Budget 2011

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
En ligne
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 32024
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 29 sept. 2010, 10:28:00

Bonjour,
 En 2010, il s'agissait de sortir de la crise. Mais le gouvernement continue de promouvoir sa politique d'austérité pour le projet de loi de finances publiques de 2011. Présenté mercredi en conseil des ministres, il s'inscrira donc dans la continuité du précédent, l'objectif étant de ramener le déficit public, aujourd'hui de l'ordre de 7,7% du PIB, à 6% fin 2011… puis à 3% en 2013. Cette prévision basse correspond à la limite autorisée par les traités européens. En conséquence de la crise, peu de membres de l'Union réussissent l'équilibre.   Après le budget de la Sécurité sociale, le gouvernement présente mercredi 29 septembre le budget de l'Etat. Le contenu du projet de loi de finances (PLF) pour 2011 est largement connu. Ce qu'il faut en retenir.   Prévision de croissance encore optimiste Cet été, à l'issue d'une réunion consacrée aux finances publiques au Fort de Brégançon, le gouvernement a revu à la baisse sa prévision de croissance du produit intérieur brut pour 2011, à 2% contre 2,5% auparavant. Il faut dire que l'objectif de 2,5% de croissance était depuis longtemps jugé trop optimiste par tous les experts. La reprise économique en France est "fragile" et les perspectives restent "très incertaines", estimait en juin le FMI, recommandant au gouvernement d'appuyer ses efforts "sur des hypothèses macroéconomiques réalistes". Même son de cloche à Bruxelles. La nouvelle prévision de croissance est-elle plus crédible ? Pas vraiment, si l'on en croit les experts.  Déficit public ramené à 6% du PIB Le déficit public, qui devrait atteindre le niveau record d'environ 7,8% du PIB cette année, sera réduit à 6% l'an prochain. La France l'a promis à Bruxelles. Soit une économie de 40 milliards d'euros. La hausse des recettes fiscales liées à la croissance apportera environ 7 milliards. La fin des mesures du plan de relance représente une économie de près de 16 milliards.  Gel des dépenses de l'Etat La politique de rigueur passera par une réduction de la dépense publique qui doit permettre à la France d'économiser 7 milliards d'euros l'an prochain. Les dépenses en valeur de l'Etat seront gelées, hors pensions et charge de la dette, et ses dépenses de fonctionnement et d'intervention diminueront de 5% l'an prochain. Les fonctionnaires seront touchés via la poursuite du non remplacement d'un départ à la retraite sur deux et le gel de leurs salaires. Les collectivités locales subiront le gel des transferts financiers de l'Etat vers elles. Cela devrait se traduire par une perte de recettes pour quelque 30.000 communes, selon Les Echos.  Chasse aux niches fiscales L'Etat entend également augmenter ses recettes. Pour cela, il va s'attaquer aux niches fiscales et sociales. L'objectif est d'économiser 10 milliards d'euros. Ce n'est pas tant le léger coup de rabot de 10% sur 22 niches qui va rapporter - son gain est de moins de 500 millions -, mais plutôt la suppression de certaines niches comme le cadeau fiscal fait aux mariés, le crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunts immobiliers,  la TVA réduite sur les forfaits triple play ainsi que de nombreuses niches dans le secteur de l'assurance, dont les complémentaires santé et les assurances vie. Ces mesures seront supportées à 40% par les ménages et 60% par les entreprises, assure Christine Lagarde.  Hausse déguisée des impôts ? "Je n'ai pas été élu pour augmenter les impôts et je ne les augmenterai donc pas", a toujours martelé le chef de l'Etat. Officiellement, le mot d'ordre n'a pas changé depuis. Mais la suppression de niches équivaut bel et bien à une hausse des impôts. D'ailleurs, dans le cadre de la réforme des retraites, le gouvernement a quand même décidé le relèvement d'un point de la tranche supérieure de l'impôt sur le revenu à 41%. La réduction des niches va conduire "aux plus fortes hausses" de prélèvements depuis 1995, a dénoncé le président PS de la commission des finances de l'Assemblée, Jérôme Cahuzac, dans un entretien aux Echos mardi. "Le taux de prélèvements obligatoires va revenir en 2012 à son niveau de 2007", poursuit le député, qui rappelle que Nicolas Sarkozy avait pourtant promis de faire baisser ce taux de 4 points.  Qu'en pensez vous ?  A plus tard,  
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
johanono
Messages : 23692
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 29 sept. 2010, 13:28:00

"Hausse déguisée des impôts ? "

Exactement.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 19065
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 29 sept. 2010, 14:29:00

Les collectivités locales subiront le gel des transferts financiers de l'Etat vers elles.
Ce serait intéressant de voir le détail, mais cela ressemble à du vol.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 23891
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 29 sept. 2010, 14:33:00

Golgoth a écrit :
Les collectivités locales subiront le gel des transferts financiers de l'Etat vers elles.
Ce serait intéressant de voir le détail, mais cela ressemble à du vol.
L'Union des Menteurs Professionnels prépare les futures régionales sur le thème "La gauche c'est l'impôt".
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

bonbout
Messages : 94
Enregistré le : 24 sept. 2010, 00:00:00
Localisation : France

Message non lu par bonbout » 29 sept. 2010, 15:03:00

Cela devrait se traduire par une perte de recettes pour quelque 30.000 communes, selon Les Echos. 

Dont la mienne icon_mrgreen

bonbout
Messages : 94
Enregistré le : 24 sept. 2010, 00:00:00
Localisation : France

Message non lu par bonbout » 29 sept. 2010, 15:11:00

Et combien coûte aux contribuables Français la guerre en Afghanistan ?
Là aussi, on pourrait faire des éonomies non ?


29/09/2010
La guerre en Afghanistan coûte 1,3 million par jour aux contribuables français
Le surcoût des opérations extérieures s'élevera en 2010 à 867 millions d'euros, dont 470 pour le seul théâtre afghan, apprend-on auprès du ministère de la Défense, à l'occasion de la présentation du projet de loi de finances pour 2011.
La participation française à la guerre en Afghanistan coûte donc près de 1,3 million d'euros chaque jour. Il s'agit d'un surcoût, qui n'intègre que les dépenses supplémentaires occassionnées par un engagement extérieur (augmentation des soldes, frais de transport, nouveaux équipements, munitions consommées, etc).
Depuis 2008, le surcoût global des Opex est stabilisé au dessus de 800 millions d'euros par an, alors qu'il n'était que de 528 millions en 2005. L'Afghanistan représente cette année plus de la moitié de cette somme (54%) du fait de la réduction des opérations au Tchad et au Kosovo.


Rédigé le 29/09/2010 à 09:28 | Lien permanent

bonbout
Messages : 94
Enregistré le : 24 sept. 2010, 00:00:00
Localisation : France

Message non lu par bonbout » 29 sept. 2010, 19:01:00

Maintenant on peut se poser la grave question :
l'Etat est-il en faillite ?
On pourrait le craindre.......... L'Etat a transféré ses compétentes aux Régions qui n'auront pas leurs dotations, alors lu ce jour


Gel des dotations aux collectivités: les régions vont déposer un recours
Les régions ont décidé mercredi de déposer prochainement un recours contre le gel pour trois ans des dotations de l'Etat aux collectivités locales, a annoncé l'Association des régions de France dans un communiqué. Le ministre du Budget François Baroin a annoncé mardi ce gel au niveau de 50,4 milliards d'euros.
Ce recours sera déposé, a ajouté l'ARF, «devant les juridictions administratives compétentes», probablement devant le Conseil d'Etat.
Selon le communiqué, par l’Et«les dotations de l’Etat sont la contrepartie, déjà insuffisante, des compétences transféréest aux collectivités au fil des lois de décentralisation». La décision unilatérale de les geler «lèse les collectivités, mais surtout les citoyens et les usagers des services publics».

AFP

Avatar du membre
artragis
Messages : 7195
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 29 sept. 2010, 19:18:00

L'Etat a transféré ses compétentes aux Régions qui n'auront pas leurs dotations, alors lu ce jour
aucun transfert supplémentaire depuis pas mal de temps, par contre la crise a alourdi la part de la région.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
pwalagratter
Messages : 1901
Enregistré le : 06 avr. 2010, 00:00:00

Message non lu par pwalagratter » 29 sept. 2010, 20:34:00

Bonne idée que voilà : les collectivités locales s'occupent entre autre du social ...
Après les délinquants, les immigrés, les roms, les pauvres de chez pauvres vont servir d'exutoires.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 29 sept. 2010, 20:49:00

C'est la recette de la droite depuis Chichi 1er (et dernier). Ils sont tellement bêtes qu'ils ne comprennent pas que ce coup ci cela ne marchera pas.
Mais soyons vigilants .... la connerie est hélas partagée, même si on la rencontre plus dans un camp que dans l'autre.

Avatar du membre
pwalagratter
Messages : 1901
Enregistré le : 06 avr. 2010, 00:00:00

Message non lu par pwalagratter » 29 sept. 2010, 21:09:00

Le problème c'est qu'ils ne représentent plus qu'eux même. Je veux bien ne connaitre que des gauchistes, mais quand même j'ai du mal à trouver un soutien sarkozyste.
Après les élections présidentielles, j'en ai croisé qui ont fait leur coming out mais depuis ils ont déchanté
En fait je viens sur ce forum pour en lire .... icon_cheesygrin

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 29 sept. 2010, 22:45:00

HA HA HA ... dépèche toi, bientot il n'y en auras plus.

Ps: mais au fait c'est pas cool ce que tu viens d'écrire, ....

papibilo

Message non lu par papibilo » 30 sept. 2010, 10:15:00

Un rappel (tout le monde le sait ou presque mais ça va mieux en le disant, disant et demi):
passer de 7.7% à 6% c'est passer de 7.7% du PIB à 6% du PIB. Mais on ne parle pas de PIB (il sera au mieux de + 2% selon les espoirs de M.Baroin). On parle de budget. Le budget est d'un peu plus de 200 G€ et le PIB de 1600 G€. Les 6% de déficit sont donc en réalité de ... 48% ! Disons 45% pour simplifier.
Quand vous calculez votre budget personnel,  que vous gagnez 200 et que vous dépensez 290 (c'est à dire 45% de plus que vous ne gagnez), c'est grave, même si vous espérez que vous gagnerez 2% de plus l'année prochaine (ça vous fera 204 et ... toujours 290 de dépenses). Alors parler de budget génial avec un effort extraordinaire etc .. c'est de la pure désinformation. D'autres pays européens plus vertueux font 3.5% du PIB. Surtout, profitons en bien, ça durera moins longtemps ... que les impôts !
Ah, j'oubliais: avis à ceux qui pensent que l'on rasera gratis, ils pourraient bien se tromper lourdement.

Avatar du membre
pwalagratter
Messages : 1901
Enregistré le : 06 avr. 2010, 00:00:00

Message non lu par pwalagratter » 30 sept. 2010, 21:10:00

Plutôt que de tondre les moutons, le gouvernement aurait quand même meilleur compte d'arrêter certains cadeaux. comme l'amendement Copé


http://agitare-rem.over-blog.com/articl ... 6689-comme…


22 milliards de pertes EN TROIS ANS" (Migaud)
Si l'information refait surface aujourd'hui, c'est grâce au socialiste Didier Migaud qui a suivi de près ce dossier. Fin 2009, il a demandé des éclaircissements au ministère de l'Economie à propos du coût de cette niche fiscale (plus de 22 milliards depuis 2007, alors que ce coût avait été évalué au moment de la création de cette niche à un milliard d'euros par an).


 
Le principe de cette niche fiscale est assez simple : il s'agit "d'exonérer totalement d'impôt sur les sociétés (33,3%) les plus-values encaissées par les entreprises lorsqu'elles vendent leurs filiales ou d'autres participations (à la seule condition d'avoir détenu cette filiale ou cette participation pendant deux ans)". Trois ans après son entrée en vigueur, plus de 6 200 sociétés ont profité de cette niche fiscale, censée lutter contre les délocalisations.
icon_cheesygrin

Avatar du membre
pwalagratter
Messages : 1901
Enregistré le : 06 avr. 2010, 00:00:00

Message non lu par pwalagratter » 30 sept. 2010, 21:14:00

lancelot a écrit : HA HA HA ... dépèche toi, bientot il n'y en auras plus.

Ps: mais au fait c'est pas cool ce que tu viens d'écrire, ....
:)

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré