Luc chatel convoque les Etats généraux de la sécurité à l'éc

Venez parler de notre sécurité ( la police, la violence... ) mais aussi venez parler de la sécurité sur le web ( piratage, compte bancaire... )
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34138
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 17 févr. 2010, 13:17:00

Bonjour,
 Le ministre de l'Education a annoncé hier la tenue en avril d'états généraux de la sécurité à l'école après une nouvelle agression dans un lycée francilien. Les syndicats attendent des résultats concrets et dénoncent le manque de moyens.  Apaiser, éviter la contagion à un mois des élections régionales et reconnaître l'existence d'un véritable problème. C'est sans aucun doute le signal qu'a voulu donner hier le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, en annonçant la tenue d' « états généraux de la sécurité à l'école, au début du mois d'avril ». Cela, après une nouvelle agression lundi d'un lycéen à Thiais et un mouvement de grève hier dans la difficile académie de Créteil, où ont eu lieu les derniers incidents graves en milieu scolaire (au Kremlin-Bicêtre et à Vitry-sur-Seine). « Il faut qu'à un moment les représentants des collectivités locales, les sociologues, l'Observatoire de la délinquance, l'Observatoire de la violence scolaire, l'ensemble des acteurs, puissent travailler avec du recul sur la question de la violence à l'école, sur des phénomènes nouveaux », a expliqué Luc Chatel. Interpellé à l'Assemblée nationale, le ministre a appelé les partis, et notamment ceux d'opposition, à avancer leurs propositions, tentant par là même de partager la responsabilité du problème, notamment avec les collectivités locales, chargées des établissements.  Signe que l'inquiétude monte au sein du gouvernement, le ministre du Travail, Xavier Darcos, prédécesseur de Luc Chatel rue de Grenelle, a lui aussi fait un geste d'apaisement hier. Il a reconnu aux enseignants de Vitry, qui avaient arrêté le travail depuis l'agression d'un lycéen début février, le « droit de retrait », alors même que Luc Chatel n'a cessé de le leur refuser, les considérant comme « grévistes ».   Pour montrer la « mobilisation générale face à la violence à l'école », Luc Chatel a aussi rappelé qu'il avait décidé au début de l'année d' « accélérer le plan de sanctuarisation » des établissements scolaires lancé avec le ministre de l'Intérieur en septembre dernier. Collèges et lycées devraient tous avoir bénéficié avant la fin de l'année d'un diagnostic de sécurité avec des préconisations (clôtures, vidéoprotection).   Les syndicats ont accueilli avec prudence la tenue des états généraux et dénoncé de nouveau les suppressions de postes dans l'Education nationale (« Les Echos » du 12 février). « Avoir une réflexion sur la violence, pourquoi pas ? Mais il ne faut pas que cela débouche sur un renforcement de la politique sécuritaire, mais sur plus de prévention et d'éducation. Cela demande des moyens humains et pas n'importe lesquels », observe Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du SNES-FSU. Le PS a critiqué une annonce « tardive » et demandé au gouvernement de « revenir immédiatement sur les suppressions de postes ».  De son côté, Eric Debarbieux, directeur de l'Observatoire international de la violence scolaire, juge que, « s'il y a vraiment une tentative d'avoir une vision scientifique, de prendre de la distance sur le sujet et de réunir tous les acteurs, ces états généraux sont positifs. Il faut absolument une politique publique contre la violence, mais, prévient-il, ce doit être pour dix ans et non pour les prochaines élections ».  Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 17 févr. 2010, 13:43:00

Je note que Chatel et darcos ne sont pas d'accord .... ils sont pourtant ministres du même Gvt. c'est en train de devenir  un vrai champ de foire ce gouvernement.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 17 févr. 2010, 17:39:00

Tu crois que, dans un gouvernement, il ne peut y avoir débat, et que tous les Ministres doivent d'aligner comme les bouchons de  lavabos dans une caserne ?

En tout cas, c'est bien parti, avec des syndicats qui ne peuvent faire que réclamer du pognon : Socrate enseignaiit sous un arbre ... mais actuellement, ce serait plutôt le Tonneau des Danaïdes ... icon_evil
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 17 févr. 2010, 18:11:00

Ben oui, autant il est sain d'avoir un débat dans un parti (sans tomber dans les excès du PS, ni dans le dogme : je ne veux voir q'une tête,  de l'ump), autant c'est malsain au niveau d'un gouvernement. C'est le premier ministre (fort discret et effacé ... devine pourquoi ) qui conduit les choix en conseil des ministres, au cours d'un débat, et ensuite théoriquement les ministres appliquent ce qui s'est décidé en fonction de leur ministère et de la charge qui est la leur.

le reste, ça les concerne pas. Accepter une charge de ministre, c'est pas rien. Si ils en veulent pas et préfèrent retourner dans l'arène politique, ils en ont le droit.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59995
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 17 févr. 2010, 18:23:00

Un débat au conseil des ministres, OK. Un "débat" par TV ou journaux interposés, ben... ce n'est pas un débat.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 17 févr. 2010, 18:25:00

C'est exact, cela s'appelle une prise de position. (darcos va encore se prendre une soufflante au prochain conseil .... et il a de la chance que le pdt soit trop petit pour lui coller un bourre pif, sans quoi ...)

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 17 févr. 2010, 21:42:00

mps a écrit : Tu crois que, dans un gouvernement, il ne peut y avoir débat, et que tous les Ministres doivent d'aligner comme les bouchons de  lavabos dans une caserne ?

En tout cas, c'est bien parti, avec des syndicats qui ne peuvent faire que réclamer du pognon : Socrate enseignaiit sous un arbre ... mais actuellement, ce serait plutôt le Tonneau des Danaïdes ... icon_evil

Pour le tonneau, en réalité un pithos, c'était Diogène de Sinope qui y enseignait et y vivait, on dit qu'il promenait un hareng en laisse sur le forum d'Athène pour se ficher de la tronche des bobos de l'époque. Mais là vraiment, je n'en demande pas tant aux enseignants! icon_cheesygrin
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 17 févr. 2010, 22:42:00

Je parlais du tonneau des Danaïdes, réputé sans fond !
Pas de la niche de Diogène icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Magicfly
Messages : 1599
Enregistré le : 29 juil. 2009, 00:00:00
Localisation : Sud Ouest

Message non lu par Magicfly » 18 févr. 2010, 08:26:00

mps a écrit : Je parlais du tonneau des Danaïdes, réputé sans fond !
Pas de la niche de Diogène icon_biggrin
J'avais bien compris icon_cheesygrin
JC

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne..."
Chamfort

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34138
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 07 avr. 2010, 11:48:00

Bonjour,

A partir de 9h et jusqu'à jeudi midi, se réunissent à la Sorbonne (Ve arrondissement) scientifiques et représentants du monde éducatif, d'associations et du gouvernement, au cours de séances plénières, tables rondes et ateliers thématiques. Le ministre de l'Education, Luc Chatel, devait ouvrir et clôturer les débats.
L'ambition des états généraux est de "comprendre, prévenir, agir", mais ce sont avant tout des propositions concrètes qui sont attendues.
"dépasser les préjugés"
Lors de l'ouverture de ces Etats généraux, le ministre de l'Education Luc Chatel a plaidé pour un éventail de "solutions pragmatiques et innovantes" pour répondre à "toutes les formes contemporaines de la violence en milieu scolaire".
"Aujourd'hui, il s'agit (...) plutôt d'imaginer, sans tabou mais avec audace, des solutions pragmatiques et innovantes, pour répondre à la diversité des formes de violences auxquelles doivent faire face les élèves, les professeurs et l'ensemble des acteurs de la communauté éducative". Selon lui, "être à la hauteur de l'enjeu suppose d'examiner l'ensemble des réponses que nous pouvons y apporter: la prévention, la protection, la formation, la sanction, la répression ou encore l'expérimentation", a-t-il détaillé.
Il a notamment souhaité que l'on évoque les "violences dont on parle le moins dans les médias", comme "la souffrance discrète, la souffrance contenue, la souffrance parfois profonde des professeurs, comme celle des élèves".
Le ministre a aussi plaidé pour "dépasser les préjugés". "A quoi bon opposer sécurisation et protection, formation et responsabilisation, prévention et sanction ? Je veux dépasser l'opposition entre les tenants du tout sécuritaire et ceux du tout pédagogique".
"rompre avec l'émotionnel, le fait divers"
Les états généraux "représentent une chance de rompre avec l'émotionnel, le fait divers", a pour sa part affirmé Eric Debarbieux, président du conseil scientifique chargé de la préparation et du suivi de cette rencontre.
Depuis vingt ans, "treize plans n'ont pas permis en France de diminuer le problème", a-t-il ajouté, en plaidant pour un travail "dans la durée" et de prendre le temps pour faire face à un problème complexe, car "il n'y a pas de recette miracle".
Il a insisté sur l'importance des "petites violences répétitives dans la dégradation du climat scolaire", alors que les médias mettent davantage l'accent sur "la violence paroxystique, spectaculaire, qui est plus rare".
17.000 élèves exclus définitivement
Quelque 17.000 élèves ont été exclus définitivement de leurs établissements en 2008-2009, selon une étude, préparée pour les états généraux, de Georges Fotinos, ex-inspecteur général de l'Education.
Luc Chatel préfère développer les mesures d'éloignement des "élèves difficiles" en "débloquant des moyens financiers" pour le système des classes-relais, actuellement au nombre de 400.
Ces "états généraux" avaient été décidés par le ministre après de graves agressions en janvier et février dans le Val-de-Marne, dont l'une a entraîné la mort d'un lycéen.
Selon Eric Debarbieux, il n'y a pas d'"augmentation globale de la violence", mais les risques sont concentrés dans "5 à 10% des établissements, situés dans des zones défavorisées".
En 2008-2009, collèges et lycées ont recensé en moyenne 10,5 incidents graves pour 1.000 élèves, en baisse par rapport aux 11,6 de l'année précédente, selon le ministère de l'Education.

Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « Notre sécurité »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré