A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Vous souhaitez parler des problèmes d'écologie, c'est ici
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 53551
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Nombrilist » 07 sept. 2019, 18:10:09

C'est de la branlette et du gros foutage de g......

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 2589
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Spartiate » 25 sept. 2019, 14:46:58

Un article intéressant de Libération, qui rappelle que 80 communes françaises ont pris des arrêtés anti-pesticides :

https://www.liberation.fr/planete/2019/ ... es_1752131

L'essentiel bien sûr date de ces derniers mois :

Image

C'est bien sûr voué à l'échec, le tribunal administratif annule ces arrêtés conformément à la loi. Mais ce peut être un moyen de pression et de médiatisation intéressant.

En plus des communes, deux départements ont adopté un arrêté similaire : la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne.

Avatar du membre
johanono
Messages : 26964
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par johanono » 25 sept. 2019, 14:49:02

Yakiv a écrit :
07 sept. 2019, 17:32:51
Spartiate a écrit :
07 sept. 2019, 13:28:34
johanono a écrit :
27 août 2019, 17:03:26
La justice suspend l'arrêté anti-pesticides du maire breton

VIDÉO. Le maire écologiste de Langouët avait interdit le 18 mai dernier l'utilisation de produits phytopharmaceutiques à moins de 150 mètres des habitations.

suite
C'était prévisible. Mais le gouvernement va se retrouver face à ses responsabilités : il va devoir annoncer de quelle façon précisément il compte règlementer l'usage des pesticides.
Le gouvernement prévoit une zone tampon de 5 à 10 mètres.

C'est plus que les 3 mètres préalablement annoncés. :) #MakeOurPlanetGreatAgain
5 à 10 mètres selon la hauteur des cultures, je n'ai pas l'impression que ça va pénaliser grand monde.
Pour moi, ce n'est même pas une mesure à minima, c'est une mesure symbolique sans réel impact.
Peu-être que cette zone tampon permettra de protéger certains riverains contre des contaminations accidentelles. C'est mieux que rien.

Avatar du membre
Cheshire cat
Messages : 3761
Enregistré le : 08 juin 2013, 14:03:05
Localisation : Lugdunum

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Cheshire cat » 25 sept. 2019, 17:34:43

Spartiate a écrit :
25 sept. 2019, 14:46:58
Un article intéressant de Libération, qui rappelle que 80 communes françaises ont pris des arrêtés anti-pesticides :

https://www.liberation.fr/planete/2019/ ... es_1752131
(...)
80 communes sur 34 968
“On commence par se tromper soi-même ; et ensuite on trompe les autres. ”
Oscar Wilde

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 2589
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Spartiate » 25 sept. 2019, 18:57:46

En l'occurrence, il ne faut pas s'arrêter au nombre de communes qui l'ont fait mais sur la multiplication de ces arrêtés ces derniers mois. Ces maires ont peut-être les municipales dans le viseur mais ils se font les relais d'une revendication qui n'est pas écoutée au plus haut de l'Etat.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 53551
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Nombrilist » 25 sept. 2019, 22:21:10

@johanono , dans les faits, cette zone tampon existe déjà. Aucun agriculteur n'épand jusqu'à la dernière limite de son champ. Il laisse toujours une bande. Et puis en général, les habitations ne sont pas en bordure de propriété. Les 5 à 10 mètres sont dans les faits déjà largement dépassés dans l'immense majorité des cas de figure.

pierre30
Messages : 7843
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par pierre30 » 07 oct. 2019, 17:48:42

Qui qui va sauver la planète ? C'est Bayer !

https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... 29865.html
Fragilisé par les procès liés au glyphosate, Bayer veut s'imposer dans le biocontrôle
Par Giulietta Gamberini | 07/10/2019, 9:00 | 1041 mots

Aujourd'hui, en France, Bayer propose cinq produits, destinées à l'arboriculture, à la viticulture, au maraîchage, mais aussi aux cultures de colza, betteraves, pommes de terre, tournesol.
Aujourd'hui, en France, Bayer propose cinq produits, destinées à l'arboriculture, à la viticulture, au maraîchage, mais aussi aux cultures de colza, betteraves, pommes de terre, tournesol. (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
Le groupe allemand développe des solutions utilisant des micro-organismes pour protéger les plantes. Il compte investir 100 millions d'euros en deux ans dans la recherche.
Il n'y a pas que le glyphosate à l'horizon pour Bayer. Le colosse allemand de l'agrochimie - qui a acquis en 2018 le symbole de cette molécule contestée, Monsanto, et qui fait depuis face à de multiples plaintes - mise également sur l'avenir du biocontrôle, un ensemble de techniques utilisant, pour protéger les plantes, des organismes vivants ou des substances naturelles. "Bayer investit depuis plusieurs années dans le développement de ces solutions", et y voit une opportunité, souligne celui qui dirige au niveau mondial la recherche et le développement de la société dans ce domaine, Benoît Hartmann.

Après avoir enregistré une croissance annuelle de 10 à 15% pendant les 5 dernières années, le marché - qui s'élève à 3 milliards d'euros environ dans les pays où Bayer est présent, essentiellement l'Europe et l'Amérique du Nord - devrait en effet continuer de progresser au même rythme tout au long de la prochaine décennie, prévoit le groupe. Et ce, grâce à la capacité des produits de biocontrôle à répondre à diverses demandes, différentes selon les pays, comme l'explique Benoît Hartmann :

"En France, aux attentes croissantes des consommateurs de produits 'plus naturels'. Aux Etats-Unis, à la préoccupation des agriculteurs de préserver le rendement de leurs terres dans des conditions de stress, notamment hydrique. Dans d'autres pays, au besoin de traitements efficaces malgré le développement de résistances aux phytosanitaires conventionnels".
Bactéries et champignons
Face à la variété des techniques relevant du biocontrôle, Bayer a fait le choix de se concentrer sur celles utilisant les propriétés naturelles des champignons et des bactéries.

PUBLICITÉ

inRead invented by Teads
"Ces micro-organismes ont trois atouts: de nombreuses applications innovatrices potentielles, un procédé de production modulable qui permet d'en optimiser l'efficacité, et le fait qu'ils sont déjà utilisés par d'autres industries (y compris par la branche pharmaceutique de Bayer, NDLR), ce qui facilite les échanges de connaissances", souligne Benoît Hartmann.
Le groupe développe deux types de solutions. Celles qui, appliquées sur les plantes, permettent d'en contrôler les maladies ou les agressions par les insectes, particulièrement prometteuses sur les arbres fruitiers - relevant du biocontrôle stricto sensu. Et celles qui, appliquées aux semences, notamment des grandes cultures, en facilitent l'assimilation de l'azote ou d'autres nutriments - dites "biostimulantes". Selon la réglementation nationale de chaque pays et les adjuvants utilisés, elles peuvent être compatible ou non avec l'agriculture bio.

Une dimension stratégique depuis 2012
Les activités de Bayer dans ce domaine ont notamment pris une dimension stratégique en 2012, lors de l'acquisition d'une société californienne alors leader dans la production et la sélection de bactéries, Agraquest. Cette opération a été suivie par l'achat l'année suivante de l'allemande Prophyta, spécialisée dans la production de champignons, puis, en 2014, par celui de l'argentine Biagro, produisant des micro-organismes stimulateurs de la croissance des plantes.

La société mère mène en outre ses propres activités de recherche et de développement, essentiellement depuis Sacramento (Etats-Unis), où se trouvent quelque 140 chercheurs. Depuis l'acquisition de Monsanto, elle a intégré celles de sa nouvelle filiale - qui, en contrepartie, a dû interrompre son partenariat exclusif avec l'entreprise danoise spécialisée dans les enzymes Novozymes, laquelle avait, dès 2013, incarné sa volonté d'investir dans le domaine des biostimulants.

Aujourd'hui, en France, Bayer propose cinq produits, destinés à l'arboriculture, à la viticulture, au maraîchage, mais aussi aux cultures de colza, betteraves, pommes de terre, tournesol. Au niveau mondial, le groupe compte investir 100 millions d'euros en deux ans dans la recherche et le développement de solutions de biocontrôle, affirme Benoît Hartmann.

A la recherche de solutions plus efficaces
L'enjeu est notamment de développer des substances plus efficaces que celles disponibles sur le marché aujourd'hui - 500 répertoriées en France - : des "solutions de deuxième génération optimisées, c'est-à-dire plus stables, plus simples d'utilisation, et dont le niveau d'efficacité se rapprochera de celui des produits phytosanitaires conventionnels", explique Bayer. Pour ce faire, l'entreprise finance également, via des bourses ou des fonds de capital risque, des startups, des entreprises, des instituts académiques, et participe à des partenariats publics-privés comme à des consortiums.

En attendant de pouvoir commercialiser ces nouvelles solutions, le groupe tente également d'encourager les agriculteurs à utiliser les produits existants, plus complexes et parfois contraignants que les phytosanitaires conventionnels. En France, où les solutions de biocontrôle ne représentent actuellement que 5% du marché de la protection des cultures, il vient notamment d'organiser une première journée pédagogique, qui a réuni quelque 160 professionnels. Au niveau mondial, il compte également sur l'essor de l'agriculture numérique qui devrait permettre, d'une part, une réduction des produits phytosanitaires conventionnels - qui pourront ainsi être utilisés d'une manière plus précise -, d'autre part "de mesurer la pression des maladies et d'en modéliser le développement, afin d'utiliser le biocontrôle quand il est vraiment utile", explique Benoît Hartmann.

Des solutions complémentaires à celles traditionnelles
Chez Bayer, d'ailleurs, le biocontrôle n'est que l'un des quatre piliers sur lesquels repose la stratégie de l'entreprise dans l'agrochimie, conçu comme complémentaire aux autres trois : l'agriculture numérique justement, les semences ainsi que les produits conventionnels de protection des plantes. Quant à la complémentarité vis-à-vis de ces dernières, Benoît Hartmann observe :

"Il peut par exemple être intéressant de préférer le biocontrôle en début de saison, quand la pression des maladies est moins forte, ou en fin de saison, pour ne pas avoir de résidus de produits conventionnels sur les produits. Mais se priver d'autres bons outils n'a pas de sens".
Ces solutions naturelles n'ont d'ailleurs même pas d'unité business dédiée au sein du groupe.

"L'objectif est que chacune des autres (consacrées aux fongicides, aux insecticides et aux semences, à l'exception de celle qui vend des herbicides, puisque les bactéries et champignons n'ont pas cette propriété, NDLR) intègre le biocontrôle dans son offre", explique Benoît Hartmann.

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 2589
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Spartiate » 08 nov. 2019, 14:23:07

Les arrêtés anti-pesticides de Sceaux et Gennevilliers validés par la justice

Les deux maires des Hauts-de-Seine étaient dans «leur bon droit» en estimant que les habitants étaient exposés à un danger grave, avance le tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

C'est une décision à rebours de toutes les précédentes. Le juge des référés du tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise) a décidé, dans une décision rendue ce vendredi, de rejeter les déférés-suspension du préfet des Hauts-de-Seine relatifs aux arrêtés anti-pesticides pris par les maires de Sceaux et de Gennevilliers.

Par un arrêté du 20 mai 2019, le maire de Sceaux avait interdit l'utilisation du glyphosate et d'autres substances chimiques sur le territoire de sa commune. Un arrêté similaire avait été pris à Gennevilliers, trois semaines plus tard.

Deux arrêtés attaqués par le préfet des Hauts-de-Seine, qui avait demandé au juge des référés du tribunal administratif de suspendre ces décisions.

Mais dans ses deux ordonnances, le juge estime qu'« aucun des moyens soulevés n'était de nature à créer un doute sérieux quant à la légalité des arrêtés en cause ».

Et le juge de préciser que « c'est à bon droit que ces maires ont considéré que les habitants de leurs communes étaient exposés à un danger grave, justifiant qu'ils interdisent l'utilisation des produits en cause ».

http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine ... 188962.php
Certes, ça peut être annulé en appel, mais c'est encourageant, et si ça peut inciter d'autres communes à emboîter le pas, c'est tout béneéf.

Avatar du membre
Snark
Messages : 2157
Enregistré le : 08 nov. 2015, 10:40:54
Contact :

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Snark » 08 nov. 2019, 18:14:42

Un jour , ces insolents interdiront les SDHI .

https://reporterre.net/Pesticides-SDHI- ... e-du-drame
Et pendant ce temps là le permafrost décongèle .

Avatar du membre
Cheshire cat
Messages : 3761
Enregistré le : 08 juin 2013, 14:03:05
Localisation : Lugdunum

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Cheshire cat » 08 nov. 2019, 18:28:18

Euh ... Il y a beaucoup d'exploitations agricoles à Sceaux et à Gennevilliers ?
“On commence par se tromper soi-même ; et ensuite on trompe les autres. ”
Oscar Wilde

Avatar du membre
Cheshire cat
Messages : 3761
Enregistré le : 08 juin 2013, 14:03:05
Localisation : Lugdunum

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Cheshire cat » 08 nov. 2019, 18:33:09

Spartiate a écrit :
08 nov. 2019, 14:23:07
Les arrêtés anti-pesticides de Sceaux et Gennevilliers validés par la justice
(...)
Certes, ça peut être annulé en appel, mais c'est encourageant, et si ça peut inciter d'autres communes à emboîter le pas, c'est tout béneéf.
Modifié en dernier par Cheshire cat le 08 nov. 2019, 18:33:46, modifié 1 fois.
“On commence par se tromper soi-même ; et ensuite on trompe les autres. ”
Oscar Wilde

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 2589
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Spartiate » 08 nov. 2019, 18:33:39

Là n'est pas la question. Le tribunal était appelé à se prononcer sur la capacité du maire à réglementer l'usage des pesticides sur son territoire. Qu'il s'agisse d'une ville urbaine ou non, cela revient au même.

Avatar du membre
Cheshire cat
Messages : 3761
Enregistré le : 08 juin 2013, 14:03:05
Localisation : Lugdunum

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Cheshire cat » 08 nov. 2019, 18:35:39

Ouais, ben c'est c'est une histoire de bobos des villes, maires, électeurs et juges.
“On commence par se tromper soi-même ; et ensuite on trompe les autres. ”
Oscar Wilde

Avatar du membre
Spartiate
Messages : 2589
Enregistré le : 09 avr. 2018, 07:22:16

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Spartiate » 08 nov. 2019, 18:37:10

Les citoyens des villes ne sont pas des sous-citoyens.

Avatar du membre
Cheshire cat
Messages : 3761
Enregistré le : 08 juin 2013, 14:03:05
Localisation : Lugdunum

Re: A-t-on le droit de dire non aux pesticides ?

Message non lu par Cheshire cat » 08 nov. 2019, 18:42:29

Non, mais il ne connaissent l'agriculture que par "L'amour est dans le pré".
“On commence par se tromper soi-même ; et ensuite on trompe les autres. ”
Oscar Wilde

Répondre

Retourner vers « Ecologie / Environnement / Agriculture »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré