Les enseignants et le droit de retrait

Venez nous parler des problèmes de nos écoles ( service minimum, l'accueil des enfants, effectifs dans les classes ... )
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34136
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 16 févr. 2010, 15:45:00

Bonjour,

Depuis une dizaine d’années, les enseignants ont de plus en plus recours au droit de retrait, qui leur permet de cesser le travail sans déclarer en grève, s’il existe “un motif raisonnable de penser que sa situation de travail présente un danger grave et imminent pour sa vie ou pour sa santé”. Il est aussi possible de l’exercer en cas de danger dû à l’état des installations et de l’environnement de travail, qui peut être défectueux.

Ce droit existe pour l’ensemble des salariés depuis 1982. Il a été étendu aux fonctionnaires en 1994.

Le salarié qui exerce un droit de retrait ne subit aucune pénalité, ni disciplinaire, ni salariale, contrairement à une grève, où les jours non travaillés ne sont pas payés. Autre différence essentielle avec la grève, le droit de retrait est une décision individuelle, alors qu’une grève est une action collective, qui nécessite la publication d’un préavis de grève. Mais attention, l’exercice de ce droit de retrait ne doit pas être accompagné de revendications, qu’elles soient salariales ou qu’elles concernent des exigences en terme de personnel. Sans quoi, le tribunal administratif, s’il est saisi, peut estimer qu’il s’agit d’une grève déguisée. Ainsi, dans le cas du lycée Adolphe-Cherioux de Vitry-sur-Seine, où les professeurs ont exercé leur droit de retrait le 2 février dernier suite à l’agression d’un élève, l’Education nationale a considéré qu’il s’agissait d’un grève car les enseignants refusaient la proposition du rectorat de Créteil d’accorder six postes d’assistants d’éducation en plus à l’établissement. Ils en exigeaient 11.


Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
artragis
Messages : 8006
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 16 févr. 2010, 15:51:00

l'artice est bien tourné pourqu'on ne puisse rien dire "ils en exigeaient 11", c'est une revendication, donc grève déguisée.
s'il était marqué "ils en auraient voulu 11" alors on passe à un avis collectif qui est défendu par la liberté de pensée, et le droit de retrait s'applique encore, puisque pour les professeurs (et les conducteurs de transports en communs) le droit de retrait s'applique aussi lorsque la personne pense que les personnes qui a face à lui sont en danger (mais toujours quand lui aussi se sens en danger).

Donc voila, pour la cour c'était une exigence, et l'article se range à cet avis, pour le reste il n'y a pas grand chose à penser.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 16 févr. 2010, 16:02:00

Ce n'est pas la cour qui s'est prononcée, mais l'E.N. (juge et partie, ben voyons ^^). Les enseignants exercent leur droit de retrait. Tant que rien ne change, le droit de retrait reste valable. Pour le danger disparaitrait-il comme par enchantement ? Et pourquoi le rectorat a-t-il proposé et non pas fait d'emblée quelque chose si ce n'était pas une grève ?

Avatar du membre
raslebol
Messages : 180
Enregistré le : 19 sept. 2009, 00:00:00
Localisation : Marseille

Message non lu par raslebol » 16 févr. 2010, 17:04:00

Le ministre qui s'en est occupé a fait semblant d'être sévère...
Tout prof ... ... sera considéré comme gréviste. bien l'autorité !
Ronald Reagan, en son temps, en face d'une grève dure des fonctionnaires a pris le décret que tout fonctionnaire n'ayant pas repris le travail sous 24 heures serait considéré comme démissionnaire. La grève était finie.
Mais la france et la couardise générale...
Et avec quelle quantité d'illusions ai-je dû naître pour pouvoir en perdre une chaque jour ! E. Cioran

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 16 févr. 2010, 17:16:00

Ah Reagan. Grand démocrate !

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 16 févr. 2010, 17:19:00

Je crois que le droit de retrait utilisé par les fonctionnaires est un abus; SNCF et EN ces derniers temps.

Le droit de retrait parle de danger grave imminent. Où est le danger imminent pour ces enseignants ou ces cheminots qui survient suite à une agression? Qui peut dire qu'une autre agression aura lieu aujourd'hui demain dans un mois? Rien! Ou alors, il faut que tout le monde se retire; les flics, les  agents des impôts, les employés de Banque, les buralistes, les bijoutiers, les dames pipi etc etc... Après l'agression passée, rien ne permet de dire qu'il y en aura une autre et si oui dans combien de temps. Se retirer ne sert à rien sinon à revendiquer; les voyous en rien à fichent de leur retrait; ça doit bien les faire rigoler.
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 16 févr. 2010, 17:21:00

Où est le danger imminent pour ces enseignants ou ces cheminots qui survient suite à une agression?

Le danger est que l'agresseur revient en cours le lendemain !

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 16 févr. 2010, 17:27:00

Nombrilist a écrit : Où est le danger imminent pour ces enseignants ou ces cheminots qui survient suite à une agression?

Le danger est que l'agresseur revient en cours le lendemain !
Ben tiens! Si le cas s'est déjà présenté, je suis curieux que tu me le dise icon_mrgreen icon_mrgreen icon_mrgreen icon_mrgreen icon_mrgreen Tu les prend vraiment pour des c.. les racailles icon_mrgreen
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
mareaction
Messages : 453
Enregistré le : 12 avr. 2009, 00:00:00
Localisation : partout

Message non lu par mareaction » 16 févr. 2010, 17:29:00

Magicfly a écrit :Je crois que le droit de retrait utilisé par les fonctionnaires est un abus; SNCF et EN ces derniers temps. Le droit de retrait parle de danger grave imminent. Où est le danger imminent pour ces enseignants ou ces cheminots qui survient suite à une agression? Qui peut dire qu'une autre agression aura lieu aujourd'hui demain dans un mois? Rien! Ou alors, il faut que tout le monde se retire; les flics, les  agents des impôts, les employés de Banque, les buralistes, les bijoutiers, les dames pipi etc etc... Après l'agression passée, rien ne permet de dire qu'il y en aura une autre et si oui dans combien de temps. Se retirer ne sert à rien sinon à revendiquer; les voyous en rien à fichent de leur retrait; ça doit bien les faire rigoler.

exactement, mais celà pour certains  leurs fait une occasion de faire encore grève, ne jouons pas sur les mots, tout en étant payé sous prétexte de droit de retrait!et de demander toujours plus mais là en plus ils font durer le plaisir !

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 16 févr. 2010, 17:31:00

Ben tiens! Si le cas s'est déjà présenté, je suis curieux que tu me le dise icon_mrgreen icon_mrgreen icon_mrgreen icon_mrgreen icon_mrgreen Tu les prend vraiment pour des c.. les racailles

Non, je les prends pour des racailles. Tu crois qu'ils ont peur du prof toi ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 16 févr. 2010, 17:45:00

Je suis tombée des nues en entendant pour la première fois, hier, parler de ce "droit de retrait" !!! Au fou !

Un lycée semble avoir été "en retrait" pendant 13 jours récemment.

Comportement minable, récessif, viant à se mettre en boule au coin du feu à la moindre contrariété ! La France se ridiculiuse en admettant  de pareiles pratiques icon_evil

Surtout quand on voit ces profs geindre quand leur établissement est envahi par des agresseurs extérieurs, mais que si on parle d'en fermer les portes après que les élèves soeint entrés, ils gueulent aux mesures "liberticides" !!!

Puis, ils politisent le débat en prétendant qu'ils sont victimes du manque de surveillants, comme si ces surveillants allaient faire barrage de leur corps pour juguler l'invasion de types cagoulés et armés de cutters.

Quelle pantalonade !

En Belgique, les établissements scolaires ouvrent leurs portes pendant une demi-heure le matin, pour que les élèves puissent y entrer sous l'oeil d'un ou deux surveillants, puis se referment. L'élève en retard doit sonner et venir directement s'excuser chez le Proviseur.

Il n'y a donc besoin ni de caméras, ni de policiers, ni de gardiens spéciaux, et de plus ce dispositif est strictement conforme avec la Loi sur la protection des mineurs, et la responsabilité civile et pénale des écoles auxquelles cette tutelle est déférée.

Quel spectacle lamentable.

  
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59983
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 16 févr. 2010, 17:47:00

"Surtout quand on voit ces profs geindre quand leur établissement est envahi par des agresseurs extérieurs, mais que si on parle d'en fermer les portes après que les élèves soeint entrés, ils gueulent aux mesures "liberticides" !!!"

N'importe quoi ! Les collèges sont toujours fermés en dehors des heures de cours.

"Puis, ils politisent le débat en prétendant qu'ils sont victimes du manque de surveillants, comme si ces surveillants allaient faire barrage de leur corps pour juguler l'invasion de types cagoulés et armés de cutters."

Si les surveillants sont bien choisis, ça décourage.

"En Belgique, les établissements scolaires ouvrent leurs portes pendant une demi-heure le matin, pour que les élèves puissent y entrer sous l'oeil d'un ou deux surveillants, puis se referment. L'élève en retard doit sonner et venir directement s'excuser chez le Proviseur."

Pareil en France, m'dame !

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 16 févr. 2010, 17:55:00

Le droit de retrait, soumis à l'appréciation des tribunaux (il y a donc une prise de risque à l'exercer) doit correspondre à une menace réelle qui empêche le salarié public ou privé de travailler dans les conditions de sécurité normales.

c'est une très très bonne chose et d'ailleurs ... les conducteurs belges de train qui commencent à brailler sur l'insécurité de leurs bastringues et  menacent  de faire grève devraient s'en inspirer.

D'autres salariés auraient du faire valoir ce droit et notamment les futures prochaines victimes de l'amiante (estimées à 100 000 personnes)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 16 févr. 2010, 17:58:00

raslebol a écrit : Le ministre qui s'en est occupé a fait semblant d'être sévère...
Tout prof ... ... sera considéré comme gréviste. bien l'autorité !
Ronald Reagan, en son temps, en face d'une grève dure des fonctionnaires a pris le décret que tout fonctionnaire n'ayant pas repris le travail sous 24 heures serait considéré comme démissionnaire. La grève était finie.
Mais la france et la couardise générale...
Même si un Pdt français prenait un décret en ce sens, il serait bien évidemment combattu avec succès devant les tribunaux.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 16 févr. 2010, 18:48:00

N'importe quoi ! Les collèges sont toujours fermés en dehors des heures de cours.


Je ne parle pas de fermute "après les cours", mais "après l'entrée en classe", soit vers 8 heures, et jusque +:- 16 heures.

Pour le reste, il arrive qu'un incident grave perturbe la communauté scolaire.
Dans aucun pays du monde - sauf la France, bien entendu - les professeurs n'en profitent pour se débiner, et payés encore bien !

Le lendemain à l'aube, tout le monde est à son poste, on consacre éventuellement une heure ou deux à discuter du problème de de son ressenti, et puis on reprend immédiatement le travail.

Vosprofs sont des limaces geignardes, et n'ont aucune allure icon_evil

C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Répondre

Retourner vers « Nos écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré