L'emploi garanti des fonctionnaires va être remit en cause ?

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 07 févr. 2010, 12:51:00

la chambre bleue a écrit :Enfin tout ça pour dire qu'effectivement le statut d'agent chargé d'une mission de service publique n'existe pas... merci !! :ok:
Tu es le seul ici à vouloir parler de statut... :lol: Personnellement, je parle de l'utilisation de la locution "service public" et ce depuis mon premier post sur le sujet.

Je dois vous laisser, je vais au travail. Certain que je ne croiserai pas le moindre enseignant aujourd'hui...
Image

Lou
Messages : 228
Enregistré le : 12 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par Lou » 07 févr. 2010, 13:08:00

lancelot a écrit :
Lou a écrit :
lancelot a écrit :D' une part, j'ai jamais été vraiment intéressé pour être payé a glander et d'autre part, je n'ai pas de piston. En plus ma qualification ne correspondait pas au profil des postes dans l'info de mon époque. (mon petit beau frère, lui est entré à la CAF comme pupitreur, sans diplome ... et grace à sa tante (chef de service a la CAF), il y a 20 ans ..., inutile de dire que depuis ... il a bien engraissé.) Le pb de toute façon n'est pas la. Je l'ai déjà écris plus haut mais je vais le redire :  je ne suis pas pour la modification d'un contrat de travail en cours d'exécution. Ceux qui ont choisi en connaissance de cause la fonction publique doivent bénéficier jusqu'a leur départ des conditions qui doivent être celles que l'état leur avait promis.
En revanche, il n'est plus possible de continuer à recruter dans ces conditions, cela devient débile ...
quelques exemples :
- l'informatique a libéré des centaines (ou milliers) de postes qui ne peuvent être supprimés .... cela entraine un surcout.
- la redevance télé à été jumelée aux impots locaux, mais les fonctionnaires de la redevance ont refusé d'être affecté ailleurs ... j'en déduis donc que c'est une bande de glandus qui ne veulent pas bosser ...

En cherchant, je pourrais trouver un paquet d'exemples, mais peu importe.

le monde évolue, les états évoluent et il n'est pas possible de maintenir une personne à un poste de travail ou il n'y a plus de travail.

Je pourrais dire aussi que grace à la possibilité qui leur est offerte de prendre le public (les usagers) en otage, bon nombre de catégories de fonctionnaires se sont batis des niches dorées qu'il n'est plus possible de maintenir dans l'avenir sous peine d'appauvrissement.

je rappelle aux fonctionnaires qu'ils sont à notre service ... et pas le contraire.

je peux donc reformuler votre discours  :

Si vous ne vouliez pas être au service des autres et de l'état et en accepter les contraintes, pourquoi avoir choisi d'être fonctionnaire ? La planque ? La sécurité ? les 2 ???





Discours typique d'une personne qui n'à pu rentrer dans la fonction publique. Lancelot pourquoi tant de violence dans ton texte, oui certains fonctionnaires sont des fainéants et profitent de leurs situation, oui nous sommes au service de la population et ce n'est pas une raison pour nous traité comme de la me... et que l'on doit cirer vos pompes 24h24h oui nous avons la sureté de l'emploi...... icon_evil
Je suis d'accord pour une modification de contrat pour les nouveaux arrivants, concernant les salaires,  d'aprés des études faites sur plusieurs sites les salaires de la fonction publiques sont supérieurs au privé sauf pour les cadres ou là c'est l'inverse.
Il me semble que pour les prises d'otages vous êtes pas mal dans le privé icon_lol

Non Lou, il ne s'agit pas d'un discours typique de quelqu'un qui n'a pu renter dans la fonction publique et encore une fois je ne soutiendrai pas un projet visant a casser en cours de contrat les termes de ceux ci.
Cela n'empêche pas de porter un jugement sur la fonction publique, qui comme son nom l'indique est la pour assurer le fonctionnement de la chose publique.
En d'autres termes, accepter de travailler pour l'état, c'est accepter de travailler pour les français, c'est donc aussi accepter la critique des français.
Il ne faut pas tout mélanger : l'état évolue et le salarié sous contrat, dès lors que ses conditions ne sont pas fondamentalement modifiées (à l'instar du droit des salariés privés) ne doit pas se substituer à l'état et lui imposer son point de vue.

Il ne faut pas se tromper de rôle. Etre au service de l'état ne veut pas dire que l'état doit vous écouter, mais bel et bien le contraire.
Et quand je dis l'état, c'est à la fois l'exécutif et sa légitimité acquise dans les urnes.

Encore une fois, je ne vise pas les contrats en cours, mais il est urgent de moderniser le statut pour l'adapter aux temps actuels, car les besoins évoluent ..... et cela doit se faire rapidement pour tous les nouveaux volontaires.

Le corps des fonctionnaires ne peut demeurer la chose chose qui ne bouge pas.

Je suis d'accord sur le fait que certaines choses doivent changée.

Par contre le jugement que porte certaines et je dirais même la plupart des personnes sur les fonctionnaires devient lourds, on est est des fainéants, on profite de l'argent du contribuable, on profite de notre status et j'en passe.....
J'accepte les critiques car pour moi elles peuvent faire avancé certaines choses, par contre si je comprends bien on est au service de l'état comme tu le dis? nous ne devons en aucun cas dialogué avec notre hiérarchie qui est l'état et dire oui comme des moutons.
Quant je vous écoute et je lis certains discours j'ai l'impression de revenir au temps des esclaves, OUI NOUS SOMMES A VOTRE SERVICE NON NOUS N ALLONS PAS VOUS CIREZ LES POMPES VOIR PLUS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 07 févr. 2010, 16:14:00

Ceux qui travaillent chez eux sont simplement mal organisés
si norbert était là il dirait que plonger ainsi dans l'insulte est un signe qu'on n'a plus d'arguments.
Arrête ton char, Artargis. Constater que quelqu'un est désorganisé n'a rien d'une "insulte".

Tu sais comme moi qu'il y a des "rapides" qui font de l'excellent travail, et des lambins qui passent des heures interminables pur accoucher d'une souris.

Comme d'ailleurs des rapides-superficiels et des chenilles perfectionnistes.

A chacun de trouver son rythme, mais pas de nous faire croire qu'il faut 4 heures pour préparer un cours de 50 minutes, portant sur une matière dont on est sensé être un virtuose. 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
artragis
Messages : 8006
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 07 févr. 2010, 16:24:00

Arrête ton char, Artargis. Constater que quelqu'un est désorganisé n'a rien d'une "insulte".
c'est exactement ce que je disais à anonyme, j'ai a berlue quand je vois ma mère et ses collègues travailler.
Tu sais comme moi qu'il y a des "rapides" qui font de l'excellent travail, et des lambins qui passent des heures interminables pur accoucher d'une souris.
oui mais être rapide peut quand même prendre une heure ou deux... après tout les gens travaillent bien 35H, ils sont pas pour autant lembinards...
A chacun de trouver son rythme, mais pas de nous faire croire qu'il faut 4 heures pour préparer un cours de 50 minutes, portant sur une matière dont on est sensé être un virtuose.
un cours c'est soit uen heure soit 55 minutes... De plus, comme je l'ai dit, c'est de une à deux heures maximum en moyenne pour un cours. Je parle en terme de moyenne car il faut savoir que le cours s'inscrit dans un chapitre qui, pour presque toutes les matières sauf les math, s'inscrit dans une "partie".
Et souvent préparer le cours passe donc par préparer la partie, puis le chapitre puis on regarde les éléments pédagogiques. Résultat certaines heures demandent une dizaine de minute de préparation et d'autres demandent trois voire quatre heures (très très rare), ne serait-ce que pour trouver des meilleurs documents, pour orienter le cours pour préparer l'utilisation du matériel, il n'y a qu'en lycée qu'il y a des préparatrices par exemple, donc un prof de physique ou de SVT doit lui même préparer son expérience en collège. Mais ce n'est pas du char, et que je sache vous n'avez AUCUN argument, juste du fiel, envers ceux qui forment ceux qui vont payer votre retraite. Mais encore une fois faut taper sur le fonctionnaire, c'est pas assez libéral le fonctionnaire.
Peut ête avez vous l'ami d'un ami qui a dit que son copain qui est le frère d'un prof ne foutait rien de ses journées...

PS si cétait un constat, oui, mais comment peux tu "constater" la désorganisation d'une personne si tu ne vois pas cette personne au travail? ce que tu dis est ridicule ! et qualifier quelqu'un négativement sans respecter la vérité, c'est la définition de "insulter"...
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 07 févr. 2010, 19:02:00

 
J'accepte les critiques car pour moi elles peuvent faire avancé certaines choses, par contre si je comprends bien on est au service de l'état comme tu le dis? nous ne devons en aucun cas dialogué avec notre hiérarchie qui est l'état et dire oui comme des moutons.
Quant je vous écoute et je lis certains discours j'ai l'impression de revenir au temps des esclaves, OUI NOUS SOMMES A VOTRE SERVICE NON NOUS N ALLONS PAS VOUS CIREZ LES POMPES VOIR PLUS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Mais ça, c'est le propre de tout salarié. Que ce soit dans le public ou le privé, le lien de subordination est toujours présent dans une relation de travail.
Dialoguer n'est pas imposer, et dialoguer suppose que les fonctionnaires comprennent que le but de l'état en organisant ses services est de répondre aux besoins de la société. Il a de plus été élu pour le faire. Les salariés n'ont donc pas à se substituer à la volonté des urnes.
Dans le privé c'est pareil, on peut toujours discuter, bien sur, mais in fine ce sera bien le patron ou le CA et les actionnaires qui décideront.
Ce n'est pas démocratique, mais il ne faut pas confondre : la démocratie s'arrête la ou commence le  lien de subordination. Les règles du jeu sont la, et pas ailleurs.

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 07 févr. 2010, 20:04:00

Ben avec vos bétises, je vais pas aller bosser cette nuit, j'ai trop peur de me faire virer, maintenant ......... icon_evil icon_cheesygrin icon_mrgreen
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 07 févr. 2010, 20:39:00

Te presses pas, y'a pas le feu.  icon_biggrin

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 08 févr. 2010, 08:39:00

Dans le privé c'est pareil, on peut toujours discuter, bien sur, mais in fine ce sera bien le patron ou le CA et les actionnaires qui décideront.
Ce n'est pas démocratique, mais il ne faut pas confondre : la démocratie s'arrête la ou commence le  lien de subordination. Les règles du jeu sont la, et pas ailleurs.
En effet, la démocratie n'a de sens que dans la sphère publique générale.

Elle serait compluètement tocarde dans la gestion d'une famille, d'une entreprise, d'une opération militaire ou d'une sélection sportive.

La démocratie, ce n'est pas permettre au pied du mur à une foule de bavards de donner leur avis icon_biggrin icon_biggrin icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 08 févr. 2010, 12:12:00

Lancelot, le salarié n'est pas non plus un esclave. Il est payé pour faire ce qui est écrit dans son contrat. Point barre.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 08 févr. 2010, 12:25:00

C'est faux. Il est payé pour faire ce qui est dans son contrat lorsque c'est spécifié, sans que cela soit exhaustif, mais le contrat écrit n'étant pas obligatoire, le code du travail qui s'applique à tout le monde dans le privé, stipule que le temps de travail effectif (la ou on est payé) est celui ou le salarié est à la disposition de son employeur.

Que la mémoire collective transforme cela en : Je suis payé pour faire ce qui est écrit dans mon contrat et rien d'autre est source de beaucoup de déceptions de salariés devant le Conseil de prud'hommes.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 08 févr. 2010, 12:32:00

Ah. Est-ce à dire que quelqu'un patron qui embauche une personne en tant que comptable peut exiger d'elle en toute légalité de passer l'aspirateur à la place d'une femme (ou homme) de ménage? J'ai quand même un sérieux doute là-dessus.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 08 févr. 2010, 12:43:00

Lancelot, le salarié n'est pas non plus un esclave. Il est payé pour faire ce qui est écrit dans son contrat. Point barre.
Ca, c'est la "gamelle", genre d'esclave soupirant qui pousse son activité en attendant l'heure de la sortie icon_biggrin

D'autres salariés, heureusement pour eux, font "comme pour eux", se passionnent pour leur travail, s'en vont quand il est mené à terme, ou bien avancé, à moins qu'ils n'aient une urgence personnelle. Ils s'éveillent en pensant à ce qu'ils vont réaliser, peaufine leur stratégie pendant le trajet, et s'amusent beaucoup.

Et lorsqu'ils ont besoin de partir plus tôt ou d'arriver plus tard, (à condition que ce ne soit pas chronique, et encore), personne ne s'en émeut !

Dans une même fonction, dans une même boite, tu auras toujours des "princes" et des "martyrs".Mais ces statuts, ils ne le doivent qu'à la manière dont ils envisagent leur profession ... 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 08 févr. 2010, 12:51:00

mps, visiblement, tu n'es ni balayeur, ni caissier en supermarché... Et je ne vois absolument pas le rapport entre ce que tu dis et ce que j'ai écrit.

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 08 févr. 2010, 12:59:00

mps est persuadée qu'un ouvrier peut s'épanouir en vissant 5000 fois par jour le même boulon.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 08 févr. 2010, 13:27:00

Nombrilist a écrit : Ah. Est-ce à dire que quelqu'un patron qui embauche une personne en tant que comptable peut exiger d'elle en toute légalité de passer l'aspirateur à la place d'une femme (ou homme) de ménage? J'ai quand même un sérieux doute là-dessus.
Bien sur que non, tout comme le bagagiste de l'aéroport ne va pas remplacer le controleur aérien qui s'absente, mais attention, dans ton exemple on peut très bien imaginer qu'en l'absence de femme de ménage pour cause de maladie, la direction fasse passer une note de service disant que durant son absence chacun est prié de faire en sorte que son bureau doit rester clean et présentable, et la c'est légal.

Ce n'est qu'un exemple, bien sur.

Encore une fois, soyons précis ... la signification d'un mot est importante et le mot subordination est sans équivoque.

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré