La tempête Xynthia a fait de nombreuses victimes

venez parler des sujets de société qui vous concerne ( drogue, alcool, avortement...)
Avatar du membre
Golgoth
Messages : 20367
Enregistré le : 15 mars 2010, 00:00:00
Localisation : Chez moi

Message non lu par Golgoth » 14 mars 2010, 15:43:00

On pourrait déjà appliquer strictement la loi littoral, ce serait un début. Je préfèrerais des terres agricoles et des espaces naturels à des maisons sur pilotis, la place pour construire existe plus loin de la côte.
T'es vraiment kon François, fallait créer une SCI. :mrgreen2:

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 14 mars 2010, 18:17:00

Si on construit si près des côtes c'est pour des raisons financières : le prix des propriétés (et incidemment le montant des dégâts...) y est beaucoup plus élevé.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34138
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 13 avr. 2011, 16:40:00

Bonjour,


Le maire de la Faute-sur-mer (Vendée) René Marratier, a été placé en garde à vue mercredi aux Sables d'Olonne, dans le cadre de l'enquête sur les responsabilités après la tempête Xynthia, qui avait fait 29 morts en 2010.  Il était arrivé mercredi vers 8h45 à la gendarmerie des Sables d'Olonne pour être entendu dans le dossier avant que son audition ne se transforme en garde à vue.                                Entendue depuis mardi matin, la première adjointe de la commune, en charge de l'urbanisme, Françoise Babin, a passé la nuit en garde à vue, selon une source proche de l'enquête. Le 7 avril, un autre élu, Patrick Maslin, maire-adjoint membre de la commission urbanisme de la commune, également responsable d'une entreprise de construction immobilière, avait été placé en garde à vue pour la journée et était ressorti dans la soirée. Mme Babin est la mère de Philippe Babin. Celui-ci est à la tête d'une SARL immobilière qui avait des parts dans trois des quatre lotissements construits dans la «cuvette mortifère» où plusieurs personnes ont trouvé la mort.
Les investigations sont menées dans le cadre d'une information judiciaire ouverte aux Sables d'Olonne pour «homicide involontaire», «mise en danger de la vie d'autrui», «abstention de combattre un sinistre» et «prise illégale d'intérêt», à la suite d'une plainte avec constitution de partie civile de l'Association des victimes des inondations du Sud-Vendée (Avif) et de 40 victimes à titre individuel.

A La Faute-sur-mer, la plupart des victimes ont péri noyées dans des lotissements construits en dessous du niveau de la mer. Ce drame avait soulevé de nombreuses questions sur les permis de construire délivrés pour ces lotissements. Des perquisitions ont eu lieu en février 2011 à la mairie de La Faute-sur-Mer pour récupérer des documents d'urbanisme, notamment des permis de construire. Lors de l'enquête préliminaire, les enquêteurs avaient déjà obtenu des documents liés à l'urbanisme auprès de la préfecture de la Vendée.



A plus tard,   
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 avr. 2011, 18:04:00

Je comprendrais que des poulets portent plainte, pour avoir été parqués dans des lieux à risques.

Mais des êtres humains ?

N'ont-ils aucune jugeotte ? Ne peuvent-ils remarquer à l'oeil nu qu'ils sont dans une zone inondable ?

Jusqu'où va-t-on encourager la déresponsabilisation des gens ?
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60005
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 13 avr. 2011, 19:11:00

Le premier responsable est celui qui autorise la construction, puisqu'il peut lui aussi vérifier à l'oeil nu si la zone est inondable ou non. Sinon, autant abolir le permis de construire.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 13 avr. 2011, 19:37:00

Il est également le premier responsable quand il interdit les maisons à étage et impose le plain-pied dans des dépressions inondables, pour de simples motifs esthétiques. Combien de personnes noyées comme des rats coincées contre leur plafond, ou qui s'en sont sorties miraculeusement en cassant le plafond et le toit (vive le placo !) ?
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 13 avr. 2011, 20:49:00

 
Mais des êtres humains ?

N'ont-ils aucune jugeotte ? Ne peuvent-ils remarquer à l'oeil nu qu'ils sont dans une zone inondable ?

Jusqu'où va-t-on encourager la déresponsabilisation des gens ?
Cela voudrait il dire que l'on ne doit jamais faire confiance ?

Les vendeurs de bien immobiliers et les acteurs de l'urbanisation seraient donc des arnaqueurs ?

Dans ce cas,pourquoi ne les fout t'on pas en tole ?

Avatar du membre
johanono
Messages : 32582
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 14 avr. 2011, 13:41:00

C'est un peu facile de s'en prendre au maire. La responsabilité de ce qui s'est passé est collective. Rappelons qu'il y a quelques années, la préfecture de Vendée avait tenté d'imposer un périmètre non-constructible, et tous les habitants du coin avaient manifesté, au motif que ces méchants de fonctionnaires étaient en train d'empêcher le développement économique de la commune. Rappelons aussi que ces mêmes locaux sont parfois très contents de vendre leurs terres au prix fort sous forme de terrains à bâtir, et font parfois pression sur la mairie pour qu'elle rende constructibles des terres qui ne le sont pas. Rappelons aussi qu'il y a quelques années, quelques militants associatifs avaient dénoncé les constructions en zone inondable, mais qu'ils étaient restés isolés, et qu'ils avaient même subi des menaces.

Parmi tous ces gens qui viennent pleurnicher aujourd'hui, il y en avait sans doute beaucoup qui étaient d'accord, il y a quelques années, pour que l'on construise dans ces zones et pour que la mairie rende constructible davantage de terrain. Il y avait donc une demande sociale, dont le maire n'était que le réceptacle.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60005
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 14 avr. 2011, 14:33:00

Johanono, tu parles des vendeurs, pas des habitants. C'est deux choses différentes.

"et font parfois pression sur la mairie pour qu'elle rende constructibles des terres qui ne le sont pas."


Ils posent un flingue sur la tempe du maire ? Ils lui crèvent ses pneus ? Non. Le maire doit tenir bon. Il est payé pour ça.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26218
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Message non lu par El Fredo » 14 avr. 2011, 15:44:00

N'oublions pas non plus que le maire et l'un de ses adjoints avaient des intérêts économiques dans le domaine immobilier (agent et promoteur je crois), ce qui constitue visiblement un conflit d'intérêt.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
johanono
Messages : 32582
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 14 avr. 2011, 15:53:00

Les vendeurs et les habitants sont très souvent les mêmes personnes : des agriculteurs locaux qui veulent vendre une partie de leurs terres pour avoir des revenus, des enfants qui ont hérité et veulent vendre au meilleur prix, etc. Et apparemment, tu ignores les réalités de la vie de certaines campagnes. Sans aller jusqu'au flingue sur la tempe, les menaces plus ou moins voilées sont une réalité. Ne pas oublier non plus qu'il y a des municipales tous les six ans. Le maire qui ne cède pas risque de se faire battre aux élections. Et souvent, une campagne municipale dans ce genre de commune se fait sur la thématique de l'urbanisation et du développement économique : entre un candidat qui veut défendre l'environnement et un autre qui promet de bétonner, il y a de fortes chances pour que les électeurs choisissent le second. Et ça, tu ne pourras pas l'empêcher, ça s'appelle la démocratie. Un maire n'est pas payé pour "tenir bon", il est payé pour appliquer un projet décidé par les électeurs lors des municipales. Là encore, ça s'appelle la démocratie.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60005
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 14 avr. 2011, 15:57:00

"Le maire qui ne cède pas risque de se faire battre aux élections."

ça, c'est un autre problème. Soit on est intègre, soit on ne l'est pas. Mais on ne transgresse pas la loi parce qu'on risque de ne pas être réélu. Quant aux menaces, il n'a qu'à porter plainte. Faut pas laisser le terrorisme local l'emporter.

"Un maire n'est pas payé pour "tenir bon", il est payé pour appliquer un projet décidé par les électeurs lors des municipales. Là encore, ça s'appelle la démocratie."

Si, il est payé pour tenir bon quand il s'agit de faire respecter la sécurité de ses administrés. C'est le premier devoir des maires. Tous les maires savent que si ils mettent en danger leurs administrés, ils encourent le risque de se retrouver devant un tribunal.

Avatar du membre
johanono
Messages : 32582
Enregistré le : 14 août 2010, 00:00:00

Message non lu par johanono » 14 avr. 2011, 16:27:00

Ce qui ne tu comprends pas, c'est que si la campagne électorale se déroule sur le thème de l'urbanisation et du développement économique, et qu'elle oppose un partisan du principe de précaution et un candidat qui veut urbaniser, alors le candidat qui veut urbaniser l'emportera, et alors il est logique et démocratique qu'il mette en oeuvre le programme pour lequel il a été élu. Qu'il y ait conflit d'intérêt pour le maire de la Faute-sur-Mer, c'est possible, mais cette problématique se pose dans bien d'autres communes, même avec des maires qui ne travaillent pas dans l'immobilier. Quant à porter plainte, c'est très difficile : un maire peut difficilement porter plainte contre ses administrés, et en plus, il est en général très difficile de prouver en Justice l'existence de menaces ou d'intimidations, surtout quand celles-ci sont anonymes.

De façon générale, des élus, qu'ils soient locaux ou nationaux, sont à l'image de la société, dont ils ne sont que l'émanation. Un peuple a une classe politique a son image, une classe politique qu'il mérite. Je ne cherche donc pas à dédouaner le maire de toute responsabilité, simplement à montrer que ceux qui pleurnichent aujourd'hui ont aussi une part de responsabilité.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 14 avr. 2011, 18:21:00

Pour répondre à Lancelot et à d'autres, rappel desprérogatives de l'Urbanisme.

Un terrain, quel qu'il soit, fait partie d'un "plan de secteur" souvent très ancien. ce plan de secteur détermine les zones vertes, leszones industrielles, les zones à bâtir.

Le propriétaire d'un terrain à bâtir a le droit absolu de faire batir sur son terrain : la Commune ne pourrait s'y opposer qu'en faisant jouer son droit de préemption et en rachetant ce terrain (au prix du terrain à bâtir) pour en faire une pature ...  démarche absolument exceptionnelle parce que hors des possibilités budgétaires d'une commune.

A partir de là, le terrain est loti, et mis en vente. Le rachat peut se faire directement par des particuliers, ou par un promoteur. bien entendu, et malgré la réputation qu'on leur fait, les promoteurs permettent souvent, par leurs commandes groupées, des constructions qui, à qualité égale, reviennent moins cher que les aventures individuelles, et ne posent aucun souci à l'acquéreur.

L'Urbanisme communal a encore son mot à dire sur l'aspect général du lotissement (hauteur des immeubles, aspect etc). Il doit notamment veiller, en déterminant les modules par rapport aux dimensions des terrains, à ce que chacun ne fasse pas d'ombre à son voisin, ou ne bouche pas la vue.  En gros, pous grande est la densité du bâti, plus basses seront les maisons évidemment.

Ensuite, c'est à l'acquéreur de voir ...

Chez moi (là où j'ai oeuvré à l'Urbansime), nous avons vu avec rage s'édifier des maisons en zones innondables sans pouvoir lever le petit doigt, pendant des années.
Les gens se ruaient sur ces terrains, bien moins chers que les autres.

La solution est venue de la Région : un budget important a été attribué au recensement cartographié de ces zones innondables. Désormais, les terrains restent bien entendu batissables, mais nul ne peut les vendre ou les acquérir sans qu'il ne soit notifié dans l'acte notarial que l'acheteur sait qu'il acquiert un terrain en zone inondable, et s'interdit tout recours contre la Commune en cas d'inconvénient.

Il est temps renoncer à perpétuellement encourager l'irresponsabilité des gens, et de tout rejetter sur l'Etat : les gensne sont pas des bébés, et les pouvoirs publics ne sont pas leur nurse.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 60005
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 14 avr. 2011, 18:32:00

"Le propriétaire d'un terrain à bâtir a le droit absolu de faire batir sur son terrain"

ça part mal. Le terrain doit être classé constructible. Et c'est du ressort des pouvoirs publiques que de le classer ou non en zone constructible.

Répondre

Retourner vers « Société »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré