Le scandale des heures sup'

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26125
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 25 févr. 2010, 14:21:00

http://www.alternatives-economiques.fr/ ... _fr_art_63…
Nicolas Sarkozy avait promis le développement des heures sup', en les défiscalisant. Il y est parvenu, malgré une baisse récente due à la crise économique, mais cette incitation fiscale coûte cher au budget de l'Etat (4 milliards) et les heures sup' se substituent à des emplois nouveaux. Une histoire de fous !

L'Acoss c'est un "machin" qui est chargé de récolter les cotisations sociales. Elle vient de publier une note sur le nombre des heures supplémentaires déclarées par les entreprises en 2009. Vous vous souvenez certainement de la loi TEPA, la loi en faveur du travail de l'emploi et du pouvoir d'achat, qui, quelques semaines seulement après l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007, entendait concrétiser le slogan : « Travailler plus, pour gagner plus ». Une de ses mesures phares était l'exonération de charges sociales et d'impôt sur les heures supplémentaires. Il s'agissait de tuer les 35 heures sans les supprimer officiellement.

Et ça avait très bien marché. En 2008 l'Acoss avait enregistré 727 millions d'heures sup, soit l'équivalent de 466 000 emplois à temps plein. Un sacré succès. Mais cela s'est fait aux dépens de l'emploi si on dit que la moitié de ces heures sup, soit l'équivalent de 233 000 emplois, auraient pu être effectuées par des jeunes qui arrivaient sur le marché de l'emploi ou des chômeurs. En 2008 cela n'était pas trop grave entre le papy boom et la croissance qui était encore là. Ceci dit entre décembre 2007 et décembre 2008 le nombre des chômeurs inscrits à Pôle emploi avait quand même déjà augmenté de 151 000 personnes. Sans les subventions aux heures supplémentaires on aurait probablement pu éviter cette remontée du chômage.

En 2009, qu'est-ce que ça a donné avec la crise ? Comme on pouvait s'y attendre, le nombre des heures sup déclarées a reculé. Mais pas tant que ça finalement. L'Acoss en a encore enregistré 676 millions soit l'équivalent de 434 000 emplois. Mais cette fois le nombre des inscrits à Pôle emploi s'est accru dans le même temps de 588 000 personnes. Ces heures supplémentaires ont coûté à la protection sociale 2,7 milliards d'euros d'exonérations, à quoi il faut encore rajouter à peu près 1,3 milliards du fait des exonérations d'impôts sur le revenu. Quand on sait qu'un emploi salarié coûte en moyenne 41 000 euros en France, y compris les cotisations sociales, cela veut dire qu'avec ces 4 milliards d'euros l'Etat aurait pu financer entièrement 98 000 emplois supplémentaires. En 2007 on pouvait peut-être se dire qu'avec le papy boom de toutes façons la question du chômage allait se régler toute seule mais aujourd'hui ce n'est plus possible et cette histoire d'heures supplémentaires relève désormais de l'aveuglement idéologique pur et simple.

Mais les Français ne peuvent pas continuer à travailler moins longtemps que les autres. Mais qu'est ce qui fait croire que les Français travaillent vraiment moins que les autres ? Chaque trimestre Eurostat interroge des milliers de salariés dans chaque pays d'Europe et leur demande combien de temps ils ont travaillé telle semaine. Au dernier trimestre 2008, les Français avaient répondu en moyenne 36,5 heures. Et vous savez combien les Allemands travaillaient ? 36 heures. Et les Britanniques? 35,5 heures. Les vrais champions de la RTT en Europe ce sont les Néerlandais : ils ne bossent en moyenne que 31,9 heures par semaine. Si on s'intéresse à la richesse produite par ceux qui occupent un emploi, il n'y a pas photo non plus : en 2009 un Français a produit 77 000 euros de richesses tandis qu'un Allemand n'en a craché que 60 000 et un Britannique 54 000 selon les chiffres de la Commission européenne. Notre problème, ce qui fait que nous avons plutôt plus de chômage que les autres ce n'est pas du tout que ceux qui ont un emploi ne travaillent pas assez mais plutôt que, malgré les 35 heures, ils travaillent encore trop. C'est pour cela que cette histoire d'heures sup lourdement subventionnées est, aujourd'hui encore beaucoup plus qu'en 2007, une histoire de fous et qu'il y a urgence à arrêter les frais.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 25 févr. 2010, 14:44:00

cela montre le paradoxe de la droite et l'aveuglement qui est le leur, au mépris de toutes règles de bon sens. Ils ne savent qu'une chose :  Tout ce qu ne va pas, c'est la faute à la gauche ... même chirac en fin de carrière évoquait encore l'héritage de la gauche mitterandienne, et sarko lui parlait de celui de 68 .... à hurler de rire.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59302
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 25 févr. 2010, 15:19:00

Une sacrée démonstration qui rejoint ce que je pressentais quand le candidat Sarko annonçait la défiscalisation des heures sup'. Néanmoins, en se faisant l'avocat du diable: les entreprises auraient-elles été capables de fournir les 4 milliards d'euros (ou d'embaucher à la place) si il n'y avait pas eu défiscalisation ?
Les moyennes hebdomadaires travaillées sont étonnantes. Comment est-ce calculé ? Les hollandais auraient-ils 4 mois de vacances par an ? Est-ce qu'on inclue que les travailleurs dans le calcul, ou bien aussi les gens qui ne travaillent pas, ceux qui ont un mi-temps etc ?

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26125
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 25 févr. 2010, 15:44:00

Il me semble que la méthode de calcul des heures travaillées inclut le temps partiel qui est très répandu aux Pays-Bas (et qui contrairement à chez nous est un choix de société et non une situation subie). Cela dit, quasiment tous les indicateurs montrent que la France est dans la moyenne supérieure voire le haut du tableau en matière de temps de travail, ce qui démontre l'inanité du "travailler plus pour gagner plus" d'un point de vue macroéconomique. Sans même parler de la productivité.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

pierre30
Messages : 9054
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 25 févr. 2010, 16:18:00

Il ne s'agit pas d'augmenter le temps de travail mais plutôt de permettre à ceux qui le souhaitent de travailler davantage. A condition bien sûr qu'ils le souhaitent vraiment. Mais rien n'est parfait ...

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 25 févr. 2010, 16:23:00

Encore une fois, ce ne sont pas les employés qui décident de faire des heures, mais les employeurs qui décident d'en proposer ou pas, et si c'est le cas, le salarié ne peut refuser tant que cela reste dans le contingent annuel qui est passé (merci sarko) de 130H à 280H par an. (vérifiez dans le code du travail si vous voulez)

Il ne s'agit donc aucunement de choix de la part du salarié.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 25 févr. 2010, 16:42:00

C'est pourtant simple : avant leur défiscalisation, les heures supplémentaires étaient payées en noir.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

pierre30
Messages : 9054
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 25 févr. 2010, 17:03:00

Dans les grandes entreprises les heures sup étaient réduites au minimum. Mais elles n'étaient pas payées au noir.
Le travail au noir est plus répandu dans les petites unités (pas de syndicats et aussi fragilité de l'entreprise).

Pour ce qui est du volontariat, c'est assez variable : les entreprises qui disposent de postes de travail suffisamment variés font en sorte d'associer les personnes volontaires aux postes qui nécessitent de faire des heures sup. Dans d'autres cas, notamment dans de petites entreprises, la pression peut-être plus forte.

Mais n'oubliez pas que l'employeur a intérêt à ce que les employés soient satisfaits de leurs conditions de travail. Pour autant ce n'est pas le club-méditerrannée et employés comme employeurs ont intérêt à ce que les commandes soient honnorées.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 25 févr. 2010, 17:13:00

 
Mais n'oubliez pas que l'employeur a intérêt à ce que les employés soient satisfaits de leurs conditions de travail.
ça, c'est un vœu pieux ... quand il y a des millions de chômeurs qui attendent ... cela ne veut rien dire, bien au contraire.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26125
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 25 févr. 2010, 17:16:00

mps a écrit :C'est pourtant simple : avant leur défiscalisation, les heures supplémentaires étaient payées en noir.
C'est tout simplement faux, puisque les entreprises déclaraient déjà un nombre très important d'heures supplémentaires avant cette réforme. Par contre si tu t'intéresses au sujet de la légalisation du travail clandestin, je te suggère d'étudier le statut d'auto-entrepreneur, lui aussi formidable invention du gouvernement actuel.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

pierre30
Messages : 9054
Enregistré le : 18 juil. 2009, 00:00:00

Message non lu par pierre30 » 25 févr. 2010, 17:38:00

lancelot a écrit : 
Mais n'oubliez pas que l'employeur a intérêt à ce que les employés soient satisfaits de leurs conditions de travail.
ça, c'est un vœu pieux ... quand il y a des millions de chômeurs qui attendent ... cela ne veut rien dire, bien au contraire.
Non ce n'est pas un voeu pieux. C'est du vécu quotidien. L'idée que les employeurs se comportent en esclavagistes est absurde. L'intérêt de l'employeur et de l'employé est que les relations entre eux restent bonnes.

Il faut arrêter de voir l'entreprise privée comme un lieu inhumain. Les employés du privé ne font pas autant de dépressions que les profs du public. Il doit bien y avoir une raison !

La motivation des employés du privé est souvent bien supérieure à celle des fonctionnaires : si ils ne font pas grêve à tout bout de champ, ce n'est pas uniquement parce qu'ils ont peur de se faire virer !

Les employeurs privés n'ont pas intérêt à ce qu'il y ait un conflit qui dégénère en grêve dans l'entreprise.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 25 févr. 2010, 18:10:00

Il n'y a pas que les grèves (rares dans les PME) qui soient à craindre. Personne ne souhaite avoir un salarié qui fait le g....., boude, sabote, râle, etc;

Je ne sais pas comment les choses se passent en France, mais en Belgique, l'ambiance est généralement excellente et conviviale.

Par contre, les boites françaises en Belgique ont une réputation détestable : Renault, Carrefour, ce ne sont pas des publicités pour l'image française ...
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 25 févr. 2010, 18:21:00

Qui parle de conflit ? Quand un salarié du privé est viré comme un malpropre, il n'y en a pas un qui bouge, c'est même souvent le contraire qui se produit. Il n'y a aucune solidarité dans le privé au sein des PME PMI.

Moi aussi, cela je le constate tous les jours, et pas mal de DRH ou d'avocats (avec qui j'ai de bonnes relations) me l'avouent : La plupart des licenciements pour faute grave (privatifs d'indemnités et de préavis) le sont pour éviter d'avoir à payer le cout du licenciement. C'est le principe du pas vu pas pris ... et comme peu de gens se defendent, c'est largement rentable de tenter le coup.

Ho bien sur, dans les grosses boites privées, c'est plus soft, mais ce ne sont pas elles qui constituent le gros des salariés.

D'autre part, je n'ai pas parlé d'esclavagiste, mais de pressions, c'est tout de même un poil différent. Vous prenez la théorie pour la réalité, c'est d'ailleurs un des crénaux favoris des libéraux. Le pb c'est qu'en théorie, tout peu marcher. dans la pratique, c'est autre chose ...

Pour la grève, c'est autre chose. C'est effectivement très peu répandu dans le privé, hormis quelques boites de taille importantes et qui ont des pb économiques ou des volontés de restructuration. Pour ma part, je ne conseille jamais la grève, c'est vraiment à réserver pour des circonstances exceptionelles.

C'est aussi ce qui fait le succès de notre syndicat.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34096
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 25 févr. 2010, 18:25:00

Bonjour,

Moi j'ai une simple question, depuis septembre 2008 nous sommes en période de crise, est-ce que pendant cette période là, les entreprises auraient embauchés ? Ou plutôt comme ce fut le cas en ayant recours aux heures supplémentaires ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59302
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 25 févr. 2010, 18:33:00

Lol, quand on écoute MPS, on a l'impression que la Belgique, c'est le pays des bisounours. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, et personne il est malheureux. Remarque, la Belgique est un pays de gauche. Tout s'explique !!! icon_cheesygrin

Pour Pierre:

"Mais n'oubliez pas que l'employeur a intérêt à ce que les employés soient satisfaits de leurs conditions de travail."

C'est celaaa oui. Tu devrais en parler aux salariés de France Telecom, ou à ceux de Médéric, dont le patron est Guillaume Sarkozy. Vas les voir, tu seras pas déçu du voyage.

"Les employés du privé ne font pas autant de dépressions que les profs du public. Il doit bien y avoir une raison ! "

Qu'est ce t'en sais ? T'as des chiffres ? ça, il va falloir nous le prouver !

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré