Bilan de Sarkozy à mi-mandat

Venez discuter de l'actualité politique.
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 06 nov. 2009, 21:18:00

Bonjour,

 Nicolas Sarkozy fêtera demain son mi-mandat, après deux ans et demi de présidence. Ou plutôt ne fêtera pas, puisque aucune cérémonie n’est prévue. Dans une France encore en crise, pas question d’autocélébration fastueuse. Pas question, surtout, de répéter l’erreur initiale de la fameuse soirée au Fouquet’s le jour de son élection.    Pourtant, malgré la grogne à droite et des sondages en berne (39 % de cote d’approbation selon un sondage Ifop-« Paris Match », une chute de 6 points), Sarkozy, dressant hier son bilan en petit comité à l’Elysée, s’est montré fier de ses réformes.     Les réformes Souvent critiqué jusque dans son camp pour ses réformes menées de front et au pas de charge, le président n’entend pas changer de méthode. Rien que depuis la rentrée de septembre, se félicite l’Elysée, six réformes ont été lancées : taxe carbone, taxe professionnelle, réforme des lycées, de la Poste, du fret SNCF et, à partir de décembre au Parlement, réforme des collectivités territoriales. L’objectif est que « les voiles du navire France soient réparées et déployées lorsque la croissance reviendra ». La seconde moitié du quinquennat, après les élections régionales de mars, verra démarrer trois autres grands chantiers : les retraites, la couverture du risque dépendance par la Sécurité sociale et la justice, avec la suppression du juge d’instruction. 
 Le grand emprunt La droite se divise entre ceux qui, inquiets des déficits abyssaux, préconisent une somme modeste et les amis d’Henri Guaino, qui plaident pour un « vrai » grand emprunt, de 50 Mds € à 100 Mds € . Rien n’est encore décidé, et Nicolas Sarkozy attend les propositions de la commission Rocard-Juppé. Mais en tout état de cause, il ne descendra pas en dessous de 25 Mds € et n’ira pas au-dessus de 50 Mds € . Quant au financement, l’Elysée pourrait privilégier une piste inattendue : celle des 13 Mds € déjà remboursés par les banques auxquelles l’Etat avait prêté de l’argent il y a un an. Cela ferait « un excellent début », à compléter par un appel au public ou aux établissements financiers. 
 Une popularité en berne Pour le chef de l’Etat, pas de doute : les « commentateurs », médias ou opposition, sont en décalage avec l’opinion. Reste que les Français, à voir les sondages, sont mécontents ou inquiets et que la grogne a gagné l’électorat de droite. « En novembre, les sondages sont toujours mauvais pour le gouvernement, c’est comme ça sous la V e République », veut se rassurer l’Elysée qui souligne la récente victoire à la législative partielle des Yvelines de David Douillet. En privé, Sarkozy, qui aime à se comparer à ses prédécesseurs, rappelle que deux ans et demi après sa réélection en 1965, de Gaulle a subi Mai 68, qu’un Giscard élu en 1974 a connu des municipales désastreuses en 1977, que Mitterrand a vu son premier septennat plombé par la rigueur dès 1983… et enfin qu’avec Chirac, tout s’est arrêté dès la dissolution de 1997, puis, pour son second mandat, avec le fiasco du référendum en 2005. Sans oublier Obama qui vient de subir un double revers électoral, un an après sa victoire à la Maison-Blanche ! 
 La fronde à droite Qu’il y ait débat sur des sujets aussi importants que le grand emprunt, rien de scandaleux à cela, assure-t-on à l’Elysée. Sarkozy n’a pourtant pas caché sa colère contre la fronde d’un Raffarin ou les esclandres d’une Rama Yade. « La famille de la majorité s’est élargie, explique un proche du chef de l’Etat, c’est normal qu’il y ait des tensions. Les étirements, il en faut, ça évite la vraie fracture ! » Quant aux sempiternelles interrogations sur le tandem Sarkozy-Fillon, les deux hommes, assure-t-on, travailleraient très bien ensemble. Si le chef de l’Etat penche pour un remaniement après les régionales, le sort du Premier ministre ne serait pas scellé. Tout dépendra du résultat de ce scrutin dans lequel il va s’engager et qui sera le dernier avant la présidentielle de 2012. 
 Son « erreur» sur l’EPAD  Sarkozy n’a guère l’habitude de faire son mea culpa, mais sur l’arrivée programmée de son fils cadet, Jean, à la tête de l’organisme gérant le quartier d’affaires de La Défense, il admet avoir commis une « erreur ». Pour avoir lui-même occupé le poste jadis, il estimait qu’à partir du moment où le président de l’Epad n’a ni salaire, ni bureau, ni voiture avec chauffeur, l’affaire ne poserait aucun problème. L’énorme tollé dans la classe politique et dans l’opinion a prouvé le contraire. 
 L’avenir  A ses interlocuteurs, Nicolas Sarkozy jure qu’il n’a encore pris aucune décision sur sa candidature en 2012. Pourra-t-il être utile aux Français ? Aura-t-il encore envie de faire ce métier « si difficile » ? Il dit d’ailleurs souvent qu’il a un métier avocat , qu’il n’est pas aussi « accro » à la politique qu’un Chirac ou un Mitterrand et qu’il tient à sa vie personnelle, lui qui a divorcé et s’est remarié à l’Elysée… Mais lui, qui reste plus « hyper-président » que jamais, songe-t-il vraiment à s’arrêter dans deux ans ? 
 Qu'en pensez vous ?    A plus tard,  
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

anonyme
Messages : 1256
Enregistré le : 15 juin 2009, 00:00:00

Message non lu par anonyme » 06 nov. 2009, 21:46:00

Le Président de la République cède trop à l'envie de l'effet d'annonce pour frapper l'opinion !

J'évoquais il n'y a pas longtemps la fameuse "lettre de Guy Môcquet" : exemple parfait d'un manque de concertation  : on fait une annonce à l'emporte-pièce, on s'immisce dans le travail des pédagogues et politiquement, on joue sur deux tableaux... 


Ridicule !!


On veut faire de la com', montrer qu'on est quelqu'un de pragmatique basé sur le principe du système : action -> réaction et on s'emballe comme un gamin sur la dalle d'Argenteuil ou le salon de l'agriculture : vous oseriez imaginer De Gaulle ou Mitterrand jouer les "petites frappes" ??


Au niveau "ouverture", il ratisse large, s'acoquine avec des gens "infréquentables", rien que pour se faire mousser et s'étonne que cela fasse des vagues ( exemple du cas Mitterrand ).


Autre exemple de com' mal digérée : la taxe carbone, c'est pour couper l'herbe sous les pieds des "écolos". Sauf que cela tombe à côté, car le CO2 n'est pas le seul problème de notre société polluée et que les "Verts" (plutôt verdâtres) font des scores plus qu'honorables : on ose penser ce qui va se passer avec cette histoire "d'identité nationale" pour contrer le FN !


Comparativement, l'histoire du fiston, assez pitoyable, en fait, serait plus humaine car tellement grosse qu'on se demande si on est dans le cadre d'un plan bien construit ou dans le pâle suivi d'un brouillon mal écrit...


Entouré par des conseillers fatigués ( deux fois le même discours en 6 mois ), d'un 1er ministre fantomatique et de ministres gigognes ( Darcos, Horetfeux, Bertrand, Lagarde  se sont partagés économie, agriculture, intérieur, Travail et éducation nationale en deux ans et demi à tour de rôle que cela en donne le tournis ) comment va-til encore tenir deux ans et demi ???


Surtout que "les gaffes" se répètent de plus en plus souvent. Bientôt, on va en être à l'alerte quotidienne !!  :shock:


Tout cela ne fait pas sérieux.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 08 nov. 2009, 17:41:00

J'y ajouterais le fonctionnement du parlement, visiblement aux ordres ... ce qui ne plait pas.

Le budget pharaonique de la présidence française en europe aura également produit son effet.

L'affaire clearstream ... car il est toujours cocasse de voir l'ex 1er ministre et le nouveau président s'écharper par comm interposée ...

Il y a une usure du pouvoir, certes ... mais il y a aussi une usure du pouvoir d'attraction. J'avoue que j'ai toujours pensé que le petit nico nous ferait le coup des 2 mandats, maintenant il est malin et intelligent et j'avoue que je ne saurais trancher entre son ambition et son orgueil ... Qui l'emportera car si il gagne il satisfera son ambition, mais si il perd je pense que son orgueil ne le digèrera pas. Va t'il finalement prendre ce risque ?

Cela se décidera sans nul doute au vu de sa capacité a gagner, mais il devra rassembler, et les fissures sont telles à droite que cela pourrait s'avérer désastreux pour lui. Les prochaines régionales constitueront le dernier test ... a suivre.

Avatar du membre
geekmature
Messages : 207
Enregistré le : 09 oct. 2009, 00:00:00
Localisation : LILLE

Message non lu par geekmature » 08 nov. 2009, 18:36:00

Que du mauvais pour moi icon_frow
L'indépendance de la justice remise en question
Le droit du travail et les acquis sociaux remis en question
L'enrichissement à outrance des patrons et personnes du milieu de la finance
Spéculation à outrance jusqu'au clash
Propagande UMP par le biais des médias et des sondages
Le chômage en hausse exponentielle
La provocation, le "bling bling" et les propos indignes d'un chef d'état
Le placement des copains aux hautes fonctions
La fiscalité adaptée aux revenus élevés (bouclier fiscal, défiscalisation, paradis fiscaux..)
Démantèlement de service publics, santé, enseignement, recherche, protection du consommateur..etc
etc, etc, etc
Ras le bol icon_evil
Démocratie, vous avez dit démocratie!!

Avatar du membre
artragis
Messages : 7962
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 08 nov. 2009, 19:06:00

Le chômage en hausse exponentielle
en hause oui, exponantielle, non
La fiscalité adaptée aux revenus élevés (bouclier fiscal, défiscalisation, paradis fiscaux..)
et? le bouclier fiscal permet d'éviter de faire fuir les riches. la défiscalisation, chacun peut en profiter, les paradis fiscaux n'ayant rien à faire ici... en somme je ne comprends pas cet argument.
Spéculation à outrance jusqu'au clash
ça c'est les banques, pas l'état... quoi que, les collectivités locales ont spéculé à mort... (source Lettre ouverte aux bandits de la finance)
Le droit du travail et les acquis sociaux remis en question
mouai, bof comme qui dirait, il a tellement fait de social que tout compte fait, je ne vois pas en quoi le code du travail a été remis en cause, quand aux acquis sociaux... y a eu tentative de quelque chose, mais pas grand chose.
L'enrichissement à outrance des patrons et personnes du milieu de la finance
et alors? encore une fois je ne pige pas.

en somme je ne crois pas aux bilans de milieu de mandats, cependant, alors que j'accueillais le dynamisme de notre président avec optimisme en début de mandat, je suis de plus en plus sceptique. les réformes sont faites de vent, et les médias courent, s'enfoncent et l'opposition suit, seule la majorité ne tombe pas dans le piège et commence à se rebeller. Il aurait fallu que son mandat européen ne se finisse pas, à l'époque il était vraiment bon et avait toutes les cartes en main. Attendons de voir ce que sont petit chéri de traité de Lisbonne fera. Maintenant il a intérêt à revenir vers une vrai attitude politique et non plus démagogique.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 09 nov. 2009, 00:21:00

La bilan à mi-mandat ?

C'est assez simple..Quasiment chacune des réformes s'est traduite par la création d'un nouvel impôt qui n'a pas empêché les déficits ou la dette d'exploser, l'immigration n'a été qu'une source de fanfaronnades sans effets sur la situation et l'Europe a poursuivi, contre l'avis des peuples qui n'ont pas été consulté, sa marche en avant vers la création d'un Etat supranational.

Politiquement, le style presidentiel se resumant à la politique de la frime et du fric doublé d'une autosuffisance finit par lasser les électeurs de la droite qui attendent des repères et le respect d'un minimun de decence, de valeurs....

anonyme
Messages : 1256
Enregistré le : 15 juin 2009, 00:00:00

Message non lu par anonyme » 09 nov. 2009, 07:49:00

Ah oui, on avait oublié qu'il était passé par-dessus un "NON" à un référendum, notre "Grand Démocrate"!! :ok:

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 09 nov. 2009, 16:37:00

Rappelons aussi son bilan catastrophique en tant que ministre de l'intérieur :
http://actu-politique.xooit.com/t286-Bi ... inistre-de…

A mi mandat, je jugerais ses grandes réformes libérales et contre-productives :
Taxe carbone, privatisation de la Poste,  défiscalisation des heures sup., paquet fiscal ...

Je retiens de sa politique :
Un projet libéral inique: hausse des inégalités sociales, hausse de la précarité... toujours au privilège de l'actionnariat.
Une vision atlantiste de l'économie. Un Renforcement du marché oligopolistique avec la LME.
Un projet autoritaire, un pouvoir vertical au privilège de l'élite et de la haute bourgeoisie (suppression du juge d'instruction, lois liberticide...)
Un affaiblissement de la laïcité par le soutien du communautarisme.

Cela dit je retiens deux, trois réformes utiles : suppression de la taxe pro. (bien que discutable) baisse de la tva des restaurateurs, auto-entreprenariat...

De l'individu, je retiens :

-une habilité à communiquer, à manipuler.
-l'omniprésidence
-un égo surdimensionné
-un style bonapartiste limite autoritaire.

Enfin, en terme de résultats:

Je retiens aussi et surtout, l'absence de résultat.

Aucun objectifs économique et sociaux ont été tenus :

-Hausse du chômage.
-Baisse du pouvoir d'achat effectif (-0.5%), avec un salaire médian stable.
Donc consommation en baisse.
-Industrie en berne.
-Augmentation de la délinquance.
-Augmentation de la dette.
-Augmentation du déficit.
-Légère augmentation de la pauvreté (en 2009, 7,3% des français vivent sous le seuil de pauvreté contre 7,1en 2006)
-Déficit sans précédent du commerce extérieur (50M/an), alors que l'Allemagne est en excédant.

Avatar du membre
artragis
Messages : 7962
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 09 nov. 2009, 18:10:00

j'ai du mal avec tes arguments libre penseur, certains sont assez peu prouvé (d'ailleurs, tu as l'honnêteté de dire "je pense" dans ces cas), pour d'autres, tu oublies le facteur "crise" (qui sans tout faire a ralenti certaines choses) ensuite il y a des choses (heureusement des détails futiles... mais devant M.Sarkozy la futilité c'est beaucoup) fausses et enfin beaucoup d'oublis. je reviens juste sur ça
Je retiens aussi et surtout, l'absence de résultat.
c'est assez faux, et surtout faussé par le facteur crise. Il y a eu des résultats, mais c'est un peu comme la croissance du pays (qui, je le rapèle, même dans le vert n'indique pas une création de richesse tant elle est faible), les résultats ont amélioré un peu, mais tout a été vraiment mince entre autre à cause de la crise (la démagogie du président, l'opisitionnisme du PS ont aussi leur part.)
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 09 nov. 2009, 18:37:00

C'est vrais la crise n'arrange rien à l'affaire, mais notre croissance n'avait rien de glorieuse avant la crise.
En terme de résultat, je constate simplement des réalités économiques. Les résultats sont médiocre.

NB:La défiscalisation des heures sup. a supprimer de l'emploi. Les aides à l'emploi (ctt aidés, emplois jeunes, ctt de professionnalisation) amoindris, alors que le chômage des jeunes est alarmant.

Fleur sauvage
Messages : 74
Enregistré le : 07 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : en France

Message non lu par Fleur sauvage » 09 nov. 2009, 19:40:00

Bonsoir à tous.
Je vous lis.  Le sujet est "le bilan de Sarkosy à mi-mandat.
C'est simple, les Français dans les sondages onéreux payés par nos impôts,  montrent un Président baissant dans ces fameux sondages . Les Français ne sont pas dupes, le bilan est mauvais !
Le déficit record de la France et que l'Europe nous demande de réduire. Et la sauvegarde du bouclier fiscal qu'il va devoir, à contre coeur, enlevé.
La Taxe Professionnelle qui sera , certes remplacée par un emplâtre, enlevée va pénaliser les communes et les communautés de communes et la Région qui ne pourront plus aider les Associations, les personnes âgées dans le besoin, les handicapés, les transports scolaires.............
Vous pouvez le constater, je suis une élue, bien pessimiste........

anonyme
Messages : 1256
Enregistré le : 15 juin 2009, 00:00:00

Message non lu par anonyme » 09 nov. 2009, 20:03:00

J'ai gardé le meilleur pour la fin...


Image

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 09 nov. 2009, 20:40:00

je suis assez d'accord avec libre penseur, la synthèse est cruelle mais réelle. les promesses ??? rien de ce qui a accroché les électeurs n'a été réalisé conformément aux souhaits de ces électeurs. La crise, c'est tout juste des circonstances atténuantes, car les réformes couteuses et jamais financées avant leur lise en marche aggravent la crise en en transférant via la dette, une bonne partie qu'il faudra bien payer un jour, tout comme le grand emprunt ...

le bilan n'est pas nul, il est désastreux.

Audrey
Messages : 204
Enregistré le : 14 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : France

Message non lu par Audrey » 09 nov. 2009, 20:58:00

Ben moi je suis pas d'accord, bizarrement y'a 1 an quand les sondages étaient bons, Sarkozy les manipulaient, aujourd'hui ils sont mauvais donc réelles ? icon_biggrin , que de mauvaises fois, ensuite certain oublie la crise, puisqu'il ne faudrait pas l'oublier mais il est impossible de tenir un programme quand une crise comme celle ci arrive, mais une fois de plus j'aurais voulu voir ce que la gauche ou le MoDem aurait fait icon_arrow
Mais voici quelques mesures que le Président Sarkozy a faite,
- La tva à 5,5%
- L'autonomie des universités
- Le bouclier fiscal à 50%
- Réforme de la carte scolaire
- Le grenelle de l'environement
- Franchise de santé
- Création du ministère de l'intégration et de l'identité nationale
- L'ouverture à gauche
- Réforme du parlement
- Pas de régularisation massive
- Service minimum
- Création pôle Emploi (pas au bon moment c'est vrai)
- Plan Jeune

Bientôt la taxe professionnelle, qu'aucun politique n'a eu le courage d'affronter, démagogie quand tu nous tiens.

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 09 nov. 2009, 21:26:00

"c'est assez faux, et surtout faussé par le facteur crise. Il y a eu des résultats, mais c'est un peu comme la croissance du pays (qui, je le rapèle, même dans le vert n'indique pas une création de richesse tant elle est faible), les résultats ont amélioré un peu, mais tout a été vraiment mince entre autre à cause de la crise (la démagogie du président, l'opisitionnisme du PS ont aussi leur part.)"

 Ce que tu dis n'apporte aune preuve d'un résultat positif.
Comme je l'ai dit à plusieurs reprises, cette crise est une chance pour la droite et Sarkozy, car g'âce à elle il a toutes les chances d'être réélu "Ce n'est pas de ma faute c'est celle de la crise" D'ailleurs certains sur ce forum mettent cette seule excuse en avant pour justifier sa médiocrité; et si les électeurs gobent cette excuse, la droite sera repartie pour au moins 10 ans, car le candidat de la droite en 2017 ce servira encore de la crise. Les 35 heures ont bien servi, certains rendent encore responsable Mai 68; j'ai même lu sur un forum de droite que tout ce qui nous arrive c'était à cause du Front populaire de 1936 avec ses avancées sociales. Alors la crise a encore de beaux jours devant elle.

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré