Le parti de gauche

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 22 juil. 2012, 12:01:32

Je suis d'accord, et, sincèrement, je suis heureux si les communistes mènent leur réflexion pour éviter d'aboutir aux horreurs que leur idéologie a engendré au cours du siècle dernier !

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Georges » 22 juil. 2012, 13:56:34

wesker a écrit :Je suis d'accord, et, sincèrement, je suis heureux si les communistes mènent leur réflexion pour éviter d'aboutir aux horreurs que leur idéologie a engendré au cours du siècle dernier !
L'extrême droite pourrait en faire autant.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 22 juil. 2012, 14:07:18

Je suis d'accord aussi. Je ne me sens aucunement visé mais les extrémistes seraient inspiré, avant de gueuler et de casser de réfléchir à des solutions applicables, réalistes, lucides. Cette réflexion est valable pour toutes les familles de pensée et ne peut se conduire que par l'acceptation et l'ouverture au dialogue, au débat....

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 22 juil. 2012, 23:27:18

Front de Gauche : Front du Peuple !

N’attendons pas les consignes : face à la crise, il faut des adhésions directes !

--------------------------------------------------------------------------

Signer la pétition - Voir les signataires

--------------------------------------------------------------------------

Dérive de la mondialisation, crise du capitalisme… Les urgences écologiques, sociales et démocratiques se multiplient… Partout, les acquis sociaux sont menacés : éducation, santé, justice… Et les peuples doivent payer…
Pourquoi accepter les politiques de rigueur qu’imposent les gouvernements de droite dure ou de gauche molle au prétexte de l’endettement des Etats? Ce qui arrive aujourd’hui en Grèce, en Italie, en Espagne… arrivera en France demain. C’est la logique libérale extrême, menaçant l’équilibre de la planète, que plus personne ne semble pouvoir contrôler… Sociaux-démocrates et libéraux imposeront partout l’austérité: nous continuerons à payer pour les banques, à subir les diktats de la Finance…
Dans notre pays, il est temps, maintenant, de transformer la force la mieux placée pour remettre en question le bipartisme et disputer, à gauche, l’hégémonie du Parti Socialiste !

Lors des dernières élections, en France, le Front de Gauche a mobilisé des millions d’électeurs autour du programme « l’humain d’abord »… imposer un audit citoyen de la dette publique, une planification écologique, revenir sur le partage des richesses, stopper le grignotage de nos acquis sociaux… il a prouvé qu’il pouvait tenir une place au cœur de l’avenir de notre pays, dans les luttes et dans les urnes…
Mais le Front de Gauche doit encore franchir une étape cruciale pour devenir le creuset unitaire incontournable de la gauche radicale et écologiste.
S’il a déjà regroupé beaucoup d’organisations politiques, il passe encore trop souvent pour un cartel de partis liés par une logique électorale. Or notre démocratie représentative est elle aussi dans une grave crise institutionnelle…
Afin d’achever son déploiement et son implantation irréversible dans les couches populaires, le Front de Gauche doit maintenant accepter que celles et ceux qui le rejoignent ne soient pas systématiquement membres des organisations qui le composent.
Le Front de Gauche doit proposer rapidement le principe des adhésions individuelles et directes à sa démarche pour que la voix de chacun soit prise en compte : un humain, une voix !
Dans ce but, un processus de discussion peut s’entamer rapidement entre les Assemblées Citoyennes locales du Front de Gauche et les organisations qui y participent.
Pour chacun: militants de la première heure, compagnons depuis sa création; femmes et hommes de bonne volonté, syndicalistes, membres d’associations, de mouvements divers… celles et ceux qui ont depuis toujours le cœur à gauche, le moment est venu de porter cette volonté, de favoriser cette irruption citoyenne dans le Front de Gauche…
Pourquoi devoir choisir une organisation lorsque il s’agit d’œuvrer pour un but commun ?
L’union fait la force. Opinions, origines, organisations et familles seront toutes respectées.
Continuons et accélérons le travail déjà accompli, dans un respect mutuel. Renforçons ou inventons partout les Assemblées Citoyennes. Montrons que nous sommes capables de bâtir une nouvelle force rouge et verte, un front permanent, où chacun pourra participer à la création d'un monde à visage humain et résister au capitalisme financier!!!
Ce Front de Gauche, transformé en Front du Peuple saura saisir toutes les mains. Il représentera, enfin, les vraies idées, les vraies valeurs de gauche. Il pourra devenir un modèle de gouvernement.
Aujourd’hui plus qu’hier, cela dépend de nous toutes et tous.
Si vous souscrivez à cet appel, signez-le, diffusez-le, rejoignez les Assemblée Citoyennes de Front de Gauche, inventez-les là où elles n’ont pas encore vu le jour. Et prenons ensemble le pouvoir !

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 23 juil. 2012, 13:11:53

Cela me paraît intellectuellement cohérent que cette aventure qui a réussi de fédérer un électorat et diverses composantes de la gauche non sociale démocrate poursuive aujourd'hui l'aventure en essayant de s'élargir.

Ce qui est certain, c'est que des engagements budgétaires furent pris, par Hollande et que des mesures seront donc mises en oeuvre pour atteindre des objectifs d'équilibres budgétaires que le front de gauche semble ne pas partager. Cela étant force est de reconnaître que l'accumulation des déficits a conduit aux difficultés que nous rencontrons, c'est donc bien de perspectives de redressement dont il faut faire preuve aujourd'hui.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 24 juil. 2012, 01:04:10


Avatar du membre
marco
Messages : 1541
Enregistré le : 10 févr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par marco » 24 juil. 2012, 09:46:53

ils vont le garder?? icon_biggrin
http://compte-a-rebours-francois-hollande.fr/
Le défaut du capitalisme c'est qu'il répartit inégalement la richesse; la qualité du socialisme c'est qu'il répartit la misère équitablement.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 24 juil. 2012, 13:03:37

Chavez, un modèle pour le tribun du front de gauche ?

Sincèrement, quand on sait que ce monsieur voulait s'octroyer le pouvoir à vie et a montré ses intentions, je me demande comment on peut encore, en tant que revendiqué humaniste s'afficher aux côtés de ce chef d'Etat. Enfin, je n'oublie pas que le même expliquait que Cuba était une démocratie sans que cela dérange ses alliés socialistes. Pendant ce temps, la droite continu de pratiquer et de participer, sur le terrain à un front républicain à leurs côtés contre le FN, sans être capable d'expliquer et de justifier cela.

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 29 juil. 2012, 02:14:40

François Hollande n’avait certes pas pris beaucoup d’engagements lors de sa campagne électorale mais s’était vanté d’avoir préparé la première année de mandat.

Or, à part quelques décrets ou circulaires à juste titre abrogées, fleurissent surtout des groupes de travail, des commissions et autres formules diverses visant à remettre à demain toute décision. Nous assistons à une session parlementaire avec très peu de textes mis à l’ordre du jour (et celui contre le harcèlement sexuel ne doit son existence qu’à la décision du conseil constitutionnel d’abroger la loi en vigueur).

La gestion de la suppression du peu qui restait de la loi TEPA (exonérations sur les heures supplémentaires) laisse un goût d’improvisation et d’irrésolution assez surprenant pour un président qui s’était soi-disant préparé.

Début juin, Michel Sapin, ministre du travail, avait annoncé vouloir agir vite contre les licenciements boursiers. C’était il y a 6 semaines. Depuis silence gouvernemental et socialiste. Il y a pourtant urgence.

Hollande_changement_maintenantEt les patrons, eux, forts du fait qu’une loi ne peut avoir d’effets rétroactifs, se dépêchent d’enclencher les procédures de plans sociaux comme à PSA avant qu’une loi ne vienne leur rendre cela plus difficile. Nombre de modifications du code du travail introduites par l’UMP auraient pu être abrogées en mettant à profit cette session parlementaire extraordinaire. Rien de tel.

Par contre, pas de retard dans la préparation du congrès du parti socialiste. Mais les français n’ont pas élu François Hollande pour gérer les intérêts des différents clans socialistes ou pour faite taire ceux qui auraient du mal à avaler toutes les couleuvres de l’austérité. Ils attendent d’un gouvernement qui se dit de gauche qu’il agisse pour tenir tête à la finance, car la crise est toujours là.

La présidence normale consisterait-elle à laisser faire les marchés ? Car au lieu d’annoncer une politique de rupture, François Hollande n’a qu’un seul souci : comment céder sur le traité européen en donnant l’impression inverse. Il a déjà essayé en se vantant d’avoir fait reculer Angela Merkel. Mais cette poudre aux yeux a peu duré et la réalité est bien là : le traité n’a pas été modifié et la bataille a commencé pour empêcher un nouveau déni de démocratie comme en 2008 avec la ratification du traité de Lisbonne par le parlement.

Pour ne pas paraître se déjuger, dans son discours du 14 juillet le président a affirmé : "Quoi que dise le Conseil constitutionnel, j’ai dit aux Français que la ’règle d’or’ ne figurerait pas dans la Constitution. (...) ». Pendant ce temps, le président socialiste de la commission des lois de l’assemblée nationale Jean-Jacques Urvoas indique sur son blog : [en droit pur, il paraît difficile de constater que le « Traité sur la stabilité, la croissance et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire » (TSCG) ne porte pas atteinte aux « conditions essentielles d’exercice de la souveraineté nationale.] En effet, ce traité n’étant pas un traité de l’Union européenne puisque ni l’Angleterre ni la République Tchèque ne l’ont accepté, il s’agit d’un abandon de souveraineté nationale automatique par un transfert de compétences au Conseil européen et à la Cour de Justice européenne. Cela ne correspond donc pas à l’autorisation donnée par la constitution française pour les transferts de compétences au nom de la participation à l’UE.

Il serait donc invraisemblable qu’une telle modification, ayant pour objet de renforcer les politiques libérales avec un objectif central et obsessionnel de réduction au maximum des dépenses publiques quel que soit le contexte, puisse être mise en œuvre par une loi votée à la simple majorité du parlement. La bataille contre le traité de l’austérité et pour le référendum est donc la tâche de la rentrée.

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 59504
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nombrilist » 29 juil. 2012, 10:20:16

"Mais les français n’ont pas élu François Hollande pour gérer les intérêts des différents clans socialistes ou pour faite taire ceux qui auraient du mal à avaler toutes les couleuvres de l’austérité. Ils attendent d’un gouvernement qui se dit de gauche qu’il agisse pour tenir tête à la finance, car la crise est toujours là."

Faut pas s'attendre à ça avec le PS.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 29 juil. 2012, 11:06:50

Toute l'habileté de Hollande est précisément dans ce genre de tour de passe passe !

Il refusera d'inscrire la règle d'or dans la constitution mais la fera appliquer par une loi organique, ce qui revient au même et pendant ce temps, on ne discute pas du contenu de cette règle d'or. L'application d'une telle règle, si elle inclut les investissements aurait privé Londres des J.O ou empêchera un Etat de financer des grandes infrastructures.

Mais, voir le parti de gauche qui émane du PS qui fut dirigé par Hollande pendant 11 ans est assez surprenant car en l'élisant, ils savaient bien quelles étaient ses idées et ses méthodes !

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 30 juil. 2012, 00:34:08


Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 30 juil. 2012, 12:42:52

Le parti de gauche et ses alliés font de la politique, organise des manifestations et des actions politiques. Mais ils oublient peut être qu'ils ont participé aux responsabilités, avec les socialistes et qu'ils sont donc solidaires des décisions qui furent prises. En matière de ratification du pacte budgétaire, le front de gauche aura l'occasion de se faire entendre, en particulier au Sénat, iront ils jusqu'au bout où négocieront ils des sièges sur les listes municipales socialistes ? Attendons de voir, en attendant, la situation exige que chacun exprime ses idées, ses analyses et ses propositions !

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le parti de gauche

Message non lu par Nico37 » 31 juil. 2012, 01:31:01

Raoul Marc Jennar rejoint le Parti de Gauche

"On ne naît pas citoyen. On le devient. On fait le choix d’être acteur dans la Cité. Ou d’être simplement témoin du temps qui passe. On agit ou on subit.

A l’origine de la démarche citoyenne, une cristallisation a eu lieu sans bien souvent qu’on s’en rende compte. L’école, les lectures, le milieu familial et social, la confrontation au réel y contribuent. On se cherche des références et on se crée un Panthéon. Le mien est peuplé par Socrate, Antigone, Démosthène qu’ont rejoint Cincinnatus et Cicéron suivis par les philosophes des Lumières, puis par les femmes et les hommes qui ont animé le souffle formidable de 1789 à 1793 pour briser les chaînes de la tyrannie et de l’obscurantisme. L’immense Jaurès s’y est ajouté ainsi que Gandhi et les anonymes de cette armée des ombres qui a lutté contre le fascisme dont la geste me fut mille fois racontée tout au long de mon enfance et de ma jeunesse.

L’Histoire offre des repères pour une morale de vie où la dignité qui est en chaque être humain est le bien le plus précieux, où le combat pour la liberté est inséparable de l’exigence d’égalité. Elle nous forge pour que, le moment venu, nous fassions ce qu’il faut faire.

J’appartiens à une génération qui n’avait pas besoin qu’on lui demande de s’indigner tant l’indignation devant l’injustice était spontanée. Dans les années soixante, il n’était guère concevable de ne pas s’engager, Oh oui, nous voulions «retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase » (Malraux). Oh oui, nous voulions « changer la vie » !

L’espérance née le 10 mai 1981 s’est fracassée deux ans plus tard sur le reniement, poursuivi par l’interminable – et semble-t-il inachevée – dérive sociale-libérale d’un socialisme français qu’on avait cru renaître à Epinay. Avec quelle fougue et quelle arrogance, ceux dont la mission historique était de protéger les plus faibles sont devenus les complices des puissants ! Avec quelle duplicité ceux qui prétendaient incarner la gauche ont répondu aux attentes des commanditaires de la droite ! L’Histoire a dès à présent enregistré que les avancées les plus décisives en France et en Europe de la dérégulation, (en particularité financière) de la privatisation, du primat de la concurrence de tous contre tous, de la remise en cause par l’Union européenne des acquis démocratiques et sociaux furent et sont le fait de gens se réclamant de la social démocratie. Ces gens et le parti dans lequel ils agissent ne méritent en aucune façon ma confiance.

Que de désenchantements, que de déceptions tout au long des trente, quarante années écoulées ! Mais comme le rappelle le grand Jaurès, « L’Histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’indicible espoir. »

Le socialisme démocratique, c’est-dire le projet d’une société de liberté et de justice, d’une République démocratique et sociale demeure pertinent. Aujourd’hui, l’exigence vitale d’une nouvelle relation entre l’humain et la nature complète ce projet. Ce projet requiert l’engagement. Mais la question se pose inévitablement des modes et des formes de celui-ci.

Parce que je suis convaincu que la fin se trouve déjà dans les moyens employés, rien strictement rien – et surtout pas les circonstances du moment – ne peut être invoqué pour justifier des moyens contraires à la fin promise et recherchée.

Parce que je suis fondamentalement adogmatique, j’éprouve une détestation profonde pour les groupes humains dès lors qu’ils sont organisés en églises. Qu’elles soient religieuses ou politiques. Avec leurs textes sacrés, leurs dogmes, leurs prophètes, leurs prêtres et leurs fidèles. Où perpétuer la structure tient lieu de raison d’être. Au point même d’enfreindre la foi proclamée.

J’entends le rassemblement de femmes et d’hommes dans une structure comme la réponse momentanée à une nécessité. Une association, un mouvement, un parti ne sont pas des fins en soi. Ce sont des outils qu’il faut, à un moment donné, abandonner ou transformer.

Mon engagement, je veux le mettre au service d’une action politique qui tend vers la satisfaction, dans la liberté républicaine, des exigences du socialisme démocratique et de l’écologie.

Je veux servir cette cause au sein d’un parti ouvert et démocratique, qui donne toute sa place – une des premières à mon estime – à la formation permanente, qui allie réflexion et action et entend se dépasser en permanence dans l’ouverture aux défis nouveaux et à celles et ceux qui en sont les pionniers, qui donne la priorité au rassemblement de ce que Pierre Bourdieu appelait la « gauche de gauche », qui, dans un esprit internationaliste, porte l’espérance d’une union des peuples d’Europe.

J’ai tiré, dans mes écrits, les leçons de l’échec de la recherche d’une candidature unitaire en 2006 comme de l’échec du NPA. J’ai analysé aussi les raisons du succès de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle et de l’échec du Front de Gauche aux législatives qui ont suivi.

Voilà pourquoi, au sein du Front de Gauche dont j’ai soutenu les campagnes cette année-ci, j’ai adhéré il y a peu au Parti de Gauche."

Raoul Marc Jennar

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le parti de gauche

Message non lu par wesker » 31 juil. 2012, 13:00:35

Les motivations de son engagement semblent sincères et reposent sur un acte citoyen et de refus du dogmatisme. Les idées qui sont les siennes se respecte et il en explique même la provenance.

Ses réserves sur l'évolution du PS qui est ouvertement social libéral, quand la droite est libéral social, peuvent aussi s'entendre. C'est la vie d'une formation politique que de voir arriver et partir des individus.

Sa réflexion et son engagement sont sincères, se respectent, il refuse le dogmatisme et l'esprit de clans qui peut parfois règner au sein des partis politiques, en ce sens il aura l'occasion, je pense de faire entendre et de servir ses idées. La démocratie se renforce de cette diversité idéologique qui devrait pouvoir être exprimée, défendues et représentées librement et démocratiquement afin que ceux qui dirigent puissent bénéficier d'un élargissement intellectuel permettant de mieux appréhender les conséquences de leurs décisions.

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré