L'immobilier repart doucement et embauche

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34168
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 24 févr. 2010, 16:59:00

Bonjour,
 Si les grandes agences recommencent à recruter, doucement, c’est que l’immobilier est en phase de convalescence en 2010. Après deux années calamiteuses 2008 et 2009 qui ont vu le volume des transactions immobilières s’effondrer en France, le pire semble derrière nous.
L’ensemble des professionnels du secteur (les notaires, les réseaux d’agences Century 21 ou Fnaim) retrouvent peu à peu le sourire.   Certes, il ne faut pas s’attendre à un rebond brutal et massif du marché, mais les signes de reprise sont bel et bien présents, avec de fortes disparités entre Paris et la province. Dès le deuxième semestre de 2009, les prix à Paris sont très nettement repartis à la hausse (4,14 %, contre seulement 3,42 % sur l’ensemble du territoire). Même scénario pour l’Ile-de-France, où, malgré une baisse globale de 8,04 % des prix en 2009, le marché s’est ressaisi bien plus rapidement qu’à Lyon (Rhône), Marseille (Bouches-du-Rhône) ou d’autres villes. « Le marché a purgé les excès des dix dernières années de hausses des prix », expliquait en janvier Laurent Vimont, président de Century 21, qui évalue entre 500 000 et 550 000 le nombre de transactions possibles cette année. « Au premier semestre, les taux d’intérêt devraient rester stables. La hausse des prix sera de 1 % à 3 % », prévoit-il.

Plus optimiste, le président du réseau Fnaim, René Pallincourt, estime que près de 600 000 biens devraient changer de main cette année. Les ventes de maisons individuelles, qui ont le plus souffert pendant la crise, devraient notamment augmenter de 5 %, par rapport à 2009, selon l’Union des maisons françaises (UMF). Un redémarrage auquel le doublement du prêt à taux zéro (PTZ) et le mécanisme du Pass-foncier permettant de dissocier l’achat du terrain et celui de la maison ne seraient pas étrangers.
« Le secteur est sous dialyse des aides gouvernementales », reconnaît l’UMF. Autre supervitamine pour l’immobilier : des taux d’intérêt historiquement bas, très favorables aux acheteurs. A la mi-février, les taux moyens s’élevaient à 3,75 % sur quinze ans et à 3,90 % sur vingt ans. Une aubaine pour les acheteurs potentiels, mais pourvu que cela dure. L’évolution des taux d’intérêt sera déterminante pour confirmer et consolider la reprise de l’immobilier cette année. Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 24 févr. 2010, 17:30:00

Soutien intelligent de l'Etat, taux d'épargne record, sentiment de sédurité professionnelle accru, c'est tout bon.

Par contre, je ne suis pas certaine que les taux d'intérêt très bas jouent un rôle important : certes, l'acquéreur payera moins pour la somme empruntée, mais le vendeur tiendra conmpte dans son prix de vente du rendement de son ré-emploi, et donc majorera son prix.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
racaille
Messages : 8638
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 24 févr. 2010, 20:07:00

En effet, en dernier ressort c'est toujours le particulier qui trinque. Il est si facile de reporter des frais sur une facture et de dire en choeur "c'est pas notre faute c'est la conjoncture"...
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 24 févr. 2010, 20:24:00

Ce qui en libéral nov langue veut dire : C'est la responsabilité de chacun, personne n'est obligé ...  :lol:

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 02 mars 2010, 13:59:00

L'Etat a en effet raison de soutenir le secteur, quel dommage qu'il ne reprenne par une fiscalité délirante et une insuffisance d'extension à l'aide attribuée aux primo accèdants.

Le secteur immobilier a vocation ineluctablement à se redresser compte tenu du point bas qu'il a atteint et des perspectives qu'il offre, à la fois pour la valeur des biens mais aussi pour les taux d'intérêts historiquement bas.

Je peux, sans crainte, affirmer qu'il est le moment d'investir dans ce secteur car sur le long terme, c'est assurément un coup gagnant.

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré