Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Répondre
Avatar du membre
johanono
Messages : 20622
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par johanono » 13 sept. 2017, 09:01:22

Logos a écrit :
13 sept. 2017, 00:45:37
johanono a écrit :
11 sept. 2017, 10:59:03
Ceux qui disent "on est pour les réformes, mais pas les réformes libérales" sont des hypocrites. Ils sont pour les réformes qui permettraient d'avoir encore plus d'avantages sociaux, tout en travaillant moins et en payant moins d'impôts. Mais ça n'est pas possible.
Donc en matière de politiques économiques on aurait que deux choix sur Terre : soit la gabegie, soit les réformes "libérales" ?
Pourtant sur les privatisations tu considères que la France a bien un autre choix. Pourquoi pas sur d'autres sujets comme le travail, la monnaie, la fiscalité, l'investissement etc ? Nous sommes dans le même environnement économique mondial. Et pourtant on voit bien que tous les pays développés n'y répondent pas avec la même politique. Et n'ont pas exactement le même modèle de société.

Ce que je reproche au gouvernement, ce n'est pas qu'il demande des efforts. C'est le type de politique économique qu'il a choisi, en lien avec ses choix européens et le modèle de société qu'il semble défendre.

Par exemple nous n'avons pas besoin de faire des 3% notre priorité n°1 en ce moment. Ça n'est pas nécessaire à la compétitivité, ça n'est pas exigé par la situation du marché de la dette (les taux ne vont pas s'envoler parce qu'on fait temporairement du -5%). Ni par les risques d'inflation (on est plus dans les années 60). Même le Royaume-Uni qui n'est pas "protégé" par l'Euro n'a pas vu ses taux flamber quand il a creusé son déficit jusqu'à des -10%. La courbe des taux est quasiment la même que la France depuis 10 ans.
Je vais te donner quelques exemples.

Je suis partisan d'un retour au franc, pour permettre à la France de retrouver sa souveraineté monétaire et, notamment, de monétiser sa dette. Mais je dois me faire une raison : l'abandon de l'euro n'est pas d'actualité. Dans ces conditions, la France continuera pendant encore longtemps à financer sa dette sur les marchés financiers. C'est regrettable, mais c'est ainsi, il faut donc en tirer les conclusions qui s'imposent. Les déficits sont tels qu'une petite augmentation des taux d'intérêts sur les marchés financiers peut engendrer un coût de plusieurs dizaines de milliards d'euros. Donc oui, la France doit réduire ses déficits, pour ne plus être à la merci d'une augmentation des taux d'intérêts, et plus généralement pour alléger le poids des intérêts de la dette qui pèse sur son budget.

Et sachant que les prélèvements obligatoires atteignent déjà un niveau très élevé, la baisse des déficits ne pourra passer que par une baisse des dépenses publiques. Je n'ai jamais été favorable à un système libéral à l'anglo-saxonne, avec des écoles privées, une Sécu privée, etc. Mais je pense qu'il faut faire des économies importantes, et qu'on peut les faire, même si ce sera impopulaire. Pas forcément sur le budget de l’État (où la marge de manœuvre me semble très faible), mais sur la protection sociale, les retraites, les aides au logement, etc. Je sais bien que ça risque d'être impopulaire, mais ça me semble nécessaire. Et je suis très agacé par tous ces Français qui se plaignent de payer trop d'impôts, mais qui quémandent sans cesse des subsides publics supplémentaires, ou qui viennent gueuler dès qu'un gouvernement veut faire quelques (timides) mesures d'économies budgétaires.

S'agissant plus spécialement des retraites, je pense qu'on ne peut plus éternellement augmenter les cotisations pour financer les besoins des retraités : il n'y a donc pas d'autre solution que de baisser les pensions et d'augmenter l'âge de départ en retraite, et de supprimer tous les régimes spéciaux par la mise en place d'un système de retraites unique, universel, par points. Mais ce sera impopulaire, je sais bien.

Sur la structure de la fiscalité, au-delà même de la question du niveau général des prélèvements obligatoires, je suis partisan de réorienter le financement de la protection sociale de la main d’œuvre sur la consommation (TVA sociale). Cela me semble nécessaire si on veut préserver autant que possible la compétitivité de nos entreprises dans un contexte de libre-échange mondialisé. Je suis moi-même favorable à une forme de protectionnisme, mais je sais que ce protectionnisme n'est pas d'actualité. A partir du moment où nous acceptons le libre-échange, il faut en tirer les conclusions qui s'imposent et faire en sorte de préserver la compétitivité de nos entreprises. La TVA sociale sera impopulaire, je sais bien, parce qu'elle a l'image d'un impôt injuste, mais elle me semble nécessaire.

De façon plus générale, je suis favorable à une simplification de notre fiscalité et de notre protection sociale, parce que notre système fiscal et notre système social sont devenus trop complexes, sources de fraudes, d'injustices, trop coûteux à gérer, etc. Mais je sais aussi que ce sera impopulaire, parce que c'est bien connu, dans chaque niche se cache un chien prêt à mordre.

Concernant le droit du travail, il me semble devenu inutilement complexe, source de tracas pour les entreprises, sans pour autant protéger les salariés. Je pense donc qu'on peut le simplifier, histoire de faciliter la vie des chefs d'entreprises, sans pour autant porter préjudice aux salariés. Je ne parle pas de supprimer le SMIC ou d'instaurer des contrats "zéro heure" comme dans certains pays voisins : je n'y suis pas favorable, et ça tombe bien, il n'est pas question de ça dans le projet d'ordonnance.

Donc je pense que, si on commençait par faire toutes les réformes que je propose, la France irait mieux, beaucoup mieux. Sauf que ces réformes sont impopulaires...

Avatar du membre
wesker
Messages : 26917
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par wesker » 13 sept. 2017, 12:42:25

Peut être serait il intéressant de regarder les possibilités s'ouvrent ces ordonnances en matière de contrat zero heure etc...

Effectivement, l'incapacité de monétisation de notre dette, et les engagements que nous prenons devant nos partenaires européens, en terme de réduction de déficits conduisent à cette politique mais le souci est qu'elle provoque pauvreté, chômage et baisse de l'activité, précisément ce dont les entreprises ont besoin. C'est pour cette raison, pour ma part que je n'y suis pas favorable considérant qu'elles ne permettent pas d'atteindre les objectifs qu'elles se fixent. En Espagne, en Grèce, en Italie ou ailleurs ces politiques furent conduites, inspirées par l'Allemagne qui a une structure économique qui lui est spécifique et appropriée. S'inscrire dans cette orientation au prétexte que les indicateurs de l'Allemagne serait cohérent mais s'inspirer de leurs pratiques de transparence en politique ne le serait pas ? Non, tout çà me semble relever d'un enfumage de communication, j'y vois la volonté de certains de préserver leurs intérêts en mettant d'autres lourdement à contribution.

Mais ces derniers doivent se bouger le cul, reprendre le contrôle de leur avenir car la démocratie n'est efficace, comme système qu'à la condition que les citoyens s'y engagent c'est loin, très loin d'être le cas en France.

En ligne
Avatar du membre
Jeff Van Planet
Messages : 15257
Enregistré le : 08 juin 2013, 11:41:21

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par Jeff Van Planet » 13 sept. 2017, 18:38:52

Yakiv a écrit :
12 sept. 2017, 20:50:16
Jeff Van Planet a écrit :
12 sept. 2017, 18:10:52
Yakiv a écrit :
11 sept. 2017, 19:09:14
Photographier les mots en en comprenant le sens.
La méthode syllabique permet quant à elle de décoder plus facilement les mots, donc de lire plus facilement sans pour autant comprendre un traître mot de ce qu'on est en train de lire.
La méthode photographique a été néfaste pour ses victimes qui font en moyenne plus de fautes.
De fautes d'orthographe peut-être, et encore.
Et pour ce qui est de la compréhension du sens des mots ?
les mec ne comprennent pas car il y ont une énorme chance d'auto corriger ton pseudo par Yannick. si t'es pas foutu de déchiffrer comment pourrais-tu comprendre?
Le grand problème de notre système démocratique c'est qu'il permet de faire démocratiquement des choses non démocratiques.
J.Saramago

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 2926
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par Yakiv » 13 sept. 2017, 20:05:38

johanono a écrit :
13 sept. 2017, 09:01:22
Mais je pense qu'il faut faire des économies importantes, et qu'on peut les faire, même si ce sera impopulaire. Pas forcément sur le budget de l’État (où la marge de manœuvre me semble très faible), mais sur la protection sociale, les retraites, les aides au logement, etc.
Si des économies sont à faire, je pense qu'il faut tout au contraire plutôt se pencher sur l'efficacité de notre administration publique, voir la taille de notre administration publique, plutôt que de sabrer dans le système de redistribution sociale.
L'aide sociale est un objectif de l'état, l'état est un moyen pour mettre en place de l'aide sociale.
S'il faut remettre en cause des choses pour améliorer le système, il faut se concentrer sur les moyens, pas sur les objectifs.
johanono a écrit :
13 sept. 2017, 09:01:22
S'agissant plus spécialement des retraites, je pense qu'on ne peut plus éternellement augmenter les cotisations pour financer les besoins des retraités : il n'y a donc pas d'autre solution que de baisser les pensions et d'augmenter l'âge de départ en retraite, et de supprimer tous les régimes spéciaux par la mise en place d'un système de retraites unique, universel, par points. Mais ce sera impopulaire, je sais bien.
Ce sera surtout injuste (mais le système actuel n'est pas non plus au point) dans la mesure où on ne tiendra plus compte des conditions de travail de certains emplois afin de déterminer l'ouverture des droits à la retraite.
Actuellement, nous avons des intérêts catégoriels qui ne sont pas non plus la panacée à ce niveau là.
Alors oui, on pourrait peut-être imaginer les faire sauter mais à la condition qu'un mécanisme de prise en compte de la pénibilité réelle soit mis en place et qu'il interfère largement sur l'âge de la retraite et les pensions.

Avatar du membre
Logos
Messages : 605
Enregistré le : 08 déc. 2015, 22:40:59

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par Logos » 13 sept. 2017, 23:17:23

johanono a écrit :
13 sept. 2017, 09:01:22
Je suis partisan d'un retour au franc, pour permettre à la France de retrouver sa souveraineté monétaire et, notamment, de monétiser sa dette. Mais je dois me faire une raison : l'abandon de l'euro n'est pas d'actualité.
Ça ne sera pas d'actualité pendant 5 ans. Mais ça n'est pas impossible après.
Ensuite même sans sortir de l'Euro la France a son mot à dire sur les règles et les choix économiques de l'UE et de la Zone Euro.
Dans ces conditions, la France continuera pendant encore longtemps à financer sa dette sur les marchés financiers. C'est regrettable, mais c'est ainsi, il faut donc en tirer les conclusions qui s'imposent. Les déficits sont tels qu'une petite augmentation des taux d'intérêts sur les marchés financiers peut engendrer un coût de plusieurs dizaines de milliards d'euros. Donc oui, la France doit réduire ses déficits, pour ne plus être à la merci d'une augmentation des taux d'intérêts, et plus généralement pour alléger le poids des intérêts de la dette qui pèse sur son budget.
Ce qui compte le plus (et ce que les investisseurs de long terme regardent), ce n'est pas le niveau des déficits publics à 3 ou 5 ans.
C'est la situation générale d'un pays, son potentiel économique, sa stabilité politique et sociale. Car c'est cela qui influencera sa capacité à rembourser dans 10, 20 ou 50 ans.

De plus les taux d'intérêts sont influencés par des tas d'autres facteurs que les seuls déficits publics. Comme la politique monétaire, le niveau d'inflation, le niveau de risque des autres investissements etc. On peut voir sur cet historique qu'il n'y a pas d'effet mécanique garanti entre hausse des déficits et hausse des taux. Au passage +1 point de taux d'intérêts ce n'est pas +20Md€ de coût de la dette l'année suivante.
Image

Pour résumer je pense qu'à court terme la France doit réduire ses dépenses jugées inefficaces et améliorer la productivité de ses services. Mais sans réduire le niveau global de services publics ou les salaires des classes moyennes et populaires. Ce qui facilitera d'ailleurs d'autant plus les mutations dont ils sont les premiers acteurs. Et les premiers obstacles potentiels.

Avatar du membre
wesker
Messages : 26917
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par wesker » 13 sept. 2017, 23:34:53

On réduit les structures publiques à la base, celles qui peuvent parfois être utiles, au plus près des citoyens afin d'atteindre les objectifs budgétaires que l'on prend devant nos partenaires, mais on continue d'accroître ces dernières au sommet, là où les salaires sont les plus importants. Ce ne sont pas les français qui détestent les réformes, ce sont les responsables politiques, les sénateurs, les assistants parlementaires, les fondations etc et autres comités théodules dont il conviendrait de s'interroger sur l'efficacité, sur l'utilité.

Avatar du membre
Yakiv
Messages : 2926
Enregistré le : 09 avr. 2016, 18:10:15
Parti Politique : Parti Socialiste (PS)

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par Yakiv » 13 sept. 2017, 23:49:38

Effectivement, le Japon est peut-être le meilleur exemple de ce qui est avancé par Logos.
250% de dette publique. Taux d'intérêt à 10 ans proches de 0% (et négatifs pour des durées inférieures).

Avatar du membre
omega95
Messages : 4110
Enregistré le : 10 juin 2013, 20:43:07
Compte Twitter : shaidhulud
Localisation : Picardie

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par omega95 » 14 sept. 2017, 10:33:42

Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"
Peut être qu'à chaque nouvelle "réforme" ils se sont à chaque fois sentit le fondement violemment élargi par l'Etat... Du coup, on ne peut pas leur reprocher d'être méfiant quand on leur annonce de nouvelles "réformes". Personnellement, chaque nouvelle annonce de l'Etat me fait instantanément resserrer tous mes sphincters, allez savoir pourquoi ? Surement un mouvement réflexe acquis...
Ne mens pas, ne voles pas, ne triches pas, les gouvernements n'aiment pas la concurrence
> Les dormeurs doivent se réveiller ! >L'Etat ne veut pas notre bien, il veut nos biens !
NOUS CITOYENS / Pour les votes Blancs !

Avatar du membre
wesker
Messages : 26917
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par wesker » 14 sept. 2017, 13:19:51

Pourtant tu me sembles relativement enthousiastes aux "transformations" que se proposent de mettre en place l'actuelle majorité. Tu as pu te prévaloir du CICE sous le quinquennat socialiste, et auparavant de mesures clairement orientées en faveur du monde des affaires, dès lors depuis déjà de nombreuses années, j'ai le sentiment qu'on mène, certes à des rythmes différents des politiques dites de l'offre, mais il semble que ces dernières n'apportent pas les résultats espérés. Et nous devrions aller plus avant, encore ? Si la réponse est affirmative, peut être faudrait il dire jusqu'où réduire ou supprimer la protection sociale, combien de volume horaires supplémentaires gratuites faudrait il consentir, jusqu'à quel âge faudrait il travailler et a combien de jours fériés, de jours de congés devrions nous renoncer pour parvenir à avoir une compétitivité économique satisfaisante !

Avatar du membre
omega95
Messages : 4110
Enregistré le : 10 juin 2013, 20:43:07
Compte Twitter : shaidhulud
Localisation : Picardie

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par omega95 » 14 sept. 2017, 13:42:14

@wesker
1. Le CICE est un dispositif qui n'a servit essentiellement qu'aux grosses boites et surtout aux boites publiques ! (POSTE, SNCF, EDF, etc..), aucun petit patron n'y a eut droit, croyez moi ! Mais il semble que la désinformation socialiste fonctionne très bien sur vous...
2. Qui parle de ne pas payer les heures ? Vous fantasmez complètement, relisez, comprenez et surtout arrêtez votre paranoïa. On a VRAIMENT l'impression que vous pensez que TOUS les patrons mangent des enfants au petit dej' en réfléchissant au nombre de gens qu'ils vont virer dans la journée... Pitié, passez du 19ème au 21ème siècle, la lutte des classes c'est un truc de syndicaliste arriéré (ce qui, en France est un pléonasme).
Ne mens pas, ne voles pas, ne triches pas, les gouvernements n'aiment pas la concurrence
> Les dormeurs doivent se réveiller ! >L'Etat ne veut pas notre bien, il veut nos biens !
NOUS CITOYENS / Pour les votes Blancs !

Avatar du membre
wesker
Messages : 26917
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Emmanuel Macron : "Les Français détestent les réformes"

Message non lu par wesker » 14 sept. 2017, 19:24:09

Oméga95

Je pense avoir bien lu et bien compris la philosophie de ce texte. Tu me demandes de ne pas fantasmer sur le fait que les patrons mangeraient des enfants au petit déjeuner alors que tu fantasmes sur le salarié qui seraient tous des sources de tracasseries, des fainéants qui coûtent chers etc... Effectivement, la lutte des classes est terminée, et il faudrait peut être alors que les élites qui nous dirigent cessent de préserver les responsabilités et la représentations qu'à ceux issus des bons quartiers, des bonnes familles .

Enfin, tu évoques le CICE qui n'aurait profité qu'aux grosses boites, et je suis d'accord avec toi, raison pour laquelle je ne me retrouve pas dans les orientations actuelles qui ne serviront pas les petites boites, celles dont notre pays est le plus intensément dotées.

Répondre

Retourner vers « Les débuts du quinquennat d'E. Macron »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré