Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32122
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par politicien » 22 août 2018, 20:14:07

Budget: l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

22 août 2018, 17:57:48

Traditionnellement délicate, l'équation budgétaire s'est encore compliquée cette année avec une croissance moins bonne que prévu. Réunis en petit comité, Macron et le gouvernement dévoileront les…

Image



Image La question du budget 2019 a fait l'objet d'une réunion en petit comité dans l'après-midi au cours de laquelle Emmanuel Macron devait rendre ses arbitrages. Francois Mori/AP


Traditionnellement délicate, l'équation budgétaire s'est encore compliquée cette année avec une croissance moins bonne que prévu. Réunis en petit comité, Macron et le gouvernement dévoileront les arbitrages décidés «dans les prochains jours».



Emmanuel Macron a retrouvé son gouvernement. Le président veut poursuivre la «transformation» économique et sociale engagée lors de la première année de son quinquennat.


» LIRE AUSSI - Macron au gouvernement: «Nous ne devons pas dévier de notre stratégie»


Chantier le plus épineux et sensible politiquement de cette rentrée, la question du budget 2019 a fait l'objet d'une réunion en petit comité dans l'après-midi au cours de laquelle Emmanuel Macron devait rendre ses arbitrages à un mois de la présentation attendue du projet de loi de finances (PLF) et du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). Le premier ministre, Edouard Philippe, présent lors de cette réunion à laquelle ont également participé les ministres Bruno Le Maire (Économie et Finances), Gérald Darmanin (Action et comptes publics), Muriel Pénicaud (Travail) et Agnès Buzyn (Santé), rendra publics ces arbitrages «dans les prochains jours», selon Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement.


» LIRE AUSSI - Budget, pauvreté, retraites... la rentrée chargée de Macron et Philippe


(...)


Article complet sur http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018 ... nettes.php
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 17636
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par Jeff Van Planet » 24 août 2018, 19:15:34

J'ai lu l'article et j'ai comme un goût de "parler pour ne rien dire".
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32122
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par politicien » 26 août 2018, 10:13:41

"Qu'à tout moment, le travail paie" : Édouard Philippe dévoile les choix budgétaires du gouvernement

POLITIQUE - Dans une longue interview au "Journal du Dimanche", le Premier ministre assume une politique privilégiant "la rémunération de l'activité", annonçant notamment la fin de l'indexation...

Image



"Nous entrons dans la phase des derniers arbitrages". La rentrée du gouvernement est bel et bien là et son projet de loi de finances pour 2019 sera présenté "à la fin du mois de septembre", indique le Premier ministre Édouard Philippe dans le JDD, dimanche. Dans une longue interview à l'hebdomadaire, le chef du gouvernement évoque les choix budgétaires du gouvernement, basés sur une prévision de croissance de 1,7%, revue légèrement à la baisse. "Il faut faire en sorte qu'à tout moment le travail paie et que l'on fasse toujours le choix du travail", martèle Édouard Philippe, assumant "une politique de transformation et de maîtrise des dépenses". 

Vers la sous-indexation des APL, allocations familiales et retraites


"Nous voulons transformer l'action publique en diminuant le financement des politiques qui ne sont pas efficaces, par exemple sur le logement ou les contrats aidés, dont la plupart ne permettent pas d'obtenir ensuite un emploi viable", explique Édouard Philippe au JDD, affirmant cependant qu'"aucune prestation sociale ne sera réduite". 


"Les prestations qui bénéficient à nos concitoyens les plus fragiles, comme le RSA, seront augmentées conformément à la loi", indique le Premier ministre. "Certaines le seront même très significativement : la prime d'activité, le minimum vieillesse, l'allocation pour les adultes handicapés. D'autres prestations progresseront de façon plus modérée, de 0,3% par an en 2019 et 2020 : l'aide personnalisée au logement, les allocations familiales, les pensions de retraite", poursuit-il, confirmant une sous-indexation de ces prestations, c'est-à-dire une augmentation inférieure à l'inflation. 

4.500 postes de fonctionnaires en moins


"En 2019, nous prévoyons environ 4.500 suppressions de postes" de fonctionnaires, affirme le Premier ministre au Journal du Dimanche, précisant que les 50.000 suppressions annoncées à l'horizon 2022 se feront en marge d'une "transformation de l'action publique qui monte en puissance au fil du temps". "Je peux déjà vous dire qu'en 2020, le chiffre sera supérieur à 10.000", précise Édouard Philippe. 


(...)

"Pas de tabou" sur la dégressivité des allocations chômage des cadres 


Concernant l'indemnisation du chômage, "nous voulons profiter de la situation actuelle, où l'emploi est en train de repartir (le taux de chômage a baissé à 9,1%, ndlr) pour corriger les mécanismes qui ne fonctionnent pas bien, comme ceux qui encouragent la multiplication des contrats courts", affirme Édouard Philippe. "La question de la dégressivité des allocations chômage a été posée par le député Aurélien Taché (LREM, ndlr). Nous pouvons en discuter, nous n'aurons ni tabou ni présupposés", martèle le Premier ministre. 

(...)



Les cotisations sociales sur les heures supplémentaires supprimées dès 2019


Au chapitre des mesures favorables au pouvoir d'achat des Français, Édouard Philippe évoque à plusieurs reprises la suppression progressive de la taxe habitation. Le Premier ministre annonce aussi que la suppression des cotisations sociales sur les heures supplémentaires, qui semblait prévue pour 2020, entrera en vigueur dès le 1er septembre 2019. "Pour une personne payée au Smic, cette mesure représentera en moyenne plus de 200 euros par an", affirme-t-il. 






Par Margaux Lannuzel
Article complet sur http://www.europe1.fr/politique/qua-tou ... nt-3740261
Qu'en pensez vous ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
johanono
Messages : 23936
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par johanono » 26 août 2018, 10:17:25

Il a raison d'assumer sa volonté de récompenser la valeur travail. Mais une fois qu'il a dit ça, il faut qu'il soit un peu plus imaginatif, qu'il explique clairement comment il va s'y prendre. S'il se contente de refaire du Sarkozy version 2007, alors ce sera un peu décevant.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32122
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par politicien » 26 août 2018, 10:19:40

C'est noté dans l'article comment il va s'y prendre non ? La loi Pacte, plus de cotisation sur les heures supplémentaires au 1er septembre 2019, discussion sur la dégressivité des allocations chômage des cadres...
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
johanono
Messages : 23936
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par johanono » 26 août 2018, 10:44:05

Oui, mais je trouve que c'est globalement décevant, et que ça sent un peu le réchauffé. Rien de bien neuf dans les propositions.

L'exonération de cotisations pour leurs supplémentaires, on a déjà vu ça avec Sarkozy : peut-être que ça a fait plaisir à certains, mais il n'est pas dit que ça ait vraiment fait baisser le chômage. Et puis on parle d'exonérations particulières, je toujours peur que ça génère un énième usine à gaz fiscale et administrative, là où nous aurions besoin de simplicité.

La sous-indexation de certaines prestations sociales pour faire des économies, ça veut dire un rabotage de l'existant, et l'opposition aura beau jeu de dénoncer le "président des riches" qui s'en prend aux pauvres pour faire des "cadeaux aux riches". Certes, le gouvernement assume de sous-indexer certaines prestations (notamment les pensions de retraites) en d'augmenter un peu plus d'autres prestations sociales. C'est bien. Mais ça reste du bricolage de l'existant. J'aimerais entendre parler d'une simplification de notre système de protection sociale, or je ne vois rien qui aille en ce sens.

pierre30
Messages : 7029
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par pierre30 » 26 août 2018, 10:58:28

Je partage ton impression.
Reprendre des mesures abolies auparavant, pourquoi pas. Mais si elles sont abolies, c'est aussi qu'elles n'avaient pas démontré totalement leur efficacité. Alors il ne faudrait pas en faire la mesure phare de l'action du gouvernement ...

Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 17636
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par Jeff Van Planet » 26 août 2018, 11:08:31

Les heures supp défiscalisées ont été abolies dû à la crise financière de 2008, pas parce qu'elles ne servaient à rien. D'ailleurs on a été nombreux à râler quand ils nous l'ont retirer. Bon après ils nous ont supprimer la première tranche d'impôts mais même :)


Pour le reste, j'ai déjà exposée les grandes lignes de ce que je pense de tout ça sur le fil de la rentrée agitée du gouvernement. C'est par là: viewtopic.php?p=544243#p544243
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
johanono
Messages : 23936
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par johanono » 26 août 2018, 11:18:59

pierre30 a écrit :
26 août 2018, 10:58:28
Je partage ton impression.
Reprendre des mesures abolies auparavant, pourquoi pas. Mais si elles sont abolies, c'est aussi qu'elles n'avaient pas démontré totalement leur efficacité. Alors il ne faudrait pas en faire la mesure phare de l'action du gouvernement ...
Pas forcément. Une mesure peut être abolie juste pour des raisons politiques. En gros, le président nouvellement élu défait ce que la majorité précédente a effectué.

En l'occurrence, la détaxation des heures sups a été abrogée par le gouvernement Ayrault, après l'élection de Hollande.

Des économistes ont estimé que le fait d'encourager les heures sups dans une période de récession économique ne permettait pas de créer des emplois.

pierre30
Messages : 7029
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par pierre30 » 26 août 2018, 11:21:31

Oui mais de là à en faire la mesure phare il y a un pas. De plus elle risque de passer pour politicienne. :yeah:

Avatar du membre
johanono
Messages : 23936
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par johanono » 26 août 2018, 14:31:49

Je vais nuancer mon propos, car je m'aperçois que j'ai peut-être sous-estimé l'importance de ce que vient d'annoncer le Premier ministre.

En effet, l'annonce d'une sous-indexation de certaines prestations sociales fait quand même réagir. Voir ce sondage sur le site du Figaro. Il apparaît que 72% des personnes ayant répondu sont contre les mesures d'économies annoncées.

Les annonces gouvernementales sont également critiquées par l'opposition.

Toutes ces oppositions vont finir par me faire considérer les annonces gouvernementales comme très courageuses... :mrgreen:

Rappelons qu'il n'y a pas 50 solutions si on veut baisser les dépenses publiques : il faut s'attaquer aux principaux postes de dépenses, c'est-à-dire les dépenses sociales, et notamment les retraites. Et pourtant, même sur le site du Figaro, il y a 72% de gens qui sont contre... Cela montre encore une fois, s'il en était besoin, la difficulté de réduire les dépenses publiques en France. Mais c'est logique, la France est désormais un pays d'assistés, où plus de la moitié de la population vit de prestations sociales.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32122
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par politicien » 27 août 2018, 09:24:14

Budget: report d'une baisse de cotisations patronales pour économiser 2 mds d'euros

27 août 2018, 06:32:11

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé lundi le report au 1er octobre 2019 d'une baisse de cotisations patronales de quatre points censée entrer en vigueur au 1er janvier, afin de…



  • Par  Le Figaro.fr avec AFP
  • Mis à jour le 27/08/2018 à 08:40
  • Publié le 27/08/2018 à 08:32


Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé lundi le report au 1er octobre 2019 d'une baisse de cotisations patronales de quatre points censée entrer en vigueur au 1er janvier, afin de contenir le déficit public.


Ce report, décidé dans le cadre du projet de loi de finances pour 2019, va permettre "d'économiser plus de deux milliards d'euros", a assuré sur RTL M. Le Maire, estimant que "tout le monde" devait être "mis à contribution pour rétablir l'équilibre des finances publiques".


Lire aussi : Heures supplémentaires, prestations sociales: les principales mesures du budget 2019









Article complet sur http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/0 ... -maire.php
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
johanono
Messages : 23936
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par johanono » 27 août 2018, 09:32:29

Pour le coup, ça confirme un peu ce que j'ai dit, à savoir que ça ressemble à du vulgaire bricolage financier, à un rafistolage de l'existant pour faire des économies.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32122
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par politicien » 27 août 2018, 09:39:13

"Nous aimons les retraités mais nous faisons le choix du travail" déclare Le Maire

27 août 2018, 06:50:46

Interrogé sur les mesure concernant les retraités dans le budget 2019, le ministre de l'Economie Bruno le Maire a indiqué sur RTL "Nous aimons les retraités, nous aimons tous les Français mais nous…




Interrogé sur les mesure concernant les retraités dans le budget 2019, le ministre de l'Economie Bruno le Maire a indiqué sur RTL "Nous aimons les retraités, nous aimons tous les Français mais nous faisons des choix politiques, le choix de rétablir l’équilibre, le choix du travail". 


Lire aussi : Les retraités à nouveau mis à contribution pour boucler le budget


Il a assuré lundi que les retraités ne seraient "pas perdants" malgré la faible hausse des prestations sociales prévue dans le budget 2019, notamment celle des pensions de retraite.


"Aucune prestation sociale ne sera réduite. (Les retraités) ne seront pas perdants, leur pension de retraite sera revalorisée moins vite mais elle continuera à être revalorisée", a déclaré M. le Maire au micro de RTL.


"Nous ne leur prenons pas d'argent. Nous faisons attention aux Français qui sont le plus en difficulté mais nous voulons aussi rétablir les équilibres des finances publiques", a-t-il ajouté.


La veille, le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé dans le Journal du Dimanche que le budget serait bâti sur une prévision de croissance de 1,7% au lieu de 1,9%.


En conséquence, l'aide personnalisée au logement, les allocations familiales et les pensions de retraite ne progresseront que de 0,3% par an en 2019 et 2020, un chiffre bien en-deçà de l'inflation attendue par l'Insee à 1,7% en fin d'année.

(...)





Article complet sur http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/0 ... -maire.php
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
johanono
Messages : 23936
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Budget 2019 : l'État envisage des «hausses franches» et des «baisses nettes»

Message non lu par johanono » 27 août 2018, 09:40:25

Au moins, le gouvernement assume de mettre les retraités à contribution. Cette mise à contribution reste modeste, mais elle est réelle, et assumée. C'est déjà énorme.

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré