Loppsi 2 c'est quoi ?

Venez parler de notre sécurité ( la police, la violence... ) mais aussi venez parler de la sécurité sur le web ( piratage, compte bancaire... )
lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 13 févr. 2010, 09:31:00

C'est d'autant plus inutile que dans l'exemple des retraités sauvagement agressés, BH veut porter la sanction à 10 ans .... alos que c'est déjà la peine prévue par la loi actuelle.

Si ça c'est pas de la poudre aux yeux ....

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59207
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 févr. 2010, 11:57:00

Hortefeux, si il était ministre grâce à ses compétences, ça se saurait. Non, il est là pour représenter les racistes de l'UMP et du FHaine.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 févr. 2010, 17:27:00

Tu me fais songer à un gamin qui avait un jour envoyé une lettre d'injures à mon Ministre, l'accusant d'être un incapable feignasse.

Mon patron ne manquait pas d'esprit, et a répondu fort courtoisement à ce garçon qu'il l'invitait très volontiers à venir travailler un mois au Cabinet, pour qu'il puisse se faire une idée.

Et comme le râleur était honnête, il a accepté.

Après 15 jours, il venait spontannément s'excuser de sa connerie icon_confused  Et il est resté 3 ans !
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 13 févr. 2010, 21:01:00

C'était vraiment un c...

mais pas une généralité ... peut être une spécificité belge ... ?

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 13 févr. 2010, 23:16:00

Nombrilist a écrit : Hortefeux, si il était ministre grâce à ses compétences, ça se saurait. Non, il est là pour représenter les racistes de l'UMP et du FHaine.
Je le trouve pourtant très compétent lorsqu'il s'agit d'exécuter les basses besognes décidées au Château.

Brice ne fait pas de politique, c'est un technicien, un éternel porte-flingue. Il effectue des tâches administratives ou pratiques comme un prolo descendait autrefois à la mine. Sauf que lui peut se permettre de sourire, son job paie mieux que la silicose.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 26 déc. 2010, 23:51:00

Bonjour,

Les députés ont approuvé mardi le projet de loi Loppsi 2 sur la sécurité intérieur. Le texte reprend notamment les mesures issus du discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy.


Les députés ont adopté mardi en seconde lecture le projet de loi sur la sécurité intérieure, dite Loppsi 2. Le texte a reçu l'approbation 305 voix contre 187. Les grandes orientations des forces de l'ordre seront ainsi fixées jusqu'en 2013 après la seconde lecture du Sénat, au premier trimestre 2011. Dans ce texte fourre-tout ont été notamment introduites les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy à Grenoble le 30 juillet dernier.
Le texte prévoit ainsi d'étendre la liste des motifs de déchéance de la nationalité française aux condamnés naturalisés depuis moins de dix ans ayant causé la mort d'une personne dépositaire de l'autorité publique. Le gouvernement a défendu son texte par la voix du ministre de l'Intérieur. "Le gouvernement met entre vos mains tous les moyens d'aller plus loin dans le combat contre la délinquance", a lancé Brice Hortefeux.

Couvre-feu, permis à points, scanners...
Figurent aussi de nombreuses dispositions allant de l'identification d'une personne par ses empreintes génétiques au développement de la vidéosurveillance en passant par le renforcement des polices municipales, sans oublier un durcissement des sanctions en matière de délits routiers. Le permis à points est toutefois assoupli.

L'Assemblée avait déjà adopté en première lecture de nombreux amendements de sa commission des Lois comme celui autorisant les préfets à instaurer un couvre-feu de 23 heures à 6 heures pour les mineurs de 13 ans non accompagnés. Ou encore l'autorisation à titre expérimental sur trois ans d'installer des scanners corporels dans les aéroports ou le renforcement des sanctions contre les vendeurs à la sauvette. Les députés ont également retenu en deuxième lecture un amendement, présenté par les députés UMP membres du courant Droite populaire, qui propose de permettre aux jurys de cour d'assises de prononcer, à l'encontre d'un étranger coupable, une peine complémentaire d'interdiction définitive du territoire.

Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
johanono
Messages : 32017
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 27 déc. 2010, 13:22:00

Si l'efficacité d'une politique de lutte contre la délinquance se mesurait au nombre de lois votées, cela se saurait...

Invité

Message non lu par Invité » 27 déc. 2010, 18:18:00

pour faire bonne fugure vis a vis du bon peuple en fait des loie.
on vas fliquer de plus en plus le brave francais.
mais bon  , ils laissent toujours une porte de sortie,
car eux sont les premiers truands.
sa ne changera rien

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 13 févr. 2011, 22:04:00

Bonjour,

Très décriée, la nouvelle loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2) a été adoptée dans la nuit de mardi à mercredi par les parlementaires. Elle met autant en œuvre des mesures énoncées par Nicolas Sarkozy lors de son discours de Grenoble, que l'assouplissement du permis à points.


Le projet de loi sur la sécurité intérieure, dite Loppsi 2, a été définitivement adopté dans la nuit de mardi à mercredi par le Parlement. Sénateurs (178 voix contre 151) comme députés (73 voix contre 29) se sont en effet prononcés en faveur du texte mis au point par la Commission mixte paritaire (CMP), qui reprend de nombreuses mesures annoncées par Nicolas Sarkozy, lors du discours sécuritaire de Grenoble le 30 juillet 2010. "Ce texte présente des mesures pragmatiques, nécessaires. Avec ce texte, nous allons plus loin en faveur de nos compatriotes", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, qui a défendu ce projet de loi dans l'hémicycle. Et d'ajouter que la Loppsi 2, qui fait suite à la loi du 29 août 2002 venue à échéance en 2007, était "une boîte à outils à la disposition de la protection et de la sécurité de nos concitoyens".
Si le texte définitif a subi quelques modifications, il acte toutefois les souhaits du gouvernement, en renforçant l'arsenal répressif en vigueur et en fixant les grandes orientations de forces de l'ordre pour cinq ans (2009-2013). Ainsi, les peines-planchers ont été étendues aux primo-délinquants et ne concerneront donc plus uniquement les récidivistes. Une période de 18 mois a été fixée pour les peines de sept ans de prison et plus, et une période de 24 mois pour les peines de dix ans et plus. La comparution immédiate, sans passer par le juge des enfants, sera également possible pour les mineurs condamnés ou ayant fait l'objet d'une enquête dans les six mois précédents, et ce quel que soit le motif de l'enquête ou de la condamnation. Quant à la peine de sûreté assortie à la condamnation pour avoir tué un représentant de l'autorité publique, elle sera appliquée en cas d'assassinat et de meurtre en bande organisée.

"La fuite dans le tout carcéral"
Mais ce projet de loi est loin de convaincre l'opposition, qui a tenté, en vain, de faire entendre son point de vue. "C'est un texte difforme composé de mesures perverses et d'affichage", s'est insurgée la députée socialiste Delphine Batho, chargée des questions de sécurité au PS. "Non seulement votre politique ne marche pas, mais elle est aujourd'hui le premier facteur de désordre, le premier facteur de déstabilisation de la chaîne pénale", a-t-elle ajoutée. Un point de vue partagé par le socialiste Julien Dray: "Tout cela est dérisoire et inefficace!", a-t-il déclaré, fustigeant "la fuite dans le tout carcéral". Ce projet de loi "agite le chiffon rouge de la sécurité" et fait "le lit d'un populisme malsain" a, de son côté, renchérit le député PCF Jean-Paul Lecoq. Comme prévu, l'opposition a annoncé qu'elle allait saisir le Conseil constitutionnel.
Autre grande mesure de ce projet de loi, l'assouplissement du permis à points. Contre l'avis du gouvernement et de Nicolas Sarkozy, les parlementaires ont voté pour ce volet du texte. Désormais, la restitution des douze points se fera en deux ans au lieu de trois actuellement. Le délai pour récupérer un point passera aussi d'un an à six mois et les automobilistes seront autorisés à effectuer un stage pour récupérer leurs points tous les ans et non plus tous les deux ans. Un délai qui reste toutefois fixé à trois ans pour un délit ou une contravention de quatrième ou de cinquième catégorie, comme la grande vitesse ou bien encore l'alcoolémie.

Polémique autour du permis
Une mesure mal-perçue par certains, alors que la hausse du nombre de tués sur les routes de France a augmenté de 21% au mois de janvier, par rapport à janvier 2010. Soit la plus forte augmentation depuis juin 2009 (33%). "C'est un véritable crève-cœur de voir nos pires appréhensions confirmées", a affirmé sur France Info la présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon, qui estime que "l'UMP sera le parti de l'insécurité routière". Le professeur Claude Got, spécialiste de sécurité routière depuis plus de 40 ans, a également souligné que "ses pronostics pessimistes sur les effets nocifs de l'affaiblissement du permis à points dans la Loppsi 2 étaient en-dessous de la réalité".
Mais le gouvernement a rapidement réagi à cette mise en cause. Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand, a rejeté mercredi, sur LCI, tous liens entre l'assouplissement du permis et la hausse du nombre de tués. "L'assouplissement du permis à points n'est même pas en vigueur. Il faut être intransigeant avec les délinquants routiers. Pour le reste, je ne pense pas qu'on puisse faire le moindre lien avec les amendements qui ont été votés", a-t-il assuré.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 14 févr. 2011, 05:33:00

Peut être....des peines un peu plus sévère pourquoi pas,sauf qu'il manque toujours du personnel et des prisons,mais les gogos sont content...

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 11 mars 2011, 10:53:00

Bonjour,

Le coup de semonce. Sans surprise, le Conseil constitutionnel a censuré une partie de la nouvelle loi sur la Sécurité intérieure (Loppsi 2), votée début févrierà l'initiative du gouvernement pour renforcer l'arsenal répressif contre la délinquance et la criminalité. Treize dispositions ont été retirées du droit par les Sages. Parmi les principaux passages retoqués figure la possibilité d'étendre aux mineurs les peines planchers, jusqu'ici réservées aux seuls récidivistes. Ce qui a été jugé "contraire aux exigences constitutionnelles en matière de justice pénale des mineurs", écrit l'institution dans son communiqué.  Pour les mêmes raisons, les Sages ont rejeté la possibilité pour un procureur de convoquer directement un mineur devant le tribunal des enfants sans passer par le juge des enfants. Le Conseil constitutionnel a bien validé la possibilité de prendre une décision de "couvre-feu", collective ou individuelle, mais censuré la possibilité de punir pénalement un parent dont l'enfant n'aurait pas respecté la mesure.   Une vidéosurveillance recadrée Autre disposition invalidée: la possibilité pour un préfet de procéder à l'évacuation forcée de terrains occupés illégalement, sans demander l'avis du propriétaire des terrains. Cette mesure prise "sans considération de la situation personnelle ou familiale, de personnes défavorisées et ne disposant pas d'un logement décent (...) opérait une conciliation manifestement déséquilibrée entre la nécessité de sauvegarder l'ordre public et les autres droits et libertés", écrit le Conseil constitutionnel.  Concernant le droit des étrangers, les Sages ont aussi rejeté la possibilité, prévue par la Loppsi 2, d'aménager des salles d'audience au sein des centres de rétention administrative. Ils ont également invalidé l'extension aux agents de police municipaux du droit de procéder à des contrôles d'identité. Enfin, en ce qui concerne la vidéosurveillance, le Conseil constitutionnel a accepté l'extension des dispositifs prévue dans la loi, mais censuré la possibilité de les exploiter par des personnes de droit privé.   Le Net filtré pour lutter contre la pédopornographie Ce catalogue d'interdictions ne doit pas faire oublier que des importantes mesures ont été validées. Les Sages ont ainsi jugé conformes à la Constitution l'extension des peines planchers pour les auteurs de certains délits de violences volontaires avec circonstances aggravantes. Ils ont aussi validé l'article 4 de la loi, qui permet à l'autorité administrative d'interdire l'accès aux sites Internet diffusant des images pédopornographiques.  Sur ce point, plusieurs élus s'étaient opposés à la mesure. La Quadrature du Net, un collectif militant pour un internet libre, avait transmis de son côté aux Sages un mémoire complémentaire, pointant du doigt les dispositions sur le filtrage du Net. Mais la lutte contre la pédopornographie a été placée par l'institution au-dessus de la liberté numérique.   => La décision du Conseil constitutionnel en ligne.   A plus tard,  
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26110
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 11 mars 2011, 11:09:00

On va pouvoir recycler le programme Amar404 dont les Tunisiens ne veulent plus icon_mrgreen
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

En ligne
Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59207
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 11 mars 2011, 11:22:00

Heureusement que les sages sont là pour modérer les dérives sécuritaires-liberticides de la droite.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 11 mars 2011, 20:19:00

Le Conseil constitutionnel a bien validé la possibilité de prendre une décision de "couvre-feu", collective ou individuelle, mais censuré la possibilité de punir pénalement un parent dont l'enfant n'aurait pas respecté la mesure.
Intéressant. Est-ce que ça veut dire que le projet de loi visant à punir les parents des élèves qui sèchent les cours est lui aussi anticonstitutionnel ?
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 12 mars 2011, 17:15:00

C'est étrange tout de même, cette manie de ne rien voir, de se cantonner à son nombril et de juger sans aucune bille en main.
La France ( et c'est pas la seule) souffre par endroit d'un gros problème sécuritaire, et particulièrement les grandes agglomérations. Les gens ont peur, et ce n'est pas les médias qui les font flipper, mais ce qu'ils vivent tous les jours.
Un pote me disait que si les médias disaient exactement ce qui se passe, personne ne sortirait de chez lui dans certains endroits.
On a passé le stade de "sentiment" d'insécurité, on est en plein dedans. Bien sûr que Loppsi n'est pas parfait, mais ne vous est il pas venu à l'esprit que c'est pas parce que vous avez les moyens d'habiter loin de la délinquance que c'est le cas de tout le monde ?
Vous, personnes de gauches, sensés vous préoccuper des pauvres, ne vous est il pas venu à l'esprit qu'avec vos idées actuelle, vous les ignorez de plus belle, car c'est bien eux les premiers qui souffrent de la violence journalière ?

C'est pas d'une gauche bobo que les plus à plaindre ont besoin. Lorsque vous parlez de la délinquance, de la violence, et que vous persistez à dire que les "têtes presque blondes" sont des victimes, vous ne faites que nier l'évidence et ainsi plonger la France dans encore + d'insécurité.
C'est vrai qu'en campagne, on a pas grand chose à craindre des bandes, mais si la France ne s'arrête pas à ses grandes villes, sachez tout de même que c'est à cet endroit qu'il y a la plus grande densité de personnes. Et c'est justement ici que les gens souffrent le plus, et sont de plus en plus tentés de voter FN, quand on voit avec quelle désinvolture et méprise les traitent ceux en qui ils croyaient.

La gauche actuelle préfèrerait voler au secours d'un "bronzé" multirecidiviste que d'aider un pauvre mec qui se fait agresser par ce type dans le métro. Pas étonnant que l'extrème droite gagne des voix.

Si les caméras sont la solution à une laxisme gouvernemental datant de lustres, et bien soit. Le principal est que les gens puissent sortir sans se ch... dessus.
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

Répondre

Retourner vers « Notre sécurité »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré