Grève du lait

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34138
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 13 sept. 2009, 00:01:00

Bonjour,

Des producteurs laitiers du nord et de l'ouest de la France ont annoncé jeudi soir avoir entamé une «grève du lait». Ils ont jeté ainsi l'intégralité de leur production pour dénoncer l'effondrement des prix.
Dans le département du Nord. A l'appel de l'Association des producteurs de lait indépendants (APLI), les grévistes ont demandé aux maires des communes environnantes d'informer leurs administrés que le lait serait offert tous les matins à la ferme, puis sur les marchés, avant d'être jeté.

Dans le Pas-de-Calais. La grève a également démarré dans le Pas-de-Calais, selon Christophe Fourdinier, un producteur adhérent de l'APLI qui a installé un panneau à l'entrée de son exploitation pour inciter les automobilistes à s'arrêter faire le plein de lait...
En Bretagne. André et Jean-Yves Gallais, producteurs installés au Rheu, près de Rennes, ont eux aussi déversé une partie de leur collecte dans une fosse à lisier.
Une autre productrice de Ploudaniel (Finistère), Sylvie Lamour, a indiqué de son côté que la grève débuterait dès le prochain ramassage, vendredi ou samedi.
Cette grève est «individuelle» et «se déroule au jour le jour», dit-elle.
«C'est un gâchis phénoménal», admet-elle, en envisageant également des dons de lait à la population.
L'appel à la grève a été lancé jeudi à Paris par l'APLI en présence de syndicats de producteurs européens qui ont exprimé leur solidarité.
Les éleveurs réclament un prix minimum entre 350 et 400 euros les 1.000 litres, contre 260 à 280 euros actuellement en France, le pays où le prix est le plus élevé.

Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 sept. 2009, 09:05:00

A pleurer ! En Belgique francophone, la grève fait déverser des milliers de litres de lait danns les champs.
Et la population se dit disposée à payer d'avantage pour son lait, tant l'indignité qui est faite aux producteurs choque.
Qu'attend-t-on pour rétribuer normalement les fermiers ?
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34138
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 16 sept. 2009, 18:39:00

Bonjour,


Un océan de lait qui ne sera jamais bu. Dans la Manche, 80 producteurs ont déversé ce mercredi 70 000 litres dans un champ. A Ciney, en Belgique, d'autre éleveurs ont épandu trois millions de litres de lait (voir une vidéo sur le site de rtlinfo.be), soit la quantité d'une journée de production laitière en Wallonie !  Dans huit pays de l'Union européenne, plus de 40 000 éleveurs participent ce mercredi à la grève du lait selon les responsables de la fédération des producteurs laitiers (EMB).    L'EMB appelle Bruxelles à intervenir contre la chute du prix du lait. Ces actions sont menées à la veille de la présentation par la Commissaire européenne à l'Agriculture, Mariann Fischer Boel, au Parlement de «nouvelles idées» sur la crise du secteur laitier.    Les agriculteurs veulent que cesse la chute du prix du lait. Cette baisse résulte de l’effondrement des cours mondiaux des produits industriels à base de lait, comme le lait en poudre et le beurre. Or, c’est sur le cours de ces deux produits transformés qu’est indexé le prix du lait versé aux producteurs. Autre point sensible : la dérégulation du marché décidée par Bruxelles avec la disparition des quotas à l’horizon 2015, ce qui entraînerait mécaniquement une augmentation de l’offre et donc une chute des prix.   «C'est le désespoir qui pousse de plus en plus de producteurs à rejoindre le mouvement», a souligné lors d'une conférence de presse le président de l'EMB, Romuald Schaber, en espérant que les politiques et la Commission s'inspirent des «propositions concrètes» élaborées par son organisation qui regroupe quelque 100.000 producteurs laitiers.   

En France, d'où est parti le mouvement la semaine dernière, «le gouvernement estime que plus de 45% du lait n'a pas été livré aux laiteries», a relevé Pascal Cousté, membre du bureau de l'APLI (Association des producteurs de lait indépendants). «Nous irons jusqu'au bout», a prévenu le président de l'organisation belge Milk Producer Interest Group (MIG) Erwin Schöpges. Des appels à la grève ou des actions spontanées ont également eu lieu en Allemagne, Autriche, en Espagne, dans le nord de l'Italie, au Luxembourg et aux Pays-bas.  «Ces derniers jours, le nombre de producteurs de lait qui se sont suicidés augmente dramatiquement et de nombreux cas ne sont pas rendus publics», souligne de son côté dans un communiqué la coordination d'agriculteurs altermondialistes Via Campesina, qui cite trois suicides de producteurs la semaine dernière dans le département français de la Manche et un autre qui s'est immolé par le feu dans le département du Finistère.  Quelque 18 pays européens soutiennent un texte franco-allemand proposant une «nouvelle régulation» du secteur, en lieu et place du système voué à disparaître des quotas.   A plus tard,  
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 16 sept. 2009, 19:43:00

Chez moi, ça barde (le S.P.A.C.E, la ou vous avez vu aux infos le ministre se faire un peu rabrouer, c'est a 8Km de chez moi), mais cela reste très pacifique. Le problême est réel, le prix proposé est nul et le futur prix pour 2010 s'annonce encore plus faible. 30 ou 40% de faillite en 2010 si les cours ne se relèvent pas.

Le problême est que nombre de producteurs ont écouté les imprécations de la FNSEA et des chambres d'agriculture, qui en 2007 les conjuraient d'investir car le prix montait ....

Donc aujourd'hui, ils l'ont mauvaise ....

Alors, une nouvelle régulation ?, oui sans doute, mais je doute que l'europe de barossa se saisisse d'un dossier comme celui la et tranche pour les agriculteurs.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 16 sept. 2009, 21:42:00

Finalement, ces malheureux ne demandent qu'une augmentation de 20 cent/litre pour revenir à l'équilibre. Et nos populations sont tout à fait d'accord pour les payer.

Où donc cela coince-t-il ?
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 17 sept. 2009, 08:02:00

Le cours du lait baisse, comme la demande mondiale.
La disparition des quotas, amorcée par bruxelles amplifie le mouvement, en 2007 sans doute suite a la faillite du N° 1 mondial de ce secteur, une brève accalmie et un renforcement des cours avait poussé les acteurs a s'engouffrer dans cette embellie en investissant.

Plus dure en est la chute.

Au dela de ces considérations il importe aussi de se poser la question suivante :

Le cours d'achat du lait n'a jamais été aussi bas, cependant le prix de vente final est invariable. Qui se goinfre ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 17 sept. 2009, 09:28:00

Tous les gouvernements ont mis à plat la filière du lait dans leur pays, et n'ont trouvé nulle part de bénéfices excessifs. (hélas, parce que cela aurait simplifié l'affaire).

Mais qui a dit que le lait ne pouvait augmenter de 20 cents ?
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 17 sept. 2009, 11:27:00

Si les filières une fois mises a plat ne laissent filtrer aucun bénéfice excessif, comment expliquer le fait que le lait et les produits transformés ne baissent pas alors que le prix producteur est sans cesse revu a la baisse ?

Y aurait 'il sur-abondance d'intervenants :
- collecte
- vente
- transformation
- transports produits finis
- intermediaires du commerce
- détaillants
Qu'est ce qui cloche ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 17 sept. 2009, 12:35:00

Un dossier à fouiller, bien entendu. J'imagine une hausse du coût du transport, des emballages, des salaires, des normes saniataires parfois abusives ...
On a tendance à légiférer à tort et à travers "dans l'intérêt des consommateurs", mais en oubliant que tout cela a un coût ...

Simple jypothèse ...
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Audrey
Messages : 204
Enregistré le : 14 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : France

Message non lu par Audrey » 19 sept. 2009, 09:53:00

C'est quand même fou, que les producteurs vendent le litre à 0,27 alors que son prix de revien est à 0,31, soit 0,04 cts de perte par litre vendu, je croyais qu'on avait pas le droit de vendre à perte ?

En tout cas à ce rythme là c'est tout ce secteur qui va mourrir si personne ne fait rien, et combien de personnes qui vont se retrouver sur le carreau ? Vraiment triste

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 19 sept. 2009, 12:45:00

Non, ce n'est pas tout le secteur qui va mourir, d'ailleurs la FNSEA (*), le plus gros syndicats d'exploitants ,ne fait pas grève, espérant sans doute récupérer les exploitations qui feront faillite ....

Un regroupement est obligatoire afin de faire des gains de productivité et ainsi baisser son prix de revient. Le Pb c'est que les chambres d'agricultures et la FNSEA on conseillé (largement), avec l'appui des banques, aux petits d'investir. Cela s'est passé en 2007, suite à une (brève) remontée des cours et un accroissement de la demande suite a la faillite de Permalat (N0 1  de l'époque)

(*) la FNSEA regroupe principalement des gros exploitants.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 19 sept. 2009, 15:03:00

Il me semble qu'il faudrait simplement fixer le prix du lait au départ de l'exploitation, le même pour tous.

Cela protègerait les petits exploitants, et supprimerait toute discussion.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 19 sept. 2009, 17:26:00

Oui, ce serait l'idéal : des prix garantis pendant la durée de rentabilisation de l'installation. Hélas, les prix sont fixés par bruxelles et la comission cède aux chants des sirènes ... libérales, Barroso ... oblige  ;)

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 19 sept. 2009, 18:41:00

Non, tu n'as pas compris. Il existe un cours international du marché du lait, et Bruxelles est mal pris :

- soit il fixe un prix supérieur au lait UE ... et la laiteries commandent ailleurs en ruinant notre production ;
- soit il laisser flotter au cours du marché, avec les drames que l'on connait, mais l'espoir que la hausse actuelle du lait sur le marché international se poursuive.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 19 sept. 2009, 21:24:00

"Il me semble qu'il faudrait simplement fixer le prix du lait au départ de l'exploitation, le même pour tous."

Mais c'est antilibéral et contre l'économie de marché; plutôt socialiste cette idée.

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré