Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Avatar du membre
Jean
Messages : 4367
Enregistré le : 10 mai 2012, 08:35:09

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par Jean » 12 juin 2018, 12:42:00

Dans le principe je trouve que l'Eat est dans son rôle (et d’ailleurs je lui reprocherais s'il ne le faisait pas) de veiller à l'efficicience de ses dépenses.

Balayer avec l'éclairage de l'expérience toutes les aides et assistances pour veiller à en contrôler ne serait-ce que l'efficacité me semble une bonne chose.

Je suis persuadé que la la foultitude de dispositifs certains n'ont pas atteint leur but voire même ont du conduire à des dévoiements.


L'Etat ne doit pas dépenser sans connaitre l'efficacité de ses dépenses...

Il n'y a pas de sujet tabou.

Avatar du membre
albert
Messages : 9288
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par albert » 12 juin 2018, 14:17:06

Jean a écrit :
12 juin 2018, 12:42:00
L'Etat ne doit pas dépenser sans connaitre l'efficacité de ses dépenses...

Il n'y a pas de sujet tabou.
Pourquoi l'état ne vérifie-t-il pas l'efficacité des exonérations accordées aux entreprises ? Ca représente des sommes considérables et, que je sache, le chômage est toujours très élevé alors que ces exonérations devaient créer des emplois.

S'il ne le fait pas, c'est qu'il y a bien un sujet tabou.
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

En ligne
Avatar du membre
Snark
Messages : 1105
Enregistré le : 08 nov. 2015, 10:40:54
Contact :

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par Snark » 12 juin 2018, 14:29:17

Selon la CGT, Carrefour a touché 134 millions d'euros de CICE en 2016 .
D'après Carrefour on ne sait pas vu qu'ils refusent de communiquer à ce sujet .

Ca fait quand méme 67.000 mois de travail à 2.000 € brut qui auraient bien été utiles ailleurs .
Ou 134 millions qui auraient pu bénéficier à la recherche , l'enseignement , la santé , les infrastructures
et autre futilités créatrices d'emplois et de rentabilité .

http://www.liberation.fr/checknews/2018 ... 17_1625109

Carrefour ca supprimer combien d'emplois ?
Il va s'allier comment avec un optimiseur fiscal pour contrer un autre optimiseur fiscal ?

On peut s'interroger sur l'efficacité des ces subventions et de ces dévoiements ?
Je lis Omar Khayyam.

Papibilou
Messages : 5296
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par Papibilou » 12 juin 2018, 19:07:17

albert a écrit :
12 juin 2018, 14:17:06
Jean a écrit :
12 juin 2018, 12:42:00
L'Etat ne doit pas dépenser sans connaitre l'efficacité de ses dépenses...

Il n'y a pas de sujet tabou.
Pourquoi l'état ne vérifie-t-il pas l'efficacité des exonérations accordées aux entreprises ? Ca représente des sommes considérables et, que je sache, le chômage est toujours très élevé alors que ces exonérations devaient créer des emplois.

S'il ne le fait pas, c'est qu'il y a bien un sujet tabou.
Je ne pense pas qu'il y ait de sujet tabou mais vous avez raison: on doit vérifier l'utilité de toutes les aides de l'état qu'elles bénéficient aux entreprises aux ménages ou même aux collectivités locales.

Papibilou
Messages : 5296
Enregistré le : 24 juil. 2010, 00:00:00

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par Papibilou » 12 juin 2018, 19:07:55

Snark a écrit :
12 juin 2018, 14:29:17
Selon la CGT, Carrefour a touché 134 millions d'euros de CICE en 2016 .
D'après Carrefour on ne sait pas vu qu'ils refusent de communiquer à ce sujet .

Ca fait quand méme 67.000 mois de travail à 2.000 € brut qui auraient bien été utiles ailleurs .
Ou 134 millions qui auraient pu bénéficier à la recherche , l'enseignement , la santé , les infrastructures
et autre futilités créatrices d'emplois et de rentabilité .

http://www.liberation.fr/checknews/2018 ... 17_1625109

Carrefour ca supprimer combien d'emplois ?
Il va s'allier comment avec un optimiseur fiscal pour contrer un autre optimiseur fiscal ?

On peut s'interroger sur l'efficacité des ces subventions et de ces dévoiements ?
Tout à fait.

Avatar du membre
wesker
Messages : 29192
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par wesker » 12 juin 2018, 23:25:23

Combien a perçu l'ancien dirigeant de Carrefour, déjà ?

Et on vient gratter quelques euros sur les gens du voyage ? Naturellement, de par leur mode de vie et leur particularité, il est légitme que la société ait des exigences à leur égards, néanmoins, ne devrions nous pas, avoir les mêmes exigences envers les fraudeurs, les voyous et les incompétents en costards cravate ?

Avatar du membre
albert
Messages : 9288
Enregistré le : 20 août 2011, 11:21:55

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par albert » 13 juin 2018, 07:24:24

RSA et prime d'activité dans le viseur du gouvernement


Le gouvernement prépare une réforme des prestations sociales. Après avoir donné aux riches, il entend prendre aux pauvres. Il s’agit en quelque sorte de rééquilibrer la balance (le budget). Quels sont les arguments d’une telle réforme ?

(…)

Le système est coûteux. Il est efficace. Dans un pays riche, c’est le prix de la lutte contre les inégalités et la pauvreté. Notre système socio-fiscal réduit les inégalités et la pauvreté. Les 10 % les plus riches gagnent vingt fois plus que les 10 % les plus pauvres, mais après impôts et redistributions ils ne gagnent plus « que » six fois plus. Le taux de pauvreté est d’environ 14 % après redistribution ; sans cette redistribution, il serait un peu supérieur à 20 %.

(…)

Les éléments de langage et les cafouillages sont vraisemblablement destinés à préparer l’opinion à une réforme. Celle-ci s’annonce difficile à justifier pour un gouvernement qui a jusqu’à présent surtout aidé les (très) riches (transformation de l’impôt sur la fortune, l’ISF, en impôt sur le patrimoine immobilier, droit à l’erreur auprès de l’administration fiscale, suppression de l’exit tax, etc.) et les entreprises (ordonnances travail, baisse progressive de l’impôt sur les sociétés, etc.). Après ces libéralités, le gouvernement, soucieux d’équilibre budgétaire, cherche à démontrer le bien-fondé d’une baisse des prestations sociales. Il s’agit d’éviter de répéter l’erreur de l’été dernier : le choix calamiteux de réduire de 5 euros par mois les APL au moment où était décidé l’allègement de l’ISF.


Chacun affirme donc haut et fort qu’il n’est pas question de s’attaquer aux aides sociales « légitimes ». Gérald Darmanin assure que les aides aux « gens cassés par la vie » – c’est ainsi qu’il désigne les personnes handicapées et les personnes âgées dépendantes –  ne sont pas concernées par les coupes. Et l’Élysée de s’empresser de préciser que les allocations qui bénéficient aux personnes handicapées (AAH), aux personnes âgées dépendantes (ASPA) ou aux parents isolés (RSA majoré) ne sont pas touchées et devraient être revalorisées.


C’est donc le soutien aux actifs qui est visé. Et plus particulièrement le RSA et la prime d’activité. Gérald Darmanin pointe la montée en charge de cette dernière, dont le coût serait passé de 4 milliards à 6 milliards d’euros depuis sa mise en place début 2016. Quant à Édouard Philippe, il souligne la hausse importante du nombre de bénéficiaires du RSA ces dix dernières années.


Ces ministres ne précisent pas que la montée en charge du RSA a permis d’amortir la récession pour ceux qui en ont été les victimes, et que la prime d’activité a été mise en place en 2016 pour corriger un gros défaut du RSA activité : le non-recours, c’est-à-dire le fait que deux tiers des personnes qui y avaient droit ne le demandaient pas. Rien d’étonnant à ce que le nombre de bénéficiaires du RSA ait augmenté ces dix dernières années, et que la prime d’activité soit de plus en plus demandée. D’autant que les réformes du marché du travail qui visent à flexibiliser les contrats de travail et à faciliter les licenciements tendent à précariser l’emploi, alimentant le flux des précaires et des travailleurs pauvres.

(…)

L’argument des trappes à chômage ou à inactivité laisse penser que les chômeurs et les allocataires sont responsables de leur sort : ils devraient leur situation au fait qu’ils ne veulent pas vraiment travailler ; il faudrait donc (et il suffirait) de les inciter à le faire pour qu’ils acceptent un emploi. Si c’était le cas, on aurait dû observer un effet positif de la dégressivité des allocations ou de la mise en place du RSA sur les taux de retour à l’emploi. Il n’y en a pas eu2. Le problème est ailleurs : le nombre des emplois disponibles est très en deçà du nombre des personnes qui veulent travailler. Le problème, c’est l’insuffisance des emplois.


L’argument des trappes est alors une fiction commode, permettant de justifier l’absence de politique de création des emplois dont l’économie et la société ont besoin. Plutôt que de reconnaître que, depuis les années 1980, les politiques publiques ne sont pas à la hauteur de ce défi, les décideurs préfèrent désigner d’autres coupables : les chômeurs et les allocataires de minima sociaux.

(…)


Article complet sur https://www.alternatives-economiques.fr ... t/00085042
« le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde » (Keynes)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50102
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par Nombrilist » 13 juin 2018, 07:30:33

Les électeurs ont donné une large majorité à l'assemblée à Macron. Maintenant, il faut assumer. Rendez-vous en 2022.
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50102
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par Nombrilist » 13 juin 2018, 07:43:47

Les électeurs ont donné une large majorité à l'assemblée à Macron. Maintenant, il faut assumer. Rendez-vous en 2022. Tiens il a dit ça tout récemment:

« Je vais faire un constat qui est de dire : on met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif. Toute notre politique sociale, c’est qu’on doit mieux prévenir – ça nous coûtera moins, ensemble – et mieux responsabiliser tous les acteurs », s’écrie le président. « Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir. Par l’éducation… », poursuit-il.

Oui, il existe un truc, andouille. ça s'appelle augmenter le SMIC de 30% minimum. Mais non, pour lui, c'est parce que tout le monde est stupide et irresponsable.

https://www.lemonde.fr/emmanuel-macron/ ... 08430.html
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
johanono
Messages : 22796
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par johanono » 13 juin 2018, 08:09:12

Snark a écrit :
12 juin 2018, 14:29:17
Selon la CGT, Carrefour a touché 134 millions d'euros de CICE en 2016 .
D'après Carrefour on ne sait pas vu qu'ils refusent de communiquer à ce sujet .

Ca fait quand méme 67.000 mois de travail à 2.000 € brut qui auraient bien été utiles ailleurs .
Ou 134 millions qui auraient pu bénéficier à la recherche , l'enseignement , la santé , les infrastructures
et autre futilités créatrices d'emplois et de rentabilité .

http://www.liberation.fr/checknews/2018 ... 17_1625109

Carrefour ca supprimer combien d'emplois ?
Il va s'allier comment avec un optimiseur fiscal pour contrer un autre optimiseur fiscal ?

On peut s'interroger sur l'efficacité des ces subventions et de ces dévoiements ?
Tu as une vision réductrice des choses. Si on veut réduire les dépenses publiques, pour baisser les prélèvements pesant sur les entreprises, pour restaurer leur compétitivité, et leur permettre notamment d'embaucher, alors il convient d'analyser (notamment) le principal poste de dépenses publiques en France, à savoir les dépenses sociales. Et quand on songe au fait de nombreuses entreprises cherchent à embaucher, alors il n'est pas incongru de s'intéresser à la structure de nos dépenses sociales, plus précisément au fait qu'il est souvent plus intéressant de rester au chômage que de bosser.

Alors il ne s'agit pas de tout supprimer, juste d'optimiser notre système.

Avatar du membre
johanono
Messages : 22796
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par johanono » 13 juin 2018, 08:11:16

Nombrilist a écrit :
13 juin 2018, 07:43:47
Les électeurs ont donné une large majorité à l'assemblée à Macron. Maintenant, il faut assumer. Rendez-vous en 2022. Tiens il a dit ça tout récemment:

« Je vais faire un constat qui est de dire : on met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif. Toute notre politique sociale, c’est qu’on doit mieux prévenir – ça nous coûtera moins, ensemble – et mieux responsabiliser tous les acteurs », s’écrie le président. « Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir. Par l’éducation… », poursuit-il.

Oui, il existe un truc, andouille. ça s'appelle augmenter le SMIC de 30% minimum. Mais non, pour lui, c'est parce que tout le monde est stupide et irresponsable.

https://www.lemonde.fr/emmanuel-macron/ ... 08430.html
Andouille toi-même. Si tu augmentes le SMIC de 30%, tu mets dans la panade de nombreuses entreprises qui ont des salariés au SMIC, donc tu crées du chômage. Se méfier des fausses bonnes idées.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 50102
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par Nombrilist » 13 juin 2018, 08:13:51

@johanono : Peut-être, mais en ce cas qu'il arrête de dire qu'il y a des trappes à pauvreté à cause des aides sociales et qu'il faut réduire celles-ci. Même ceux qui travaillent pour un SMIC sont pauvres ! Commençons déjà par faire en sorte que travail = sortie de pauvreté et après on avisera sur la réduction des aides. C'est bien le minimum, tu ne crois pas ?
Comment un homme politique français peut-il placer les intérêts de son propre pays derrière les intérêts d'un pays concurrent ? Simple: en se faisant élire sans être franchement ambiguë sur la question.

Avatar du membre
johanono
Messages : 22796
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par johanono » 13 juin 2018, 08:18:30

Si : je dis qu'il y a des trappes à pauvreté à cause des aides sociales. Mais ces trappes à pauvreté ne sont pas liées au montant des aides sociales, elles sont liées à leur structure. De part leur structure, leur complexité, elles génèrent des effets de seuil, qui font qu'il est souvent plus intéressant de rester au chômage que de trouver du travail.

Je précise mon propos, car il y a en réalité deux problématiques différentes :
- la structure des aides sociales, qui provoque des effets de seuil et génère des trappes à pauvreté,
- le niveau général des dépenses publiques, notamment les dépenses sociales, qui pèse sur la compétitivité de nos entreprises et favorise donc le chômage.

Concernant la structure des aides sociales, l'idée selon moi serait de créer une allocation unique dégressive qui se substituerait aux avantages sociaux existants (j'ai abandonné l'idée d'une allocation universelle : idée séduisante mais probablement trop complexe à mettre en œuvre). Par exemple : pour une personne seule, l'allocation de base serait approximativement également au seuil de pauvreté soit 800 €, elle serait augmentée d'un forfait logement de 200 ou 300 € pour les personnes locataires, et de 200 ou 300 € supplémentaire par personne à charge, et baisserait ensuite de 50% par euro supplémentaire gagné au titre du revenu de base. Les chiffres restent à évaluer définitivement, bien sûr. Mais l'idée serait celle-là... C'est un peu le principe de l'impôt négatif. Je crois que @Jeff Van Planet avait développé une idée similaire par le passé.

Ceci dit, il n'est pas interdit, non plus, de s'intéresser au niveau général des dépenses sociales. Dans ce cas, la finalité serait en effet de baisser les aides sociales. Mais ce sont deux problématiques différentes.

Avatar du membre
Hector
Messages : 6010
Enregistré le : 06 août 2016, 21:54:48

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par Hector » 13 juin 2018, 10:03:01

Macron estime que les aides sociales coûtent «un pognon dingue»

13 juin 2018, 06:31:48

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le président de la République doit ce tenir ce mercredi à Montpellier un discours devant le congrès de la Mutualité française. Une vidéo diffusée dans la nuit par son équipe…

Image



LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le président de la République doit ce tenir ce mercredi à Montpellier un discours devant le congrès de la Mutualité française. Une vidéo diffusée dans la nuit par son équipe de communication le montre préparer son intervention et s'en prendre au système des aides actuelles.



À quelques heures de l'intervention du président de la République au Congrès de la Mutualité française, ces petites phrases risquent de relancer un vif débat sur les aides sociales. «On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s'en sortent pas», déclare Emmanuel Macron dans une vidéo diffusée sur Twitter dans la nuit de mardi à mercredi par sa directrice de la communication, Sibeth Ndiaye. Des propos tenus alors que les ténors de la majorité - ministres et députés - ont multiplié les déclarations contradictoires sur l'évolution de certaines prestations sociales.


À ses équipes, le chef de l'État expose ainsi la vision de son prochain discours: «Je vais faire un constat qui est de dire: on met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif. Toute notre politique sociale, c'est qu'on doit mieux prévenir - ça nous coûtera moins, ensemble - et mieux responsabiliser tous les acteurs».

«Tout le système de soins que je veux repenser»


Emmanuel Macron rêve d'un «truc qui permet aux gens de s'en sortir», notamment «par l'éducation» alors qu'il fait le constat qu'aujourd'hui «les gens pauvres restent pauvres» et que «ceux qui tombent pauvres restent pauvres».


«Il faut prévenir la pauvreté et responsabiliser les gens pour qu'ils sortent de la pauvreté», dit le président de la République. Et d'ajouter: «Et sur la santé, c'est pareil. Tout le système de soins que je veux repenser, c'est aller vers plus de prévention pour responsabiliser, y compris les acteurs de soins. C'est dans ce contexte-là qu'on fait le reste à charge zéro. (…) C'est une politique de responsabilité car tout le monde va au pot, (…) je demanderai des efforts aux mecs qui font des lunettes, aux types qui font des verres…»


Et de se tourner vers ses collaborateurs chargés de lui écrire son discours: «Là, c'est cohérent. Sinon vous n'aviez pas de fil directeur… C'était de la lasagne à la feta avec de la paella!».


Invité mercredi matin sur RTL, Bruno Le Maire le ministre de l'Économie a loué la démonstration du président. «Il a raison d'abord, sur le fond. On met beaucoup d'argent dans notre politique sociale mais il faut que cet argent soit bien employé. C'est là que le bât blesse. On met beaucoup d'argent mais on devrait avoir en retour des personnes qui retrouvent un emploi, une formation, et ce n'est pas le cas», a-t-il déclaré. Fin mai, lui-même avait annoncé une réduction prochaine de certaines prestations sociales, avant d'être contredit par le porte-parole du gouvernement. «Si nous voulions faire des économies, il faudrait regarder toutes les dépenses publiques avec un objectif: que ça marche mieux. Si on réduit les dépenses sur le social, c'est pour que l'argent soit mieux employé. Nous regarderons toutes les dépenses publiques sans exception. Ça demande beaucoup de travail d'examen», a-t-il réaffirmé ce matin sur RTL.





Article complet sur http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca ... dingue.php
Chouette, l'Etat va peut-être s'attaquer enfin au problème majeur de la France qu'est l'assistanat de masse mis en place sous Mitterand puis Jospin/Chirac. Il va falloir trouver 30 à 40 milliards pour mettre la loi de finances 2019 sur les rails. Les feignasses vont devoir se lever le matin pour aller bosser.
L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. (Frédéric Bastiat) La seule chose que le socialisme ait jamais faite pour les pauvres est leur donner beaucoup de compagnie.(Lawrence W. Reed)

Avatar du membre
johanono
Messages : 22796
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: Ces aides sociales que Bercy veut réduire selon une note interne

Message non lu par johanono » 13 juin 2018, 10:06:49

Ne rêve pas trop. On n'y est pas encore. Songeons au tintamarre médiatique provoqué par le projet de baisse de 5 € des APL, ou encore par la hausse de la CSG. Lisons encore les réactions à ce nouvel article sur le site du Figaro : réactions très négatives, de la part d'un électorat supposé de droite et qui devrait logiquement approuver un tel discours. Si Macron arrive à rationaliser le système social, et à baisser de 2 ou 3 milliards d'euros le coût global de ces aides, ce sera déjà énorme.

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré