Que se passe t'il à France Télécom ?

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 05 oct. 2009, 15:09:00

Certes, mais qu'est ce que cela va changer ? FT souffre d'une transition a marche forcée de l'entreprise qui n'a pas besoin de faire des résultats à une entreprise privée, durement concurrencée et qui doit évoluer techniquement et économiquement parlant.

Ainsi, bon nombre d'anciens se voient proposer de multiples affectations, le plus souvent pas en rapport avec leurs qualifications.
D'après ce que j'ai pu lire, entendre a ce sujet, c'est un des principaux soucis des employés.

je réitère ma question déjà formulée au début de ce sujet :

Qu'est ce que foutent les syndicats ? Quand il y a harcèlement, chaque salarié peut bien sur tenter de faire une procédure pour faire cesser ce trouble et condamner les auteurs, mais les syndicats sont bien la pour défendre les salariés, y compris sur un plan judiciaire puisque le législateur leur a donné cette capacité, alors ou sont les actions entreprises ?

je suis vraiment étonné que des grèves locales n'éclatent pas pour dénoncer, la ou cela se passe, des agissements fautifs. Grèves qui pour une fois ... auraient un sens.

les élus du personnel et les DS préfèrent visiblement se partager entre eux le gateau des budgets de fonctionnement et organiser des conneries genre arbre de noel, bouffe de fin d'année, qui comme chacun sait sont bien plus importantes que la vie d'être humains.

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 05 oct. 2009, 16:10:00

Le N° 1 ne va pas tarder à suivre! icon_evil
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

lambertini
Messages : 3119
Enregistré le : 29 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : normandie

Message non lu par lambertini » 05 oct. 2009, 20:16:00

il vas y avoir un chaumeur de plus moi , l hiver au chaud
la caravane passe et les chiens aboient

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 05 oct. 2009, 21:17:00

Salut,


Lambertini - Tu peux m'expliquer le lien entre ta phrase et le suicide de tous ces gens à France Télécom  ? Comment peut-on en arriver là, à en oublier le reste : famille, amis.. sa vie en dehors de l'entreprise ?

Lancelot - Je te rejoins : pourquoi ne voit-on pas de grèves spontanées ? Est-ce un signe de non solidarité entre les employés ou d'individualisme engendré par les changements de postes ?

à plus

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 05 oct. 2009, 21:37:00

Je crois que la phrase de lambertini est en rapport avec les démission des dirigeants de FT. A titre d'humour, il faisait comprendre que les dirigeants. de FT ne seront pas les seuls à être sans emplois. Enfin, c'est comme ça que je le comprends ma chère Gis.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 05 oct. 2009, 23:17:00

Attention aussi de ne pas se satisfaire d'avoir la tête d'un ou deux fusibles si les choses en changent pas concrêtement dans les faits à FT. Si on vire des c... pour en mettre d'autre à la place ça n'aura servi à rien à part assouvir une certaine haine populaire à l'encontre de ces bourreaux en col blanc.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
keserasera
Messages : 1582
Enregistré le : 11 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : Carpentras
Contact :

Message non lu par keserasera » 06 oct. 2009, 14:56:00

racaille a écrit :Keserasera il n'est de toute façon pas normal de souffrir de sa hiérarchie et de contraintes insupportables qui ne devraient pas avoir lieu dans un environnement sain. Que ce soit dans le privé ou le public.

D'autre part, dans le privé on ne démissionne pas comme ça alors qu'on est à 10% de chômage dans le pays.
Dans n'importe quelle entreprise, on a à "souffrir de contraintes" ! Pour moi c'était le volume des commandes à ramener chaque semaine, avec des objectifs sans cesse vus à la hausse. Et pourtant j'étais "Agent commercial", donc en profession "libérale". Si ce n'était pas les contraintes de la hiérarchies, c'était les contraintes d'une famille à nourrir, d'une maison à payer, etc... etc...
Mais, et quelque soit la période considérée, on a des c... dans le falzar et lorsqu'il faut dire "non", on dit "non" ! Et on s'en va ailleurs. Ah je sais, parfois c'est dur d'aller ailleurs ! Et surtout avec 10% de chômage, voir plus, à l'horizon !
Ces suicides ne sont donc pas justifiés par les conditions de travail, mais par le manque de caractère et une faiblesse psychologique des individus concernés.
Quand on a une femme et deux enfants, on ne se jette pas du haut d'un pont ! Désolé !
"je me suis souvent demandé et me le demande souvent encore, ce qui peut bien différencier une mauvaise bronchite d'une bonne" Pierre Dac

lambertini
Messages : 3119
Enregistré le : 29 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : normandie

Message non lu par lambertini » 06 oct. 2009, 19:22:00

je voulais dire que quand les conditions de travaille deviennent pourrit,
(moi je parle du temps, car pour nous le travaille est dehord).
mieux vaut ne pas continuer , et aller au suicide, ou a la depresion, et autres maladies, la vie est courte pour quoi la perdre pour un travaille .
ou tu est un piont ,et que tu est exploité a mourir, mieux est de partir.
mais avant tu pourrit la tranche a celui qui te torturait, car a ce point le travaille est une torture.
la caravane passe et les chiens aboient

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 06 oct. 2009, 21:40:00

Bonjour,
 La grève à l'appel de toutes les organisations syndicales de France-Telecom, pour dénoncer la souffrance au travail après les 24 suicides qui ont endeuillé l'entreprise en moins de deux ans, a été moyennement suivie mardi matin. Selon la direction 15% des salariés se sont mobilisés tandis que Sud-PTT avance une mobilisation de 30 à 40%.    Cette journée d'action de mardi (grève, débrayages, rassemblements, etc.) est le prélude à une mobilisation prévue mercredi, dans le cadre d'un appel international pour «un travail décent». «Le personnel est mobilisé et l'émotion liée à la vague des suicides fait place aujourd'hui à une volonté revendicative», a déclaré Sud-PTT, citant plusieurs revendications : «Recrutements pour alléger la charge de travail, dix minutes de pause toutes les heures dans les centres d'appels, arrêt des méthodes de surveillance et de flicage, arrêt des entretiens managériaux à répétition...».  Le départ de Louis-Pierre Wenes, numéro 2 du groupe, «artisan des plans de suppression d'emploi et de méthodes de management par le stress», est selon le syndicat «un premier pas», et le report de la fin du gel des mobilités du 31 octobre au 31 décembre est «une autre bonne nouvelle». «Cela n'est pas suffisant pour que la négociation engagée se déroule dans la sérénité», estime toutefois Sud-PTT, réaffirmant son «exigence unitaire d'un moratoire en quatre points jusqu'à la fin des négociations: arrêt des suppressions d'emploi, des mobilités forcées, des fermetures de sites et des objectifs individuels».  Inquiet de la nomination de Stéphane Richard, en remplacement de M. Wenes, le syndicat Sud souligne qu'il arrive «en pleine tourmente sans que soit clarifié son projet industriel et financier».  Le nouveau numéro 2 du groupe a promis, dans un message envoyé aux salariés, qu'il mènerait avec eux «le renouveau social dont (l') entreprise a besoin». Stéphane Richard assure que sa «priorité sera d'agir pour retrouver le plus rapidement possible un climat de sérénité et de dialogue, tout en consolidant (les) résultats» du groupe «et en maintenant (ses) ambitions quant à la satisfaction des clients». «Dans les prochaines semaines, conclut-il, et aux côtés de vos managers sur lesquels je sais pouvoir m'appuyer, je vais venir à votre rencontre et engager le dialogue avec vous».
  A plus tard, 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

papibilou

France Telecom

Message non lu par papibilou » 09 oct. 2009, 19:01:00

lancelot a écrit :pCertes, mais qu'est ce que cela va changer ? FT souffre d'une transition a marche forcée de l'entreprise qui n'a pas besoin de faire des résultats à une entreprise privée, durement concurrencée et qui doit évoluer techniquement et économiquement parlant.

Ainsi, bon nombre d'anciens se voient proposer de multiples affectations, le plus souvent pas en rapport avec leurs qualifications.
D'après ce que j'ai pu lire, entendre a ce sujet, c'est un des principaux soucis des employés.

je réitère ma question déjà formulée au début de ce sujet :

Qu'est ce que foutent les syndicats ? Quand il y a harcèlement, chaque salarié peut bien sur tenter de faire une procédure pour faire cesser ce trouble et condamner les auteurs, mais les syndicats sont bien la pour défendre les salariés, y compris sur un plan judiciaire puisque le législateur leur a donné cette capacité, alors ou sont les actions entreprises ?

je suis vraiment étonné que des grèves locales n'éclatent pas pour dénoncer, la ou cela se passe, des agissements fautifs. Grèves qui pour une fois ... auraient un sens.

les élus du personnel et les DS préfèrent visiblement se partager entre eux le gâteau des budgets de fonctionnement et organiser des conneries genre arbre de noel, bouffe de fin d'année, qui comme chacun sait sont bien plus importantes que la vie d'être humains.

Sauf agissements anormaux et rares de certains cadres il n'y a pas, à proprement parler de harcèlement (en tous cas certainement pas plus qu'ailleurs).
En revanche, il est vrai que l'on propose à certains salariés des postes sans rapport avec leurs qualifications; sur ce point vous avez raison. Mais, permettez que moi aussi je me répète: que voulez vous faire de 30000 techniciens lorsque il en suffit de 10000 (parce que la technologie a avancé). Ces personnes se retrouvent  sans qualifications utiles ou utilisables par l'entreprise. Ce sont des fonctionnaires, donc vous ne les mettez pas dehors. Vous essayez de les mettre ou on peut mettre quelqu'un sans qualifications: dans les centres d'appel; voire dans des agences pour ceux qui peuvent travailler face aux clients. Mais quelles solution est possible ? Ce ne sont pas les syndicats qui pourront faire changer cet état de fait.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 09 oct. 2009, 21:20:00

Ces suicides ne sont donc pas justifiés par les conditions de travail, mais par le manque de caractère et une faiblesse psychologique des individus concernés.
Quand on a une femme et deux enfants, on ne se jette pas du haut d'un pont ! Désolé !
J'ai exactement le même point de vue.

A cet égard, l'école "compréhensive" et les parents résignés ne produisent que trop de nouilles ultra fragiles.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lambertini
Messages : 3119
Enregistré le : 29 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : normandie

Message non lu par lambertini » 09 oct. 2009, 21:32:00

les ouvriers se suicide par plaisir, pour faire ch... leurs patrons.. n importe quoi.
des nouilles , soie plus respectueuse des morts, surtout que tu na pas vécue leurs histoires.
l homme n est pas une machine, et le suicide, est un appel au secours
la caravane passe et les chiens aboient

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 10 oct. 2009, 07:46:00

Blabla.

Un type ne présente pas soudain toutes les qualités, dès qu'il est atteint de rigidité cadavérique.

Que son suicide soit un appel au secours ou une démission, c'est surtout la preuve de son incapacité à encaisser la moindre difficulté.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 11 oct. 2009, 21:30:00

keserasera a écrit :
racaille a écrit :Keserasera il n'est de toute façon pas normal de souffrir de sa hiérarchie et de contraintes insupportables qui ne devraient pas avoir lieu dans un environnement sain. Que ce soit dans le privé ou le public.

D'autre part, dans le privé on ne démissionne pas comme ça alors qu'on est à 10% de chômage dans le pays.
Dans n'importe quelle entreprise, on a à "souffrir de contraintes" ! Pour moi c'était le volume des commandes à ramener chaque semaine, avec des objectifs sans cesse vus à la hausse. Et pourtant j'étais "Agent commercial", donc en profession "libérale". Si ce n'était pas les contraintes de la hiérarchies, c'était les contraintes d'une famille à nourrir, d'une maison à payer, etc... etc...
Mais, et quelque soit la période considérée, on a des c... dans le falzar et lorsqu'il faut dire "non", on dit "non" ! Et on s'en va ailleurs. Ah je sais, parfois c'est dur d'aller ailleurs ! Et surtout avec 10% de chômage, voir plus, à l'horizon !
Ces suicides ne sont donc pas justifiés par les conditions de travail, mais par le manque de caractère et une faiblesse psychologique des individus concernés.
Quand on a une femme et deux enfants, on ne se jette pas du haut d'un pont ! Désolé !
Là tu me parles de contraintes liées au travail en lui-même. Ce n'est pas ça qui pose problème à FT, là il s'agit de contraintes iniques et uniquement destinées à augmenter la rentabilité de l'entreprise au détriment de la santé de ses salariés. Les salariés de ce service qui se sont exprimés dans les médias n'ont pas maudit leur boulot mais les petits-chefs censés les encadrer. C'est très différent et j'espère que tu sauras faire le distingo.

Sur le suicide, on sent bien que la psycho/socio et toi ça fait deux. Tu en parles en termes rationnels alors que tu sais très bien qu'on ne se suicide jamais de sang froid.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 15 oct. 2009, 21:02:00

Bonjour,
 La série noire se poursuit chez France Télécom. Un ingénieur de 48 ans, en arrêt maladie depuis un mois sur les conseils de son médecin du travail, s'est pendu jeudi à son domicile à Lannion (Côtes-d'Armor), selon la direction. Ce nouveau drame porte à 25 le nombre de suicides dans l'entreprise en près de deux ans, et intervient deux jours après une nouvelle tentative d'un salarié du groupe de mettre fin à ses jours à Marseille. Cet ingénieur du centre de recherches France Télécom R&D de Lannion était marié et père de famille.   Didier Lombard, le PDG du groupe, «profondément affecté» par ce geste, devait se rendre sur place. «C'est une terrible nouvelle, que je redoutais», a déclaré sur France 5 le nouveau numéro 2 de l'opérateur télécom, Stéphane Richard, qui a précisé que l'ingénieur avait «laissé une lettre à son domicile». Sans en connaître «la teneur exacte», il a indiqué que le défunt y faisait «état d'une déception dont il aurait souffert, à la suite d'un choix professionnel pour un poste sur lequel il était candidat, et où il n'a pas été retenu».   Un autre salarié, technicien de ce centre, s'était donné la mort dans la nuit du 29 au 30 août dernier, sans laisser de message pour expliquer son geste. Il s'agissait alors du vingt-deuxième suicide.  Alors que des négociations sur le stress au travail ont débuté dans l'entreprise, les syndicats ont claqué la porte d'une réunion, mercredi soir, appelant ce jeudi à une journée d'action le 20 octobre. Cet appel s'inscrit «dans la continuité des mobilisations engagées à France Télécom» en septembre et octobre «pour que soient prises en compte les mesures susceptibles de modifier durablement et en profondeur, l'organisation, le contenu et les conditions de travail», déclarent les organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC/Unsa, Sud) dans un communiqué.

«Les personnels de France Télécom sont toujours en danger, c'est intolérable et inacceptable», poursuivent-elles. 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré