Les augmentations de salaires au plus bas en 2009 et 2010

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 13 sept. 2009, 21:54:00

Bonjour,
 Voilà qui ne constitue pas un signal encourageant pour les Français et leur pouvoir d'achat. Selon la dernière enquête sur les salaires (fixes et variables et en tenant compte des effets d'ancienneté, par exemple) que vient de réaliser le cabinet Hewitt Associates, les entreprises ont fortement serré la vis en matière salariale cette année et comptent bien continuer à le faire l'an prochain. Selon cette étude, réalisée au coeur de l'été (1), les entreprises appliqueront en 2009 « des augmentations moyennes de l'ordre de 2,8 % » . Une réduction de voilure importante par rapport aux 3,7 % qu'elles annonçaient encore en fin d'année dernière. Et 2010 ne s'annonce guère plus souriante « puisque le taux d'augmentation moyen prévu est de 2,6 % » . Si ces chiffres se confirment, ce sera la première fois que l'on observera des taux d'augmentation « aussi faibles depuis une vingtaine d'années » , souligne Pierre Le Gunéhec, directeur du conseil en ressources humaines chez Hewitt. Et de préciser qu'historiquement, ce taux a toujours été supérieur à 3 %.   Sans être aussi sombre, Caroline Dana, directrice du département « rémunération globale » chez Altedia, confirme cette tendance, tout du moins pour 2009 : « Cette année, les taux d'augmentation que nous constatons sont en retrait de 25 % à 30 % par rapport aux années précédentes. Si l'on s'en tient aux seules augmentations individuelles (salaire fixe), on se situe entre 1,8 % et 2,2 %, contre 3 % à 3,5 % l'an passé. » Elle précise que ce sont les « non-cadres » qui tirent le mieux leur épingle du jeu car, lorsque l'inflation était plus élevée il y a quelques mois, ils ont bénéficié de plus d'attentions de la part de leur employeur. Selon Hewitt Associates, toutes les fonctions de l'entreprise sont touchées par la cure d'amaigrissement des rémunérations (voir tableau), même si l'année en cours reste encore favorable pour les dirigeants et les cadres débutants (dont la rémunération devrait augmenter de plus de 3 %). En 2010, estime le cabinet, seuls les cadres devraient, relativement, tirer leur épingle du jeu, avec des augmentations d'environ 2,6 %, contre 2,4 % en moyenne pour la quasi-totalité des autres fonctions.  De telles politiques risquent cependant de mal passer auprès des salariés, qui ont le sentiment d'être les premières victimes de la crise. D'où la nécessité pour les entreprises de chercher à s'adapter sans augmenter les volumes globaux de rémunération. Pour Pierre Le Gunéhec, cela devrait se traduire par un recul des pratiques de « saupoudrage » (augmenter tous les salariés, même si le budget est minime). De même, un nombre croissant d'employeurs commencent à mettre en avant le développement de la rémunération globale et non du seul salaire, fixe ou variable. Ce qui les conduit à mettre en avant des éléments tels que la prévoyance, la mutuelle ou bien encore la retraite. Des pratiques qui, selon Hewitt, touchent désormais des entreprises de taille moyenne et plus uniquement les plus grandes.  Image  Qu'en pensez vous ?  A plus tard, 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré