Le parti de gauche

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 07 juil. 2012, 14:13:18

Les griefs de ce monsieur à l'encontre de sa formation politique sont durs. Je ne sais pas trop quoi en penser, ne connaissant pas l'affaire en question quoiqu'il soit, je sais que c'est l'histoire des formations politiques que d'avoir des adhésions, des départs et des démissions, pour de bonnes ou mauvaises raisons. Ce sont les électeurs et chacun selon sa conscience qui doivent évaluer ce genre de décision.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 08 juil. 2012, 18:48:16

Construire, ouvrir, renforcer le Front de Gauche

« Il est urgent d’accueillir aux côtés des partis constitutifs du Front de gauche tous ceux qui souhaitent être partie prenante de la construction de ce grand mouvement populaire. » Par Janette Habel, Pierre Khalfa et Evelyne Sire-Marin, membres du Conseil national de campagne du Front de gauche.

Nous avons participé avec enthousiasme à la campagne du Front de gauche, sans être militants d’aucun des partis qui le composent et nous voulons prolonger ce combat, alors que la défaite de Nicolas Sarkozy ouvre une nouvelle période politique. Par son mode bonapartiste de gouvernement, sa course effrénée derrière le Front national, sa volonté de remettre en cause les fondements même des compromis sociaux issus de la seconde guerre mondiale, le Président sortant représentait un danger pour la démocratie. Mais la victoire de François Hollande, si elle ouvre bien des perspectives nouvelles, est loin de permettre de résoudre les problèmes que cette élection a mis en évidence, alors que le fort pourcentage de Marine Le Pen montre qu’une partie de l’électorat populaire croit trouver dans la xénophobie du Front national une solution à ses problèmes sociaux et à ses angoisses.

« L’austérité peut ne plus être une fatalité », a dit François Hollande le soir de son élection. Si l’on doit lui donner acte de cette affirmation, il faut cependant se rappeler que le programme du nouveau Président reste entaché par les dogmes du néolibéralisme qui ont partout mené à la catastrophe. Ainsi en est-il de sa volonté d’arriver à un équilibre budgétaire en 2017, qui l’obligera à couper massivement dans les dépenses publiques si la réforme de la fiscalité se révèle être a minima. Vouloir à tout prix réduire les déficits publics en période de stagnation économique n’aura pour effet paradoxal que de les accroître. Pourquoi d’ailleurs vouloir renégocier le Pacte budgétaire Merkel-Sarkozy si c’est pour en appliquer la principale disposition, l’exigence de l’équilibre budgétaire ? Et pourquoi ne pas soumettre ce traité à un référendum ?

Le programme défendu par le Front de gauche avait l’ambition de répondre à un enjeu majeur, celui de sortir la France de l’emprise des marchés financiers pour amorcer un nouveau mode de développement fondé sur la satisfaction des besoins sociaux, la réduction des inégalités et le respect des impératifs écologiques. La dynamique populaire qui s’est manifestée durant sa campagne a été le signe que ce programme de lutte contre les politiques néolibérales entrait en résonance avec des préoccupations profondes de nos concitoyens. Donné à moins de 5 % au début de la campagne électorale, Jean-Luc Mélenchon termine à plus de 11 % des suffrages malgré l’intense pression du vote utile. Pour celles et ceux qui veulent, à gauche, transformer la société, une nouvelle force politique a émergé qui peut avoir comme ambition de devenir majoritaire à gauche dans l’avenir. Il importe que les élections législatives à venir confirment et amplifient ce mouvement.

Deux questions doivent être cependant traitées pour que le processus prometteur de la campagne présidentielle ne s’enlise pas. La première concerne le rapport au gouvernement et l’orientation politique future du Front de gauche. Le Front de gauche doit clairement indiquer qu’il a vocation à gouverner et qu’il n’est pas simplement une force de protestation. Il doit cependant se poser la question de savoir si, eu égard au programme du Président et du rapport de forces qui est sorti des élections, la présence de ministres issus de son sein peut l’infléchir significativement. En l’état actuel, le Front de gauche ne peut participer au gouvernement. Il doit garder toute son indépendance.

Politique d’austérité ou politique de priorité à l’emploi et au partage des richesses ? Le budget 2013 sera décisif pour en juger. Mais la réponse dépendra aussi de notre propre capacité à faire prévaloir les solutions dont nous sommes porteurs. Le Front de gauche devra peser sur les orientations du gouvernement en s’appuyant sur les mobilisations sociales. Mais en tout état de cause il devra refuser un budget d’austérité. En revanche il devra soutenir toute mesure permettant de libérer le pays de l’emprise des marchés financiers, de contribuer à la transition écologique, de promouvoir les droits, l’égalité entre les hommes et les femmes, de renforcer les services publics et d’améliorer les rapports de forces des salariés vis-à-vis du patronat.

La seconde question concerne la structuration du Front de gauche, qui doit dépasser sa forme actuelle de cartel électoral car il a su créer une dynamique de rassemblement, au delà des partis qui l’ont fondé. Non seulement, il regroupe en son sein, fait historique à gauche, des organisations très diverses par leur histoire et leur culture politique, mais il a été capable d’attirer dans la campagne électorale des milliers de personnes qui n’appartiennent à aucune de ses composantes, comme c’est le cas des signataires de cette tribune. Il importe de conforter cette double dynamique. Il faut donc permettre l’adhésion individuelle directe au Front de gauche, pour faire vivre et grandir l’espérance citoyenne qu’il a fait naître.

Nous proposons donc dans un premier temps de transformer les « assemblées citoyennes » et les différents regroupements qui ont participé à la campagne en comités du Front de gauche, regroupant les adhérents des organisations et les non encartés. Il est urgent d’accueillir aux côtés des partis constitutifs du Front de gauche tous ceux qui souhaitent être partie prenante de la construction de ce grand mouvement populaire. Il faudra ensuite réfléchir sur leur représentation au niveau national. Au-delà, dès cet été, il faut organiser une initiative politique commune à toutes les composantes du Front de gauche pour tirer les leçons de son expérience unitaire et pour penser son avenir.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 08 juil. 2012, 18:59:39

Ce qui m'étonne est de voir que le front de gauche qui se targuait d'avoir un programme économique sérieux récuse la nécessité d'avoir des budgets équilibrés et semble ne pas admettre les conséquences positives y compris en termes sociaux, des finances publiques saines.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 08 juil. 2012, 19:22:17

wesker a écrit :Ce qui m'étonne est de voir que le front de gauche qui se targuait d'avoir un programme économique sérieux récuse la nécessité d'avoir des budgets équilibrés et semble ne pas admettre les conséquences positives y compris en termes sociaux, des finances publiques saines.
Ce sont les moyens qui posent pb...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 08 juil. 2012, 20:47:53

Si au delà des différences politiques nous parvenons à être d'accords sur les objectifs, c'est sur les moyens pour les atteindre que les divergences s'expriment le plus lourdement.

Le front de gauche a présenté un projet assez idéaliste, rêveur mais s'appuyant sur une réflexion à laquelle je reconnais légitimité et cohérence, cela étant l'équilibre budgétaire semble tout de même plus efficace pour mener une politique de relance, d'investissement et de soutien au pouvoir d'achat que des finances écrasées de charges, d'impôts et de déficits qui pénalisent l'activité du pays.

Certes, la droite a lamentablement échoué, par le comportement et les dérives de son équipe mais considérer que toutes les solutions d'assainissement budgétaire furent néfastes est une erreur, nier l'impact de la compétitivité sur l'emploi et alourdir la fiscalité risque de pénaliser l'attractivité du territoire dont nous avons pourtant besoin pour recevoir les investisseurs. Ce sont des notions qui dérangent, à gauche et qui peuvent aussi heurter au sein de la famille nationale, mais dont il faut tenir compte car ces paramètres ont des conséquences sur la vie réelle des gens.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 08 juil. 2012, 20:58:20

Il n'y a pas de solution dans le capitalisme. Nos vies valent plus que leur profit :!:

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 08 juil. 2012, 21:08:00

Sur cette phrase, je suis d'accord, le seul souci étant que le modèle que tu préconises n'existe pas, d'une part et s'est soldé par des échecs assez douloureux pour les peuples qui l'ont essayé. Je sais bien que toi, individuellement ne peut cautionner les horreurs auxquelles cette idéologie abouti mais force est de constater que le dirigisme n'est pas incitatif à l'activité et l'égalitarisme n'incite guère à la création d'entreprise. Or, sans initiative, il n'y a pas de richesses à répartir, à redistribuer, l'économie est un savant et subtil équilibre qui ne peut se trouver dans la radicalité et les excès que comportent la nature humaine et en particulier exacerbée par les révolutions.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 08 juil. 2012, 21:12:35

wesker a écrit :Sur cette phrase, je suis d'accord, le seul souci étant que le modèle que tu préconises n'existe pas, d'une part et s'est soldé par des échecs assez douloureux pour les peuples qui l'ont essayé. Je sais bien que toi, individuellement ne peut cautionner les horreurs auxquelles cette idéologie abouti mais force est de constater que le dirigisme n'est pas incitatif à l'activité et l'égalitarisme n'incite guère à la création d'entreprise. Or, sans initiative, il n'y a pas de richesses à répartir, à redistribuer, l'économie est un savant et subtil équilibre qui ne peut se trouver dans la radicalité et les excès que comportent la nature humaine et en particulier exacerbée par les révolutions.
Je suis sur la position de LO : le communisme n'a jamais existé. La commune de Paris est à peine entré dans le socialisme qu'elle était noyé dans le sang.
Il ne s'agit que de permettre à tous de participer à la société et de vivre sans être aliéné (fini les Iphone, la TV HD qu'on change tous les 2 ans, la voiture tous les 5 ans (à la place un réseau très dense de transports en commun)).
Et ce n'est pas parce que ce n'est pas à portée de mains qu'il faut se complaire dans la gestion de la misère (misère de la gestion), l'économisme etc. C'est pourtant ce que propose le Parti de Gauche et le Front de Gauche qui sont au mieux sur le programme de 1981...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 09 juil. 2012, 13:09:51

Je veux bien croire dans la sincérité de tes convictions, de tes choix....Permets moi, tout de même de douter du réalisme de tes propositions !

Le front de gauche, grâce à un tribun et à une dynamique qui a fédérer diverses familles de la gauche non sociale démocrate, a réussi à mettre en lumière des analyses, des propositions, des thèses qui furent, un temps oubliées. C'est plutôt réussi, mais désormais l'avenir dira l'impact que ce positionnement a, sur le cours des évènements !

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 11 juil. 2012, 01:50:29

L’intervention d’Alexis Corbière (PG) au Conseil de Paris à propos du « Métronome » le livre de Lorant Deutsch...

Le débat à propos de mon vœu sur le livre de Lorant Deutsch a eu lieu cet après-midi au Conseil de Paris. Que les Fédérations FN, le Bloc Identitaire, les sites catholiques intégristes qui avaient pris publiquement la défense de M. Deutsch (certains même en proposant une pétition à signer !) et les quelques dingues qui m’envoient des messages menaçants via mon blog, se rassurent, mon vœu a été rejeté à la fois par les élus UMP, Nouveau Centre et Modem, mais aussi par les élus socialistes et Europe Ecologie – Les Verts. Tous unis contre les élus Front de Gauche en défense de M. Deutsch ! Bravo.
Je dois l’avouer, ce débat d’une quinzaine de minutes n’a pas été un moment de grande dignité intellectuelle et politique. Je regrette par exemple qu’en guise de réponse argumentée à mes remarques, l’adjointe au Maire de Paris, Mme Danielle Pourtaud, ait fait une intervention pour l’essentiel hors sujet. Je regrette aussi que la droite m’ait insulté, ridiculisé, comparé à un censeur et un adorateur de régime totalitaire. Cette façon grotesque de caricaturer mes propos n’honore pas ses différents auteurs.
Une heure avant, sur l’antenne de RMC, dans l’émission d’Eric Brunet, M. Deutsch a eu aussi des propos moqueurs et mêmes blessants à mon attention ainsi que celle des historiens qui, comme moi, critiquent son ouvrage. Je vois bien la stratégie qu’utilise M. Deutsch. Il veut mettre en place le paysage médiatique suivant. Je suis un sectaire stalinien, une brute épaisse qui veut interdire, sans doute par folie ou jalousie, lui est un sympathique personnage passionné d’histoire, qui veut seulement faire partager sa passion à ses concitoyens. Et pour preuve ultime, les historiens qui partagent mes critiques ne sont que des simples « étudiants » en mal de reconnaissance.
Jusque-là, malgré les désaccords avec son ouvrage, je dois avouer que je trouvais M. Deutsch plutôt sympathique. Je dois dire à présent que dans sa façon de me répondre, je découvre un personnage curieusement méprisant, jouant au faux naïf, et qui a bien du mal à supporter la critique le concernant. Réagirait-il de la même façon si un critique de cinéma ou de théâtre venait à écrire un article négatif sur ses prestations professionnelles ? Le traiterait-il de « stalinien du cinéma » ou « d’étudiant en critique de théâtre » en mal de reconnaissance qui veut se faire de la publicité sur son succès ? Tout cela n’est donc pas très sérieux. D’autant que M. Deutsch a finalement le droit de considérer ma critique comme n’étant pas à sa hauteur, mais que pense-t-il de celle écrite il y a plus d’un mois par M. Pierre Assouline, (à lire ici) journaliste reconnu et membre du comité de rédaction de la revue Histoire, n’ayant rien à voir avec le Front de Gauche ? J’ai bien compris qu’il veut utiliser mon engagement politique assumé et public comme épouvantail, afin de dire en quelque sorte à ceux qui écoutent : « tout cela n’est qu’un règlement politique de gens intolérants. Concernant l'Histoire, vous avez le choix entre un héritier de Joseph Staline d'un côté et un truculent acteur bondissant de l'autre... ». Pas mal, bien joué Lorant. Mais, manque de bol pour lui, il existe des historiens qui sont choqués par sa méthode de travail, par ses sources approximatives et discutables, par ses postulats idéologiques et religieux omniprésents. Il en est aussi qui vont le défendre sans doute. J'entends parler de Stéphane Courtois qui semble prêt à monter au créneau, mais cet historien est connu pour son anticommunisme virulent. Avoir pour soutien Courtois, c'est une signature politique.
Malgré ces différentes railleries qui me ciblent, je continue de penser que « Le Métronome » ne doit pas être considéré, notamment dans les écoles publiques, comme un ouvrage de référence sur l’histoire de Paris. N’en déplaise à M. Deutsch, je le dis sans détours et presque avec tristesse : il ne le mérite pas. Il peut même être dangereux pour certains enfants s’ils le lisent sans recul. Car c’est surtout une histoire « deutschisée », pétrie d’erreurs et de légendes puisées dans les convictions religieuses de son auteur, et il n’a pas à être promue par la Ville et le service public.
Bien entendu, M. Lorant Deutsch doit pouvoir écrire et s’exprimer comme il l’entend. Il n’a jamais été question de le censurer ou de l’interdire. Pourquoi d'ailleurs me faire ce faux procès ? Par contre, lui et ses soutiens doivent aussi accepter que l’on fasse entendre une voix critique dissonante. Il a tellement été louangé pendant des mois et des mois que cela le surprend, mais ainsi est la vie. Je suis sidéré de constater que dans cette affaire c’est moi que l’on veut faire passer pour un censeur autocrate, alors que ceux qui me font ce reproche ont des moyens financiers de promotion sans commune mesure avec les miens. Triste époque.
Je diffuserai très vite sur ce blog la vidéo de ce débat. Chacun pourra apprécier la « qualité » des arguments qui m’ont été avancé. Je ne veux pour l’heure surtout pas les déformer. Ils parleront d’eux-mêmes. La droite a réclamé franchement cet après-midi en séance à que la Ville continue la promotion du « Métronome ». Les bras m’en tombent.
Pour l’heure, je retranscris en intégralité le texte de mon intervention, en rappelant que j’avais droit à une simple minute pour m’exprimer !

« Mes chers collègues,
Je ne ferai pas la liste de toutes les erreurs et affabulations que contient l’ouvrage, de M. Lorant Deutsch, « Le Métronome ».
Inventions pures et simples, mauvaises interprétations très discutables, légendes et mythes racontés sans aucune mise à distance… je pourrai y passer l’après-midi.
Je veux parler par contre de la façon dont se transmet l’Histoire et de la liberté d’expression.
Le succès du livre de M. Deutsch est le symptôme de deux choses contradictoires. D’abord, il traduit une soif de connaissance de l’Histoire de la Ville. C’est évidemment une bonne chose.
Mais, il est regrettable qu’ici, cela aille de pair avec une vision de l’Histoire approximative, fumeuse, ayant pour « parti pris » une nostalgie assumée de l’Ancien régime, totalement déformée par les convictions spirituelles de l’auteur qui rapporte, parfois durant des pages entières, sans aucune mise en garde ni recul, des légendes pures et simples, inventées et colportées depuis des siècles.
Nous voulons mettre en garde contre cette histoire écrite par les nouveaux camelots du Roi qui squattent les plateaux TV, qui n’est en réalité que « camelote des Rois ». Oui à l’Histoire, non au catéchisme d’Ancien régime.
Nous serions des censeurs ? Mais, il va de soi que M. Deutsch a le droit d’écrire ce qu’il veut et nos concitoyens ont le droit d’acheter les ouvrages de leur choix.
Nous refusons que soit valorisé, salué par la Ville, décoré par son Maire, invité dans les écoles publiques en présence d’élus et de représentants du Rectorat, financé par le service public de télévision, les tenants de cette histoire « peopolisée» « bling-bling » , tant à la mode désormais, qui méprisent la République et la Révolution française…
C’est là que réside la nouvelle censure : l’ultra médiatisation des uns, le silence pour les autres.
Souffrez donc d’entendre notre voix critique, elle est bien peu de chose par rapport à la puissance médiatique de M. Deutsch depuis deux ans. C’est la voix qui vous dit : valorisons la culture, la recherche et la connaissance et refusons l’obscurantisme. »

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 11 juil. 2012, 12:41:27

Le Parti de Gauche et les communistes n'ont jamais été trés favorable à l'exposé d'une lecture différente de l'histoire, c'est pourtant cette dernière qui permets, aux jeunes en particulier de se faire leur opinion et de mesurer la pertinence de telle ou telle lecture.

Chacun connaît les orientations intellectuelles de l'auteur, mais ce qu'on lui reproche à lui pourrait trés bien s'appliquer à d'autres qui, bien que n'étant pas historien ont clairement exprimé leur opinion ou leur interprétation de tel ou tel fait historique. Je crois réellement que le parti de gauche a d'autres questions, plus importante à traiter.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 14 juil. 2012, 00:49:31

BESANCENOT CRITIQUE LE DISCOURS "AMBIGU" DU FG

Olivier Besancenot (NPA) a critiqué samedi le discours "ambigu" du Front du Gauche (PG-PCF) le comparant à un "ni-ni", ni participation au gouvernement, ni opposition, et minimisé les nouveaux départs de cadres du NPA vers le FG qui doivent être actés ce week-end.

(...)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 14 juil. 2012, 10:16:50

Besancenot souligne la difficulté, pour le front de gauche à choisir un positionnement qui est difficile à trouver entre la volonté de s'opposer à l'austérité d'une part mais au souci de préserver son ancrage territorial et les liens qu'ils ont, avec les socialistes d'autres part.

Cela étant, c'est aussi cela participer aux responsabilités, et le NPA qui n'en a jamais vraiment eu l'intention, s'oppose désormais à celui qu'il a fait élire il y a à peine 2 mois ! Mais bon, à toujours manifester, se révolter, protester les français finissent par ne plus accorder leur attention !

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 14 juil. 2012, 23:22:14

Gauche antilibérale : une recomposition sans fin ? 11 juillet

L’élection présidentielle a vu l’espace à la gauche du Parti socialiste largement occupé par le candidat du Front de gauche (FDG), Jean-Luc Mélenchon, qui a su conjuguer son talent oratoire avec une véritable dynamique militante à la base pour obtenir un bon score (11%), quoique moins élevé qu’espéré au vu des derniers sondages d’avant le 1er tour. Les scores des deux candidats d’extrême-gauche, Philippe Poutou pour le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et Nathalie Arthaud pour Lutte ouvrière (LO), très faibles (respectivement 1,2 et 0,5%), n’ont fait que souligner cette “aspiration” de l’électorat de la gauche radicale vers la dynamique unitaire représentée par le Front de gauche. Il n’était pourtant pas évident, lors de la création du Parti de gauche (PG) fin 2008 puis du FDG début 2009, que le rapport de forces à l’intérieur de la gauche antilibérale allait tourner à ce point en faveur du Front, le NPA ayant opéré un départ en fanfare avec 9000 militants annoncés et se projetant comme la quatrième force politique du pays à terme ; le PCF, censé devoir mourir depuis plus de vingt ans, peinait à se remettre des très mauvais scores des élections présidentielles de 2002 et de 2007 (3,37 et 1,93%).

(...)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 15 juil. 2012, 11:21:08

Le PCF n'a survécu que grâce à ses accords locaux avec le PS qui lui a permis d'obtenir un ancrage et une visibilité, quant au NPA, au delà des qualités médiatiques de Besancenot et humaines de Poutou, les idées révolutionnaires sont, tout simplement perçues comme éloignées des nécessités du pays.

Le front de gauche a réussi, sur les qualités oratoires de Mélenchon et la dynamique militante des diverses composantes, à fédérer un électorat de gauche radicale mais qui reste néanmoins favorable à une audience et à une représentation politique.

Cela n'est pas réellement important car chacun sait bien que toutes ces familles de pensée, relativement proches restent plus ou moins satellisées par le PS et que le front de gauche a réussi à rendre, au moins dans l'aspect, autonome !

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré