La semaine de 4 jours nuirait à la santé des enfants

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 30 janv. 2010, 14:04:00

Bonjour,
 L’école est néfaste pour la santé ! Ce sont des médecins qui le disent : l’Académie de médecine vient d’adopter un rapport assassin sur le rythme scolaire des petits Français : 864 heures de classe, en 36 semaines, 144 jours, 4 jours par semaine, ce n’est pas bon pour les enfants. Il y a longtemps que les chronobiologistes le disent.   Ils l’ont répété lorsque la réforme du primaire, en septembre 2008, a eu raison du samedi, faisant de la France le seul pays européen où les enfants ne vont à l’école que quatre jours par semaine. L’Académie de médecine s’était saisie du sujet de l’aménagement du temps scolaire, qui fait régulièrement débat depuis vingt ans. La réforme ne fait que renforcer ses « recommandations » pour que l’on « mette l’enfant au centre de toute réflexion sur le temps scolaire ».

8 h 30, c’est trop tôt ! L’enfant arrive à l’école fatigué « quelle que soit la durée de son sommeil », préviennent les médecins, qui insistent sur la nécessité de se coucher à heure régulière en évitant les variations (le mardi et le week-end entre autres) et les emplois du temps de « ministre » après l’école. Sport, musique, devoirs… si les enfants, « en dehors de toute maladie », se traînent en classe, c’est qu’ils en font trop, au risque de somnoler en plein jour, développer des troubles de l’attention, voire de l’anxiété ou de l’hyperactivité. A 8 h 30 qui plus est, l’enfant n’est bon à rien : sa capacité d’attention grimpe à partir de 9 heures pour être au top entre 10 heures et 11 heures, plonge après le repas et remonte entre 15 heures et 16 heures.

Des journées à rallonge.
Six heures de cours par jour, c’est trop. C’est deux heures de plus que pour un petit Finlandais ou Suédois ! Quand s’y ajoutent deux heures de soutien, c’est encore plus incohérent. En primaire, il vaudrait mieux limiter à cinq heures, avec une heure d’étude dirigée pour terminer. Ce qui effacerait la corvée des devoirs après. Au collège, l’Académie regrette que les emplois du temps (25 à 28 heures par semaine) ne tiennent jamais compte de l’âge des élèves de la 6 e à la 3e et déplore les heures de « trous », qui ajoutent à la fatigue.

Des semaines denses.
La semaine de quatre jours, c’est ce qui se fait de pire, selon tous les scientifiques. Les enfants sont fatigués le lundi et le mardi. Le mieux pour eux, c’est étaler la classe sur quatre jours et demi ou cinq jours. Même l’inspection générale de l’Education nationale a relevé en septembre que la suppression du samedi matin avait accru la fatigue des élèves et des enseignants. La FCPE (principale fédération de parents d’élèves) le mettait aussi en avant au printemps dernier, incitant parents et écoles à réfléchir à des semaines plus en phase avec la santé des enfants. Depuis la réforme de 2008, 5 % des écoles seulement ont gardé le rythme de quatre jours et demi avec mercredi travaillé, qu’ils avaient déjà auparavant.

Des vacances mal réparties. Les petits Français travaillent trop, alors qu’ils sont champions des vacances. L’école se concentre sur 36 semaines, avec quatre périodes de congé. L’idéal, ce serait une année scolaire de 180 à 200 jours d’école : moins de vacances d’été et une alternance de sept semaines de cours et deux semaines de congé, évitant ainsi l’aberration actuelle de dix petits jours à la Toussaint, alors que l’automne est médicalement une période de fatigue.  Le Parisien. Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 30 janv. 2010, 15:16:00

D'instinct, j'ai toujours pensé la même  chose ...

1°. L' heure de coucher ne doit pas varier selon les jours et les convenances des parents. Un enfant s'endort vite et bien quand c'est toujours à la même heure.
Le garder debout sous prétexte qu'il pourra dormir le lendemain, cela équivaut à lui infliger un décollage horaire.

2°. Un enfant, jusque 11 ou 12 ans, a besoin de 12 heures de sommeil. Autrement dit, s'il doit se lever à 7 heures, il devrait être au lit, petit histoirecomprise, à 19 heures. Nous en sommes très loin, et une amie institutrice m'a avoué faire le programme de la semaine avec le télé-journal sous les yeux : elle choisit des soirées barbantes pour mettre les nouvelles matières le lendemain !

3°. Si le enfants sont fatigués en classe, c'est e.a. à cause du manque permanent d'oxugénation : locaux bourrés, fenêtres trop rarement ouvertes pour cause d'économie d'énergie ... Le minimum, c'est de leur permettre de se défoncer au grand air au moins une heure, et par tous les temps ! Dans la pratique, de l'école à la bagnole et de la bagnole à la maison, ils le font fort peu.

4°. Les enfants sont des êtres humains qui ont des besoins différents de ceux des adultes. Or, on a "cloné" leurs horaires sur ceux de leurs parents par facilité.
Mauvais.

Il me semble que 4.5 jours/semaine, classes finies à 16 heures, et maximum une petite demi-heure de devoirs est correct pour les enfants de primaires.

En humnanités, les enfants peuvent supporter un peu plus, à condition que la part soit faite durant cet horaire à des activités physiques quotidiennes, et si possible extérieures. 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 31 janv. 2010, 16:37:00

Ma compagne instit' se tue à le dire depuis que je vis avec, même avant que cette imbécillité soit mise en place.

il est patent que la semaine des 4 jours a été mise en place afin de contenter les parents d'élèves. L'école maternelle, mais aussi la primaire, est de plus en plus vécu par les parents comme une bête garderie. Le gouvernement a cédé aux caprices de ces parents devenus psychologiquement des consommateurs. Les cas sociaux ne sont pas à chercher parmi nos chères têtes blondes mais plutôt chez leurs aînés.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré