Baroin: réduction du train de vie des opérateurs publics

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Répondre
Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 12 déc. 2010, 15:02:00

Il va fort le Baroin et va se tailler une grosse réputation dans la fonction publique. Tant mieux, il est grand temps qu'on mette de l'ordre dans tout ce bazar dépensier et improductif.



 
Nous avons engagé la réduction de son train de vie. Je réunis demain les directeurs des 497 opérateurs publics (*) hors universités, qui doivent pour la première fois en 2011 appliquer les mêmes règles de gestion que l’Etat. Dès l’an prochain, un départ à la retraite sur deux ne sera pas remplacé. Je propose que leur parc de 17.000 automobiles soit réduit de près de 3.000 véhicules, que leurs achats de fournitures soient progressivement diminués de 10% et que leurs superficies immobilières soient ramenées à 12 m2 par agent. Nous leur interdirons par ailleurs de recourir à tout endettement. La rémunération au mérite de leurs dirigeants devra aussi être étendue à toute l’équipe de direction.


http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/ ... ns-fait-re…

Avatar du membre
artragis
Messages : 7185
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 12 déc. 2010, 15:55:00

le service public n'a pas pour objectif d'être productif mais de facilité la production et la vie des citoyens.
Sinon, ce sont des grands mots pour peu finalement car en ne remplaçant qu'un départ sur deux on ne sait pas vraiment qui on remplace et ça va encore foirer alors que, oui, l'efficacité du service public est à remettre en cause. Nombrilist et moi avions eu un bon débat à ce propos. Ce n'est pas (ou du moins plus maintenant) en rognant sur les effectif qu'on arrivera à quelque chose. Trop de missions sont oubliées, baclées etc. Alors que d'autres réunissent des équipes trop grosses pour être gérables voire même pour fournir un travail apréciables (pour les citoyens) et valorisant (pour ces fonctionnaires).
Autre problème : on a libéralisé des choses qui n'avaient pas à l'être, on force des sous traitance etc. en amoindrissant encore l'efficacité du tout puisque ni l'un ni l'autre n'a la cohésion suffisante pour agir sur le long terme de manière honorable, et ni l'un ni l'autre n'a le pouvoir suffisant pour agir rapidement sur le court terme.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 23743
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 12 déc. 2010, 16:41:00

D'un côté ils devront "appliquer les mêmes règles que l'Etat", de l'autre " nous leur interdirons par ailleurs de recourir à tout endettement". Si quelqu'un pouvait m'expliquer, ça serait sympa.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 12 déc. 2010, 20:36:00

Ces quelques milliards compenseront à peine le manque à gagner résultant de l'abrogation de la taxe professionnelle (plus de 8 milliards de perte prévus). Bravo !
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 13 déc. 2010, 00:39:00

artragis a écrit :le service public n'a pas pour objectif d'être productif mais de facilité la production et la vie des citoyens.
Sinon, ce sont des grands mots pour peu finalement car en ne remplaçant qu'un départ sur deux on ne sait pas vraiment qui on remplace et ça va encore foirer alors que, oui, l'efficacité du service public est à remettre en cause. Nombrilist et moi avions eu un bon débat à ce propos. Ce n'est pas (ou du moins plus maintenant) en rognant sur les effectif qu'on arrivera à quelque chose. Trop de missions sont oubliées, baclées etc. Alors que d'autres réunissent des équipes trop grosses pour être gérables voire même pour fournir un travail apréciables (pour les citoyens) et valorisant (pour ces fonctionnaires).
Autre problème : on a libéralisé des choses qui n'avaient pas à l'être, on force des sous traitance etc. en amoindrissant encore l'efficacité du tout puisque ni l'un ni l'autre n'a la cohésion suffisante pour agir sur le long terme de manière honorable, et ni l'un ni l'autre n'a le pouvoir suffisant pour agir rapidement sur le court terme.
Peut-être bien, mais quand le déficit public est à 147 milliards d'euros fin 2010 soit plus de 8% du PIB, j'en pense qu'en même qu'il faut s'interroger sur la productivité des services publics français et chercher à produire du service public moins cher. 


Parce que si vous attendez que les 150 milliards annuels se résorbent en maintenant une armée mexicaine de 5,5 millions de fonctionnaires, je pense que vous pouvez attendre un moment... enfin pas très longtemps, jusqu'à la faillite nationale.

Avatar du membre
Golgoth
Messages : 18930
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 13 déc. 2010, 06:56:00

Baroin se taillera une grosse réputation quand il commencera par baisser ses propres dépense et éventuellement son salaire. Fillon nous a déjà fait le coup de l'état en faillite, et juste après il allait voir sa maman en Falcon.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50109
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 déc. 2010, 07:53:00

"Peut-être bien, mais quand le déficit public est à 147 milliards d'euros fin 2010 soit plus de 8% du PIB, j'en pense qu'en même qu'il faut s'interroger sur la productivité des services publics français et chercher à produire du service public moins cher."

Et après, t'iras te plaindre que les trains n'arrivent pas à l'heure, que ta coupure d'électricité met un mois à être réparée, que la sécu a oublié de te rembourser, que tes caisses de cotisation te demandent d'allonger 10 fois la somme que tu devrais normalement payer, que t'as été radié de l'allocation chômage alors que t'as tout fait comme il fallait...
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 13 déc. 2010, 14:53:00

Nombrilist a écrit :"Peut-être bien, mais quand le déficit public est à 147 milliards d'euros fin 2010 soit plus de 8% du PIB, j'en pense qu'en même qu'il faut s'interroger sur la productivité des services publics français et chercher à produire du service public moins cher."

Et après, t'iras te plaindre que les trains n'arrivent pas à l'heure, que ta coupure d'électricité met un mois à être réparée, que la sécu a oublié de te rembourser, que tes caisses de cotisation te demandent d'allonger 10 fois la somme que tu devrais normalement payer, que t'as été radié de l'allocation chômage alors que t'as tout fait comme il fallait...
1. Les trains ont toujours plein de problème dans ce pays depuis la seconde guerre mondiale
2. j'ai déjà eu maille à partir avec EDF dans le passé alors qu'ils étaient 100% nationalisés. Et je ne suis pas le seule.
3. la Sécu a des problèmes de remboursement depuis toujours
4. radié ? pour l'instant je n'ai pas encore eu le déplaisir de goûter aux allocations chômage
5. je n'ai rien compris à ton histoire de cotisations.

papibilo

Message non lu par papibilo » 13 déc. 2010, 15:30:00

racaille a écrit :Ces quelques milliards compenseront à peine le manque à gagner résultant de l'abrogation de la taxe professionnelle (plus de 8 milliards de perte prévus). Bravo !
Je pense que c'est différent puisque la taxe professionnelle a déjà été remplacée par 2 taxes (CET et ??? je ne me souviens plus).

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 13 déc. 2010, 16:32:00

Taxe professionnelle : une addition deux fois plus lourde

Annoncée sans préambule par Nicolas Sarkozy, rédigée dans la précipitation par le gouvernement, la réforme de la taxe professionnelle risque de devenir une bombe à retardement financière et économique. Les premiers chiffres publiés lundi par le rapporteur général (UMP) de la commission des finances de l'Assemblée nationale, Gilles Carrez, à l'occasion de la discussion du projet de loi de finances rectificative pour 2010, sont sans appel: le gouvernement a fait un nouveau cadeau, immense, aux entreprises, en plombant un peu plus les finances publiques.

La nouvelle contribution économique territoriale (CET), qui remplace la taxe professionnelle, n'est en vigueur que depuis cette année. Mais déjà, la dérive est manifeste. Dès cette année, le coût de la réforme pour les finances publiques «pourrait être compris entre 7 milliards d'euros –évaluation découlant des éléments transmis par le gouvernement– et 8 milliards d'euros, soit près de deux fois le coût de 3,9 milliards d'euros initialement prévu», prévient le rapporteur!

Selon ses calculs, la charge pour le budget de l'Etat pourrait même atteindre 8,9 milliards d'euros en 2010 et 7,5 milliards en 2011. La réforme de la taxe professionnelle révèle son vrai visage: ce n'est pas la modernisation annoncée de la fiscalité, mais seulement «un allègement historique de la pression fiscale pesant sur les entreprises», souligne Gilles Carrez.

La fiscalité locale des entreprises est ainsi passée de 23 à 12 milliards d'euros. «À titre de comparaison, poursuit-il, cet allègement d'impôt serait d'un montant comparable à celui des baisses cumulées d'impôt sur les sociétés adoptées entre 2000 et 2009.»

N'était-ce pas le but recherché? Car toute l'approche du gouvernement consiste à alléger encore et toujours la fiscalité des entreprises, officiellement accablante, dans la réalité plus que compréhensive (voir dix années de cadeaux fiscaux aux entreprises, ces niches si favorables aux entreprises). Les circonstances l'ont aidé dans le cas de la réforme de la taxe professionnelle. Officiellement, des compensations étaient prévues afin de préserver l'équilibre des finances publiques. L'instauration d'une taxe carbone devait rapporter 1,7 milliard à l'Etat en contrepartie de l'abandon de l'ancienne fiscalité locale. Mais le Conseil constitutionnel a censuré le dispositif, au nom de l'égalité devant l'impôt. Le gouvernement s'est empressé d'oublier le projet. L'écologie n'était plus un thème électoral.

#
Un cadeau de 780 millions pour les professions libérales

De même, il a oublié très vite une autre mesure recalée par le Conseil constitutionnel: celle touchant les professions libérales. La réforme ne devait se traduire ni par des allègements ni par des augmentations d'impôts pour ces professions. Dans le cadre de la réforme de la taxe professionnelle, le parlement avait décidé que «les professions libérales employant moins de 5 salariés étaient censées être imposées sur leur valeur locative, plus 5,5% de leurs recettes» afin de conserver un niveau d'imposition identique au système précédent. Or le Conseil constitutionnel a censuré le dispositif, estimant qu'il y avait une rupture d'égalité entre les professions libérales employant moins et plus de cinq salariés.

Après ce refus, le gouvernement devait étudier un nouveau dispositif afin de maintenir à niveau constant l'imposition des professions libérales. Au creux de l'été, il a décidé finalement d'abandonner ce projet. Il expliqua alors qu'il ne trouvait pas les bonnes mesures pour satisfaire le Conseil constitutionnel, ou que celles qui auraient pu être appliquées ne rapportaient pas assez, entre 100 et 200 millions d'euros.

Traduction de cet abandon? Un cadeau fiscal de 780 millions d'euros aux professions libérales. De quoi satisfaire une partie de son électorat, qui se plaignait jusqu'alors d'être oublié dans la réforme de la taxe professionnelle.

«Le manque à gagner pour l'État du fait de cette décision (la censure par le Conseil constitutionnel de ces deux mesures), que le gouvernement a renoncé à compenser, atteint donc 2,7 milliards d'euros», écrit Gilles Carrez. En clair, le gouvernement a délibérément choisi de faire l'impasse sur de nouvelles recettes. Tout en affichant sa volonté de rigueur et de gestion avisée des finances publiques, il a tout reporté sur la dette.

Les surprises de la réforme de la taxe professionnelle ne s'arrêtent pas là. Selon le rapporteur de la commission des finances de l'Assemblée nationale, toutes les estimations et prévisions faites par Bercy pour mesurer les conséquences de la réforme sur les finances publiques l'ont été à partir de bases faussées: 2009, année de crise servant de seule référence pour tous les calculs, ce qui a amené des distorsions. «Le fait de prendre l'année 2009 comme année de référence introduit un biais qui tend à sous-évaluer le coût de la réforme en surestimant le montant des dégrèvements payés par l'État avant réforme», écrit Gilles Carrez.

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement se trompe dans les estimations de coûts de ses réformes. Il y a eu avant la loi Tepa (Travail, emploi et pouvoir d'achat) avec des erreurs tant sur les heures supplémentaires que sur les effets du bouclier fiscal, la réforme de la carte judiciaire, le non-renouvellement d'un fonctionnaire sur deux, et bien d'autres. A chaque fois, les conséquences sont toujours les mêmes: une catastrophe supplémentaire pour les finances publiques.

Un prix pour les collectivités locales

«On n'a jamais vu un gouvernement travailler de façon aussi approximative. Il confond réforme et agitation. Il accumule les annonces. Il traite de façon exécrable le Parlement, l'obligeant à travailler dans l'urgence, le noyant sous les textes, sans lui donner le temps ni les moyens propres de l'expertise», dénonce le député PS Pierre-Alain Muet, membre de la commission des finances.

L'UMP Gilles Carrez formule les mêmes critiques dans des termes à peine moins mesurés: «L'urgence budgétaire, la nécessité d'assurer la plus grande transparence des comptes publics, le monopole accordé aux lois de finances en matière de dispositions fiscales requièrent un travail approfondi et un recul suffisant. Or, non seulement les textes financiers ne bénéficient pas des délais accordés aux autres textes par le nouveau règlement de l'Assemblée, mais leur examen doit être réalisé dans des conditions de plus en plus contraintes», se plaint-il, en préambule de son rapport.

Les erreurs d'appréciation –volontaires ou non– de la réforme de la taxe professionnelle vont en tout cas avoir un prix. Et ce sont les collectivités locales qui vont devoir le payer. Au moment de la discussion du texte, l'Etat s'était engagé à compenser à l'euro près le manque à gagner pour les collectivités locales. Depuis, les promesses se sont envolées: le gouvernement ne parle plus que de rigueur et d'austérité. Les compensations accordées aux collectivités territoriales sont gelées en euro constant. Les collectivités locales, jugées trop dépensières, sont priées de réduire leurs budgets.

De nombreuses communes risquent de se trouver confrontées, dès cette année, à un effondrement brutal de leurs recettes fiscales. Contraintes par la loi à présenter des budgets équilibrés, elles ne vont avoir d'autre choix que d'augmenter la fiscalité locale des particuliers et réduire leurs investissements. Mais n'était-ce pas à cela que le gouvernement voulait arriver?

Car il y a des effets secondaires, plus pernicieux, plus lents, induits par cette réforme de la taxe professionnelle, qui n'ont pas été pris en compte et que l'on risque de découvrir trop tard: la présence d'industries en France est menacée par la nouvelle fiscalité.

Lors d'une réunion de la commission économique de l'Assemblée nationale en octobre, un spécialiste de la fiscalité territoriale est venu plancher devant les députés sur les changements de la taxe professionnelle, exemples à l'appui. Ils sont édifiants. Avec la réforme, une entreprise industrielle, exploitant de carrière, va bénéficier d'une baisse de ses cotisations de 14% alors que la collectivité territoriale va subir une baisse de 80% du montant de l'impôt perçu. En revanche, si elle a la chance d'avoir une grande surface sur son territoire, elle bénéficiera d'un doublement de recettes fiscales, grâce à la taxe sur les surfaces commerciales créée par la loi Royer et transférée aux collectivités, tandis que la grande surface paiera un impôt équivalent.

On devine facilement vers quoi vont tendre les collectivités locales. Pourquoi accueillir une entreprise industrielle, polluante de surcroît et souvent mal vue par les habitants, dans ces conditions? Les conséquences de cette réforme faite à la va-vite, ruineuse pour les finances publiques et l'économie, n'ont pas fini de se faire sentir.
http://www.mediapart.fr/journal/economi ... lle-une-ad…
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 23743
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 déc. 2010, 17:02:00

Sarkozy et sa clique ont mis le pays dans la mouise pour 3 générations.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50109
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 déc. 2010, 19:35:00

"5. je n'ai rien compris à ton histoire de cotisations."

Tu n'es pas chef d'entreprise ?

"1. Les trains ont toujours plein de problème dans ce pays depuis la seconde guerre mondiale
2. j'ai déjà eu maille à partir avec EDF dans le passé alors qu'ils étaient 100% nationalisés. Et je ne suis pas le seule.
3. la Sécu a des problèmes de remboursement depuis toujours"


Ah oui ? Ben imagine 10 fois pire ce que ça pourrait donner.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré