L'insee confirme que les salaires se creusent

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34138
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 13 nov. 2009, 22:32:00

Bonjour,
 L'Insee a passé au crible les habitudes des Français pour faire le portrait social et économique d'un pays en pleine évolution. Cette enquête parue vendredi retrace les principaux changements depuis 2008.  - Les très hauts salaires continuent de grimper En 2007, 133 000 Français gagnent plus de 215 600 euros brut par an, relève l'Insee, soit près de sept fois le salaire moyen des salariés du secteur privé.   Ces personnes sont essentiellement des cadres ou des dirigeants (95%), notamment des cadres administratifs, des dirigeants salariés et des ingénieurs.   Trois secteurs en concentrent plus de la moitié alors qu'ils représentent moins de 20% du total de l'emploi privé: le conseil et l'assistance, les activités financières et le commerce de gros. Alors que le salaire médian n'a progressé que de 0,65% par an depuis 1996, le leur a bondi de 3%. Si bien que leur part dans la masse totale des salaires est plus importante aujourd'hui qu'il y a treize ans : 6,8%, contre 5,5%.  - Près d'une heure de transport par jour Selon l'Insee, les Français passent en moyenne un peu moins d'une heure chaque jour dans les transports, mais ce temps est plus long pour les cadres, les Parisiens et banlieusards. En 2008, l'Insee note qu'ils ont effectué en moyenne, en semaine, un peu plus de trois déplacements locaux, c'est-à-dire à moins de 80 km autour de leur domicile, pour leurs occupations quotidiennes (travail, loisirs, courses, etc.). En revanche, l'usage de la voiture ne progresse plus, sa part dans les déplacements locaux ayant augmenté de deux points depuis 1994, contre un bond de 15 points entre 1982 et 1994. On apprend aussi que les écarts de temps de transport se sont réduits entre actifs et inactifs, les retraités ayant augmenté de 20 points leur durée de déplacement. Mais aussi entre catégories socioprofessionnelles, les cadres utilisant leur voiture 6 minutes de moins qu'en 1994, contre une baisse d'une minute pour les autres.  - Le RSA plus efficace que le PPE pour les travailleurs pauvres Depuis sa mise en place en juin, le revenu de solidarité active (RSA) a modifié le système de la Prime pour l'emploi (PPE), créée en 2001 pour aider les personnes qui n'avaient pas travaillé à temps complet toute l'année. Le RSA s'avère selon l'enquête plus efficace pour l'amélioration du niveau de vie des plus modestes, et notamment des travailleurs pauvres. Selon les simulations de l'Insee, les 10% des ménages les plus pauvres percevraient en moyenne 1 360 euros par an avec le RSA «chapeau», contre 640 avec la PPE. Un tiers des sommes allouées au nouveau dispositif profiteraient aux 10% les plus pauvres, contre 12% avec l'ancienne PPE. Le taux de pauvreté passerait de 11,9 à 11,5%, et le nombre de personnes sorties de la pauvreté, de 370 000 en 2008 avec la PPE à 920 000 en 2009 grâce au RSA.  - Les années de scolarité en baisse L'Insee montre que les jeunes de 18 à 25 ans sont un tout petit peu moins scolarisés que leurs prédécesseurs. Depuis 1995, «l'espérance de scolarisation» des 18-25 ans a ainsi perdu 0,4 point. Si la proportion de bacheliers au sein d'une génération tend à stagner depuis 1995 (63,8% d'une génération obtient le diplôme), la moitié de ces bacheliers proviennent d'une famille dont aucun des deux parents n'est titulaire du baccalauréat. Ces «bacheliers de première génération» ont tendance à être moins ambitieux que les autres. À résultats scolaires égaux, ils s'orienteront plus souvent vers des bacs professionnels ou technologiques.  - Les femmes toujours exclues de certains métiers Les jeunes femmes sont plus nombreuses que leurs aînées dans certains métiers liés au droit, à la médecine ou à l'information et la communication. La segmentation entre hommes et femmes reste en revanche forte dans les métiers peu qualifiés : les premiers s'orientant dans l'industrie et le bâtiment, les secondes dans les services à la personne.  Qu'en pensez vous ?   A plus tard, 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 14 nov. 2009, 06:10:00

[table cellpadding="3" cellspacing="1" border="0" width="100%"][tr][td colspan="1" rowspan="1" align="left" valign="top" width="150"]
[/td][td colspan="1" rowspan="1" valign="top" width="100%"][table cellpadding="0" cellspacing="0" border="0" width="100%"][tr][td colspan="1" rowspan="1" width="100%"][/td][td colspan="1" rowspan="1" valign="top"]Image [/td][/tr][tr][td colspan="2" rowspan="1"][hr][/td][/tr][tr][td colspan="2" rowspan="1"]
- Les très hauts salaires continuent de grimper 
En 2007, 133 000 Français gagnent plus de 215 600 euros brut par an, relève l'Insee, soit près de sept fois le salaire moyen des salariés du secteur privé.
C'est tout à fait dans la norme, qui admet généralement une tension des salaires de 1 à 7. 
- Près d'une heure de transport par jour
Un chiffre très bas mais qui ne veut pas dire grand chose, puisqu'on englobe les déplacements professionnels et ceux de convenance (retraités, notamment).  Cela semble toutefois indiquer que les français  préfèrent chômer que de travailler à plus de 30 minuts de chez eux ?

- Le RSA plus efficace que le PPE pour les travailleurs pauvres 
 et le nombre de personnes sorties de la pauvreté, de 370 000 en 2008 avec la PPE à 920 000 en 2009 grâce au RSA. 
600.000 personne dont la vie s'est améliorée ...

- Les années de scolarité en baisse 
L'Insee montre que les jeunes de 18 à 25 ans sont un tout petit peu moins scolarisés que leurs prédécesseurs. Depuis 1995, «l'espérance de scolarisation» des 18-25 ans a ainsi perdu 0,4 point. Si la proportion de bacheliers au sein d'une génération tend à stagner depuis 1995 (63,8% d'une génération obtient le diplôme), la moitié de ces bacheliers proviennent d'une famille dont aucun des deux parents n'est titulaire du baccalauréat. 
Ces «bacheliers de première génération» ont tendance à être moins ambitieux que les autres. À résultats scolaires égaux, ils s'orienteront plus souvent vers des bacs professionnels ou technologiques. 
Excellent, puisque les classes moins formées progressent, mais hélas c'est sans doute dû en grande partie à l'abaissement du niveau du Bac. Que les études soient un peu moins interminables est impossible à interpêter : c'est posisif si ces jeunes passent imédiatement à la vie active, et navrant si c'est pour rentrer chômer. 

- Les femmes toujours exclues de certains métiers 
Les jeunes femmes sont plus nombreuses que leurs aînées dans certains métiers liés au droit, à la médecine ou à l'information et la communication. La segmentation entre hommes et femmes reste en revanche forte dans les métiers peu qualifiés : les premiers s'orientant dans l'industrie et le bâtiment, les secondes dans les services à la personne.
Logique ! L'égalité hommes-femmes se fait au niveau intellectuel, mais ne se fera jamais au niveau physique. 
[/td][/tr][/table][/td][/tr][/table]
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lambertini
Messages : 3119
Enregistré le : 29 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : normandie

Message non lu par lambertini » 14 nov. 2009, 14:25:00

la realitée est violente pour les chaumeurs, combien vivent a la campagne, et n ont pas de moyens de deplacement pour aller bosser,.
de plus oui les riches deviennent plus riche, et il y a de moin en moin de place pour les pauvres,(logement, travaille)
la caravane passe et les chiens aboient

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 14 nov. 2009, 21:38:00

J'ai des doutes ...

Vivant à la campagne,je vois des fermiers rechercher désespérément de la main d'oeuvre. Des jeunes femmes qui font 50 km par trajet pur aller travailler, et doivent emmener leur bébé, faut de trouver une femme (bien payée) pour les garder. Et si je besoin d'un peintre, d'un carreleur, d'un menuisier, d'un petit jardinier, ou même d'un extra pour servir un dîner, c'est tout simplement impossible, et je dois les "importer" d'une ville à 150 km !

Alors, ne viens pas me dire que ces gens ne trouvent pas de travail !

Un peu facile de dire que les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. C'est surtout que les seconds ne foutent pous rien, et que les riches travaillent énormément. Une enquête, en Belgique, démontrait que la "journée"normal d'un médecin généraliste était de 15 heures + appels éventuels de nuit et gardes de week-end.

A 10 euros de l'heure (chiffre que tu as donné et qui semble raisonnable), si tes pauvres bossaient 15 heures par jour (même sans garde de nuit et de week-end), ils gagneraient 150 euros/jour ou 3.000 euros/mois (+ sans doute le chômage) ...

Et crois-moi, du travail, il y en a !

Autre constat : j'avais pour mes différents travaux une petite équipe de polonais doués, sympathiques, rapides et bon finisseurs.  Un de leurs clients (belge) s'est acheté un château en France et le rénove. Il n'a pas trouvé UN type valable  sur place, et a donc "mes" polonais à demeure depuis 3 ans !

Sauf invalidité, ce qui manque à tes "pauvres", c'est de retrousser leurs manches !
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 14 nov. 2009, 22:50:00

Tu te trompes, les riches ne travaillent pas énormément, ils font travailler les autres.
Trouve un employeur qui va te faire travailler 15 heures par jours, et en plus c'est illégal. Peut-être que dans certaines professions  c'est possible, mais tu crois qu'un maçon pourrais travailler de 7 heures du matin à 11 heure du soir; arrête de raconter n'importe quoi. Tu parles comme quelqu'un qui n'a jamais travaillé de ces mains. Tout le monde ne peux pas être médecin. Une de mes filles est médecin dans l'armée (elle va d'ailleurs revenir dans le civil début 2010) et elle a des copains et copines dans le civil qui sont médecins, et ils dépassent rarement 10 heures par jours.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 15 nov. 2009, 09:56:00

Ben oui, 10 heures pour les plus chanceux, c'est déjà 30 % de plus que les salariés (et avec Bac + 7 ou 8, ce qui signifie toute une tranche de vie investie dans la préparation à une carrière, quand les salariés gagnent déjà leur vie)

Si, j'ai travaillé de mes mains, et je le fais encore ! Pour mon compte, mais à des cadences qui font pâlir les professionnels ! Carreler, monter des cuisines ou des salles de bain, isoler des chappes, poser des faux plafonds, monter les cloisons de briques, chapper, peindre, tranformer une chiffre en jardin "à photographier", etc. Tout cela ne me fait pas peur, me fatigue évidemment physiquement, mais me laisse l'esprit libre. Bien moins harassant qu'un travail intellectuel.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lambertini
Messages : 3119
Enregistré le : 29 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : normandie

Message non lu par lambertini » 15 nov. 2009, 19:02:00

mps tu est trop forte.
a toi seul tu fait vivre un pays
la caravane passe et les chiens aboient

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré