Bravo le JAP !

Venez nous parler de notre justice française ( les prisons, les procès en cours... )
lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 01 oct. 2009, 17:03:00

Audrey a écrit : On s'en fou pas un peu quand même que le juge était de gauche, ou de droite ? ce qui est effarant c'est que ce monsieur n'a fait que 6 années de prison pour un viol, c'est ce qui me choque, c'est pas si le juge était de gauche, c'est qu'un prévenu accusé de viol puissent bénéficier de remise de peine. Comme ci qu'on pouvait effacé sa dette en se tenant à carreau.

Et cette pauvre femme qui faisait un jogging, qui n'avait rien demandé, et est tombé par hasard ce jour là sur ce monstre, vous allez me dire elle n'avait pas à faire son jogging ici ? Alors non on va pas pleurer sur la victime, vous avez raison ce n'est qu'une victime parmis d'autre, une famille détruite de plus parmis d'autre.

C'est tout simplement scandaleux que cet homme puisse sortir au bout de 6 ans, il aura détruit 2 vies, il aura détruit 2 familles.
Vous avez parfaitement raison. La droite et la gauche n'ont rien a voir la dedans. Si le système ne marche pas, c'est aux textes qu'il faut s'attaquer.
or, les textes ... c'est le législateur ... c'est à dire le parlement et le gouvernement.

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 01 oct. 2009, 20:28:00

"C'est tout simplement scandaleux que cet homme puisse sortir au bout de 6 ans, il aura détruit 2 vies, il aura détruit 2 familles."

Ce qui est scandaleux c'est que ce genre d'individu puisse sortir sans avoir reçu un suivi psychologique.

Lou
Messages : 228
Enregistré le : 12 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par Lou » 01 oct. 2009, 20:40:00

il est clair qu'il y a un énorme probléme, quant on voit qu'il a pu retourner habité à 700 m de sa victime une petite fille, personne n'a rien dit c'est normal encore une fois bravo.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34109
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 01 oct. 2009, 21:12:00

Bonjour,

Vous pensez pas que même avec un suivi psychologique il n'aurait jamais recommencé ? Et ce suivit devrait durer combien de temps ? 1 ans ? 10 ans ?

D'ailleurs selon la police, des rapprochements peuvent être faits avec d’autres affaires non élucidées dans l’Essonne, mais aussi à Olivet, dans le Loiret, où une autre joggeuse, âgée de 45 ans, avait été retrouvée étranglée en 2008 dans une rivière après avoir subi des “sévices sexuels”. Selon le procureur de la République, “rien ne laissait penser, dans son comportement, qu’il pouvait récidiver”. Le procureur a par ailleurs indiqué qu’il avait pris un réquisitoire supplétif du chef d’assassinat : “La manière de faire du suspect laisse à penser que, dans un intervalle relativement bref avant la mort de Marie-Christine Hodeau, il a prémédité son geste.”

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 01 oct. 2009, 21:16:00

Cher chevalier blanc, ce n’est pas la peine de t'exciter. T'aimes pas être contré, je le conçois, il n'empêche que mon avis aussi c.. qu'il soi est en grande partie partagé. Le juge a été nul un point c'est tout! Ce soir j'ai entendu au JT ou à C dans l'air que le proc avait émis des réserves à la libération du criminel. Secondo que le mec avait déjà posé problème lors d’une sortie un an avant sa libération conditionnelle. Donc le JAP a statué sans tenir compte de l'avis du proc et sans tenir du pb posé un an avant. Pour l'avis du directeur de prison, dans le cas des délinquants sexuel, il n'apporte pas grand-chose ; ces délinquants sont reconnus comme les plus sages en prison, donc l’avis du dirlo est pratiquement tjrs favorable. De plus ça libère une place. Oui le juge a respecté la loi, et je n’ai jamais dis le contraire, mais il n’a pas fait son boulot ou plutôt il a mal fait son boulot en n’appréciant pas le risque qu’il y avait en le libérant sans surveillance ni contrainte !Je ne dis pas que le juge est seul responsable mais il l'est en grande partie. Alors les syndicats de la magistrature peuvent monter au créneau pour défendre un collègue, ça ne changera rien à ce que je dis. Comme tout fonc. Ils sont hyper protégés et ne risque rien lorsqu'il font des conneries: Outreau en est l'exemple révélé!
Maintenant si ce que j'écris ne te plais pas tu peux me zapper, ça m'empêchera pas de dormir! icon_mrgreen

JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 02 oct. 2009, 07:54:00

 
Oui le juge a respecté la loi, et je n’ai jamais dis le contraire, mais il n’a pas fait son boulot
A vous lire, on comprend rapidement que ce que vous dites n'a ni queue ni tête ....

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 02 oct. 2009, 08:17:00

Lancelot a raison, et il n'est pas le seul, car les autres aussi (comment souvent dans les débats).
En effet, la loi a été appliquée, mais elle est très mal faite sur ce point, donc à changer de toute urgence.
Par contre, le juge, à priori, n'a aucune consideration pour les victimes, car l'obligation de soins (que je trouve totalement débile, on ne soigne pas un psychopathe) existe bel et bien. Il aurait du la demander.
Lors d'un jugement où je me suis retrouvé temoin (ça arrive rarement, normalement, la parole des flics suffit, mais le mec avait un avocat tenace), un mec a été responsable d'un accident sous l'emprise de l'alcool (ça, par contre, ça se soigne très bien).
Il s'est pris 10 mois  avec sursis (pas de recidive dans son cas, donc peine assez clement, en sachant qu'il n'a fait "que" des blessés legers).
Une obligation de soins sur une durée de 3 ans avec rdv toutes les 3 semaines au JAP.
Voilà un jugement qui mêle correction, diplomatie, prudence et justice.
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 02 oct. 2009, 08:21:00

Lucifer, le juge, il demande pas l'obligation de soins, il la prononce, c'est différent. C'est aux autres parties de la demander.

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 02 oct. 2009, 08:34:00

Tu sais comme moi que la justice est un ensemble. Quand je parle de juge, je sais qu'il n'est pas le seul responsable.
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

Lou
Messages : 228
Enregistré le : 12 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par Lou » 02 oct. 2009, 10:38:00

ces criminels ne doivent avoir de soins que la castration chimique, on ne va pas perdre un temps fou avec psy pour comprendre pourquoi ils sont malades
.
Ensuite pour ce qui est de l'agression physique il n'y à que la prison à vie qui peut régler le probléme, ce n'est quand même pas aux victimes de payer le faites que nos prisons soient pleines à craquer.

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 02 oct. 2009, 11:00:00

c'est pourtant le cas, dans la plupart du temps icon_evil
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 02 oct. 2009, 11:16:00

Lou a écrit : ces criminels ne doivent avoir de soins que la castration chimique, on ne va pas perdre un temps fou avec psy pour comprendre pourquoi ils sont malades
.
Ensuite pour ce qui est de l'agression physique il n'y à que la prison à vie qui peut régler le probléme, ce n'est quand même pas aux victimes de payer le faites que nos prisons soient pleines à craquer.
Si comme vous le dites, ils sont malades, ils doivent être soignés. La castration chimique a aussi ses limites si la personne remise en liberté ne prend pas ses médocs.

La prison a vie pour cela, pourquoi pas, bien que cela doive a mon sens être réservé aux récidivistes. En tout état de cause, si prison à vie il y a, le Pb de castration chimique n'est plus d'aucune utilité.

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 02 oct. 2009, 17:45:00

lancelot a écrit :
Lou a écrit :ces criminels ne doivent avoir de soins que la castration chimique, on ne va pas perdre un temps fou avec psy pour comprendre pourquoi ils sont malades
.
Ensuite pour ce qui est de l'agression physique il n'y à que la prison à vie qui peut régler le probléme, ce n'est quand même pas aux victimes de payer le faites que nos prisons soient pleines à craquer.

Si comme vous le dites, ils sont malades, ils doivent être soignés. La castration chimique a aussi ses limites si la personne remise en liberté ne prend pas ses médocs.
La prison a vie pour cela, pourquoi pas, bien que cela doive a mon sens être réservé aux récidivistes. En tout état de cause, si prison à vie il y a, le Pb de castration chimique n'est plus d'aucune utilité.
Et la castration physique, pourquoi pas? Un mec conscient de son mal et des risques qu'il peut faire courrir pourrait le demander: cela existe dans certains Etats canadiens.
 
Par contre je suis pour les libérations anticipées, sous réserves qu'elles soient bien appréhendées par les juges (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, parce que c'est le seul moyen qu'il n'y ait pas de désespérance en prison. Les récidivistes évidemment c'est dur de les lâcher, encore qu'à 80 balais, on ne risque plus grande chose.

JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 02 oct. 2009, 18:37:00

Voilà ce que j'ai lu sur Slate.com


Elle ne peut pas s'appliquer à tous les cas de criminels sexuels.
Un fait divers criminel? Une loi! En science comme en politique, les mêmes causes peuvent parfois produire les mêmes effets. Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, a ainsi, jeudi 1er octobre, souhaité  que le législateur facilite le recours à la «castration chimique» chez les personnes reconnues coupables de crimes sexuels. Cette technique, réversible, de castration, alimente souvent de nombreux fantasmes. Elle consiste à administrer à échéance régulière des substances médicamenteuses qui ont pour principal effet de réduire la production de testostérone. On postule généralement que la réduction de la production de cette hormone masculine permettra de prévenir les pulsions qui peuvent être à l'origine de certains crimes sexuels. Pour les spécialistes, il s'agit plus précisément d'une technique qui, dans certains cas seulement, peut aider à la prise en charge thérapeutique d'un délinquant sexuel.
Le porte-parole de l'UMP s'exprimait dans les heures qui suivaient la découverte du cadavre d'une femme près de Milly-la-Forêt (Essonne); un meurtre dont un homme déjà condamné pour viol venait de dire qu'il en était l'auteur. «Ne doit-on pas enfin décider la mise en œuvre de la castration chimique pour ce type d'individu?», a demandé Lefebvre en  jugeant nécessaire de «tirer les conséquences immédiates en termes de responsabilité et de modification de la loi».
Peu de temps après Michèle Alliot-Marie, ministre de la Justiceproposait de renforcer la castration chimiqueafin qu'elle puisse «s'appliquer pendant l'incarcération, mais aussi après». La ministre a rappelé que le dispositif de castration chimique existe déjà en France, mais uniquement sur la base du volontariat des détenus et uniquement durant leur période d'incarcération.
On se demande bien à quoi ça sert puisque le mec est hors d'état de nuire!

Si les personnes concernées refusent cette forme de thérapeutique (lorsqu'elle est médicalement recommandée), ils ne peuvent bénéficier de remise de peine.
Michèle Alliot-Marie souhaite d'ores et déjà que, dans le projet de loi sur la récidive qui doit être examiné en octobre, la castration chimique soit permise après la détention, lorsque le délinquant sexuel est en période de remise de peine ou lorsqu'une obligation de suivi a été prononcée. «Ce sera la castration chimique ou la prison.
Euh, Et après qu'il a purgé sa peine, on fait quoi?

Ils auront le choix entre l'un ou l'autre», a-t-elle déclaré. La castration chimique serait alors prononcée par un juge.
L'affaire fait grand bruit dans la classe politique. A droite, la cause est entendue. Peu de temps avant que la ministre de la justice ne prenne la parole le député (UMP, Loire) Yves Nicolin annonçait qu'il entendait déposer au plus vite une proposition de loi visant à instaurer la castration chimique pour tout violeur d'un mineur de moins de 13 ans:
Euh, pas de pot, pour le cas qui nous concerne, la fille avait plus de 13 ans, donc il aurait récidivé! Il est nul ce mec!

«La castration chimique existe et a fait ses preuves dans de nombreux pays du nord de l'Union Européenne tel que l'Allemagne, le Danemark, la Belgique, souligne le député dans un communiqué. Les dispositifs législatifs et médicaux (suivis psychologique et pharmacologique) en vigueur sont nécessaires car ils permettent d'assurer un  suivi des délinquants sexuels mais aucune garantie formelle ne peut être apportée contre le risque de récidive.»
Au Parti socialiste, l'affaire embarrasse. Porte-parole du PS, Benoît Hamon a jugé «déplorables» et «indécents» les propos de son homologue Frédéric Lefebvre. «C'est effroyable ce qui se passe. Il faut un plan d'application de soins  pendant et après la prison afin qu'un prédateur sexuel ne puisse jamais recommencer», a pour sa part déclaré Ségolène Royal. «Cela existe dans d'autres pays et donne des résultats. Au Québec, il n'y a pratiquement plus de récidive parce que les délinquants sexuels ont l'obligation de soins pendant la prison et ne sont relâchés qui si les soins ont fait leurs preuves. Et ils continuent d'être soignés après leur sortie. Tout ce qui va dans le sens d'empêcher les prédateurs sexuels de récidiver doit être proposé».
Nicolas Sarkozy: «Les mots ne me font pas peur»
Castrer chimiquement et durablement ce «type d'individu» (pour reprendre les termes de Frédéric Lefebvre)? La proposition est tout sauf nouvelle. En août 2007, peu après avoir reçu le père d'un enfant enlevé et violé par un récidiviste qui sortait de prison, Nicolas Sarkozy demandait  à la ministre de la justice de faire de nouvelles propositions sur ce thème dans le cadre d'une future loi pénitentiaire. «Les détenus de ce type, expliquait alors le chef de l'Etat, à la fin de leur peine, seront examinés par un collège de médecins, et si ce collège de médecins reconnaît leur dangerosité, ils ne seront pas remis en liberté, ils iront dans un hôpital fermé où ils seront soignés.»

On sait ce que valent les diagnostiques des Psy!


«Ceux qui n'accepteront pas d'être soignés resteront dans cet hôpital fermé le temps où on estimera qu'ils sont dangereux», ajoutait alors Nicolas Sarkozy, en précisant que les autres pourront sortir en «permission» avec un bracelet électronique mobile ou dans le cadre d'un traitement hormonal, soulignant que l'on peut parler de «castration chimique»: «les mots ne me font pas peur ».
Peu de temps après le député (UMP, Paris) Bernard Debré annonçait qu'il allait déposer une proposition de loisur la castration chimique:
«Un criminel sexuel, après qu'il ait été examiné par un collège de médecins qui nous dira qu'il est potentiellement récidiviste, doit être traité médicalement par une castration chimique. C'est simplement une injection tous les trois mois d'un produit qui empêche la libido et qui rend cet homme impuissant. Il y a quelques années, la seule solution était éventuellement de faire une castration chirurgicale. Là, on atteint exactement le même résultat avec une injection tous les trois mois, et bientôt tous les six mois. Dans ma proposition de loi, je demande que le délinquant soit obligé de faire cette castration chimique dès l'entrée dans sa prison, et bien entendu à la sortie, et qu'à la sortie il soit suivi tous les trois mois pour vérifier que son taux de testostérone soit à un taux de castration. »
ça c'est pas mal, mais il faut quela vérif de son taux de testostérone avant qu'il ne soit remonté et lui administrer une nouvelle dose

Réconcilier le délinquant avec lui-même
«Castration chimique» ? En janvier 2008, dans les colonnes du Monde le Pr Pierre Lamothe, psychiatre, chef de service du service médico-psychologique régional de Lyon contestait le terme  qui, selon lui, «véhicule une idée de mutilation du délinquant sexuel comme s'il était puni par où il avait péché».
«Nous lui préférons le terme d'aide au contrôle chimique des pulsions. Il faut le marteler : aucune mesure "passive" ne peut résoudre le problème du délinquant sexuel. Cela ne fait que le maintenir dans l'idée illusoire que la source de sa pulsion est extérieure à lui. Ce qui est efficace, c'est de réconcilier le délinquant avec lui-même et avec sa vulnérabilité, en lui laissant toujours la possibilité de dialogue, dans la relation thérapeutique, même si c'est très difficile avec les pervers. La grande erreur, c'est de vouloir "terroriser les terroristes" en matière de délinquance sexuelle. »
Cette position est très largement partagée par tous les spécialistes de la prise en charge médicale des délinquants sexuels qui soulignent que dans la très grande majorité des cas leurs patients n'ont pas besoin d'un tel traitement médicamenteux. En pratique la castration chimique (toujours associée à une prise en charge globale et notamment psychologique) ne peut avoir d'utilité  que chez les personnes qui ont des problèmes spécifiques dits de «compulsion», phénomène qui les «dépasse» et les conduit à «passer à l'acte».
Contrairement à la tonalité sécuritaire et quelque peu démagogique de l'actuel discours politique  sur ce thème tous les spécialistes ajoutent qu'il ne saurait être question d'administrer  une castration chimique sans l'accord du malade à la fois pour des raisons éthiques et thérapeutiques. Lorsqu'elle peut être utile, cette technique n'a de sens que si elle est utilisée de manière transitoire, pour permettre au malade volontaire d'être plus réceptif à la prise en charge qui lui est proposée. Imposer une telle pratique serait, de l'avis des spécialistes, aller à l'encontre même de l'objectif recherché. De la même manière, on ne saurait instaurer une castration chimique «à vie» puisqu'elle n'a de sens et de portée que dans le cadre d'un suivi thérapeutique qui, généralement, ne dépasse pas quelques années.
Il reste à connaître l'impact que pourra avoir le nouveau choix proposé à ces malades: le recours à cette forme de castration ou le maintien en prison.
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
avatabanana
Messages : 1038
Enregistré le : 06 oct. 2009, 00:00:00

Message non lu par avatabanana » 22 oct. 2009, 19:04:00

Tout à fait d'accord avec certains.

Quand j'entends un juge dire qu'il a appliqué la loi ça me fous les g....

C'est le moins qu'on puisse leur demander puisque c'est leur boulot, c'est comme si un chirurgien déclarait qu'il a opérer avec des outils propres.

Mais justement le travail des juges est d'apporter de l'intelligence dans l'application de cette loi.

Généralement la loi est suffisamment souple pour permettre son application intelligente. Les juges ont tous les pouvoirs pour faire un travail intelligent.

Encore faut-il qu'ils le soient un peu.

Répondre

Retourner vers « Notre justice »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré