sur la table lundi : le dossier retraite

Venez discuter de l'actualité politique.
Fleur sauvage
Messages : 74
Enregistré le : 07 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : en France

Message non lu par Fleur sauvage » 14 févr. 2010, 17:14:00

Mais est-ce bon avant les élections régionales de sortir un dossier brûlant : la retraite ?
Tous les pays européens sont ou seront confrontés  au dossier "retraite".
Mme Parisot en parle aujourd'hui et il ne faut pas oublier qu'elle représente le patronat :


Pour garantir le succès de la réforme, il faut surmonter les clivages", prévient-elle. Sur les retraites, "le problème est bien connu mais n'a jamais été pleinement traité" et à l'occasion de la réforme qui se prépare, "il s'agit de retrouver enfin confiance en l'avenir", souligne Laurence Parisot. Parmi les pistes, elle réaffirme ses faveurs à l'option de "changer l'âge légal de départ à la retraite". "Nous avons été les premiers à le dire et cette idée a irrigué le débat politique", note Laurence Parisot, estimant aussi que ce relèvement "entraînera une hausse du taux d'activité des seniors". Elle répète être pour "le maintien du régime par répartition mais complété par un système de retraite par capitalisation".
Chômeurs en fin de droits : des exonérations spécifiques ?  Laurence Parisot se prononce en revanche contre l'idée suggérée par François Fillon de relever les cotisations retraite et, en contrepartie, baisser les cotisations chômage. Augmenter les cotisations retraite "alourdirait à nouveau les charges des entreprises et réduirait le salaire net des salariés", juge-t-elle. Elle rejoint par contre le gouvernement sur la pénibilité, en étant "d'accord pour tenir compte des situations les plus pénibles à condition de les évaluer sur des critères individuels et objectifs". Sur la dépendance, autre sujet que compte proposer Nicolas Sarkozy, la "patronne des patrons" estime qu'il "ne serait pas raisonnable de créer une nouvelle branche qui creuse le déficit de la Sécurité sociale". "La solidarité nationale doit prendre en charge les plus démunis et les plus gravement dépendants" et "au-delà, les pistes de l'assurance privée sont à étudier".  Autre sujet qui devrait être abordé lundi, les chômeurs en fin de droits : "nous souhaitons d'abord réfléchir à des formations spécifiques pour préserver leur employabilité à long terme" et "nous demandons que soit simplifiée et étendue l'exonération des charges sociales pour toute embauche d'un chômeur en fin de droits", affirme la patronne du Medef.  Laurence Parisot demande également "qu'un espace de négociation large" soit "réservé sans conteste" aux syndicats et au patronat. La présidente de l'organisation patronale attend du sommet "que la liberté des partenaires sociaux soit mieux reconnue", d'autant que selon elle "nous avons une qualité de dialogue social jamais atteinte, en dépit d'une crise inouïe".  

anonyme
Messages : 1256
Enregistré le : 15 juin 2009, 00:00:00

Message non lu par anonyme » 14 févr. 2010, 17:50:00

"il s'agit de retrouver enfin confiance en l'avenir", souligne Laurence Parisot.
Lequel ?? Le sien ?? Oh je pense que pour elle, il n'y a pas de problème !! :lol:

Fleur sauvage
Messages : 74
Enregistré le : 07 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : en France

Message non lu par Fleur sauvage » 14 févr. 2010, 18:14:00

;lau;  pour moi c'est cette phrase qui me fait sourire :

La présidente de l'organisation patronale attend du sommet "que la liberté des partenaires sociaux soit mieux reconnue", d'autant que selon elle "nous avons une qualité de dialogue social jamais atteinte, en dépit d'une crise inouïe".  

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 23 févr. 2010, 08:13:00

La problèmatique des retraites est simple et la gauche le sait bien, au delà de ses agitations et de ses scleroses.

Cela consiste soit à trouver de nouvelles recettes non par la taxation du capital qui ferait perdre aux entreprises de France sa competitivité ou aux travailleurs leur pouvoir d'achat, soit à allonger la durée de cotisation, soit à baisser le niveau des pensions.

Jusqu'à présent, c'est la dernière solution qui fut privilégier.

Je crois qu'à l'heure actuelle, c'est de nouvelles recettes appliquées à nos frontières qui permettrait d'éviter de devoir prendre des décisions qui seront douloureuses.

La vérité est qu'il faudra se resoudre à allonger la durée de cotisation en prenant en compte la pénibilité et des spécificités pour pouvoir financer le montant des pensions futures.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 23 févr. 2010, 17:19:00

On ne peut pas laisser aux travailleurs le choix entre payer plus sur la même durée de cotisation et payer plus longtemps mais la même somme ? Je n'aime pas l'idée qui tient pour acquis qu'il ne saurait y avoir qu'une seule solution à un tel problème. C'est du bourrage de crâne :) Quoi qu'il en soit je n'y connais rien au dossier des retraites. Taxer copieusement les revenus du capital - et pas uniquement les stock options - n'est pas pour me déplaire, si ce n'était le chantage à l'emploi que ne manqueront pas d'exercer les entreprises privées sur l'Etat si une telle loi devait voir le jour (on peut rêver !).
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 25 févr. 2010, 00:24:00

Je crois effectivement que laisser le libre choix au salarié est une piste à explorer. En revanche taxer le capital mérite d'être définie car la valeur ajoutée de nombre de PME ne doit pas être remise en cause au travers d'une taxation qui couterait finalement plus cher que ce qu'elle ne rapporterait dans un pays déjà accablés de taxes et de charges sans que, pour autant cela ne resolve les difficultés budgetaires.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 25 févr. 2010, 19:53:00

Les PME sont déjà nettement plus taxées que les grandes entreprises. Je suis d'accord pour ne pas les asphyxier à condition qu'elles jouent le jeu de l'emploi lorsque c'est possible.

Une autre piste serait non pas de taxer plus mais de subventionner moins, ou mieux. L'Etat débourse près de 30 milliards d'euros de subventions en tout genre pour les entreprises privées. On pourrait penser sérieusement à "dégraisser le Mammouth" comme disait l'autre ;)
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Fleur sauvage
Messages : 74
Enregistré le : 07 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : en France

Message non lu par Fleur sauvage » 26 févr. 2010, 17:34:00

racaille a écrit :Les PME sont déjà nettement plus taxées que les grandes entreprises. Je suis d'accord pour ne pas les asphyxier à condition qu'elles jouent le jeu de l'emploi lorsque c'est possible.
Une autre piste serait non pas de taxer plus mais de subventionner moins, ou mieux. L'Etat débourse près de 30 milliards d'euros de subventions en tout genre pour les entreprises privées. On pourrait penser sérieusement à "dégraisser le Mammouth" comme disait l'autre ;)

L'Etat est incapable de payer ses charges sociales dont les retraites.
Faudrait ne plus exonérer à tout va les charges sociales, car une fois l'Entreprise remise à flot, elle ira délocaliser.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 28 févr. 2010, 01:38:00

Si une entreprise est compétitive et si elle n'a plus intérêt financier à délocaliser, elle maintiendra son activité sur le territoire national.

Les 2 critères étant indispensable, c'est autour de ces derniers qu'un plan de relocalisation de l'activité économique et industrielle devrait être mis à l'étude et appliqué par les conseils régionaux.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 28 févr. 2010, 10:51:00

"si elle n'a plus intérêt financier à délocaliser"

Et comment tu fais pour être compétitif face à la Chine sur ce point là?

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 28 févr. 2010, 11:03:00

Tu mets le smic à 60€ par mois ....

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 28 févr. 2010, 11:24:00

7 pays de l'UE n'ont pas de smic.
Les montants sont très variables.

La France a le plus haut taux de smicards.

http://www.journaldunet.com/management/ ... smic.shtml
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 28 févr. 2010, 14:01:00

C'est sans doute parce que les possibilités d"évolutions sont moins importantes qu'ailleurs....Pour répondre à la question de la compétitivité...On ne peut concurrence les Chine et c'est pourquoi il faut retablir des droits de douane moderne et modulables et reduire, progressivement les importations en provenance de pays qui pratiquent l'esclavage moderne.

Cela reduira d'autant les coûts de transport et permettra à nos entreprises de se repositionner sur le marché européen quitte à passer des accords commerciaux sur des produits spécifiques pour que les règles du commerce équitable, sur lesquelles, chacun était d'accords soient enfin respectées.

Avatar du membre
Norbert
Messages : 1520
Enregistré le : 05 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Message non lu par Norbert » 28 févr. 2010, 17:57:00

Comparons les salaires aux prix dans les magasins. S'il est établie un prix minimum applicable pour chaque produit, la concurrence est bel et bien finie. Pour qu'un magasin marche mieux que son voisin, il doit attirer le consommateur et la première des choses est de faire aussi bien pour un coût inférieur.

Le smic permet aux entreprises de toutes pratiquer le même salaire pour un poste équivalent. Ainsi, un cariste de chez Carrefour ne pourra pas trouver mieux que son emploi, même s'il est hyper compétent car toutes les autres enseignes lui proposeront le même salaire.
Image

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 28 févr. 2010, 19:04:00

"S'il est établie un prix minimum applicable pour chaque produit, la concurrence est bel et bien finie."

Pas faux ! Et même je dirais chiche ! Mais tu ne trouveras que la LCR pour proposer un truc pareil.

Répondre

Retourner vers « L'actualité politique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré