Réforme du système de santé, adoption du Sénat

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34136
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 08 nov. 2009, 21:26:00

Bonjour,    La Chambre des représentants américaine a adopté samedi soir un plan de réforme du système de santé américain. Obama remporte ainsi une première bataille dans son projet de réformer la couverture maladie, mais il reste encore à franchir l'étape du Sénat où le texte devrait y rencontrer davantage de résistance.    Le chef de la majorité Harry Reid a laissé entendre que le vote final pourrait attendre 2010. Pourtant Obama s'est déclaré «absolument confiant» et espère promulguer la loi «d'ici la fin de l'année».     Obama a salué le vote historique de la Chambre qui permettrait à 36 millions d'Américains d'avoir accès à une couverture santé, soit 96% de la population. A l'issue de 12 heures de débats, les élus de la chambre basse ont approuvé le texte d'environ 2 000 pages, par 220 voix contre 215, avec un seul républicain Anh «Joseph» Cao ayant voté pour. Exceptionnellement réunis au Capitole un samedi, les élus de la Chambre des représentants ont approuvé le texte vers 23h15 heures locales.  Ce plan, d'un coût net de près de 900 milliards de dollars sur 10 ans (2010-2019), ferait économiser 129 milliards sur la même période, selon le Bureau du budget du Congrès (CBO).   Le président Barack Obama s'était déplacé en personne samedi en milieu de journée pour exhorter les démocrates, dans un discours d'environ 30 minutes, à voter pour sa réforme, l'une de ses promesses de campagne. M. Obama s'était ensuite exprimé depuis la Maison Blanche en expliquant qu'il avait dit aux élus que «des opportunités comme celles-ci se présentent peut-être une fois à chaque génération».  Devant les parlementaires, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi a déclaré en s'adressant aux Américains: «Ce projet de loi vous donne, à vous et à votre docteur, le contrôle de votre santé, les compagnies d'assurances ne se trouveront plus en travers du chemin». «Cette réforme est attendue depuis une centaine d'années», a souligné Mme Pelosi qui a cité les premières initiatives du président Theodore Roosevelt.   Jusqu'au bout, l'opposition républicaine n'a pas désarmé. Samedi, des militants anti-réforme se sont rassemblés devant le Capitole aux cris de «Tuez le projet de loi» («Kill Bill»). Pour le chef de la minorité républicaine, John Boehner, le projet de loi «va coûter plus de 1,3 millions de dollars et il va tuer des millions d'emplois (...), il va augmenter les impôts, il va faire grimper les primes d'assurances».   En revanche, elle a adopté par 240 voix contre 194 un amendement proposé par un groupe de démocrates anti-avortement, visant à renforcer l'interdiction de l'utilisation de fonds publiques pour les avortements, une mesure appréciée côté républicain. La querelle sur l'IVG, a failli coûter cher à la majorité qui jusque très tard dans la journée de samedi n'avait pas la certitude d'avoir les 218 voix sur 435 nécessaires à l'adoption du texte.  Par ailleurs, le plan prévoit la création d'un système d'assurance maladie géré par le gouvernement qui doit être mis en concurrence avec les compagnies privées. Les Etats-Unis sont le seul pays industrialisé qui n'assure pas à ses citoyens une couverture maladie.  Qu'en pensez vous ?
A plus tard,
Modifié en dernier par politicien le 25 déc. 2009, 21:45:00, modifié 1 fois.
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 09 nov. 2009, 17:46:00

+1 pour Obama.
Modifié en dernier par Libre penseur le 25 déc. 2009, 21:45:00, modifié 1 fois.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 09 nov. 2009, 23:10:00

Avec une majorité de 5 voix à la Chambre, pas de quoi pavoiser ! 5 voix d'avance sur 435 votes, cela fait une avance de 1 % !!!
Et comme le dossier vient maintenant au Sénat, généralement pous conservateur, puis reviendra devant les Chambres réunies, il est unpeu tot pour crier "victoire".

En fait, et les américains l'ont très bien compris, c'est mettre le coût social sur le dos des gens qui travaillent, puisque les compagnies d'assurances, obligées de couvrir les fauchés, vont évidemment devoir encore augmenter considérablement (en fait pratiquement doubler) les primes.

Les américains ont l'exemple désastreux du socialisme européen sous les yeux, et n'en veulent pas. On verra.
Modifié en dernier par mps le 25 déc. 2009, 21:45:00, modifié 1 fois.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

anonyme
Messages : 1256
Enregistré le : 15 juin 2009, 00:00:00

Message non lu par anonyme » 10 nov. 2009, 08:45:00

De nombreuses personnes qui travaillent aux USA ne bénéficient d'aucune couverture sociale, sauf dans certains Etats... démocrates !
Obama veut simplement uniformiser ! Renseignez vous, mps !!
Modifié en dernier par anonyme le 25 déc. 2009, 21:45:00, modifié 1 fois.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 10 nov. 2009, 09:41:00

Couverture sociale ? Si, bien sûr, tout salarié a droit au chômage.

Si tu parles des soins de santé, les "pauvres" y ont actuellement accès gratuitement (medical care, health care) dans n'importe quel hôpital.

Assurance privée ? Il y a tous les prix, selon qu'on couvre uniquement les gros risques, ou les soins moins primordiaux.

Le prix ? Relativement élevé, mais moins cher globalement que nos prélèvements, et payable du fait du taux de fiscalité très bas.

Les "non assurés" ? Pas les pauvres (voir plus haut) mais une gamme allant de la petite classe moyenne aux tranches supérieures. Soit parce qu'elles ne veulent pas "prévoir" un avenir médical, soit parce qu'elles choisissent de le faire de manière moins "risquée" que dans une assurance. Le raisonnement (très sain) étant de provisionner une éventuelle "grosse maladie" par une épargne personnelle (immobilier, bons de caisse, etc : si je suis malade, j'y puiserai de quoi me soigner, mais si je ne le suis pas, je n'aurai pas jetté mon argent par les fenêtres.

C'est donc à la liberté individuelle, au droit imprescriptible de gérer ses biens et sa vie comme on l'entend, que s'attaque Obama.
Modifié en dernier par mps le 25 déc. 2009, 21:45:00, modifié 1 fois.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34136
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 25 déc. 2009, 21:45:00

Bonjour,

C’est un joli cadeau de Noël pour Barack Obama. Le sénat américain a approuvé jeudi, au petit matin, sa version de la réforme du système de santé, un des chantiers majeurs du premier président métis des Etats-Unis. Légèrement différent de celui de la Chambre des représentants, le texte adopté par le Sénat devrait permettre à 30 millions de personnes de bénéficier de l’assurance-santé.

Il institue aussi des aides financières pour ceux qui seraient incapables de payer leur couverture médicale. Quand aux assureurs privés, il leur sera interdit dès la première année d’adoption du texte, de refuser de couvrir les personnes déjà malades. Le texte met enfin en place, dès 2014, des plateformes d’information qui permettraient aux personnes non assurées, de comparer les prix des offres de couverture médicale.
Le camp présidentiel n’a pas caché sa joie, suite à ce vote largement emporté, 60 voix contre 39. « C’est une victoire pour le peuple américain », a tout de suite réagi le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid. Pour le président, si cette victoire constitue une étape cruciale pour un projet considéré comme la pierre angulaire de son mandat, il faut cependant le mener jusqu’à son terme. « Nous sommes maintenant enfin sur le point de concrétiser notre promesse d’une vraie réforme significative de l’assurance santé (…) Notre défi est désormais de finir le travail », a déclaré Barack Obama.

Le sénateur a réussi son pari de faire adopter le projet avant Noël, au prix de réunir la chambre haute du Congrès le jour du réveillon, ce qui ne s'était plus produit depuis 1895.
Les républicains, tous unis dans leur opposition au texte, ont déployé toute la panoplie des moyens parlementaires à leur disposition pour retarder le scrutin, mais ont finalement accepté un vote aux aurores, 7h00 du matin à Washington, afin que les élus puissent passer les fêtes en famille.
"C'est loin d'être terminé", a cependant prévenu le chef des sénateurs républicains, Mitch McConnell. "Mes collègues et moi allons nous employer à empêcher que ce texte devienne une loi.

En cas d’adoption définitive, cette réforme constituera la plus importante dans le domaine de l’assurance maladie aux Etats-Unis, depuis la mise en place en 1965, du système Medicare d’assurance-santé publique pour les personnes âgées de plus de 65 ans. Le président Clinton, comme certains de ses prédécesseurs s’y était essayé sans succès. Barack Obama lui-même a vu son image écornée, suite à l’opposition farouche du camp républicain, qui a multiplié les campagnes contre la réforme, au point de la rendre impopulaire auprès de millions d’Américains.

Car cette version revue et corrigée par le Sénat ne signifie pas que la réforme de la santé, qui devrait couvrir d’ici à 2014 plus de 90% des Américains de moins de 65 ans, sera tout de suite applicable. La chambre des représentants ayant voté un texte légèrement différent de celui du sénat, il va falloir parvenir via des négociations, à une synthèse des deux versions du Congrès américain. Les pourparlers devraient, pour ce faire, avoir lieu en début d’année prochaine.

Les démocrates souhaiteraient voir ces négociations aboutir avant le discours sur l’Etat de l’Union, que le président prononcera fin janvier. Mais de l’avis de nombreux observateurs, plusieurs facteurs pourraient compliquer les pourparlers entre la Chambre des représentants et le Sénat. Il en est ainsi de la question de la mise en place d’un système d’assurance santé géré par le gouvernement, qui figure dans le texte de la Chambre des représentants et pas dans celui du Sénat. D’autres dispositions, comme le financement de l’avortement opposent les deux chambres du Congrès américain.

Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
Modifié en dernier par politicien le 25 déc. 2009, 21:45:00, modifié 1 fois.
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré