Payés pour aller en cours

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 06 oct. 2009, 00:08:00

Magicfly, qu'est ce que la réorganisation de l'EN version UMP que je rigole un peu ? Moins d'effectif, whowwwww.... quel projet pour l'EN....

Pour les 13 élèves par prof, tu appliques une règle très simple qui consiste à diviser le nombre de prof par le nombre d'élève, on arrive effectivement approximativement à 13 élèves/prof, sauf que tu oublies que dans le secondaire il est fréquent qu'un enseignant soit responsable de plus de 160 élèves, répartis dans des classes de 30 à 35 élèves, tu oublies que dans le supérieur, il y a des amphi overblindé, en fait ton chiffre est totalement en dehors de la réalité...

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 06 oct. 2009, 00:59:00

Mon cher racaille,


Je voulais juste faire remarquer qu'une fois de plus, c'est que quand les médias décident de mettre en exergue un fait.. un autre exemple arrive pas très longtemps après.

Sur le principe, je te rejoins : "ça craint.." mais, là nos proviseurs n'ont pas attendu notre cher président pour se lancer. Ils gèrent leur établissement avec un minimum de pouvoirs non ? Sarkozy ne va pas non plus tout gérer.. si quelqu'un doit intervenir ce serait pas plutôt Chatel, le ministre de l'EN ? Peut-être un rappel des valeurs de l'Education nationale.. enfin si elles existent toujours dans l'application comme l'égalité des chances, la laïcité, le respect de l'autre et du travail, l'effort, l'acquisition de connaissances et ces codes pour l'accession à tout ce qui fait la culture.. avec comme  base la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen de 1789..

à plus

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 06 oct. 2009, 01:21:00

D'un côté y'a la pratique et de l'autre son appui théorique, par la loi s'il le faut. Ce qui serait regrettable pour moi c'est que ce genre de pratique anecdotique devienne la règle et que la seule carotte à offrir à notre jeunesse soit un billet de 10 euros.

Et je ne cherche pas à stigmatiser Sarko, je ne connais même pas sa position sur ce sujet. A mon avis il ne laissera pas passer ça car il n'est pas stupide et il sait s'appuyer sur ce genre de débat anecdotique pour maintenir sa côte de popularité.

PS : au fait tu te trompes, ce n'est pas Châtel le ministre de l'EN. C'est le président qui gère directement ce dossier. Châtel est juste payé pour aller au feu si nécessaire.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 06 oct. 2009, 15:23:00

Libre penseur a écrit :Magicfly, qu'est ce que la réorganisation de l'EN version UMP que je rigole un peu ? Moins d'effectif, whowwwww.... quel projet pour l'EN....
Pour les 13 élèves par prof, tu appliques une règle très simple qui consiste à diviser le nombre de prof par le nombre d'élève, on arrive effectivement approximativement à 13 élèves/prof, sauf que tu oublies que dans le secondaire il est fréquent qu'un enseignant soit responsable de plus de 160 élèves, répartis dans des classes de 30 à 35 élèves, tu oublies que dans le supérieur, il y a des amphi overblindé, en fait ton chiffre est totalement en dehors de la réalité...
Tu ne fais que confirmer ce que je dis: S'il y en a qui ont 35 élèves bcp d'autres doivent en avoir 2 ou 3; des prof qui enseignent des matières très confidentielles. Alors je dis que ceux-là doivent accepter de faire une autre matière après avoir eu une formation adéquate. Et puis il y en a qqes dizaines de milliers qui ne fichent rien, sans affectation enseignante. Par exemple, un instit détaché de l'EN qui enseigne 3 h par jrs sur 4 jrs dans une prison (celle près de chez moi, j'ai un pote qui y bossait) En début d'année il avait 8 élèves, ce qui permettait ouvrir cette activité deux mois plus tard il n'en avait plus que deux! Je suis pour l'enseignement scolaire en prison, mais de là à payer un mec à plein temps toute l'année pour deux personnes c'est trop demander!
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

pierre30
Messages : 9197
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 06 oct. 2009, 17:35:00

Je me suis déjà exprimé sur l'enseignement sur ce forum. Je crois que l'école doit évoluer en profondeur. Les élèves sont maintenus dans un état de soumission qui leur ôte l'idée même d'aimer ce qu'ils apprennent : pour cela en effet il faudrait leur permettre d'avoir un avis. Or l'école a pour but de donner une culture générale à l'élève mais elle n'a pas pour but de lui permettre d'épanouir sa personnalité.
Elle considère que l'élève doit gober l'enseignement comme un canard qui va au gavage. Le jeune se fera une opinion 'plus tard' ! Lorsqu'il sera sorti de l'école !

Le problème, c'est qu'un élève qui subit l'enseignement ne comprend pas du tout pourquoi il apprend et ne retient pas grand chose au-delà de l'examen de contrôle des connaissances. On lui dit bien qu'il faut qu'il apprenne un métier, mais cela reste bien vague ! En fait il va à l'école parce qu'il l'a toujours fait ! Ainsi les plus malléables réussissent à force d'être dociles. Les autres, si ils ont une forte personnalité, peuvent soit finir délinquants, soit réussir leur vie professionnelle : mais ce sera alors malgré l'école et pas grâce à l'école.



Pour en revenir au sujet, je n'aime pas l'idée de rémunérer les élèves (même si ils ne reçoivent pas d'argent directement). Mais je suis pour cette initiative car elle contribue à sortir l'élève du système se soumission en lui donnant l'occasion de prendre en charge un peu de sa vie et d'acquérir une responsabilité.

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 06 oct. 2009, 21:10:00

C'est bizarre, pierre30, mais c'est exactement comme ce que tu decris que nous avons fait. Et c'est par pour autant qu'on etait des nuls.
Tu preche quoi, au juste ?
Une plus grande liberté d'expression des eleves ? Ca te suffit pas les grêves des etudiants, tout juste bons à foutre le bordel ?
Tu veux pas leur donner le droit de vote à 14 ans, non ?

On est entré dans un monde où on laisse trop la parole aux jeunes, qui ont des points de vues d'enfants gatés.
Il faut bien garder à l'esprit que l'enseignement général est une base, et celui qui la rate va droit dans un mur.
Même pour un "petit" diplome, on demande du français, des maths, parfois de la physique, de l'histire geo.

Alors je ne pense pas qu'on aille à demander aux jeunes ce qu'ils en pensent. Ils sont dans un pays où l'enseignement leur est imposé, et ils doivent s'y plier. Ce n'est qu'un apprentissage à la vie où leur avis ne leur sera que rarement demandé.

Epanouir sa personalité ? Ben si tu veux, mais si le gosse est illetré ou ne sait pas compter, sa personalité sera déjà toute faite, et son avenir tout tracé.
Mais c'est vrai, on lui aura demandé son avis, comme si il etait lui même conscient de ce que ça represente.
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

pierre30
Messages : 9197
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 07 oct. 2009, 13:32:00

Je vais reprendre des propos que j'ai déjà tenus.

Les élèves entrent à l'école à 3 ans en en ressortent 20 ans plus tard. Pendant 20 ans on les abreuve de connaissances théoriques sans jamais leur laisser la moindre autonomie. Le résultat, c'est qu'arrivés à la fac ils sont encore des quasi "nourrissons" : leurs objectifs sont souvent dérisoires (avoir une bonne note, obtenir le morceau de papier qui leur sert de diplôme). Le contenu de l'enseignement n'a pour eux ni importance ni intérêt.

Arrivés dans la vie professionnelle, si ils vont dans le privé, le diplôme ne leur servira quasiment que lors de la première embauche. Au-delà l'entreprise s'intéressera aux capacités du jeune.
Ces capacités sont d'une part liées aux compétences qu'il a acquises lors de sa formation initiale (c'est bien dommage si le jeune s'est contenté de bachoter pour assurer des notes dans les matières à forts coefficient); mais également et surtout aux qualités liées à sa personnalité (initiative, imagination, organisation, intuition, aptitude aux relations sociales). Dans ces domaines l'école est particulièrement déficiente : elle a maintenu les jeunes dans un état de soumission pendant 20 ans afin qu'ils soient dociles. La docilité n'intéresse pas du tout l'entreprise. Au pire, l'école en a fait des révoltés.
Dans sa vie privée, le jeune devra se découvrir et pourra rencontrer quelques difficultés.


L'école est à mon avis inadaptée. Dans d'autres pays (USA et Allemagne notamment), l'accent est moins mis sur la connaissance académique et plus sur l'épanouissement de la personnalité. Les jeunes ne semblent pas handicapés par une formation anémique. Les résultats de la recherche scientifique, de l'économie, le niveau de vie de ces pays ne semblent pas inférieurs à ceux de la France et de son système scolaire.

pierre30
Messages : 9197
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 07 oct. 2009, 14:10:00

C'est vrai que c'est comme ça que nous avons subi cette école.
Quel est le résultat ? Qu'avons nous retenu des cours à propos de la pensée de Voltaire ?
Savons-nous calculer la dérivée d'une fonction mathématique ? pourquoi faire cela ?


Le résultat de 20 ans de formation est bien faible en ce qui me concerne.


Ai-je appris à prendre des risques ? Je pense pouvoir m'améliorer.

Bien-sûr nous avons survécu. Mais je crois qu'on aurait pu mieux piloter notre vie.

Pour ma part j'ai découvert laliberté à la sortie de l'école. Par la suite j'ai fait l'armée et j'ai refusé de me soumettre à nouveau. Merci l'école.


On parle de liberté et de république, mais on commence par écraser la jeunesse pour qu'elle ne dérange pas les vieux et leurs habitudes de pré-retraités !

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 07 oct. 2009, 21:29:00

Et pourquoi ne pas demander au gosses quelle matiere les interresse ? Pas bête, ça, non ?
Et des chauffeurs particuliers pour les amener en classe, avec des porteurs pour leur cartable, pas c.. non plus, ça ?

C'est grace à ce genre d'idées que des gosses en sont arriver à fraquasser des profs, car à force de leur dire qu'ils n'apprennent que des conneries à l'ecole, ils ont fini par le croire. Et les profs sont passés du statut d'enseignant à celui de moins que rien.

Désolé, mais même si je n'ai pas retenu grand chose de l'ecole, il m'arrive d'avoir des "flashs" sur ce qu'on m'a enseigné en culture generale.
Si les gosses bossent pas à l'ecole, c'est principalement de la faute des parents qui compatissent.
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 07 oct. 2009, 21:49:00

L'école apprend à apprendre, des matières que l'on aime et d'autres moins ... Ce sera le cas durant toute la vie.
L'école apprend à côtoyer des condisciples et des maîtres qu'on adore, et d'autres qu'on a du mal à piffer. Comme dans la vie.
L'école apprend à respecter des échéances par toujours conformes avec le confort de nos agendas. Comme dansla vie.
L'école apprend à obéir (ou le devrait) : dans la vie, on ne peut commander que si on a d'abord appris l'obéissance.
Qu'importe d'avoir oublié les limites et les dérivées : le cerveau s'est musclé, et la confiance en soi face à une abstraction s'est développée.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

pierre30
Messages : 9197
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 09 oct. 2009, 08:48:00

Je ne pense pas du tout que l'école est à supprimer. C'est vrai qu'elle apprend à avoir un raisonnement logique. Pour ce qui est d'obéir, je distingue l'obéissance consentie et la soumission. Commander est un art qui doit se baser sur le respect de la personne à laquelle on commande et qui accepte librement. Dans le cas contraire on se comporte en "petit chef". A l'école il y a beaucoup de petits chefs emplis de la certitude de leur légitimité et qui ne se remettent jamais en question. Ce n'est pas cela qu'il faut apprendre aux élèves.


L'élève peut aimer ou pas telle ou telle matière. En réalité il aime souvent les matières qui lui demandent le moins d'efforts pour être dans le groupe des meilleurs de sa classe. Il aime rarement une matière pour le contenu de son enseignement. C'est cela qui est grave. En fait il n'apprend pas pour le plaisir de la connaissance mais pour simplement améliorer l'image qu'il a de lui même. Or ce n'est pas le but de l'enseignement des matières classiques telles que les maths ou le français.

En fait l'élève détourne l'enseignement orienté culture générale pour en faire un enseignement orienté épanouissement de la personnalité.

Il y a donc un besoin évident qui n'est pas rempli par l'école française.

L'apprentissage des matières à culture générale ne peut être efficace que si l'élève s'investit. Il s'agit alors du choix de l'élève. Mais pour qu'il y ait choix il faut qu'il ait le sentiment d'être libre d'apprécier ou non l'enseignement qu'on lui donne.


Je pense qu'il y a largement dans le temps scolaire (4 à 6 heures par jour) la place pour des activités qui permettront à l'élève d'épanouir sa personnalité. Il ne s'agit pas de matières supplémentaires mais d'activités de type associatif ou professionnel dans lesquelles l'élève n'est pas sous la tutelle permanente d'un enseignant. En effet, à quoi bon lui faire ingurgiter des programmes scolaires pléthoriques si il n'en retient quasiment rien ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 09 oct. 2009, 10:33:00

La vie n'est pas faite que de hobbies, d'envies, de recherche de son "épanouissement personnel". En outre, comment un élève peut-il savoir ce qui l'intéresse, s'il ne se plonge pas dans la matière ? J'ai abominé les maths, jusqu'à ce qu'un remarquable professeur particulier, en quelques heures, ait totalement transformé ma vision, et m'ait appris à y prendre grand plaisir.

Il n'y a pas de progrès sans d'abord de gros efforts.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 09 oct. 2009, 10:55:00

Par contre, le coup de pied au cul, pour aller faire bosser les gosses, ça marche bien aussi. Même mieux que si on les paye, je suis sûr icon_mrgreen
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 09 oct. 2009, 11:12:00

Une petite carotte n'est pas négligeable : souviens-toi des élèves de jadis, dont les performances scolaires étaient écompensées par "un beau livre" à ladistriution des Prix icon_biggrin

Mais le coup de pied bien placé, pour les élèves mais aussi pour leurs parents, reste un produit phare icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 09 oct. 2009, 11:22:00

Une petite carotte n'est pas négligeable : souviens-toi des élèves de jadis, dont les performances scolaires étaient écompensées par "un beau livre" à ladistriution des Prix icon_biggrin

J'ai aussi préconisé cette solution, au même titre qu'une place de théâtre ou une visite au musée, en plus de la récompense pour l'élève méritant, ça a un caractère ludique.

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré