé, il fait intervenir l’État pour empêcher le dépôt de bilan du groupe Alstom et favorise la fusion Sanofi/Aventis face à Novartis. En immiscant l'État français dans le marché aux dépens d'intérêts allemands (participations dans Aventis et approches de Siemens pour Alstom), il irrite Berlin. Il dénonce également les hausses de prix dans la grande distribution ou les banques, et signe des accords avec les professionnels concernés. Ces accords sont cependant contestés lors de leur signature par les syndicats, puisque selon eux, ils auront pour conséquence la réduction des postes administratifs et d’encadrement avec la suppression éventuelle de nombreux postes entre 2005 et 2007.

Nicolas Sarkozy a été élu président de la République le 6 mai 2007 avec 53,06 % des suffrages exprimés (18 983 138 suffrages) contre 46,94 % pour Ségolène Royal (16 790 440 suffrages), devenant le 23e président de la République française et le 6e président de la Ve République.
Le 17 mai, il nomme son premier Premier ministre François Fillon qui forme le 18 mai un gouvernement réduit à 15 ministres (huit hommes, sept femmes), auxquels s'ajoutent quatre secrétaires d'État et un haut-commissaire masculins. Le gouvernement s'ouvre à plusieurs personnalités de gauche, du centre droit et de la société civile. Le ministère de l'Économie et des Finances est scindé en deux, l'un chargé du budget de l'État, l'autre de la stratégie économique et du développement. Conformément au Pacte écologique signé par Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle, Alain Juppé prend la tête d'un grand ministère alliant l'écologie, l'aménagement territorial et le transport.

À l'issue du second tour des élections législatives de 2007, l'UMP garde la majorité absolue à l'Assemblée nationale avec ses 313 membres. Conformément aux traditions républicaines, François Fillon lui remet sa démission le 18 juin et Nicolas Sarkozy le reconduit immédiatement dans sa fonction pour former un nouveau gouvernement, sans la présence d'Alain Juppé, seul ministre battu dans sa circonscription.
Nicolas Sarkozy a engagé une partie des réformes pour lesquelles il a été élu. La loi TEPA a été votée en août 2007 ; plusieurs lois ont été votées pour limiter l’immigration irrégulière, et la récidive.

Ses fonctions :

Fonctions politiques
1977 : membre du comité central du Rassemblement pour la République (RPR)
1978 - 1979 : délégué national des jeunes du RPR
1981 : président du comité national des jeunes en soutien à Jacques Chirac pour l'élection présidentielle
1988 : secrétaire national du RPR, chargé de la Jeunesse et de la Formation
1989 : secrétaire national du RPR, chargé de l'Animation, de la Jeunesse et de la Formation et co-directeur de la liste d'union pour les élections européennes
1992 - 1993 : secrétaire général adjoint du RPR, chargé des fédérations
1995 : porte-parole d'Édouard Balladur pour l'élection présidentielle
10 juillet 1997 - 6 février 1998 : coordinateur et porte-parole de la direction provisoire du RPR
6 février 1998 - 4 octobre 1999 : secrétaire général du RPR
16 avril 1999 - 4 décembre 1999 : président par intérim du RPR ; tête de la liste RPR-DL aux élections européennes
3 mai 2000 : élu président du comité départemental du RPR des Hauts-de-Seine
28 novembre 2004 - 14 mai 2007 : président de l'Union pour un mouvement populaire (UMP)

Fonctions locales
1977 - 2007 : conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine
1986 - 1988 : vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine, chargé de l'Enseignement de la culture
1985 - 1988 : conseiller général des Hauts-de-Seine pour le canton de Neuilly-sur-Seine-Nord
29 avril 1983 - 7 mai 2002 : maire de Neuilly-sur-Seine (puis adjoint « hors rang »)
1983 - 1988 : conseiller régional d'Île-de-France
2004 - 2007 : conseiller général des Hauts-de-Seine pour le canton de Neuilly-sur-Seine-Nord
1er avril 2004 - 14 mai 2007 : président du conseil général des Hauts-de-Seine (démission après son élection à la présidence de la République)

Fonctions parlementaires
Député de la sixième circonscription des Hauts-de-Seine :
23 juin 1988 - 1er avril 1993 (élu avec 67,35 % des voix au premier tour)
2 avril 1993 - 1er mai 1993 (réélu avec 64,90 % des voix au premier tour ; remplacé par son suppléant, Charles Ceccaldi-Raynaud, après sa nomination au gouvernement)
24 septembre 1995 - 21 avril 1997 (réélu avec 75,96 % des voix au second tour, après la démission de son suppléant)
1er juin 1997 - 7 juin 2002 (réélu avec 56,23 % des voix au premier tour ; remplacé par sa suppléante, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, après sa nomination au gouvernement)
19 juin 2002 - 18 juillet 2002 (réélu avec 68,78 % des voix au premier tour ; remplacé par sa suppléante après sa nomination au gouvernement)
13 mars 2005 - 2 juillet 2005 (réélu avec 70,74 % des voix au premier tour, après la démission de sa suppléante ; remplacé par sa suppléante après sa nomination au gouvernement)
Député français au Parlement européen :
20 juillet 1999 - 14 septembre 1999 (élu sur le quota réservé à la liste « Union pour l'Europe, l'opposition unie avec le RPR et Démocratie libérale », dont il était à la tête ; en raison de la loi sur le cumul des mandats, mais aussi parce que son rôle était avant tout d'être une « locomotive électorale » – en association initiale avec Philippe Séguin – sans l'objectif de siéger188, il choisit de démissionner de son mandat de député européen, Brice Hortefeux lui succédant)

Fonctions ministérielles
Ministre :
30 mars 1993 - 11 mai 1995 : ministre du Budget du gouvernement Balladur
30 mars 1993 - 19 janvier 1995 : porte-parole du gouvernement du gouvernement Balladur
19 juillet 1994 - 11 mai 1995 : ministre de la Communication du gouvernement Balladur
7 mai 2002 - 30 mars 2004 : ministre de l'Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales dans les premier et deuxième gouvernements Raffarin
Ministre d'État :
31 mars - 29 novembre 2004 : ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie dans le troisième gouvernement Raffarin
2 juin 2005 - 26 mars 2007, ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire dans le gouvernement Villepin

Présidence de la République
6 mai 2007 : élu président de la République au second tour de l'élection présidentielle
16 mai 2007 : succède à Jacques Chirac en prenant officiellement ses fonctions de président de la République et de Coprince d'Andorre
17 mai 2007 : nomme François Fillon, son conseiller politique, au poste de Premier ministre
18 juin 2007 : après les élections législatives, François Fillon lui remet la démission de son gouvernement. Nicolas Sarkozy le charge alors de former un deuxième gouvernement.
1er juillet 2008 - 31 décembre 2008 : président du Conseil européen
depuis le 13 juillet 2008 : président de l'Union pour la Méditerranée
12 novembre 2010 - 4 novembre 2011 : président du G20
13 novembre 2010 : François Fillon lui remet la démission de son gouvernement. Nicolas Sarkozy l'accepte, puis le nomme à nouveau Premier ministre le lendemain et le charge de constituer un nouveau gouvernement.

Le 15 février 2012, il se déclare candidat pour un second mandat à la présidence de la République française au journal de 20 heures de TF1. Le slogan de sa campagne est « La France Forte ».
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Sa ... et_mandats
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
domi
Messages : 880
Enregistré le : 20 mars 2010, 00:00:00
Parti Politique : Les Républicains (LR)
Localisation : 63000

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par domi » 20 févr. 2012, 20:38:33

À l’origine, il y a Pal Sarközy de Nagy-Bocsa

(↑ Forme francisée du hongrois : Nagybócsai Sárközy Pál Istvan Ernő. En effet, en Hongrie, le prénom se met toujours après le nom de famille. De plus, le nom nagybócsai est un accessoire du nom de famille qui indique l'origine et ne fait donc pas partie du patronyme proprement dit. Selon l'usage, il est écrit avec une minuscule et se place avant le nom de famille ; il est toujours traduit avec une particule dans les autres pays (en français de X, en allemand von X, en néerlandais van X, etc.)

(cf, avec plus de précisions, nos portraits de Nicolas Sarközy dans F&D et dans l’Encyclopédie politique française, tome II). Né le 5 mai 1928 à Budapest et déclaré comme protestant (mais sa mère était catholique), ce hobereau, issu d’une famille de petite noblesse (anoblissement le 10 septembre 1628) devait s’enfuir de Hongrie dans des circonstances mal connues. En 1948, il s’engagea dans la Légion étrangère à Baden-Baden, pour venir en France, et devait réussir à se faire rapidement exempter pour de fausses raisons médicales (grâce à un médecin hongrois, ami de son père).

Il épousa, en premières noces, Andrée (dite Dadu) Mallah, avocate au barreau de Nanterre, née à Paris, le 12 octobre 1925, civilement à Paris XVIIe, le 8 février 1950. Elle est la fille du chirurgien urologue Benedict Mallah, juif de Salonique converti au catholicisme peu avant son mariage, le 19 octobre 1917, avec Adèle Bouvier, infirmière catholique (mariée en premières noces avec un infirmier militaire, René Prost, mort pour la France le 2 mars 1916). Le mariage de Pal Sarközy et d’Andrée Mallah aurait été suivi d’un mariage religieux à St-François-de-Salles, mais il n’en a pas été retrouvé trace semble-t-il.

Pal Sarközy quitte le domicile conjugal en 1959 et le couple divorcera rapidement.
Il se remariera, à une date non définie, avec Mélinda d’Eliassy, née à Budapest le 16 avril 1942 (semble-t-il), fille d’Ivan Eliassy et de Véronique Mallet (descendante des barons Mallet de Chalmassy), décédée le 15 décembre 2004. Le couple, qui n’aura pas d’enfant, divorcera également, et Pal Sarközy se remariera, en 1964 ou 1966 (les dates divergent) avec Christine de Ganay, fille de Philippe de Ganay et de Marie- Hélène Blanchy. Pal Sarközy divorcera à nouveau et se remariera une quatrième fois (il est maintenant marié avec la même femme depuis 40 ans)


Après avoir divorcé d'avec sa femme, Pal Sarkozy
se remarie trois fois ; de son troisième mariage avec Christine de Ganay naissent deux autres enfants : Caroline (1967) et Olivier (1969).
Sept ans après la naissance de Pierre- Olivier, sa mère, qui avait rapidement divorcé de Pal Sarközy, se remariera, le 28 juin 1976, avec un important diplomate américain, Frank G. (George) Wisner, qui deviendra alors le beau-père de Pierre- Olivier Sarközy.(NdL&I: sur les relations intéressantes liant le jeune Sarkozy, souvent en vacances chez son demi-frère et sa belle-mère Christine, À noter que c’est lui qui organisera la première rencontre entre le président George W. Bush et Nicolas Sarközy lorsque celui-ci n’était encore que ministre de l’Intérieur. Il fête la victoire de son frère à Paris en mai 2007.

Pierre-Olivier Sarközy a épousé Charlotte Bernard, agrégée d’histoire et auteur de livres pour enfants (dont il a eu deux enfants). Elle est la fille d’Alain Bernard, important producteur de films publicitaires (notice au Who’s Who), descendant lui-même de Michel Bernard, industriel de la métallurgie, et de Suzanne Achillas Achillopullo. Par son père, elle est la nièce du célèbre professeur de médecine Jean Bernard, membre de l’Académie française.

Extrêmement discrète, Caroline Sarközy est certainement la moins connue de la fratrie des Sarközy. Elle n’en dispose pas moins d’un grand entregent. Élevée comme son frère à l’étranger, particulièrement aux États-Unis, en Asie et au Proche-Orient, elle s’est spécialisée dans l’aménagement intérieur et la décoration, ayant hérité ses talents de sa grand-mère, une proche de Christian Dior et du créateur Jean Schlumberger. Son arrière-grand-père américain fut gouverneur de la Caroline du Nord.

S'étant marié trois fois, Nicolas Sarkozy est père de quatre enfants : Pierre (1985) et Jean (1986) avec Marie-Dominique Culioli (mariés en 1982, divorcés en 1996), Louis (1997) avec Cécilia Ciganer-Albéniz (mariés en 1996, divorcés en 2007), et Giulia (2011) avec Carla Bruni-Tedeschi (mariés en 2008).

source :http://libertesinternets.wordpress.com/ ... el-ratier/
Modifié en dernier par domi le 20 févr. 2012, 20:54:17, modifié 2 fois.
« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. »
Gandhi, extrait de Tous les hommes sont frères

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19034
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par Golgoth » 20 févr. 2012, 20:44:37

Après avoir divorcé d'avec sa femme, Pal Sarkozy
Ca ressemble étrangement à Pal Patine. :mrgreen:
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
domi
Messages : 880
Enregistré le : 20 mars 2010, 00:00:00
Parti Politique : Les Républicains (LR)
Localisation : 63000

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par domi » 20 févr. 2012, 21:05:03

famille à tuyaux de poe^le !

je ne sais pas comment ils s'u retrouvent car les frères issus d'Andrée sont mariés et remariés !
« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. »
Gandhi, extrait de Tous les hommes sont frères

Avatar du membre
basley
Messages : 13
Enregistré le : 05 févr. 2012, 19:08:38

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par basley » 05 mars 2012, 17:21:29

Honnêtement de sa biographie le peuple n'a rien à foutre !

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19034
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par Golgoth » 05 mars 2012, 17:52:24

6 mai 2012 : il perd l'élection présidentielle avec 40 % des suffrages exprimés, le plus mauvais score de la V ème après Le Pen. Le lendemain sur TF1, il vient pleurnicher sur TF1 que les Français sont injustes avec lui. :mrgreen:
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
domi
Messages : 880
Enregistré le : 20 mars 2010, 00:00:00
Parti Politique : Les Républicains (LR)
Localisation : 63000

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par domi » 05 mars 2012, 18:53:09

je ne pense pas qu'il pleurnichera !

de plus après 5 ans de F Hollande (si il a une assemblée à gauche ,car les français peuvent la mettre à droite pour contrebalancer la pr2sidentiellee )

on verra qui pleurera ...
« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. »
Gandhi, extrait de Tous les hommes sont frères

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19034
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par Golgoth » 05 mars 2012, 19:43:35

Si Hollande gagne, la gauche gagnera les législatives. C'est la logique de la Vème, logique que les Français respectent toujours. Après 5 ans de gauche plurielle, je n'ai pas pleuré loin de là. Je ne vois pas pourquoi ce serait différent avec Hollande.

A part ça, Sarko pleurniche sans arrêt, tu dois avoir des œillères. "Vous savez, je fais un métier difficile", "Je n'ai pas 40 hectares moi", "Ils ont été très vilains avec moi à Bayonne à cause du PS", "C'est la faute à la crise"...
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
domi
Messages : 880
Enregistré le : 20 mars 2010, 00:00:00
Parti Politique : Les Républicains (LR)
Localisation : 63000

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par domi » 05 mars 2012, 19:47:52

Chacun son ressenti et ses opinions ...
« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. »
Gandhi, extrait de Tous les hommes sont frères

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19034
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par Golgoth » 05 mars 2012, 19:51:31

Ce n'est pas un ressenti, ce sont des faits. Sarko joue les victimes sans arrêt, c'est son nouveau style. Il est loin le temps du karcher.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Cobalt

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par Cobalt » 05 mars 2012, 20:03:33

Golgoth a écrit :Si Hollande gagne, la gauche gagnera les législatives. C'est la logique de la Vème, logique que les Français respectent toujours. Après 5 ans de gauche plurielle, je n'ai pas pleuré loin de là. Je ne vois pas pourquoi ce serait différent avec Hollande.

A part ça, Sarko pleurniche sans arrêt, tu dois avoir des œillères. "Vous savez, je fais un métier difficile", "Je n'ai pas 40 hectares moi", "Ils ont été très vilains avec moi à Bayonne à cause du PS", "C'est la faute à la crise"...
icon_biggrin

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par lancelot » 05 mars 2012, 21:40:30

domi a écrit :Chacun son ressenti et ses opinions ...
a ce niveau, ce ne sont plus des opinions mais des espérances divines ...

Hélas ... la loi des hommes est cruelle et les français pas encore assez c... pour élire un pdt de gauche et un parlement de droite. Autant se tirer une balle dans le pied avant de s'inscrire au marathon de NY.

Avatar du membre
domi
Messages : 880
Enregistré le : 20 mars 2010, 00:00:00
Parti Politique : Les Républicains (LR)
Localisation : 63000

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par domi » 06 mars 2012, 10:03:00

Les grands hommes font leur propre piédestal, mais l'avenir se charge de la statue. VICTOR HUGO

rendez vous dans 20 ans ...
« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. »
Gandhi, extrait de Tous les hommes sont frères

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19034
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par Golgoth » 06 mars 2012, 11:05:09

Haha, tu pense qu'avec le temps l'image de Sarko sera redorée ? :) Le problème c'est qu'il n'y a rien à retenir de durable de son bilan. Chirac par exemple, c'est la sécurité routière, le service militaire aboli, le refus de la guerre avec l'Irak. Tout cela nous a fait oublier le reste qui est plus médiocre, même à gauche. La détestation de Sarko elle sera longue à s'estomper et j'attends de voir combien à droite en diront du bien dans 10 ans.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
domi
Messages : 880
Enregistré le : 20 mars 2010, 00:00:00
Parti Politique : Les Républicains (LR)
Localisation : 63000

Re: Biographie de Nicolas Sarkozy

Message non lu par domi » 06 mars 2012, 11:47:06

moi aussi !
« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. »
Gandhi, extrait de Tous les hommes sont frères

Répondre

Retourner vers « Nicolas Sarkozy »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré