Alstom déraille, les politiques aussi

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32220
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par politicien » 25 avr. 2014, 18:38:15

Bonjour,
Comme une lettre à la poste. Alstom, un fleuron de l'industrie lourde tricolore (turbines, centrales électriques, éoliennes, mais aussi TGV, trams...), pourrait passer dans le giron d'une énorme multinationale, la pieuvre américaine General Electric installée à Fairfield (Connecticut), et l'on entendrait presque une mouche voler. Les réactions du Premier ministre Manuel Valls ou du ministre de l'Industrie Arnaud Montebourg sont plutôt timorées. À n'y rien comprendre. Car voici exactement dix ans un certain Nicolas Sarkozy, alors ministre des Finances, s'est démené comme un beau diable pour sauver Alstom d'une faillite provoquée par le rachat au suisse ABB de turbines à gaz qui se révéleront défectueuses. Il fallait éviter que le groupe tombe dans les griffes de l'allemand Siemens dont les métiers (centrales électriques et ferroviaire) étaient largement symétriques. Nicolas Sarkozy, après des dizaines d'allers et retours dans la capitale européenne aux côtés du P-DG d'Alstom Patrick Kron, avait alors obtenu de Bruxelles l'autorisation de faire entrer l'État au capital de l'entreprise (21 %). À maintes reprises, Nicolas Sarkozy, le candidat puis le président, évoquera le sauvetage d'Alstom comme un acte exemplaire.

Et voilà que dix ans plus tard, Alstom, qui, entre-temps, forcé par Bruxelles - c'était une condition au soutien de l'État -, s'est séparé des chantiers navals de Saint-Nazaire, partirait, comme ça, à l'étranger. François Hollande vendrait aux Américains la pépite industrielle que Nicolas Sarkozy a eu tant de peine à conserver. À moins que, trois jours après les révélations de Bloomberg sur l'opération GE-Alstom (on évoque même un montant de 9,4 milliards d'euros), la messe ne soit pas encore dite.

Conjoncture exécrable
D'ailleurs, la situation d'Alstom n'est pas du tout la même que celle de 2004. L'entreprise confiée à un solide manager n'est pas du tout en faillite (elle a encore gagné 802 millions en 2012-2013 pour un chiffre d'affaires de 20 milliards). Surtout, les 21 % de l'État ont été repris en 2008 par Martin Bouygues qui, avec des rachats au fil de l'eau, possède maintenant 30 % du capital. Le magnat du BTP pensait alors donner une nouvelle dimension à son groupe déjà présent dans la télévision (TF1) et les télécoms. Avec Alstom, Bouygues pensait unir des savoir-faire dans l'industrie lourde, la gestion de chantiers complexes et le béton (Bouygues après l'EPR finlandais construit celui de Flamanville en France).

Le rêve a tourné court. Bouygues est entré dans Alstom au moment où la grande crise financière de 2008-2009 éclatait. L'Europe, un gros marché pour Alstom, est embourbée dans la transition énergétique et ne construit plus de centrales (à gaz ou à charbon) et met même sous cocon celles qui existent déjà. Trop nouveau dans le métier, l'installation d'éoliennes terrestres ou en mer ne peut servir de relais au groupe de Patrick Kron. Pour ne rien arranger, le marché du matériel ferroviaire en Europe est aussi entré en léthargie. On ne renouvelle des rames que si l'on ne peut pas faire autrement. Les entreprises ferroviaires souvent liées à des États trop endettés retardent leurs investissements (la SNCF est dans ce cas).

(...)
Image L'intégralité de cet article à lire sur Le Point.fr[/align]
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50952
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par Nombrilist » 25 avr. 2014, 18:51:46

Voilà où ça mène de vouloir faire des économies de bouts de chandelle. Crise de la demande on vous dit ! Et ce n'est pas fini.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 24143
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par El Fredo » 25 avr. 2014, 23:00:27

Toi t'as pas lu l'article...
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50952
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par Nombrilist » 26 avr. 2014, 10:13:18

Si si. Mais peut-être en fais-tu une autre lecture. Je serais curieux de savoir laquelle.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 24143
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par El Fredo » 26 avr. 2014, 11:36:44

Simple : Alstom est positionnée sur des marchés matures et vieillissants, avec peu d'acteurs économiques, et où les investissements sont structurellement faibles :

- les nouveaux investissements sont faibles car les infrastructures existantes suffisent, et l'activité se résume à la maintenance d'icelles
- certaines technologies vieillissantes ne sont pas remplacées par d'autres dont Alstom aurait la maîtrise (transition énergétique)
- les nouveaux marchés sont encore trop faibles pour remplacer les anciens
- les clients potentiels des principaux marchés sont trop endettés pour investir encore (à cause des coûts de maintenance notamment), d'autant plus que leur retour sur investissement est en diminution constante (quel serait le gain d'une nouvelle LGV par exemple ? très faible par rapport aux sommes à investir)
- etc.

Bref, ce sont des problèmes qui sont inhérents à Alstom vis-à-vis de ses activités, et pas à une crise générale de la demande. Alstom ne s'est pas diversifié suffisamment vite pour anticiper l'évolution des marchés sur lesquels il est positionné (il a commencé, c'est bien pour ça qu'on parle de rachat et pas de faillite !).

Conclusion logique : on va assister à une concentration des fournisseurs comme Alstom, soit par fusion soit par rachats, afin de générer des économies d'échelles et des synergies entre métiers et activités complémentaires.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50952
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par Nombrilist » 26 avr. 2014, 11:52:07

Trams et trains ne sont pas un marché obsolète. Les trams fleurissent partout et il faut bien renouveler les rames de train à un moment ou à un autre.

"On ne renouvelle des rames que si l'on ne peut pas faire autrement. Les entreprises ferroviaires souvent liées à des États trop endettés retardent leurs investissements (la SNCF est dans ce cas)."

Le problème il est là, l'Etat ne peut plus investir. On est bien dans une logique de crise de la demande et pas de marchés caduques.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 24143
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par El Fredo » 26 avr. 2014, 12:02:55

Ce n'est pas l'Etat mais la SNCF, qui a des comptes séparés, même s'ils sont intégrés au calcul global de la dette au sens de Maastricht. Quand bien même l'Etat reviendrait à 0% d'endettement et de déficit budgétaire, la SNCF et RFF auront toujours leur réseau à maintenir et donc peu d'investissements potentiels. La France n'est plus un marché de croissance dans le ferroviaire, pour ça il faut regarder plus loin.

(d'ailleurs si GE rachète Alstom on a de grande chances de voir se développer des LGV aux USA).

Sinon oui il y a plein de trams en Europe, assez pour assurer une certaine activité à Alstom (l'entreprise va bien) mais pas assez pour que l'entreprise croisse car dans le même temps certains marchés se cassent la g..... et certainement pas à cause de la demande.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50952
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par Nombrilist » 26 avr. 2014, 12:07:26

Même si des LGV se développent aux USA, si c'est GE et plus Alstom, ça nous fera une belle jambe.

"La France n'est plus un marché de croissance dans le ferroviaire, pour ça il faut regarder plus loin."

Pourquoi "croître" ? Déjà, si c'est un marché de renouvellement, c'est pas si mal. Et puis il faut quand même regarder au niveau Européen. Alstom est une multinationale. Donc, elle a déjà accès à ces marchés. Et au gaz et au charbon qui se développent comme jamais en Asie également.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.


En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50952
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par Nombrilist » 26 avr. 2014, 12:40:04

Oui, il faut ajouter aussi le gros manque de protectionnisme.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
mordred
Messages : 7215
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par mordred » 26 avr. 2014, 17:34:36

Un de ces quatre matins, on va être obligé de faire comme les soviétiques en 1917 : tous les biens commerciaux des étrangers en France seront à nationaliser ! Sans contrepartie ! Après les emprunts russes, les biens en France !
C'est en faisant n'importe quoi qu'on prépare les révolutions.
Je pense que je vais vendre mes chaussons aux thaïs.
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32220
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par politicien » 26 avr. 2014, 21:04:01

Bonjour,
"Une offre de Siemens se prépare", concurrente à celle de General Electric, pour le rachat de l'"entreprise Alstom a confié unesource proche du dossier à l'AFP samedi. Le géant industriel allemand se lance donc dans la bataille, à la veille de la venue en France du PDG de General Electric pour entamer les discussions et rencontrer notamment Manuel Valls et Arnaud Montebourg.

(...)

http://www.bfmtv.com/economie/rachat-da ... 62983.html
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50952
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par Nombrilist » 26 avr. 2014, 22:17:37

Bon, ben la vente est donc actée puisque Hollande et Montebourg n'envisagent pas de défendre Alstom. Bravo Messieurs !
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32220
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par politicien » 27 avr. 2014, 18:28:56

Bonjour,
Le ministre de l'Économie Arnaud Montebourg a "reporté" sa rencontre avec le P-DG du groupe américain General Electric, intéressé par le rachat du pôle énergie d'Alstom, à l'instar de l'allemand Siemens, le gouvernement français souhaitant "disposer du temps nécessaire à un examen sérieux des propositions", a annoncé le ministère dimanche.

"Aucune date" n'est pour l'heure fixée pour un entretien, a indiqué son service de presse.

"Le gouvernement souhaite disposer du temps nécessaire à un examen sérieux des propositions" actuellement sur la table, à savoir celle de GE mais aussi celle de l'allemand Siemens, a indiqué le ministère de l'Économie dans un communiqué.

Une source proche du dossier avait auparavant indiqué que ni Montebourg ni le Premier ministre Valls ne prévoyaient de rencontrer le P-DG de General Electric ce dimanche. "Le gouvernement est prêt à examiner leurs projets avec le souci de préserver les intérêts de la base industrielle de la France et à y participer financièrement", poursuit-il.

Emplois
"Il sera particulièrement ferme sur ses exigences de maintien et de créations d'emplois, d'investissements et de recherche-développement en France, ainsi que le maintien des centres de décision en France", martèle le ministère, qui sera "extrêmement vigilant, s'agissant du maintien de l'excellence et de l'indépendance de la filière nucléaire française".

(...)

L'intégralité de cet article à lire sur Le Point.fr


Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50952
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Alstom déraille, les politiques aussi

Message non lu par Nombrilist » 27 avr. 2014, 20:50:09

La baratin habituel.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré